www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Club Philatélique Français
Le CPF est une association, fondée en 1928, atypique. pas de circulations, pas de nouveautés, uniquement des conférences.
Chaque deuxième mardi , sauf en août, une conférence différente, par un membre du CPF. Les sujets les plus variés sont abordés.
Les réunions ont lieu à l'hôtel Bedford, 17 rue de l'Arcade à Paris 8ème, à 19 h 30.
Venez, vous pouvez assister à une réunion sans payer de cotisation.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


Timbres Magazine
novembre   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 194 - Novembre 2017 ÉDITORIAL : Marketing et philatélie
Le timbre du "Che" émis par la république d'Irlande à l'occasion du cinquantenaire de sa mort (Octobre 1967) ne manque pas surprendre venant d'un pays pas franchement réputé acquis aux idées marxistes et à la fiscalité particulièrement douce pour les multinationales, notamment américaines.
Né en juin 1928 en Argentine, Ernesto Rafael Guevara rencontre Fidel Castro au Mexique en 1956 puis se rend à Cuba en tant que médecin et combattant. Il devient l'un des principaux commandants de la guérilla dans la Sierra Maestra. Après la victoire de Castro, celui qui devient le "Che" prend la nationalité cubaine. Directeur de la Banque nationale de Cuba, ministre de l'lndustrle, il souhaite jouer un rôle dans la planification de l'économie cubaine. Après des divergences avec Castro, notamment à propos de l'U.R.S.S., il quitte Cuba. La guerre du Viêt Nam l'inspire dans sa stratégie de lutte contre les impérialistes. Le Che s'engage sur de nouveaux fronts. Après un premier échec en Afrique centrale, il se rend en Bolivie où il organise et dirige la guérilla (1966-1967). 11 échoue à nouveau. Fait prisonnier le 8 octobre 1967, il est exécuté le lendemain. Il repose à Cuba (Santa Clara).
Notre timbre est issu d'un cliché pris en 1960 qui n'est autre que le plus reproduit de l'histoire de la photographie ! On le doit à Alberto Korda. La photo tombe dans l'oubli jusqu'à la mort du Che en 1967. Korda qui n'est pas un capitaliste dans l'âme ne touchera aucun droit au titre de ce cliché dont s'emparent la presse, les marchands du temple et la pop. En 1968 le graphiste irlandais Jim Fitzpatrick le reprend dans un style sérigraphié, noir et blanc. Il déclare : "J'ai volontairement conçu l'image pour qu'elle se reproduise comme des lapins". Un pari réussi, on la retrouve plus tard sur des multiples objets, des T-shirts aux briquets en passant par des coques de téléphones portables, mugs et même des magnets pour réfrigérateur. Pas très marxiste tout cela mais ce révolutionnaire cubain véritable icône - est devenu au fil du temps Un objet de consommation rentable.
Un joli coup marketing et financier pour la poste d'Irlande ? On s'interroge sur ses motivations et les détracteurs du timbre ne manquent pas. Certains évoquent le passé du Che en tant que procureur d'un tribunal révolutionnaire. Selon eux, il aurait alors exécuté plus d'une centaine de policiers et militaires du régime précédent. Le Che est même qualifié de "mass murderer". Pour Armando Lago de l'institut de recherches Cuba Archives, il est responsable de plus de 200 meurtres. Il serait devancé par Raul Castro (551 exécutions - directes ou indirectes) Le facteur personnel de Castro disait de Guevara "il tuait comme on boit un verre d'eau". Aussi simple que d'adresser une lettre à la poste aurait-il pu ajouter. Du sang il en est justement question sur le Premier Jour mais pas dans le sens que l'on vient d'évoquer. Sur celui-ci figure une citation rappelant que coule dans ses veines le sang des rebelles irlandais. Coté paternel, il y a effectivement des origines irlandaises. La poste passablement embarrassée par la polémique et les demandes de retrait se retranche en mentionnant que le timbre a été accepté par l'équivalent de notre Commission philatélique.
Celui qui disait: "La marchandise est la cellule économique de la société capitaliste. Tant qu'elle existera, ses effets se feront sentir dans l'organisation de la production et, par conséquent, dans la conscience." est devenu une tête de gondole un excellent produit de "mar-Che"!
71ème Salon philatélique d'Automne
Le traditionnel rendez-vous annuel des collectionneurs se tiendra à la porte Champerret, à Paris du jeudi 9 au dimanche 12 novembre 2017. Parallèleement aux stands de La Poste où l'on pourra se procurer les émissions proposées par Phil@poste, les philatélistes sont attendus sur les stands des artistes et concepteurs de timbres-poste des négociants et des administrations postales.
1024-2024 Paris ville olympique
A différence du siècle derniers La Poste n'attend pas l'année Olympique pour émettre des timbres. Ils s'inscrivent dans une vaste opération de communication qui démarre très en amont des jeux. Une nouveauté liée à notre époque ? Pas franchement car les timbres de 1924 dédiés aux J.O. sont en réalité les premiers de type événementiels Comme on va le voir, ils sont accueillis très fraîchement.
Route des Indes : sur les pas de Philéas Fogg !
Londres, 31 août 1860 : ce matin-à, Sir Charles Wood, secrétaire d'Etat pour les affaires des Indes, trouve sur son bureau une bien curieuse missive. Elle émane de H.B. Ridell, directeur-général des Postes à Calcutta, qui lui soumet une proposition de modification radicale de la desserte postale de ce vaste territoire. Une suggestion qui va inaugurer de longues années de débats et de polémiques dont nous avons pu consulter de larges extraits. Ouvrons le dossier.
Des missions norvégiennes à Madagascar
Les premiers missionnaires chrétiens à Madagascar sont envoyés par la London Missionary Society, d'abord à Tamatave en 1818 puis à Antananarivo, auprès du roi Radama Ier en 1820. Ils ouvrent des écoles, traduisent la Bible, érigent des temples, mais sont expulsés, avec tous les Occidentaux, par Ranavalona, épouse du roi défunt et nouvelle reine, qui revient au culte des ancêtres et ordonne d'épouvantables massacres, de chrétiens notamment. Le pays s'ouvre à nouveau aux Occidentaux dans les années 1860 à l'avènement du nouveau roi Radama II.
Il ne l'était pas tant que ça
Les historiens connaissent Mamert-Couillion pour l'action qu'il mena en mai 1815 en faveur de la levée en Maine-et-Loire d'une Compagnie de fédérés dont la devise aurait été "Patrie, Liberté, Empereur". Les marcophiles ignorent parfois son action en faveur des tarifs postaux.
Une pièce d'exception de la collection Ferrari refait surface après plus de 70 ans dans un coffre
Il y a à peine quelques jours, une pièce exceptionnelle ayant appartenu à Philippe de Ferrari a refait surface sur le marché philatélique. Resituons son histoire, en remontant aux catalogues de vente de la collection Ferrari lorsque celle-ci réapparaît sur le marché philatélique international.
Quand l'impression typo devient rotative...
Dans un précédent article, nous avons évoqué le fait que 1913 s'annonçait comme une année charnière pour la rénovation des presses typographiques. Un projet concernant une nouvelle presse, en préparation depuis plusieurs mois, avait permis l'impression d'une vignette Poincaré tirée sur rotative. Comme souvent dans la longue histoire de l'impression des timbres-poste, les essais ne furent pas prolongés à cette période. Mais finalement, la rénovation du parc existant avec l'acquisition de machines spéciales Chambon s'effectuera à partir de 1921. Voyons comment cette nouvelle étape dans l'équipement de l'atelier va s'étaler sur une durée assez longue pour satisfaire aux besoins d'impressions typographiques avec des machines qui vont servir pendant une soixantaine d'années sans transformations importantes.
Les carnets de 2016
La collection de carnets a continué à prospérer en 2016, avec deux directions bien différentes, mais bout aussi prolifiques. D'une part, dans les pays à fort trafic postal, une multiplication de carnets d'usage courant de plus en plus chatoyants destinés à tenter d'endiguer la diminution du courrier postal - à l'instar de la France, d'ailleurs, où l'on a vu apparaître une bonne douzaine de carnets de vignettes autocollantes fort bariolées en 2016... D'autre part, et là, un peu partout, de plus en plus de livrets directement destinés aux collectionneurs - et à la ponction de leur portefeuille, lorsqu'il s'agit de ces carnets "de luxe" sur le modèle des précurseurs britanniques que l'on connait bien.
Du printemps de Prague à la Slovaquie d'aujourd'hui
La république slovaque a acquis son indépendance en 1993. Son histoire est indissociable de celle de la Tchécoslovaquie dont elle faisait partie jusque-là. Remontons le temps au printemps 1968, alors qu'un souffle de liberté soufflait sur le pays membre pourtant du groupe des pays de l'Est.
La croix gammée avant Hitler
Adolf Hitler n'a pas inventé la « Croix Gammée ». Il se l'est appropriée pour en faire l'emblème de son parti, puis de son régime abominable. Aussi bien, les cartes postales anciennes que nous présentons dans ces pages avec leurs croix gammées n'ont-elles rien à voir avec le signe nazi. Et, nombre de collectionneurs ignorent qu'il exista dans les premières années du vingtième siècle des cartes de ce genre. De quoi s'agissait-il ? C'est que nous allons voir ensemble.
La chronique de Socrate : Une chance historique
J'ai quelques bonnes raisons de penser qu'à l'Elysée, on prepare la sortie d'une nouvelle Marianne pour le mois de juillet prochain. On ne peut que s'en réjouir car elle constitue un événement tant pour les philatélistes que pour les Français de manière générale. Il serait opportun de profiter de cette émission pour s'adresser aux jeunes. Au hasard de mes lectures, j'ai rétrouvé cet article issu du Monde des philatélistes daté février 1978 qui me semble inspirant: "PROMOTION DE LA PHILATELIE AUPRÈS DE LAJEUNESSE [en Belgique] Léon Defosset, ministre des P.T.T., se lance dans une vaste campagne de promotion de la philatélie auprès de la Jeunesse.
A cette fin, il va adresser prochainement à tous les élèves des classes de l'enseignement primaire et secondaire un message, accompagné d'un timbre-poste spécial pourvu d'une oblitération de circonstance. Le but de cette action est d'éveiller ou de stimuler l'intérêt des jeunes pour la philatélie, d'en faire ressortir l'intérêt culturel et artistique et d'inciter les enfants et les adolescents à s'adonner davantage aux loisirs de la collection.
D'autre part le ministre fait appel aux jeunes pour qu'ils lui écrivent en faisant connaître leur appréciation sur les timbres-poste émis au cours de l'année 1978 et en formulant leurs suggestions pour des émissions futures.
Les lettres sont à adresser à M. Léon Defosset, ministre des P. T. T. (. . .)".
Sans reproduire à l'identique l'initiative de ce ministre belge, La Poste, qui cherche via l'Adphile à intéresser les jeunes à la philatélie, pourrait peut-être profiter de l'annonce de la sortie de la nouvelle Marianne pour se rapprocher de l’Éducation nationale. Une action qui serait en ligne avec un récent Conseil des ministres dont voici un extrait du communiqué: « La ministre de la Culture et le ministre de l'Éducation nationale ont présenté, le jeudi 14 septembre 2017, une communication relative à l'éducation artistique et culturelle.
Le président de la République a fait de l'éducation artistique et culturelle une priorité et a fixé un objectif: 100 % des enfants touchés par les trois dimensions que sont la pratique artistique, la fréquentation des oeuvres et la rencontre avec les artistes, l'acquisition de connaissances dans le domaine des arts et de la culture. Cette ambition répond à une vision qui fait de l'articulation entre raison et sensibilité, intelligence et émotion la substance du nouvel humanisme qui doit inspirer l'éducation au XXIe siècle.
Les deux ministres ont énoncé deux priorités: la pratique artistique, notamment dans le domaine de la musique et du théâtre, qui demeure inégale, et le livre et la lecture (...) Le goût de la pratique artistique passe également par la rencontre avec les oeuvres et les artistes. C'est pourquoi, les résidences d'artistes seront développées, comme les dispositifs de découverte des lieux culturels et des œuvres in situ (...) S'agissant du livre et de la lecture, les programmes d'incitation à la lecture et à l'expression orale seront renforcés en s'appuyant sur le réseau des bibliothèques et médiathèques. Le "rendez-vous en bibliothèque" sera rendu systématique et régulier.
Le foisonnement d'initiatives devra converger, pour que l'offre artistique et culturelle irrigue tous les temps et lieux de vie des enfants et des jeunes (...)" Le timbre répond parfaitement aux trois dimensions évoquées par le chef de l'Etat. La pratique artistique tout d'abord. Rien n'empêcherait d'organiser un concours de dessin au niveau des collèges ou des lycées dont le projet retenu figurerait dans le programme philatélique officiel. Rendre le concours annuel, c'est inscrire le timbre durablement dans l'Éducation nationale, créer un rendez-vous incontournable tant pour les élèves que les professeurs. Concernant la fréquentation des oeuvres et la rencontre avec les artistes, le Musée de La Poste, les manifestations philatéliques s'y prêtent parfaitement. Enfin l'acquisition de connaissances dans le domaine des arts et de la culture passe aussi par la pratique de la lecture souhaitée par Emmanuel Macron. La presse philatélique offre chaque mois une étonnante ouverture sur le monde compte tenu de l'universalité du timbre. Elle gagnerait à se faire connaître auprès d'un public rajeuni qui découvrirait une source exceptionnelle de documentation (parfois en relation avec les programmes) et dont il ignore l'existence. Nous avons peut-être avec cette conjonction favorable des planètes, une chance historique de redonner au timbre la place qu'il mérite.
Il serait dommage de ne pas la saisir car il est nécessaire de multiplier les initiatives de cette nature afin que le timbre ne connaisse pas un sort analogue à celui de la lettre papier dont le président de La Poste prévoit la disparition dans un délai de quinze ans.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques