www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Association Philatélique France-Israel
Le site de l'Amicale Philatélique France-Israël 
Ce site a pour but d'amener le plus d’informations possibles sur la Philatélie Judaïca.

Il se compose de plusieurs rubriques : 
1.Présentation de l’Amicale 
2.Les Statuts de l’APFI (association loi de 1901)
3.Les Articles Originaux : cette rubrique vous propose 5 articles récents publiés par des membres de l’APFI accompagnés par l’image des timbres qui les illustrent.
4.Les Nouveautés d’Israël :  des détails sur les nouveaux timbres émis par l’état d’Israël
5.Les Nouveautés Judaïca : vous sont proposés ici les derniers timbres du monde entier ayant un rapport avec le judaïsme ainsi que des listings de timbres d’un pays, d’un thème ou d’un personnage.
6.Le Bulletin de l’APFI : vous trouverez sous cette rubrique quelques messages importants publiés dans le dernier bulletin de l’APFI ou dans les circulaires de liaisons.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


l'Echo de la Timbrologie
mai   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  l'Echo de la Timbrologie

Numéro 1939 - Mai 2019 ÉDITORIAL : "Dé-guinder plutôt que dézinguer"

(Sophie Bastide-Bernardin)
Actualités
- Stockholmia 2019, Royal événement
- Les 4 Jours de Marigny 2019, un grand classique -
(Du 30 mai au 2 juin 2019. Présence de l'expert Alain Jacquart, le 30 mai uniquement. Au Marché aux Timbres de Paris, Carré Marigny, à l'angle des avenues Gabriel et Marigny, Paris 8e. Métro : ligne 1 ou 13, station Champs-Élysées Clemenceau. Bus : 42 - 52 - 73 83 93. Parking : entrée avenue Matignon).
- AG de Philapostel à Bussang, dans les Vosges
- Médailles et certificats FEPA 2018
Autocollants
- Collector les 100 plus beaux détours de France
- Lamartine, poète, homme politique et antiesclavagiste
- Printemps proustien
- Nénette et Rintintin
- Célébration printanière du retour à la paix
- escale de l'Hermione à Nantes

TOUT PHOTO : Au théâtre Mogador, ce matin-là
Vendredi 12 avril, se jouait une pièce inédite. Un bureau temporaire mis en scène par Gilles Livchitz, directeur de Phil@poste, une superproduction par Laurent Bentata, directeur général chez Stage Entertainment France, avec la participation de Thibault Manchon, directeur général de Cultival. Une pléiade d'artistes s'étaient déplacés avec, en guest stars, Delphine Bürkli, maire du 9e arrondissement, et Florence Gendre, l'illustratrice du bloc-feuillet. Quelques images de cette avant-première.
Multimédia : Le blog d’un thématiste brésilien
Le tour du monde de la philatélie thématique
Un ami m'envoie un message pour me signaler qu'au Brésil, un collectionneur a mis en ligne un de mes éditoriaux récemment écrit pour notre journal ami ATOUT timbres. Je clique sur son lien et je tombe sur un article passionnant - je ne lis pas le portugais, mais la fonction "traduire" de Google est bien utile malgré ses limites ! - dans lequel ce collectionneur le commente... Puis, je prends quelques minutes pour découvrir son site. Je ne le regrette pas. Ce jour-là, nous sommes le mardi 16 avril, au lendemain de l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris et en page d'accueil, le thématiste brésilien rend un hommage philatélique à la cathédrale française emblématique de Notre-Dame.

Voir : www.filatelista-tematico-blog.net
Rencontre avec Patrick Marine-Gallette, négociant du Marché aux Timbres de Paris, spécialiste de la thématique
Alors que se tiendront fin mai-début juin, les Quatre Jours de Marigny, nous avons interviewé Patrick Marine-Gallette, figure bien connue du Marché aux Timbres de Paris. Il nous a raconté comment les timbres ont été à l'origine de son troisième métier et pourquoi il leur reste attaché professionnellement, alors même qu'il pourrait songer à une pleine retraite.
TOUT PHOTO : La diplomatie de la philatélie à l’ambassade de Pologne en France
Le centenaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et la Pologne a donné lieu, début avril, à une émission commune à la double effigie « De Gaulle - Haller » (lire L'Écho no 1938, p. 17). À cette occasion une cérémonie officielle de présentation du bloc feuillet a réuni une petite centaine de personnes mardi 2 avril après-midi, dans les salons de l'ambassade de Pologne, à Paris. Les invités ont apprécié le cadre somptueux de l'événement: l'hôtel de Monaco, rue Saint-Dominique, dans le 7ème arrondissement, à deux pas des Invalides. Un premier hôtel particulier avait été construit à cet emplacement entre 1774 et 1777, selon les plans de l'architecte Brongniart pour Marie-Catherine de Brignole, l'épouse séparée d'Honoré-Camille-Léonor Grimaldi - d'où le nom d'hôtel de Monaco. Durant la période révolutionnaire,l'édifice a été mis sous séquestre et loué, notamment à l'ambassade de Turquie jusqu'en 1797...
Variétés
- Une variété superchouette !
- O négatif n'est pas qu'un groupe sanguin

HISTOIRE : La mutinerie du 17e Régiment d’infanterie
Régiment du Bourg de Lespinasse. C'est sous ce nom que le 17e Régiment d'infanterie est créé le 6 mars 1597, sous le règne d'Henri IV. Le 15 septembre 1635, il prend le nom de Régiment d'Auvergne. C'est en 1820 qu'il devient le 17e Régiment de Ligne, puis le 17e Régiment d'infanterie, en 1884. L'histoire retiendra de lui sa mutinerie du 20 juin 1907, la première à être documentée dans l'armée française.
Etude : la taxation des lettres territoriales en France du 1er janvier 1828 au 31 décembre 1848
Sous la Seconde Restauration et sous la Monarchie de Juillet, l'inégalité postale persiste entre les territoires français. Les affranchissements des envois en port dû ou (plus rarement) en port payé, dépendent non seulement du poids mais aussi de la distance. Ils sont, de plus, soumis à des taxes rurales, pour certains, et à des taxes par voie de mer pour la Corse et pour l'Algérie. Ce mois-ci, nous vous présentons un éventail de plis légers toutes distances, dans une première partie, puis des envois à moins de 40 km, de tous les échelons jusqu'à 1oo g.
POLAIRES : Hivernage 2016 en Terre Adélie
Les festivités de la Midwinter passées, la 66e expédition en Terre Adélie retrouve son rythme de croisière. Chacun est pris par sa fonction et, ne seraient-ce les lieux extraordinaires et l'isolement, une certaine routine s'installe que blizzards et vents catabatiques perturbent souvent.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de L'Echo de la Timbrologie

Voir également :
les autres titres
Timbres Magazine
mai   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 211 - Mai 2019 ÉDITORIAL :
Le premier tome de L'Atlas de la philatélie sera expédié le 6 mai. Il a représenté un immense travail de rédaction et je tiens à remercier tout particulièrement Michel Melot qui y a consacré beaucoup de temps avec le soin et le souci du détail qu'on lui connaît. Pour les seules lettres "A" et "B" nous dépassons les 400 "entrées" ce qui est important et s'explique par le fait que nous sommes allés bien au-delà des seuls timbres émis par les pays actuels ou passés. L'Atlas référence notamment ceux des Etats comme pour l'Allemagne avant l'unification, des gouvernements en exil, des bureaux à l'étranger, des villes, des régions avec en outre les zemstvos de Russie, des préfectures comme au Japon. Toujours dans le but d'être exhaustif, il intègre les non-émis, les faux timbres (et même les imitations de faux !), les multiples surchargés (libération, patriotique, monétaire, oeuvres sociales, ou encore d'occupation pour ne citer que ces exemples) ainsi que les timbres de guerres (qu'elles soient civiles ou non), d'hôtels ou encore de grève. La majorité des émissions évoquées sont listées chez les grands éditeurs de catalogues comme Yvert et Tellier, Spink-Maury, Michel, Stanley Glbbons et Scott ainsi que dans les ouvrages spécialisés, notamment pour les postes locales. Nous avons fait également quelques découvertes avec des émissions dont nous ne soupçonnions même pas l'existence et qui donneront lieu à des articles dans le mensuel. Ne figurent pas en revanche les fiscaux et les colis postaux.
Cet Atlas comporte aussi les timbres de fantaisie et non officiels également appelés vignettes. Nous avons ainsi réactualisé et complété le travail de Georges Chapier dont l'ouvrage de référence datait de 1963 pour sa dernière édition et s'avère introuvable aujourd'hui. C'est, parmi d'autres, l'un des grands intérêts de cet Atlas car nombre de philatélistes se faisaient piéger par ces vignettes qui ressemblent souvent à s'y méprendre à des timbres et qui n'en sont pas. Cet apport passionnera aussi les erinnophiles qui trouveront "leurs" vignettes pour la plupart illustrées. Le hors-série se lit facilement avec de nombreux repères géographiques, historiques et bien entendu philatéliques qui facilitent la compréhension d'aspects parfois d'une grande complexité. L'ouvrage plaira enfin aux nombreux amateurs de la collection "un timbre, un pays". Ils constateront devant le nombre considérable d'émetteurs qu'il y a encore du "travail" avant d'être complet !
Dans ce numéro de mai, vous pourrez lire en page 97 la dernière chronique de notre ami Guy Prugnon. Après une longue et brillante carrière philatélique, il souhaite à plus de 90 ans arrêter la rédaction de "La pièce en question". Toujours bon pied, bon oeil, cet infatigable randonneur (sa seconde passion) ne déserte pas pour autant le timbre en cette année où nous fêtons le 170e anniversaire de l'émission du premier de France. Le 20 c noir est en effet sa collection préférée. Toute l'équipe du magazine le remercie pour sa longue collaboration qui s'est également concrétisée par la publication de trois livres. Comme le disait très justement Jean-François Baudot dans la préface de celui dédié au conditionnement, traitement et taxation de la carte postale : « Ne nous contentons pas du peu que nous savons. Écartons de toutes nos forces le voile qui cache nos insuffisances, nous ne serons pas ainsi taxés de suffisance. Rendons grâce à ceux qui guident nos forces par leurs études patientes, leur modestie dans le cas de Guy Prugnon, car c'est pour notre édification qu'ils oeuvrent.»
Au moment où ce magazine est sur le point d'être bouclé, Notre-Dame de Paris est en feu. J'avais souhaité que nous rendions hommage dans ce numéro à l'Arc de Triomphe - dégradé en décembre dernier - mais jamais nous n'aurions pu imaginer le drame qui vient de se dérouler en ce 15 avril.
Nous reviendrons en juin sur cet édifice majeur qui figure sur de nombreux timbres, comme celui-ci dessiné par Jules Piel et émis en 1947.
40e Salon philatélique de printemps
Avec 7370 visiteurs, la fréquentation du Salon de printemps qui s'est tenu du 14 au 16 mars est en hausse de presque 50% par rapport à 20 17. L'effet 170e anniversaire du premier timbre-poste français, l'émission du bloc ainsi que la grande feuille dans un coffret y sont pour beaucoup. Le hall C le jeudi a même été saturé de lOh30 à 12h. Les collectionneurs comme les exposants semblaient satisfaits de cette 6e biennale philatélique de Paris. La CNEP donne rendez-vous pour le prochain Salon de printemps à Dole dans le jura du 27 au 29 mars 2020.

Henri Guillaumet et la Cordillère des Andes
L'Aéropostale compta parmi ses valeureux pilotes trois héros de légende : Mermoz, Saint Exupéry et Guillaumet. Leur vie fut un roman qui hélas prit fin dans les trois cas de façon tragique. La vie de Guillaumet restera éternellement liée à se exploits dans la Cordillère des Andes.
Les derniers réglages de la taille-douce. L'Arc de Triomphe
Au coeur de l'actualité il y a quelques semaines, l'Arc de Triomphe est sans conteste l'un des monuments les plus emblématiques de notre capitale, voire de notre pays tout entier. Nos timbres l'ont souvent mis à l'honneur, autant si ce n'est plus que la Tour Eiffel d'ailleurs. Parmi ces émissions, la plus marquante est sans doute celle sur laquelle il trône fièrement : le timbre touristique de grand format paru en 1931. Il s'agit du cinquième et dernier né de cette série, initiée en 1929 par le Pont du Card et dont l'idée sommeillait déjà dans les cartons depuis quelques années. Autant dire que la sortie de ce 2 francs s'est fait attendre aux guichets, en lieu et place d'un Merson dont on aspirait au remplacement. Le délai fut plus long que prévu, la faute à de nouvelles avaries techniques liées à l'impression en taille-douce. Mais le jeu en valait bien la chandelle.
De la poste ferroviaire de l'Hérault
Le département de l'Hérault (identifié dans les marques et les cachets à date par le no 33 de 1791 à juin 1875 lorsqu'apparaissent progressivement les cachets type 18 et 25 où le numéro disparaît pour faire place au nom en clair du département) est riche en marques ferroviaires, depuis le premier cachet d'essais en 1854 sur la ligne Montpellier à Cette jusqu'à la suppression définitive des ambulants dans les années 1990. Au total 408 cachets ferroviaires différents concernent le département de l'Hérault (non comptées les lettres de brigades des cachets ambulants).
De belles pièces en Liberté
Les timbres d'usage courant sont depuis toujours un thème de collection très prisé des philatélistes. Leur immense rayon de recherche permet de constituer une monographie variée et passionnante. L'étude d'une Marianne incite à regarder partout: dans les timbres achetés à La Poste, sur le courrier reçu chez soi ou récupéré ailleurs, dans des lots présentés en bourse d'échange ou salons, sur internet et même sur des brocantes! Cette première partie, la moins onéreuse mais la plus longue, constitue la base d'une monographie. Mais comme pour toute collection, il faut des pièces maîtresses. Elles sont aujourd'hui pour la plupart dans les albums de collectionneurs avancés. Lorsqu'elles sortent sur le marché, les prix atteints sont à la hauteur de la rareté. Certaines pièces sont uniques ou connues à quelques exemplaires et généralement spectaculaires.
Les entiers postaux dans les cours d'instruction
Les entiers postaux font partie des multiples supports qui sont mis à la disposition des élèves postiers dans les cours d'instruction. Cela dit leur emploi est un peu particulier car ils ne sont pas destinés aux exercices pratiques comme les timbres-poste par exemple. Il n'en demeure pas moins qu'ils sont intéressants à collectionner car ils représentent un vrai gisement pour les albums des philatélistes. Si la partie classique des ANNULE/SPECIMEN est connue, les produits plus contemporains sont moins bien répertoriés. Nous vous proposons ici d'en dresser l'inventaire pour l'ensemble.
Quand les maharadjahs et autres nawabs émettaient des timbres (Troisième partie)
Poursuite de notre voyage dans cette étonnante Inde des maharadjahs qui séduit en outre les nombreux amateurs de la collection « Un timbre, un pays"
Timbres à date type 22 sur chiffres-taxe
Les facteurs ruraux qui relevaient les boîtes aux lettres, pouvaient y trouver des correspondances, non affranchies, destinées à des villages compris dans leur tournée, mais qu'ils n'avaient pas encore visités. Elles allaient donc être distribuées sans passer par le bureau dont dépendait le fadeur et alors échapper à tout contrôle hiérarchique. Or l'administration subodorait du « coulage » au détriment du Trésor !
L'Ethiopie : De Ménélik à Haïlé Selassié
Nous avons récemment évoqué l'Ethiopie lors du second conflit mondial, momentanément occupée par l'Italie de Mussolini. Revenons quelques décennies en arrière au temps des premiers timbres dont l'histoire nous mène bien loin de l'Afrique de l'Est...
Charlot, l'inoubliable
Il y a cent trente ans, le 16 avril 1889, naissait Charlie Spencer Chaplin au 287 Kennington Road, un quartier populaire de Londres aux tristes habitations semblables aux corons du Nord de la France. Le père du futur Charlot a pour prénom Charlie, comme celui qu'il a délégué à son fils...
Répertoire des Daguin des bureaux français (l'Ain et l'Aisne)
Nous vous proposons dans cette nouvelle rubrique d'établir la nomenclature des marques de Daguin françaises par département dont voici les deux premiers opus.
La chronique de Socrate : L'incroyable histoire du camp de Bando
"On ne peut pas tout savoir", c'est la réflexion que je me suis faite en lisant L'Atlas de la philatélie qui sera enfin disponible début mai. Je comprends à présent pourquoi il a mis tant de temps à voir le jour : la somme d'informations y est considérable. Je me suis précipité sur ce que je ne connaissais pas, avec mon penchant pour l'insolite. C'est ainsi que deux timbres ou vignettes ont immédiatement attiré mon attention, émis à Bando. Un dessin simple sans être pour autant enfantin et une cabane que l'on retrouve sur les deux vignettes. L'inscription en allemand "LagerPost Bando"(Poste du camp de Bando) laisse planer peu de doute sur l'origine de ces derniers. Mais où se trouve donc cette localité ? Peu de collectionneurs le savent, pas davantage ont connaissance de l'existence de ces vignettes à l'exception probablement des spécialistes de la Première Guerre mondiale ainsi que nos amis Alsaciens et Lorrains. Pour comprendre leur origine, il faut remonter à l'histoire de la présence allemande en Chine dans la région de Kiau Tchéou dont la principale ville est Qingdao. Une concession de 99 ans leur est accordée où ils installent leur Marine. Dans ce territoire, les Allemands sont autorisés à exploiter des mines de charbon ainsi que de construire des lignes de chemin de fer. Un statut de territoire à bail qui n'est pas sans rappeler celui de Fort-Bayard pour la France que nous évoquions dans le hors-série II. Durant la Première Guerre mondiale, le Japon est aux côtés des Alliés. Entré dans le conflit le 23 août 1914, conformément au traité d'alliance conclu en 1902 avec le Royaume-Uni, l'archipel part à l'assaut des possessions allemandes dans le Pacifique et en Chine. La présence des Allemands à Kiau Tchéou s'achève en novembre 1914 lorsqu'ils capitulent face à l'armée impériale japonaise. Plus de 4000 Allemands ainsi que des Alsaciens et des Lorrains sont faits prisonniers. 1000 d'entre eux parviennent à Bando au Japon en avril 1917. Comme on va le voir, il s'agit d'un camp militaire aux antipodes de ce que l'on peut imaginer. Il faut dire qu'à l'époque, le Japon ne veut pas être en proie à la critique des Occidentaux et va faire de Bando un modèle en matière de traitement des prisonniers de guerre.
C'est ainsi que les "Doitsu-san" ("Messieurs les Allemands") se sont organisés avec efficacité et discipline en une petite communauté au point de recréer en plein Japon un semblant d'Allemagne. On y élève des animaux, monte des magasins : boucheries, boulangeries, cordonniers, charpentiers, négoce et l'on paye aussi sa bière, son fromage ou sa choucroute avec une monnaie interne au camp. Les prisonniers se voient en effet accorder par les autorités japonaises le droit de créer des billets de banque. Deux timbres sont aussi émis et imprimés localement Certains ont même voyagé comme on peut le voir en illustration avec cette carte postale adressée en 1918. Elle a été mise aux enchères par Gärtner à un prix de départ de 1000 euros. Les prisonniers n'écrivaient pas seulement des courriers destinés à leur pays d'origine mais aussi à des internés d'autres camps. Y avait-il un ou plusieurs philatélistes parmi ces derniers ? On imagine que oui. Quoi qu'il en soit, ces deux valeurs sont pour votre vieux Socrate un témoignage aussi étonnant qu'émouvant de la Première Guerre mondiale.
L'activité débordante des prisonniers, entreprise sous le regard bienveillant des autorités locales, n'exclut pas les loisirs : on joue au football, on pratique la voile sur les deux lacs de l'enceinte. Mieux encore, on y donne des concerts interprétés par les prisonniers. Comme le révèle un article du Monde publié en juillet 2014 sous la plume de Philippe Mesmer et Philippe Pons: « Parmi eux, il y avait aussi des musiciens : Hermann Hansen, sergent-major de la musique des fusiliers marins, arrivé à Bando avec ses cuivres et instruments à vent, et Paul Engels, violoniste professionnel, grand admirateur de Beethoven. Ils donnèrent une centaine de concerts puis s'attaquèrent à la Neuvième, jouée pour la première fois le 1er juin 1918 avec quatre vingts choristes et solistes, tous masculins.., ». Cet événement lointain est à l'origine aujourd'hui du succès de la Neuvième symphonie de Beethoven au Japon. Elle y est même devenue l'un des rituels du Nouvel An ! A la fermeture définitive du camp en 1920, cent soixante-dix prisonniers décidèrent de rester au Japon. C'est ainsi que dans la région, des sociétés, restaurants ou spécialités culinaires portent encore des noms à consonance germanique. Et pour nous philatélistes demeurent de cette incroyable histoire du camp de Bando, des vignettes a nulle autre pareille.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques