www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Philatlemcen : l'enveloppe 1er jour, plus qu'un timbre
Un blog très intéressant sur diverses enveloppes "Premier Jour" du monde entier. Toutes décrites avec beaucoup de détails : un moment très agréable pour découvrir les FDC.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


l'Echo de la Timbrologie
novembre   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  l'Echo de la Timbrologie

Numéro 1944 - Novembre 2019 ÉDITORIAL : Invitation à la mobilité

(Sophie Bastide-Bernardin)
Actualités
- 73e Salon philatélique d'automne : plus court, mais plus intense
- Souvenir philatélique du plus beau bloc de l'année 2018
- Le nouveau Musée de La Poste de Paris
- Séance publique de l'Académie de Philatélie
- Invitation au voyage : de la Capitale au Capitole, Départ Gare d'Austerlitz
- E-MAX atterrit à Vélizy-Villacoublay en 2019
- Les championnats européens de philatélie thématique s'invitent à Veronaphil
- Monacophil 2019, événement pharaonique
- Plus beaux timbres Europa 2019 "Oiseaux

Autocollants
- A consommer maintenant
- Ralentir, Street art
- Dunkerque et ses héros
- La Normandie entre terres et mers
- Chalutier étaplois à la pêche aux harengs
- Les rois de Dieppe : Hareng et coquille Saint-Jacques

Multimédia : La nouvelle version de Phila'Plus : plus simple et plus complète
Phila Plus, l'outil de gestion numérique des collections philatéliques créé par Yvert et Tellier, vient de sortir dans une nouvelle version. Première nouveauté de cette édition : son accessibilité en ligne avec une mise à jour automatique des cotes en temps réel. Désormais, plus besoin de le télécharger - l'importation vers un fichier Excel est toutefois proposée. Sa consultation est facilitée, car possible non seulement depuis son ordinateur fixe ou portable mais aussi à partir de son téléphone mobile, de sa tablette, voire de l'appareil d'un ami. Deuxième évolution majeure : face à la demande de la clientèle, la maison amiénoise a décidé d'élargir Phila'Plus à de nouvelles rubriques et, plus significativement, à une douzaine de pays. Si la collection de timbres de France reste plébiscitée par les acquéreurs, ils se tournent également vers l'Outre_Mer : Mayotte, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie, les Terres australes et antarctiques françaises et Wallis et Futuna. Côté francophonie, l'on retrouve aussi : Monaco, Andorre Français, Belgique. Les amateurs De timbres d'Italie, de Grande-Bretagne et des États-Unis peuvent maintenant eux aussi, gérer leurs collections via Phila'Plus. D'autres pays sont actuellement à l'étude comme nous l'a précisé Nicolas Vic-Dupont, le spécialiste de Phila'Plus chez Yvert et Tellier : "la Russie, la Chine et l'Allemagne" en particulier. Les abonnements sont disponibles pour une durée d'un an renouvelable.
Voir : philaplus.yvert.com

Rencontre : André Borrey, mémoire
André Borrey, membre du conseil d'administration de la CNEP et l'un de ses anciens présidents, célèbre en 2019 ses soixante-cinq ans de participation à cet événement. Nous l'avons rencontré pour qu'il évoque ses souvenirs de négociant en philatélie et, en particulier, ceux en lien avec le grand rendez-vous annuel de la CNEP. Il nous a également fait part de ses attentes pour la 73e édition de cette manifestation.
Variétés
- Complètement décentré
- Bel envoi
- Totalement décalées
- Noyées sous la tâche

La puce à l'oreille (rubrique réalisée en partenariat avec la CNEP) : Deux Bordeaux de trop, bonjour les dégâts
La pièce: nous sommes en présence d'une lettre portant une paire du 5 c de l'émission de Bordeaux (YT 42B). Cet affranchissement correspond à un tarif en vigueur depuis le 1er janvier 1863 : celui des lettres de moins de 1o g postées et distribuées dans la circonscription postale d'un même bureau. Les paires du YT 42B seules sur lettre sont relativement rares : le Catalogue Yvert et Tellier 2020 leur attribue ainsi une cote de 1500 euros. Toutefois, il ne peut échapper à personne que la qualité laisse ici à désirer : les timbres sont, en effet, tous les deux entamés. Que vaudrait une telle pièce si elle était authentique ? En l'état, on pourrait l'estimer entre 150 et 170 euros. Quelle est sa valeur réelle ? Aucune. Il s'agit, en effet, d'un faux grossier.
Les rencontres du CIRP 2019 à Cornebarrieu
Pour les Journées du Patrimoine, que L'Écho de la Timbrologie célèbre, chaque année, en philatélie avec le CIRP (Cercle international de Rencontres philatéliques) Sophie Bastide-Bernardin, s'est envolée en 2019 pour Toulouse. Le point de chute de cette édition était Cornebarrieu, banlieue toulousaine réputée pour accueillir sur son territoire de nombreuses entreprises liées à l'aéronautique. Cela tombait bien : les collections de cette manifestation à journée unique - samedi 21 septembre - étaient, comme toujours avec le CIRP, de haut vol. Rappelons le principe de l'événement : des présentations philatéliques limitées à trois cadres par personne, comportant des pièces rares et/ou insolites sélectionnées pour leur intérêt et non en rapport avec des règlements d'exposition. Les pages inédites montées pour l'occasion offraient une ouverture à des sujets souvent méconnus Qu'il était possible d'approfondir en discutant avec l'exposant, toujours accessible pour apporter les explications nécessaires.
Eclairage : La diversité méconnue des timbres de taxes communales
Les timbres de taxes communales disposent, avec quelque trente-quatre numéros, d'une rubrique relativement modeste dans le Catalogue Yvert des timbres fiscaux de France. Mais en réalité, leur nombre serait susceptible d'être largement accru, si l'on y ajoutait toutes leurs surcharges locales improvisées par les multiples régisseurs d'avances communaux, au gré de chaque changement de tarif. Nous vous en donnons ici quelques exemples.
Anniversaire. Cosme 1er de Toscane commémoré en philatélie
Cela n'a l'air de rien mais la philatélie conduit à s'enrichir culturellement et, de timbre en timbre, nous invite à parcourir des pans d'histoire, tout en nous laissant porter par l'esthétisme de ces petits objets de papier. Passer de l'un à l'autre s'apparente alors à tourner les pages d'un livre et à se plonger dans des récits extraordinaires et captivants. Que diriez-vous, ce mois-ci, d'approcher un personnage marquant de la Renaissance italienne, Cosme 1er de Toscane, illustre membre de la famille des Médicis ? Arrêt sur images philatéliques.
Etude : Les cartes postales illustrées au tarif des imprimés à 5c
Pour les petites faciales, le type Blanc remplace progressivement le type Sage à partir de décembre 1900. Par conséquent, il circule d'abord de nombreux affranchissements mixtes aux types Sage et Blanc. Puis, le type Blanc s'impose avec sept combinaisons possibles pour le tarif des imprimés à 5 c. Les erreurs commises le plus souvent par les expéditeurs sont dues à une confusion avec le tarif à 1 c des imprimés sous bandes.
Polaires : Fin de la campagne d'été 2016-2017
Ce mois de février 2017 est marqué par le passage en Terre Adélie de l'aventurier Mike Horn mais aussi par une liaison radio-amateur initiée par un hivernant. Mais c'est surtout une page de l'histoire taafienne qui est en train de se tourner avec l'ultime rotation de L'Astrolabe.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de L'Echo de la Timbrologie

Voir également :
les autres titres
Timbres Magazine
novembre   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 216 - Novembre 2019 ÉDITORIAL : Le dessous des timbres
Les résultats de notre dernier sondage sont passionnants à analyser. Merci pour vos réponses qui permettront d'améliorer la qualité de votre magazine. Il en ressort que le timbre demeure en France un "objet" éminemment culturel et que son histoire vous passionne. Tous - comme du reste les marques postales - ont en effet des choses nous raconter. Bien entendu dès lors que l'on met de l'argent dans une ou plusieurs collections, l'aspect financier ne peut être occulté. La valeur d'acquisition comme celle de la revente fait partie des questions qu'il est légitime de se poser. En revanche peu de philatélistes dans notre pays, comme du reste en Europe, considèrent le timbre comme un placement. Il en va différemment en Chine ou il semblerait que la guerre commerciale actuelle entre cette dernière et les Etats-Unis ait pour conséquence inattendue de raviver l'attractivité des timbres chinois et de facto leur valeur. C'est en tout cas l'opinion de Richard Lehmann qu'il livre dans le magazine économique américain Forbes.
La philatélie chinoise connait depuis une vingtaine d'années une forte croissance. Nombre de sujets de l'Empire du milieu sont des joueurs et nos chères vignettes appréciées moins pour leur valeur culturelle que monétaire. Symbole de ce marché hautement spéculatif, ce timbre émis en 1980, imprimé à cinq millions d'exemplaires cote neuf 1200 euros chez Yvert. L'élévation de 10% des tarifs douaniers américains sur les produits chinois a conduit Pékin à dévaluer sa devise, le Yuan, dans les mêmes proportions. Une réponse du berger à la bergère qui a impacté favorablement le marché du timbre comme on va le voir. Les timbres en période d'instabilité monétaire et d'inflation sont considérés en Chine comme des biens plus sûrs que les placements en valeurs mobilières ou l'immobilier. Ils présentent aussi l'immense intérêt d'échapper - selon Lehrnann - au contrôle tatillon de l'administration et constituent une richesse transférable à l'étrange, une sorte de "devise clandestine".Il en résulte une élévation de la valeur des timbres, alimentée par une forte demande dans le pays comme à l'étranger. Les "bons timbres", se négocient fort bien sur des sites de ventes aux enchères comme eBay. Les acheteurs américains seraient nombreux ce qui prête à sourire. Finalement la guerre commerciale Etats-Unis - Chine fait des heureux chez les philatélistes des deux pays ! Les Chinois semblent particulièrement satisfaits : l'appréciation de leurs timbres sécurise la valeur des placements nationaux tout comme elle permet de vendre cher les vignettes à l'étranger ces dernières étant- comme on l'a dit - une "monnaie souterraine" échappant aux radars de l'administration.
Produits de placement tout autant que précieux véhicules de propagande politique (comme je l'évoquais dans plusieurs hors-séries), ce n'est pas demain que la Chine cessera d'imprimer des timbres. Une situation qui contraste singulièrement avec l'Islande qui envisage tout bonnement d'arrêter ou limiter ses émissions, faute d'un nombre suffisant de clients.

(Gauthier Toulemonde)
Ségolène Godeluck : "Je suis passée de l'image animée à l'image fixe"
Ségolène Godeluck, entrée à La Poste il y a une vingtaine d'années, est devenue officiellement, le 1er janvier 2019, directrice de la communication de Phil@poste - succédant ainsi à Joëlle Amalfitano -, fonction à laquelle s'est ajoutée en septembre la responsabilité des "relations institutionnelles". Ségolène Godeluck est titulaire d'un magistère de sciences de gestion (Paris-Dauphine), d'un DESS droit et administration de la communication audiovisuelle (Paris-l-Panthéon-Sorbonne) et d'un diplôme universitaire de langue et civilisation orientales (japonais, Inalco). Elle est chargée du pilotage de Paris Philex 2020, le salon du timbre et de l'écrit organisé à Paris du 11 au 14 juin 2020. Très présente sur les réseaux sociaux, elle est chargée de donner de la visibilité au timbre.
73ème Salon philatélique d'Automne
Comme chaque année, les collectionneurs se retrouveront à la porte Champerret, à Paris, pour le Salon d'automne Une nouveauté cette année : le salon ouvrira ses portes durant trois jours au lieu de quatre comme les années précédentes, soit du jeudi 7 au samedi 9 novembre. Parallèlement aux stands de La Poste où l'on pourra se procurer les émissions proposées par Phil@poste, les philatélistes sont attendus sur les stands des artistes et concepteurs de timbres-poste, des négociants et des postes. Le salon fête cette année les 170 ans du premier timbre français, la Cérès 20 centimes noir.
L'Adphile en action
Florence Fraboulet, sa directrice, nous présente les actions présentes et à venir de l'Adphile qui vise à promouvoir le loisir philatélique auprès du plus large public possible et à lui redonner sa place dans la cité.
Une affaire de gommes
La gomme apposée au verso d'un timbre-poste est un élément qui sert d'interface entre le papier qui va recevoir l'impression de la figurine et le support sur lequel il devra etre fixé : c'est donc fait pour coller. Mais il y a besoin de l'apport d'humidité, du moins jusqu'à l'arrivée des autoadhésifs, pour que le système fonctionne... et cela pose parfois des problèmes.
Un motif, une façade, mais deux couleurs : La Place Stanislas de Nancy
Reprendre un motif déjà connu pour une nouvelle émission, surtout pour des timbres d'usage courant, cela n'a rien d'inhabituel dans l'histoire philatélique française. Mais quand le timbre repris est rigoureusement identique à l'original, jusqu'à sa valeur faciale, et que seul son coloris varie, voilà un destin pour le moins peu banal. C'est le sort qu'a connu le 25 francs représentant la place Stanislas de Nancy, paru une première fois en février 1947 et réémis en décembre 1948, dans une autre teinte. Ces deux timbres témoignent des nombreux changements de tarifs de l'après-guerre, dont le rythme est plus élevé que l'émission de timbres adaptés à ces modifications.
Double frappe
Les marques de la poste française sont à usage multiple, et unique sur chaque lettre. Mais il arrive qu'un employé zélé ou simplement distrait répète, sur la même lettre, la marque qu'il venait d'y apposer. Ce n'est pas grave mais pas toujours facile à trouver.
Des carnets pour tous les usages !
Aujourd'hui, les postes du monde entier ont dorénavant presque toutes intégré l'utilité des carnets. C'est, en tous les cas ce qui se passe dans les pays où le trafic postal individuel reste important, malgré la part de plus en plus forte des courriers électroniques ou des réseaux sociaux dans les échanges des particuliers.
Sur les traes d'Hélio Courvoisier S.A.
Vous avez certainement déjà eu en main des timbres de Suisse de la deuxième moitié du vingtième siècle, qu'ils aient été neufs, oblitérés, sur lettre... Avez-vous prêté attention à la mention de l'imprimerie (généralement en bas à droite) ? Si ce n'est pas le cas, c'est le moment. Stop, ne lisez plus, ouvrez l'album. Si vous avez vérifié, vous pouvez continuer de lire, et vous le savez déjà : c'est écrit, là, en lettres capitales, "COURVOISIER".
La photographie selon Valérie Belin
Après Sophie Calle et Annette Messager, le petit musée de poche d'Henri Malraux s'enrichit, en février 2019, de l'oeuvre de la photographe plasticienne, Valérie Belin, Calendula (Marigold). Mais mettre en valeur l'ensemble d'une oeuvre artistique à travers une seule image n'est pas chose facile. Nous vous proposons de découvrir l'univers tout particulier de cette artiste hors du commun ainsi que les coulisses de création de ce timbre-poste, toujours en vente dans les bureaux de poste.
Les îles anglo-normandes de 1940 à 1945
Alors que Jersey est la poste invitée d'honneur au prochain Salon philatélique d'automne, attachons-nous à évoquer quelques-unes de leurs valeurs modernes intéressantes : celles qui ont jalonné la traversée de la dernière guerre tandis qu'elles étaient occupées par les Allemands, faisant d'elles les seuls territoires des îles britanniques à avoir été envahis par la Wehrmacht.
Le millésime 2018 des TAAF
Poursuivant les émissions précédentes, le service philatélique des TAAF a émis en 2018 des figurines variées sur la flore, la faune, les personnalités et les activités marquantes des terres australes (Crozet, Kerguelen, St Paul et Amsterdam), de la Terre Adélie et des Îles Eparses notamment Tromelin. Parmi les neuf bloc-feuillets renfermant 17 timbres, 1 paire, 1 diptyque, 1 triptyque et 13 timbres isolés, on notera deux blocs originaux.
Les cartes de la Frane combattante
La cartophilie du deuxième conflit mondial a fait l'objet d'un double examen dans deux numéros récents de Timbres magazine. L'un en septembre 2019: « Les cartes postales de la « Drôle de Guerre »; le second en octobre : « Les années noires ». Nous abordons aujourd'hui un troisième chapitre : les cartes postales de la France combattante. Une première remarque s'impose. Les documents de cette période sont rares. Comme nous l'avons dit, au déluge de la propagande nazie et collaborationniste sous toutes ses formes, la résistance intérieure ne pouvait opposer que des moyens clandestins comme les tracts et les brochures, ainsi que des journaux au format réduit, adaptés aux circonstances et diffusés avec d'infinies précautions. A l'extérieur, c'est d'abord en Angleterre que la France combattante se fait connaître par des cartes postales montrant dans les rues de Londres les premiers soldats français ralliés au général de Gaulle.
C'était Jean-François Baudot
Bien connu des lecteurs du magazine, ce grand spécialiste des marques postales et des timbres classiques s'est éteint le 21 septembre dernier, à l'aube de sa 78e année. Retour sur l'itinéraire d'un homme atypique, amoureux des arts et des lettres.
Le coup de coeur de la CNEP
Dans cette rubrique, dédiée aux négociants membres de la C.N.E.P., ceux-ci nous présentent les pièces philatéliques hors-normes qu'ils ont la chance de voir passer entre leurs mains. Ce mois-ci, Alain Dreyfus (fondateur de la galerie Dreyfus) présente deux pièces d'exception : les poste aérienne Ile-de-France en blocs de 4 exemplaires sur lettre... avec la variété "surcharge espacée" tenant à normal.
La chronique de Socrate : Les résultats non définitifs de notre sondage
J'avoue que j'étais impatient de connaître les résults du sondage que nous avions lancé dans notre livraison d'octobre dernier. Ce qui m'a tout d'abord fait plaisir, ce sont les nombreuses réponses reçues et il faut vous en remercier. Voici les premières tendances car nous continuons de recevoir du courrier.
On dit souvent que la philatélie est pratiquée par des personnes d'âge mur et je vous le confirme. La moyenne d'âge des lecteurs ayant répondu s'élève à 62 ans. Pour ne rien vous cacher, je pensais qu'elle serait légèrement plus élevée, davantage en phase avec l'âge des collectionneurs fréquentant les salons. La première question que nous vous posions était de savoir quelle période - concernant les timbres de France- nous devrions davantage aborder. Les semi-modernes arrivent nettement en tête avec 50 % des intentions, suivis des modernes (30%) et des classiques (20 %). Des souhaits qui correspondent également à la typologie des collections. Les philatélistes s'intéressant aux Classiques de France sont en effet moins nombreux, constat que l'on peut également faire dans les clubs. Pour autant on peut disposer de nouveautés de France dans ses albums tout en ayant des classiques des colonies. Pas moins de 75 % des sondés collectionnent les colonies françaises. Un chiffre que j'aurais imaginé moins élevé. Autre surprise, les lecteurs souhaitant prioritairement des articles sur les modernes sont à 83% collectionneurs de colonies françaises. L'avantage des colonies. c'est que nous sommes en présence de collections « finies » dont on connait le nombre de timbres ce qui est plus facile à budgéter. Votre préférée est l'Algérie qui parvient sur la plus haute marche du podium avec 22%. J'aurais plutôt misé sur un pays d'Afrique subsaharienne et me suis lourdement trompé comme on le voit. Vous aimez tellement les timbres des colonies que vous êtes 11% à déclarer que vous les collectionnez toutes, sans en mentionner seulement une seule comme le sondage vous le demandait ! Les pays d'Afrique noire arrivent en seconde position ce qui assez logique compte tenu de leur nombre. A noter que la Corne (Obock, Côte française des Somalis etc.) fait jeu égal si j'ose dire avec la Réunion, l'Indochine et le Maroc. On retrouve plus loin - et dans un mouchoir de poche - la Nouvelle-Calédonie, Madagascar, la Guadeloupe et les pays composant le Levant.
La troisième question concernait votre collection préférée dans les DOM-TOM. LesTAAF se détachent nettement avec 27 %.Je savais que ces timbres avaient vos faveurs mais j'ignorais jusqu'à quel point. Viennent ensuite la Polynésie française avec un joli score de 20 %. Nouvelle surprise de ce sondage, Saint-Pierre-et-Miquelon décroche la troisième marche du podium avec 12%. La Nouvelle-Calédonie arrive juste derrière, faisant jeu égal avec la Réunion. Cette dernière suscite un réel intérêt puisqu'on la trouve également bien positionnée dans la rubrique « Colonies ». Selon qu'on utilise Yvert ou Maury, elle est cataloguée différemment. Trois points en-dessous figurent à égalité la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. Arrive en dernier VVallis-et-Futuna.
C'est l'Allemagne qui est le pays d'Europe le plus collectionné des lecteurs du magazine avec un score de 23 % se détachant nettement du Royaume-Uni ( 13 %). On parle ici du pays qui a vos préférences mais inutile de dire que vous vous intéressez à de nombreux autres pays de l'Atlantique à l'Oural. Nouvelle surprise la Suisse et l'Espagne arrivent juste après avec 10 % pour chacun de ces pays. Viennent ensuite Monaco et la Belgique.
Concernant l'outre-mer, c'est un pays que je connais particulièrement mal qui arrive en tête. Il s'agit des Etats-Unis d'Amérique se démarquant nettement avec 43%. On trouve ensuite le Canada, le Brésil (surprise également), les pays du Commonwealth. Pour l'Asie, le Japon et le Vietnam se détachent nettement.
Ce sont les « préo » qui figurent en tête de la rubrique « Fins de catalogue», loin devant les « Poste Aérienne » mes petits préférés ! 11 y a autant de thématiques que de lecteurs mais en procédant à des regroupements les Transports arrivent en premier suivis des Animaux et enfin des Femmes et Hommes célèbres, le grand Charles se taillant la part du lion !
Concernant les marques postales toutes celles ayant trait aux guerres se placent sur la première marche. Certains d'entre vous ont indiscutablement des pièces remarquables de la Grande Armée. On trouve ensuite dans vos préférences d'articles les marques des colonies françaises et celles des départements.
La dernière question était relative aux cartes postales et les réponses ne manqueront pas d'intéresser notre ami Serge Zeyons. Ce qui vous passionne prioritairement (à 49 %) ce sont celles qui concernent votre village, ville. département ou région. Arrivent après les cartes dédiées aux guerres ou à l'armée de façon plus générale.Viennent ensuite les thématiques Transports. Polaire, Fleurs et Métiers.
Continuez de nous écrire, chers amis afin de confirmer ou infirmer ces premières tendances. De notre coté, nous allons tenir compte dès à présent de vos préférences pour le choix des prochains articles.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques