www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Les oblitérations ETOILE DE PARIS dans tous leur état
Toutes les étoiles de paris par timbre ou on les rencontre, y compris certaines variétés.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


l'Echo de la Timbrologie
avril   2021

cliquez ici pour plus d'informations sur  l'Echo de la Timbrologie

Numéro 1960 - Avril 2021 ÉDITORIAL : Il va falloir s'adapter

(Sophie Bastide-Bernardin)
Actualités
- Le timbre prioritaire pourrait disparaître
- Les résultats 2020 du Groupe La Poste et "La Poste 230 engagée pour vous
- Trio de souvenirs pour une triple manifestation annulée
- Dévoilement en distanciel
- ça fleure bon le 1er mai
- La marianne du bicentenaire orpheline
- Adieu à une figure de la philatélie : Jean-Paul Véret-Lemarinier
Autocollants
- Commémorations de la fin du siège de Bitche (27 mars 1871)
Variétés
- Autour de la thématique enfance
Multimédia : Quand les clubs philatéliques organisent des réunions Zoom...
Exceptionnellement, ce n'est pas un site internet que nous vous présentons sur cette page. En ces temps de crise pandémique, vous avez probablement remarqué que certains clubs philatéliques organisent des événements à distance. C'est le cas de celui de la MJC de Conflans-Sainte-Honorine dont les réunions se tiennent, pour l'instant par l'intermédiaire du service de messagerie instantanée et de vidéoconférence multiplateforme, Zoom. Nous avons suivi, en observatrice, leur rencontre du 27 février dernier Ce jour-là, vingt-deux ordinateurs (puis vingt) étaient connectées soit vingt-quatre participants - vingt personnes seules et deux couples. Pour raisons personnelles, Dominique Hardy, le président du club, avait exceptionnellement cédé la direction de la réunion à l'un des adhérents, Hugues Dussouilliez. Dans le cadre d'une réunion conférence, oomme c'était le cas, nous avons trouvé le dispositif bien adapté. Plusieurs membres avaient préparé des diaporamas pour présenter une pièce de leur collection, des nouveautés ou un sujet précis. Nous ne vous en donnons ici que quelques exemples représentatifs. (...)
Rencontre : La Maison du Collectionneur, depuis chez soi avec vue sur le monde
Gérant de La Maison du Collectionneur, société qui fonctionne exclusivement sur internet et par correspondance, Olivier Rivet s'adresse essentiellement à des philatélistes thématistes ou qui collectionnent par pays. Cet ancien rédacteur du catalogue Maury nous a raconté son parcours de négociant qui a su établir un lien de confiance avec ses clients.
TOUT PHOTO. Tout autour de toi, toi l'AMOMA !
Vendredi 12 mars, la plus belle salle du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, rue de Varenne, Paris 7e, accueillait un événement philatélique: la présentation du timbre « Ordre du Mérite agricole ». Ce dévoilement aurait dû se dérouler en présence de l'hôte des lieux, Julien Denormandie. Toutefois, retenu par d'autres obligations, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation avait annulé sa présence physique, remplacée par un message vidéo pré-enregistré. Marion Guillou, vice-présidente du Conseil de l'ordre du Mérite agricole et elle-même commandeure de l'ordre du Mérite agricole (le plus haut grade), présidait la cérémonie au côté de Gilles Livchitz, directeur de Philaposte. Le président national de l'AMOMA (Association des Membres de l'ordre du Mérite agricole), Louis Orenga de Gaffory, racontait dans son allocution la genèse du projet de timbre. Il en avait confié le suivi à Emmanuel Varaldi, responsable de la Commission partenariat extérieur de l'AMOMA, également présent. Un nombre restreint de personnes, crise sanitaire oblige, avait été convié. Sandrine Chimbaud, illustratrice de ce très beau timbre panoramique, participait à ce lancement officiel avant de rejoindre le Carré d'Encre, l'après-midi, pour animer une séance de dédicaces ouverte à tous. L'artiste avait proposé plusieurs maquettes pour répondre à un cahier des charges exigeant. (...)
Etude. L'émission de Mexico à l'effigie de l'empereur Maximilien (1866-1967)
Lors de l'exposition du CIRP à Conflans-Sainte-Honorine, en septembre dernier, Jean-Claude Porignon AEP, membre de l'Académie royale de Belgique, avait présenté des extraits de sa collection consacrée au timbre mexicain à l'effigie de l'empereur Maximilien 1er. Ci-après une sélection de pièces représentatives de la courte période d'utilisation de cette émission philatélique, dans un contexte très perturbé politiquement, et par ricochet, postalement.
Un artiste français à la cour du prince Bibesco
Cet article est un modeste hommage à Charles Doussault, artiste français, ami et fervent partisan des Roumains, que j'ai découvert grâce à la philatélie.
(DORU COJOCARU, AEP)
Florilège de formes et de matières (2/2)
Après les formes inhabituelles de timbres présentées le mois dernier, voici un tour du monde d'émissions philatéliques très recherchées des collectionneurs car conçues dans des matières non-conventionnelles. Cet article a comme point de départ la collection présentée par Dominique Sollin, vice-président du Club philatélique français, lors du week-end du CIRP 2020, à Conflans-Sainte-Honorine.
POLAIRES. Terre Adélie, hivernage 2018
La TA 68 reprend les observations météorologiques et scientifiques de la TA précédente pendant qu'en métropole, à Paris-Philex, Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, rencontre les philatélistes aux côtés de Patte & Besset, créateurs du bloc « Panorama des manchots ». En Terre Adélie, le quotidien studieux est égayé par la Midwinter mais aussi par les interactions avec un collège breton. Les plis polaires gardent la mémoire de tous ces événements.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de L'Echo de la Timbrologie

Voir également :
les autres titres
Timbres Magazine
avril   2021

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 232 - Avril 2021
ÉDITORIAL : Alors, c'est pour quand ?
On aimerait bien le savoir, mais on ne sait pas du tout. Et nous voici, plus d'un an après, toujours dans la même situation : avec un couvre-feu à 18 heures, un confinement pour le week-end dans le Nord et dans le Sud, des transferts vers les hôpitaux les moins chargés en réanimation, des résidents des EHPAD plus heureux (ou moins malheureux qu'avant ...), bref, la télévision se veut elle-aussi plus rassurante ? Parce que tout le monde en a assez ! il faut dire les choses telles qu'elles sont !
Et puis de notre coté, cela ne va pas mieux ! Regardez les "manifestations à venir", une rubrique qui prenait deux pages habituellement et dont l'existence n'est due qu'à ceux qui essaient d'y croire jusqu'au dernier moment . ..
Dernier communiqué en date, le Comité d'organisation de "Phila-France Valenciennes" vient de reporter la traditionnelle manifestation qui se tient en mai au 8-10 octobre prochains, avec les réserves d'usage "nous espérons que l'évolution favorable de la pandémie nous permettra enfin de nous retrouver pour partager notre passion."
C'est hélas dans ce climat d'incertitude que nous devons vivre à défaut d'agir. Car s'il faut bien neconnaltre une embellie due à la vaccination, force est de constater que le bon fonctionnement de cette dernière dont on nous promet monts et merveilles, est suspendue à des approvisionnements qui paraissent quels que peu laxistes venant de fournisseurs étrangers. C'est pourtant ce qui semble être la meilleure solution pour nous tous : une vaccination qui nous préserve comme elle pnéservera la santé de ceux qui nous approchent.
Mais à quel endroit sommes-nous rendus pour édifier de telles théories ? Quand on entend le patron de la Poste s'interroger sur l'utilité du timbre rouge ? Ou l'un de ses adjoints vanter les mérites du secteur des colis de ladite Poste qui affiche un niveau de croissance de plus de 40 % par rapport à 2019, on peut se dire que tout ne va pas si bien même si les chiffres démontrent le contraire. Bien sur que les médias se doivent d'annoncer les bonnes comme les "mauvaises" nouvelles mais je suis curieux de voir comment cela va se passer après. Après, c'est-à-dire une fois que nous aurons tourné le dos aux pratiques - que certains trouvent bonnes tandis que d'autres les fustigent - qui nous été imposées par ce COVID- 19.
Car quoique l'on s'imagine, il faudra bien revenir au monde d'avant et à certaines de nos vieilles habitudes. Je dis "vieilles" à escient car je sais que malgré la durée de ce confinement, semi-confinement ou appelez-le comme vous voulez, les vieilles habitudes ressurgiront et vous trouverez tout naturel de vous y conformer.
Finalement, j'en ai presque assez de vous dire chaque mois qu'il ne faut pas baisser les bras, que des jours meilleurs vont finir par arriver et que l'on va retrouver notre monde d'avant. J'espère simplement que le monde d'après sera aussi accueillant que celui que nous avons laissé là voici maintenant 12 mois. Mais surtout, n'oubliez pas de prendre bien soin de vous.
Michel Melot, Rédacteur en Chef
Alsace-Lorraine. Les cachets touristiques pendant la seconde guerre mondiale (Partie 2)
L'affrontement franco-allemand passe aussi par la propagande philatélique. Au temps de la seconde annexion, de 1940 à 1944, la Deutsche Reichspost met en service une quarantaine d'oblitérations touristiques promouvant insidieusement le caractère germanique de l'Alsace-Lorraine.
Les débuts de la desserte maritime régulière de la Californie
Le courrier destiné à la Californie qui n'emprunte pas la voie des bâtiments du commerce et du Cap Horn est dirigé, à partir de 1851, vers l'Angleterre puis l'isthme de Panama: une route bien plus rapide et régulière mais qui se paie alors au prix fort, au grand agacement des usagers de la poste...
Les Pieds Nickelés facteurs reçoivent le mérite agricole
A l'occasion de la sortie du timbre « Mérite agricole », retour sur un épisode des aventures des Pieds Nickelés facteurs.
Un factice pour former les Israéliens à l'héliogravure
Israël est un jeune état qui dès son indépendance a éprouvé le besoin d'une grande autonomie dans quasiment tous les domaines. Pour ce qui concerne l'impression des timbres, le processus s'est enclenché très tôt et les difficultés sont nées aussi vite. Parmi celles-ci, il y eut le besoin d'assurer la formation des dessinateurs de timbres amenant à la création d'un timbre factice. Ce cas est probablement unique, mais voyons quel lien il peut avoir avec l'imprimerie Chambon.
Les surcharges fiscales manuscrites de 1871
L'augmentation des tarifs postaux le 1ier septembre 1871 faisant passer le port de la lettre de 20 à 25 centimes fut l'un des moyens adoptés pour aider au remboursement de la dette prussienne. Sur le plan fiscal, des mesures furent également prises entraînant toutes sortes de surcharges manuelles.
Suisse : les timbres Pro Juventute et Pro Patria
Deux séries de timbres-poste jouissent d'un intérêt particulier en Suisse et à l'étranger : les timbres dits « de bienfaisance » avec surtaxe Pro Juventute et Pro Patria. Mais quelle est leur origine ? Et pourquoi sont-ils si appréciés chez les collectionneurs des timbres suisses dans le monde ? Découverte.
Les premiers timbres légendés "Antilles néerlandaises"
Jusqu'en 1948, les timbres de la colonie néerlandaise des Cara~bes étaient légendés « Curaçao », du nom de la plus grande des six Îles qu'elle incluait: outre Curaçao, Aruba, Bonaire, Saba, Saint Eustache, et la partie sud de Saint-Martin (île partagée jusqu'à nos jours avec la France). En 1949, on décida, en toute logique, de mettre fin à cette situation, et de rebaptiser la colonie « Antilles néerlandaises ». Le catalogue Yvert et Tellier suit d'ailleurs très fidèlement ce changement de dénomination, et classe ces émissions séparément des précédentes (dans le tome dédié à l'Amérique du Sud)
Le souvenir postal napoléonien
La France a connu deux empires, tous deux dirigés par des représentants de la famille Bonaparte. Deux périodes que la philatélie n'a jamais omis de souligner par de nombreuses émissions.
Personnages insolites et autres phénomènes des collections cartophiles
Il peut paraître inconvenant de donner en spectacle des individus profondément défavorisés ou différenciés du commun des mortels par la nature ou toute autre circonstance particulière. Ce genre d'images se trouve pourtant en abondance dans les cartes postales anciennes. Elles se vendaient bien, non seulement à la satisfaction des fabricants et des marchands, mais également à celle des personnages représentés, tous consentants et heureux d'âtre les vedettes du spectacle individuel ou collectif ainsi offert à la curiosité du public. Elles en tiraient aussi un petit profit.
Marea Noastra : La marine roumaine à l'honneur
Marquant l'intérêt de la famille royale pour sa flotte et la défense du littoral, 7 timbres célèbrent la marine roumaine en 1931 puis 1936. Ces deux séries sont dues à un familier de la Cour, dont la production philatélique survivra à la monarchie.
Quelques dateurs des boites mobiles
La plupart des lettres, qui comportent un timbre dateur de boite mobile, 15 ou 22, sont affranchies d'un 20c au type Napoléon. D'autres sont moins communes par leur affranchissement, leur destination ou leurs marques postales.
Répertoire des Daguins des bureaux français
XXVIII. Le département de l'Eure et Loir
Les bavardages d'Aristote : Faut-il supprimer le timbre rouge ?
« Est-il encore utile, alors qu'on a tout ce qu'il faut comme moyen de communication urgent, de garder une lettre rouge ? Il y a dix ans, les familles françaises écrivaient une cinquantaine de lettres rouges par an. L'année dernière c'est cinq.» a lancé Philippe Wahl. « Parmi les curseurs qui doivent être activés pour changer La Poste, nous devons poser la question du J + 1 » a encore ajouté le patron de La Poste.
Bonne question s'il en est, mais encore faudrait-il s'interroger sur l'inventeur, le concepteur ou le promoteur de ce timbre rouge qui ne vaut aujourd'hui pas moins de 1,28 euro ... alors qu'il ne vaut que 0,85 euro chez nos amis allemands, l,10 euro chez les Italiens, 0,80 euro chez les Espagnols ? Vaut mieux le comparer très certainement avec nos voisins belges où le timbre « Prior » atteint 1,57 euro, et encore faut-il l'acheter par 10 pour bénéficier de la réduction de 3 cents ...
Le timbre en France, rappelez-vous, c'est simple. Il y a d'abord eu la prime à l'affranchissement: si tu ne mets pas de timbre, ton destinataire paie le Prix fort. Ensuite. il v a eu la Guerre de 1870-1. Là, il a fallu payer cher.
De 20 centimes le 31 août, il a fallu débourser 25 c le 1er septembre 1871 ! 25 % de plus, pas moins ! Et puis ça a été la baisse : 15 centimes en 1878 (L'Union Générale des Postes ou plus exactement, l'Union Postale Universelle était passée par là).
En 1906, le tarif à 15 c disparait et les Français voient apparaître un premier timbre rouge à 10 centimes, c'est la Semeuse ! Est-ce le premier timbre rouge ? Non, pas au sens où l'Administration le perçoit. La Guerre de 1914-18 nous enlève ce qui sera le plus petit tarif de l'histoire et nous le remplace par une autre Semeuse vert-gris à 15 c.
Et ensuite ? Nous vivoterons au gré des volontés, des goûts parfois bizarres sans oublier les couleurs des ministres des Finances : Pasteur, Exposition coloniale, Paix, Maréchal Pétain ... Ce dernier est le vainqueur de Verdun, certes, mais sa collaboration notoire lui vaudra de perdre toute validité postale le ler novembre 1944. Cette année-là, les Français ne savent plus où donner du porte-monnaie entre les Arc de Triomphe, les Coqs et Mariannes d'Alger, les Marianne de Dulac et enfin les Marianne de Gandon. Pas moins de 10 années s'écouleront avant que les Marianne de Muller apparaissent. La Ve République éclot. Et la vraie histoire du timbre courant français commence. Les Marianne de Cheffer (choix posthume) s'imposent et ce sont elles, malgré l'intermède pompidolien (Marianne de Béquet), qui vont nous donner le premier timbre rouge dans le courant de l'année 1970. Et depuis, quels que soient les présidents en exercice, ce timbre rouge fait bien partie des timbres courants que l'on change de valeur au moment des modifications de tarifs.
La question du patron de la Poste est-elle justifiée plus de 50 ans après la création du timbre rouge ? En fait, c'est son second qui l'importune : celui que l'on a créé à ce moment-là et que l'on a appelé pendant des années timbre du PNU (pli non urgent), maintenant c'est celui de la « lettre verte » ...
En fait, il y a eu une pandémie, et cette dernière a bousculé beaucoup de choses dont celui de l'envoi du courrier par les familles françaises. Peut-être faudrait-il se demander si, en l'absence de COVID-19,1'attitude des Français aurait été la même ?

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques