www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Philnet : catalogue on-line, ventes sur offres
Négociant Toulousain, Phil-Net déploie ses talents pour vous séduire : le Club, le journal d'Oncle Phil, un cyber-Musée, les nouveautés, vous pouvez commander en ligne avec paiement par carte bancaire, Phil-Net organise des ventes sur Offres et gère un service de petites annonces. Envoyez-lui vos mancolistes, elles seront chiffrées. Réponse rapide garantie.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


Timbres Magazine
février   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 186 - Février 2017 ÉDITORIAL : L'année qui a aussi changé la philatélie
C'est immédiatement ce qui m'est venu a l'esprit en lisant 1917, l'année qui a changé le monde de Jean-Christophe Buisson, publié chez Perrin. Il est vrai que les événements qui se sont déroulés cette année-là ont transformé durablement la philatélie, que l'on collectionne par pays ou que l'on soit thématiste. Comme nous l'évoquons dans ce numéro, c'est en 1917 que des timbres spéciaux sont émis avec la série Orphelins mais aussi le premier timbre spécifique pour la Croix-Rouge. Sur le plan thématique, les collectionneurs recherchent notamment les figurines évoquant les grandes batailles mais également celles relatives à Marie Curie qui crée alors les premières unités mobiles de soins sur le front et pose les fondations du premier centre anti-cancer. Les thématistes savent que c'est l'année du premier dessin animé, du premier disque de jazz et du premier film politique de Chaplin. Mais aussi celle de la disparition de Guynemer, de la création de la Coupe de France de footballs du changement d'heure. Pour l'anecdote, c'est le 24 mars 1917 que la France passe à l'heure d'été. Puis durant la Seconde Guerre, il existera deux heures de différence entre zone libre et zone occupée, cette dernière se mettant au propre comme au figuré à l'heure allemande En 1917, le général de Gaulle prisonnier en Allemagne tente de s'évader et se jure de ne plus subir une telle humiliation. Une détermination et un courage qui mèneront plus tard à la France libre et ses timbres. A cette même époque, Adolf Hitler blessé et en convalescence "se forge un antisémitisme paranoïaque" pour reprendre les propos de Jean-Christophe Buisson, pensant qu'un nombre "élevé" de Juifs sont dans les bureaux tandis qu'ils se font rares sur le front. Qui aurait pu imaginer que celui qui était alors qu'un obscur caporal lors de cette année décisive se retrouverait 20 ans plus tard sur des timbres ?
L'année 1917 va modifier de façon spectaculaire les frontières avec la disparition des vieux empires (Autriche-Hongrie et ottomans laquelle va donner naissance à de nouveaux pays dans les Balkans; des collections aussi intéressantes que complexes à réaliser. Avec la Révolution d'octobre en Russie, c'en est fini des timbres à l'effigie des tsars. Dès l'abdication en mars 1917 de Nicolas II des initiatives privées sont à l'origine de la réalisation de surcharges dites révolutionnaires. Elles montrent un bonnet phrygien ainsi qu'une inscription signifiant "Fraternité - Égalité- Liberté". L'année suivante, les timbres font référence à la République Socialiste Fédérative des Soviets de Russie puis en 1923 à l'URSS et ses multiples satellites. 1917, c'est aussi l'entrée en guerre des États-Unis qui sera timbrifiée prochainement. 1917 toujours, Mao publie son premier article dans une revue pékinoise où il évoque l'émergence d'un ordre nouveau qui luttera contre les quatre démons du monde que sont l'Église, l’État, le capitalisme et la monarchie. Douze ans plus tard, Mao sera à l'origine de nombreuses émissions provisoires dans les zones communistes de la Chine. Enfin et sans etre exhaustif, Lord Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, promet en 1917 la création d'un État juif en Palestine, portant en germe le conflit israélo-palestinien que révèlent aussi nos timbres.
L'année 1917 avec en outre la disparition des anciens empires ottomans et austro-hongrois, l'instauration du premier régime totalitaire en Russie a bouleversé le destin de la planète sonnant le glas du "monde d'hier" brillamment décrit par Stefan Zweig. Nouveaux pays, nouvelles dénominations, modifications de frontières, c'est dire si les personnes qui se sont mises à cette époque à la philatélie avaient du travail devant elles !
Couverture : A la Poste en 1917
Le moins que l'on puisse dire, c'est que lorsqu'est sortie cette année-à la première série commémorative des Orphelins, la déception fut grande chez les philatélistes. Si les sujets traités ne souffrent d'aucune contestation, leur traitement laisse franchement à désirer. Retour sur cette série qui cote un siècle plus tard 9 150 euros neuve chez Yvert et 8980 euros chez Spink-Maury.
Poste maritime : Dans le sillage de l'Eurydice
Suivant le trajet d'une lettre adressée de la Dordogne au Chili en 1857, nous parcourons ce mois-ci une nouvelle route postale maritime, la "voie de Panama", avec en toile de fond la politique navale française menée au temps du Second Empire.
Collection : Les Europa ont 60 ans
Dès leur apparition en 1956, il y soixante ans, les timbres Europa ont connu la faveur des philatélistes. Un intérêt qui allait croissant au fur et à mesure des émissions, et qui ne passa pas inaperçu des administrations postales qui, visant également leur part du gâteau, se lancèrent à leur tour dans ce programme prometteur de rentrées financières. Les années passant, la liste des pays émetteurs de timbres Europa officiels ou pseudo Europa, pays n'ayant aucun lien avec l'Europe, ne cessa de s'allonger. A tel point que les collectionneurs désorientés s'interrogent face à cette profusion. Que rechercher, que garder ? Quelques pistes...
Chroniques : Conséquences postales de homonymies
A en croire l'I.N.S.E.E. il y a en France plus de 4 millions de Martin et 2 millions de Bernard ! Même à la fin du XIXe siècle une tertre ne comportant que le nom du destinataire et son lieu de résidence ne pouvait que difficilement et avec certitude être délivrée à la bonne personne. Et un homonyme, après l'avoir ouverte, pouvait s'apercevoir qu'elle ne le concernait pas.
Mieux connaître les timbres : La taille-douce. Les variétés expliquées
L'impression d'un timbre met en œuvre des procédés complexes. Elle est le fruit d'une coordination parfaite entre différents composants qui sont des éléments de la machine ou extérieurs (encre, papier, ouvrier,...). Le principe global est un processus bien maîtrisé se déployant sur plusieurs étapes successives qui conditionnent le résultat attendu. Mais quand tout ne se passe pas comme prévu ... cela donne des anomalies qui, dans le domaine philatélique, sont dénommées « variétés ». Il est donc profitable de connaître les paramètres essentiels de la fabrication d'un timbre à chaque étape afin d'en comprendre les possibles dysfonctionnements et d'en expliquer le résultat.
Thématique : La lutte contre la tuberculose
Illustrer en philatélie la lutte contre la tuberculose n'est pas si simple. Non pas parce qu'il y a trop peu de timbres dédiés mais plutôt parce qu'il y en a trop! Une thématique sur ce sujet peut s'étendre indéfiniment. D'où nécessité de se limiter à l'essentiel, en mentionnant seulement les grandes lignes de cette lutte séculaire que l'on peut suivre dans la philatélie.
colonies : La colonisation du Sahara
L'exploration du Sahara s'est surtout faite au XIXe siècle. Le nom qui frappait l'imagination était Tombouctou, ville où aucun Européen n'avait réussi à mettre le pied. Tombouctou était supposée être une ville mystérieuse et fascinante, digne des contes des mille et une nuits. Les premiers qui tentent d'y parvenir sont les Anglais...
zoom : "mieux vaut tard que jamais"
David Maraskin aurait dû être technicien ou technicocommercial, pour faire plaisir à son père (ce qu'il fit quelque temps), mais son amour pour l'Art et les Arts Graphiques en ont décidé autrement.
Etude : La Cyrénaïque
L'histoire postale italienne de la Cyrénaïque est plutôt compliquée. Démonstration en une petite centaine d'illustrations !
Expression française : de Saargebiet à Saarland
La Sarre, classée dans les catalogues en pays « d'expression française », semble pour un bon nombre de collectionneurs un bout du monde philatélique. Retour sur les timbres du plus petit Land allemand, situé à seulement 70 km de Metz et à environ 390 km de Paris et Lille. Ils rappellent son histoire tumultueuse avec la France.
Cartes postales : Les cartes postales du marché aux timbres
« Un dimanche, vers cinq heures, je remontai en flânant les Champs Elysées, m'arrêtant parfois devant les guignols, chers à Charles Nodier, lorsqu'au coin de l'avenue Gabriel et de l'avenue Marigny, en face de l'Elysée et de l'Hôtel Laffitte, je tombai tout à coup au beau milieu d'une foule compacte... »

Socrate a parlé : "L'uberisation" de la philatélie est-elle en marche ?
Vous vous demandez ce qui prend à votre vieux Socrate d'utiliser un nom aussi barbare. Et bien sachez chers amis qu'il a fait son entrée en 2016 dans le dictionnaire Robert. En voici la définition: « Ubériser. Transformer (un secteur d'activité) avec un modèle économique innovant tirant parti du numérique. Start-up qui ubérise le secteur de l'hôtellerie. Ubérisation ». On doit ce néologisme à Maurice Lévy, le patron de Publicis.
A l'origine, la société américaine Uber qui propose (grâce à des applications via les mobiles) de mettre en relation des utilisateurs avec des chauffeurs. Pour faire simple, vous êtes par exemple à Paris et cherchez une voiture pour vous acheminer à votre lieu de rendez-vous. Vous prenez alors votre téléphone portable et vous vous connectez sur le site de la société Uber. Elle vous mettra aussi vite en relation avec un véhicule proche qui vous prendra en charge et qui n'est pas un taxi traditionnel. Cette mise en contact direct a pour conséquence de réduire sensiblement le prix de la course. Les charges payées par un chauffeur indépendant étant en effet sans commune mesure avec celles d'un taxi traditionnel. Autre exemple d'ubérisation qui vous parlera probablement, la plate-forme Airbnb laquelle permet de réserver des nuitées chez les particuliers, un système entrant en concurrence directe avec les hôtels. Inutile de dire que les hôteliers se montrent particulièrement critiques car les particuliers qui proposent leurs services n'ont pas les mêmes contraintes qu'il s'agisse du respect des normes ou des charges liées au personnel, à la fiscalité et j'en passe.
La rémunération de ce type de sociétés provient d'un pourcentage pris sur le montant de la transaction réalisée entre particuliers. Compte tenu du volume -le marché est mondial- certaines gagnent beaucoup d'argent. Internet se révèle donc être un outil puissant pour la mise en relation. Nombre de personnes y ont recours et je pourrais aussi citer BlaBlaCar. Pourtant, le risque à terme est qu'elles détruisent des emplois et des intermédiaires qui ont leur utilité.
Et la philatélie dans tout cela ? Elle s'ubérise déjà avec l'existence de sites mettant directement en relation les collectionneurs entre eux. Fini donc les négociants ? La question mérite d'être posée et je peux vous assurer que les habitudes changent. Pas plus tard que la semaine dernière, une amie m'appelle pour me demander comment vendre la très belle collection de son arrière-grand-père ? Sans même me laisser le temps de lui répondre, elle me dit: « Et si je la vendais directement sur Internet ? J'aurai peut-être des offres et je n'ai pas envie d'aller chez un marchand de timbres qui va m'escroquer parce que je n'y connais rien. En plus, je ne sais pas à qui m'adresser. Beaucoup ont des sites sur Intemet mais comment savoir s'ils ne sont pas des margoulins ? » Voilà qui en dit long sur la réputation des négociants mais à force de ne pas communiquer dans la presse spécialisée, cela leur retombe dessus et à un mauvais moment. Car le pouvoir d'attraction d'Internet chez les collectionneurs est indéniable. Avant de poursuivre cette chronique, j'aimerais avoir votre point de vue sur les sujets suivants :
· Pour vendre vos timbres, préférez-vous passer par : des petites annonces dans un magazine, votre club, des correspondants, un négociant ou un site de vente aux enchères, mettant directement en relations les collectionneurs ? Merci de m'expliquer en détail vos motivations et me dire ce que vous collectionnez.
· Si vous vendez régulièrement vos timbres aux enchères sur Internet, via une plate-forme communautaire, quelle est la fréquence?
· Avez-vous rencontré des problèmes avec un site de vente aux enchères ?
· Faites-vous confiance aux sites Internet des négociants ?
· Que pensez-vous des marchands disposant d'un magasin ? Vous conseillent-ils utilement pour vendre au mieux votre collection ?
· Par quel canal connaissez-vous les négociants ? Soyez nombreux à répondre à ce sondage, il nous aidera à mieux comprendre les évolutions qui se dessinent dans la philatélie. Le magazine publiera ce sondage, le premier sur cette question. Un grand merci à Vous tous et "socratisez" bien.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques