www.philatelistes.net - La Guerre Franco-Prussienne de 1870
amicale philatélique du Riberal
Le but de notre amicale créée en 1989 est en premier la philatélie, mais nos statuts prévoient l'ouverture à toutes les

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


La Guerre Franco-Prussienne de 1870


L'organisation des Postes et télégraphes en 1870
Les ballons montés
Pigeongrammes
Boules de Moulins
Les émissions du Siège de Paris
Les « Papillons de Metz »
Les passeurs (à venir)
La correspondance diplomatique (à venir)
Images de la guerre de 1870
La Commune, 1871

La Succession au trône de Charles Quint

Après le renversement de la reine Isabelle II d'Espagne, le Général Prim offre le trône au Prince Léopold de Hohenzollern-Sigmarinen, cousin du Roi de Prusse Guillaume Ier.
Le 21 Juin 1870, Léopold, cousin du roi de Prusse se porte officiellement candidat à la succession au trône d'Espagne. Le 6 juillet, Gramont, ministre des affaires étrangères déclare devant la Chambre législative l'opposition de la France à ce projet. Le prince Antoine, père de Léopold confirme le 12 Juillet son retrait.
L'Ambassadeur de France, Vincent Benedetti se rend à Ems, près de Coblence où Guillaume Ier est en cure.
Le Roi de Prusse affirme que si Léopold renonce à cette succession, il l'approuvera.
Le père de Léopold annonce le 12 juillet le retrait de la candidature de son fils.
Mais le duc de Gramont exige que Benedetti retourne à Ems pour demander au Roi de Prusse de garantir ce retrait.
Le Roi refuse cette audience et fait savoir son approbation par son aide de camp, le prince Radziwill. Le même jour le Roi envoi à Bismarck une dépêche pour l'en informer. Il autorise Bismarck à la publier en partie ou en intégralité.

Bismarck
Otto Eduard Leopold Von Bismarck
(1815-1898)

Député d'extrême-droite du Landtag,
Chancelier de Prusse, l'un des fondateurs de l'unité Allemande

Pour Bismarck, l'occasion est trop belle pour cimenter l'unité Allemande avec un empereur Prussien et protestant.
De plus, un rapport allemand de Moltke montre une impréparation évidente de l'Armée Française : l'expédition Mexicaine a tourné au désastre ; l'armée, orientée vers des expéditions africaines ne montrerait aucune disposition pour une guerre européenne : les fantassins sont trop chargés pour des bivouacs de plein air, les dispositifs trop resserrés.
L'Armée française est vieillissante et ne dispose d'aucun Chef de valeur.
Un autre point important est la fin du traité d'alliance avec la Bavière au 1er Août. Bismarck sait que Louis II refusera de le renouveler, il lui faut agir vite.

La dépêche d'Ems

Par la dépêche d'Ems le 13 Juillet 1870, Bismarck entend ne pas renoncer à la Couronne Espagnole, il signifie le refus du Roi de Prusse dans un communiqué volontairement tronqué :

L'Ambassadeur de France a prié à Ems Sa Majesté de l'autoriser à télégraphier à Paris
que Sa Majesté s'engage à ne jamais permettre la reprise de la candidature Hohenzollern.
Sa Majesté le Roi a refusé de recevoir à nouveau l'Ambassadeur et lui a
fait dire par l'aide de camp de service qu'elle n'avait plus rien à lui communiquer

Cette dépêche reformulée par Bismarck est envoyé immédiatement à toutes les agences de presse et paraît la nuit même dans un supplément du Nord Deutsche Allgemeine Zeitung, distribué gratuitement à Berlin.
A Paris elle est relayée par une Presse hystérique. L'effet est accentué par la traduction erronée du mot allemand «Adjudant» par le même mot en Français (en allemand Adjudant se dit : Feldwebel) ce qui laisse à penser que Vincent Benedetti, l'Ambassadeur de France en Prusse a été humilié en étant éconduit par un simple sous-officier et non par le prince Radziwill.

Tout le monde crie «La Guerre! A bas Bismarck! Au Rhin !»
Pour la France, cette provocation conduira à la déclaration de la guerre à la Prusse le 19 Juillet.

Emile Ollivier
Emile Ollivier (1825 - 1913)

Homme politique français, ancien préfet de Marseille et de Chaumont,
Député en 1857, fondateur du Tiers Parti.
Il constitue le 2 janvier 1870, le premier ministère représentatif.
Il fait voter la Guerre à la Prusse «d'un coeur léger», selon son expression.
Dès les premières défaites, sa chute est inévitable Il émigre alors en Italie.

Côté français les raisons sont différentes, mais l'Impératrice Eugénie pense qu'une guerre victorieuse assurerait plus solidement la succession du Prince Impérial. Napoléon III est malade et l'on envisage une dispartion prochaine, le Prince n'a que 14 ans...
La guerre s'engage sous la direction de Bazaine, mais après la défaite de Forbach, il effectue une retraite sur Metz.
(Note pour les philatélistes : cf. Les papillons de Metz).
Mac-Mahon tente de le rejoindre, mais cette expédition tourne au désastre, et à la suite de plusieurs défaites, l'armée se replie sur Châlons, le 16 août.
Napoléon III a rejoint Mac-Mahon et son armée. Le 30 août, après la défaite de Beaumont, l'armée se replie sur Sedan. Le 1er septembre Napoléon III et 100 000 hommes encerclés dans Sedan, se rendent. Du côté français, il y a 15 000 morts et 91 000 prisonniers L'Empereur est fait prisonnier et le 2 septembre est contraint à capituler.


Le Général Trochu

"Ici on repasse à la minute"
Trochu, trop hésitant et défiant
vis-à-vis de sa propre armée,
n'était probablement pas
l'homme de la situation.

Le 4 Septembre à Paris, à l'annonce du désastre, la foule envahit le Palais-Bourbon et Gambetta proclame la déchéance de l'Empire.
La République est proclamée le jour même à l'Hôtel de Ville. Un gouvernement provisoire est constitué sous la direction de Jules Favre et du général Trochu.
Le 28 Octobre Bazaine, enfermé dans Metz capitule sans conditions avec son armée. (173 000 prisonniers, 1570 canons) Paris ressent cet événement comme une trahison.

Le Siège de Paris

Siège de Paris par Meissonier
Meissonier : Le Siège de Paris,
Musée d'Orsay
Siège de Paris
La situation dramatique
des parisiens


Le 20 septembre, Paris est assiégé par les Prussiens. Le gouvernement de la Défense Nationale considère "qu'en raison de la prolongation de l'investissement de Paris, il est indispensable que le Ministre de l'Intérieur se mette en rapport direct avec la Province pour y galvaniser l'esprit de résistance."
Il fut décidé que Gambetta se rendrait à Tours par les airs.
En compagnie de son ami Spuller, Gambetta s'envole dans le ballon Armand Barbès depuis la Place Saint Pierre à Montmartre. Il se pose dans la Somme à la lisière de la forêt d'Epineux près des troupes Prussiennes, mais réussit à leur échapper.
Le même jour, un autre ballon, le George Sand enmène deux américains chargés de l'achat des armes.
Le 18 septembre, les Prussiens reserrent l'étau autour de Paris et coupent les câbles télégraphiques.
Le lendemain, le câble installé secrètement par Steenackers est découvert et sectionné.

Gambetta à Tours

Paris est alors coupé de son gouvernement.


les ballons montés   Boules de Moulins   Pigeongrammes


C'est, pour l'histoire postale, le début d'une épopée qui durera plusieurs mois.
On imagine toutes sortes de dispositifs pour acheminer le courrier : par ballons, dans des boules en zinc immergées à Moulins et enfin par pigeons voyageurs.


Février 1870 :
Thiers expose au Gouvernement replié à Bordeaux
les conditions de Bismarck

Le 28 Janvier à versailles Jules Favre signe la Capitulation de Paris et l'armistice. Bismarck exige que l'Alsace et la Lorraine soient rattachées à l'Allemagne et que la France verse 5 Milliards de Francs de dommage de guerre.

Quelques dates

4 sept.
1870
Proclamation de la République
12 sept.
1870
Une Délégation du gouvernement s'établit à Tours
20 sept.
1870
Les Prussiens assiègent Paris
7 oct.
1870

Léon Gambetta, Ministre de la Guerre et de l'Intérieur, quitte Paris par le ballon Armand Barbès et s'établit à Tours
27 oct.
1870
Capitulation de Bazaine
10 déc.
1870
Le gouvernement, devant l'avance Prussienne, déménage de Tours vers Bordeaux
28 janv.
1871
Signature de l'Armistice par Jules Favre
6 fév.
1871
Elections générales


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques