Les ponts à travers la philatélie
Anciens ou modernes, en pierre, en bois, en fer ou métal, aqueducs, viaducs ou simples passerelles, vus d'en haut, de face, de trois quarts, etc.... Les ponts sont bien là sur des dizaines de nos timbres. Vous pourrez découvrir, à travers vos recherches, des histoires, des légendes, des détails de construction qui vous feront franchir les précipices de nos régions françaises et d'autres mondes... et qui sait l'envie de passer sur une rive pour admirer au détour des routes un pont que vous aurez eu l'occasion d'observer en timbres

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

Les Ballons Montés


La guerre de 1870
Introduction aux ballons montés
Fiches détaillées des ballons
Les Affranchissements
Les Aéronautes
Les tentatives de retour sur Paris
Le projet de Dupuy de Lhome
Documents sur les ballons montés
Les ballons naufragés
Les ballons prisonniers
Les cartes-poste
Le Décret du 27 septembre 1870
Images de ballons montés


ballon précédentballon précédent  Ballon précédentRevenir à la listeballon suivantballon suivant  Ballon suivant

Ballon N° 33 : « La Ville-d'Orléans »
Caractéristiques Volume : 2000 m³
Fabricant : Cliquez ici pour plus de détails sur le constructeur Cie des Aéronautes
Aéronaute : Rolier Paul (1844-1918, ingénieur civil)
Date de départ Jeudi 24 Novembre 1870 (67 ème jour du Siège)
Lieu de départ Gare du Nord
Heure de départ 23h45
Date d'arrivée 25 Novembre 1870
Lieu d'arrivée
Lifjeld (Montlid) en Norvège
Heure d'arrivée 15h20
Durée du vol 14h45
Kilomètres parcourus 1246 km
Passagers Léonard Béziers (franc-tireur)
Histoire « (...) MM. Rolier et Beziers s'élevaient de la Gare du Nord, à minuit précis. Ces messieurs allaient entreprendre, à leur insu, la plus étonnante ascension que les annales aérostatiques aient jamais compté, traversée merveilleuse du nord de la France, de la Belgique, de la Hollande, de la mer du Nord, et d'une partie de la Norvège. Jamais Jules Verne ou Edgard Poë, qui excellent dans le récit des histoires fantastiques, n'ont pu rien rêver de semblable à ce voyage véridique, qui restera comme un grand sujet d'étonnement dans l'histoire des ballons. Après avoir sillonné l'espace ténébreux pendant toute une longue nuit d'hiver, M. Rolier et son compagnon de voyage atteignent enfin l'heure du lever du soleil. L'astre s'élève au-dessus des nuages, qu'il éclaire de ses premiers rayons ; il dissipe les vapeurs atmosphériques. Mais, ô stupéfaction ! C'est l'immensité de l'Océan qui s'ouvre aux yeux des aéronautes ! Leur boussole leur indique qu'ils marchent vers le Nord ; mais trouveront-ils jamais une terre hospitalière pour jeter leur ancre ? Pendant huit heures consécutives, c'est malheureux vont se trouver ainsi suspendus entre la vie et la mort, gelés de froid, regardant fixement la vaste étendue des flots. Tout à coup ils aperçoivent un navire, ils lui font des signaux ; mais le vaisseau disparaît bientôt à l'horizon ! La mer, toujours la mer, c'est le monotone panorama qui se déroule aux yeux des voyageurs ; bientôt des nuages épais se forment autour de la nacelle, et la neige tombe à gros flocons. M. Rolier et son compagnon ne voeint plus rien ; ils s'abandonnent aux dernières et navrantes pensées qui précèdent la mort ! Cependant le voyage continue, puis l'aérostat descend pour se rapprocher sans doute de l'immensité des flots il perce le massif de nuages. O miracle ! Il s'approche d'une montagne aux cimes escarpées, que recouvrent de grands massifs de neige. Il touche terre. Les voyageurs transis descendent de de la nacelle. - Où sont-ils ? Où le vent a-t-il jeté leur esquif ? Ils se frottent les yeux et se demandent s'ils ne sont pas en proie quelques cauchemars ; de vastes solitudes les entourent. Il se mettent en marche et errent dans une forêt de sapins, où des loups s'enfuient à leur passage. Ils rencontrent enfin un bûcheron ; mais la langue que parle cet homme leur est inconnue. Cependant ils se font conduire à un village où ils trouvent enfin un Français. Ils sont à Lifjeld, à cent cinquante lieues au nord de Christiana ! (...) »



Extrait du  Voir ce document  Magasin pittoresque d'Edouard Charton, (pages 46 - 47)

autre version

« Au lever du soleil le brouillard s'était dissipé ; ce qu'il leur permettait de mieux embrasser l'étendue immense de l'Océan, et la grandeur du péril.
Les rayons du soleil qui venaient frapper le ballon dilataient fortement le gaz, et le faisait sortir en partie par l'orifice inférieur de l'appendice, lequel, devenu flasque et plissé, flottait au gré du vent ; ce qui accélérait encore la perte du gaz.
Poussée par un vent assez fort, la Ville de Florence rasait la surface des flots.
Elle était ainsi entraînée depuis une heure au-dessus des vagues, quand un navire se montra à l'horizon, paraissant s'avancer dans sa direction. Mais il y avait encore entre le navire et les malheureux naufragés une distance 500 mètres.
Une violente secousse vint les arracher à leur préoccupation. La nacelle où étaient plus qu'à 4 ou 5 mètres des vagues : ils allaient être engloutis (figure 503) !
Rolier s'empresse de jeter deux sacs de lest ; mais le ballon reste immobile, le vent le tourmente furieusement, et incline la nacelle vers les flots : ils vont périr !
S'élançant alors vers les sacs de dépêches suspendus au bord extérieur de la nacelle, Rolier coupe la corde qui retenait un des plus gros ; et déchargée subitement d'un poids de 125 kilogrammes, la Ville de Florence part avec une telle vitesse que dix minutes après, elle flottait à 4500 ou 5000 mètres de hauteur.
Disons, en passant, ce sac de dépêches fut aperçu par l'équipage du navire que les naufragés avaient reconnu, au loin. Ils furent repêchés et envoyés en France par le capitaine. »

Voir ce document Les merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes par Louis Figuier, 1891, (pages 624-636)


Une autre version, plus romancée du récit indique que Rolier, « ... jeta d'abord les proclamations et les paquets de journaux, pendant que Béziers, prostré, restait assis désespérément. Rolier fendit un sac de courrier et en jeta des poignées dans la mer. Le sac laissa paraître un rouleau de papier que Rolier ouvrit : c'était une image de Notre-Dame de Recouvrance, protectrice des marins. Il la fixa avec des cordes, et les deux hommes s'agenouillèrent en priant jusqu'à ce que le vent l'emportât ... »

Autre document extrait du livre de J. LE PILEUR :
Voir ce document 33. LA VILLE D'ORLEANS par J. LE PILEUR, Yvert et Tellier, 1943, (pages 118-119)


Documents
figure 503 (merveilles de la science, page 631)
figure 503 (merveilles de la science, page 631)
figure 504 :Chute en Norvège du ballon de Rolier et Béziers
figure 504 :Chute en Norvège du ballon de Rolier et Béziers
liste des ballons sortis de Paris pendant le Siège 1870-1871, cf image coin supérieur droit
liste des ballons sortis de Paris pendant le Siège 1870-1871, cf image coin supérieur droit
Léonard Béziers (1840-1897)
Léonard Béziers (1840-1897)
Paul Rolier (1844-1918), Pilote du Ville d Orléans
Paul Rolier (1844-1918), Pilote du Ville d'Orléans
Nbre de pigeons 6 pigeons  Plus d'infos sur les pigeongrammes (Plus d'infos sur les pigeongrammes)
Plis transportés Cachets de départ : du 21 novembre au 24 novembre (5ème levée).
Cachet d'arrivée : du 2 au 15 décembre.

Plis confiés :

  • Tours Losange 3997 (du 8 au 10 décembre)

Cachets de transit :

  • Londres, plis repêchés (du 2 décembre)

Journaux-lettres :


Le sac de courrier que Rolier jeta à la mer fut récupéré à Mandal. Certaines lettres n'ont pas de timbres, décollés après un séjour dans l'eau. Elles sont dites « Courrier de Mandal ». Certaines sont revêtues du cachet PP (Port Payé) pour éviter que le courrier ne soit taxé, faute d'avoir été affranchi. Les autres plis font partie du courrier resté dans les sacs et sont affranchis normalement.
(Soit 250 kg de courrier)
Cachet des aérostiers au verso de quelques plis
Exemples
20c Siège sur Gazette des Absents No 9 frappée du Cachet à Date de PARIS du 21 novembre 1870 à destination de SISTERON. Arrivée le 12 Décembre 1970.
20c Siège sur Gazette des Absents No 9 frappée du Cachet à Date de PARIS du 21 novembre 1870 à destination de SISTERON. Arrivée le 12 Décembre 1970.
20c LAURE Oblitéré Cachet à Date rouge PARIS SC du 24 novembre 1870 sur lettre à destination de LIBOURNE. Arrivée le 10 décembre 70.
20c LAURE Oblitéré Cachet à Date rouge PARIS SC du 24 novembre 1870 sur lettre à destination de LIBOURNE. Arrivée le 10 décembre 70.
Gazette des absents No 10 frappée du Cachet à date de PARIS du 24 novembre 70 à destination d ARRAS. Arrivée le 6.12 et réexpédiée à l aide de la taxe 5 à BRUXELLES. Arrivée le 7 décembre 70. Courrier de MANDAL.
Gazette des absents No 10 frappée du Cachet à date de PARIS du 24 novembre 70 à destination d'ARRAS. Arrivée le 6.12 et réexpédiée à l'aide de la taxe 5 à BRUXELLES. Arrivée le 7 décembre 70. Courrier de MANDAL.


Pascal Behr Un grand merci à Pascal Behr (www.behr.fr) pour les exemples de plis illustrant les fiches techniques.


ballon précédentballon précédent  Ballon précédentRevenir à la listeballon suivantballon suivant  Ballon suivant

Rechercher     

Sources : 

Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques