www.philatelistes.net - L'incident Saint-Valry (parti par l'Archimède)
Les Cérès de Bordeaux
1870-1871 GOUVERNEMENT PROVISOIRE
EMISSION DITE "CERES DE BORDEAUX".
Ce site a été conçu pour être utile au collectionneur. Commencé le 16 février 2011, il mettra quelques années avant d'être complet. Pour le moment le chantier le plus compliqué, celui du 20 centimes est ouvert. Ce site deviendra en premier lieu une aide à l'identification incontournable. Il sera fait par vous, pour vous. N'hésitez pas à participer de la manière que vous pouvez. En attendant, bénéficiez des possibilités suivantes, au fur et à mesure de leur mise en fonction

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Histoire postale

Début d'un mot :


La guerre de 1870
La Commune
Gazette des absents
Ballons montés
Pigeongrammes
Papillons de Metz
Pneumatiques
Boules de moulins
Chroniques
Merson

L'incident Saint-Valry (parti par l'Archimède)


La guerre de 1870
Introduction aux ballons montés
Fiches détaillées des ballons
Les Affranchissements
Les Aéronautes
Les tentatives de retour sur Paris
Le projet de Dupuy de Lhome
Documents sur les ballons montés
Les ballons naufragés
Les ballons prisonniers
Les cartes-poste
Le Décret du 27 septembre 1870
Images de ballons montés

« Je me contenterai de rapporter l'incident Saint-Valry, plutôt je citerai des articles du Siècle, qui y sont relatifs. Le Siècle disait le 4 décembre 1870 :

« On nous compte une étrange histoire :
« Le ballon l'Archimède, qui est parti la semaine dernière de Paris et a atterri à Bruxelles, portait trois voyageurs M. Saint-Valry, ancien directeur et même, croyons-nous, gérant de la Patrie du temps que la Patrie soutenait les splendeurs de la politique impériale ; en outre MM. Jules Buffet et Jodas.

« Ces trois voyageurs avaient avec eux un certain nombre de pigeons qui leur avaient été confiés, à leur départ, par M. Rampont, directeur des Postes.

« Deux d'entre eux, MM. Buffet et Jodas, sont rentrés en France et leur premier soin a été de livrer à la Délégation gouvernementale de Tours les pigeons dont ils étaient porteurs.

« Le troisième, M. Saint-Valry, n'entend pas de la même oreille. Resté à Bruxelles pour des raisons que nous n'avons pas à pénétrer, il prétend faire des pigeons qui lui restent, sa propriété privée.

« Sommé tour à tour par M. Tachard, agent diplomatique français à Bruxelles, et par M. Testelin, commissaire de la Défense nationale dans le Nord, il a consenti en remettre quatre, mais pour le surplus (une douzaine encore), il déclare net qu'on ne les aura jamais.

« Sans examiner la question de savoir si M. Rampont n'a pas montré quelque légèreté en confiant des pigeons à un homme connu pour ses opinions bonapartistes et ses relations d'amitié avec les Cassagnac, Il y a, croyons-nous, un intérêt majeur à ce que le gouvernement de Tours prenne des mesures conservatoires. Les lois internationales lui en donnent en même temps le droit et le pouvoir. Quant à son titre, il est indéniable, les pigeons voyageurs étant, comme la télégraphie même, service d'État.

« Que le gouvernement fasse donc, et vite. Dans les temps où nous vivons, avec l'immensité des intérêts engagés, il est inacceptable qu'on laisse une libre communication avec Paris à la disposition d'un simple particulier, qui est sans mandat, et qui agit sans contrôle. «

Le Siècle revenait sur le même sujet le 7 décembre, et répondant à un article de la Patrie (édition de Poitiers), écrivait :

RENDEZ LES PIGEONS !


« Nous avons raconté l'histoire de M. Saint-Valry refusant de rendre au gouvernement les pigeons du gouvernement.

M. de Saint-Valry est, personne ne l'ignore, un haut plumet dans le personnel parisien de la Patrie.

Aussi la Patrie de Poitiers, soeur cadette de la Patrie de Paris, s'est-elle émue à notre récit ; et prenant fait et cause pour sa maison : « Attendez ! nous a-t-elle crié, attendez ! M. de Saint-Valry va arriver à Poitiers, il vous fournira les explications. »

« Nous nous sommes tus aussitôt, attendant, comme on nous le conseillait, l'arrivée de M. Sint-Valry ; et nous en prenons Poitiers à témoin ; nous n'aurions soufflé mot qu'au jour où le télégraphe l'eût signalée.

« Mais voilà que la Patrie, profitant de notre silence, nous jette à la tête un morceau de haut style.
De la finesse, du trait, une phrase courante, nerveuse et corrosive : évidemment, ce plat ne sortait pas des cuisines de la Patrie.
Et, en effet, dès la seconde ligne nous avons reconnu Beaumarchais. C'était bien là le maître venimeux et étincelant ; sinon lui tout entier, du moins quelque chose de lui : Des fragments, des phrases, des mots. Car la Patrie avait eu la maladresse d'y ajouter du sien propre, et ce piteux raccommodage se voyait aussi loin qu'une pièce au fondement d'un pauvre homme.

« La Patrie, croyons-nous, dépasse un peu les bornes, - de nous injurier après nous avoir prié d'attendre.
« Nous dormions sur la foi des traités. Elle profite de notre sommeil pour nous envoyer un pavé terrible. C'est mal.

« A-t-elle au moins rendu les pigeons ?
« Car, tout est là dans cette affaire ; et vraiment Beaumarchais n'avait rien à y voir.
« Il ne s'agit ni de Figaro ni de son monologue : il s'agit de pigeons.
« Que la Patrie restitue les pigeons !
« Elle a beau chercher à les dissimuler sous sa jupe ; elle ne ne peut les garder longtemps, car depuis que tout le monde est averti, tout le monde veille et a les yeux ouverts.

« Que prétendrait-elle ?

« Les utiliser pour son propre compte ? C'est impossible.
« Leur tordre le cou et les manger ? Elle n'en aurait pas le courage.
« Qu'elle les rende donc à ses légitimes propriétaires ; et après si elle le veut, nous relirons ensemble le Mariage de Figaro, pour en chercher une plus juste application, ce qui ne sera pas difficile. »

Le Moniteur à son tour, dans son numéro du 6 décembre, insérait la note suivante :

« Le siècle rapporte que M. de Saint-Valry, ancien directeur de la Patrie, parti de Paris par le ballon l'Archimède avec MM. Buffet et Jodas, est en ce moment à Bruxelles et qu'il se refuse à livrer au Gouvernement de Tours douze pigeons voyageurs sur seize que M. Rampont lui avait confiés, bien que M. Tachard, agent diplomatique de France à Bruxelles, et M. Testelin, commissaire de la Défense nationale dans le Nord, l'aient mis en demeure de restituer ces pigeons.

« Nous attendrons des renseignements plus explicites pour formuler une opinion sur ce fait. »

Le Moniteur a attendu vainement ces renseignements plus explicites qu'il demandait.

M. Saint-Valry (nous l'avons su plus tard) expliqua l'incident dans une communication adressée aux journaux belges, et que nous donnons ci-dessous :

« Le Siècle assure que j'ai refusé de livrer au Gouvernement de Tours les pigeons voyageurs apportés par moi de Paris, par le ballon l'Archimède, lesquels pigeons seraient, au dire du Siècle, la propriété du Gouvernement.
« J'ai, en effet, refusé de livrer ces pigeons, mais la raison de mon refus était aussi simple que légitime ! Ces pigeons m'appartenaient et ils n'étaient à aucun titre propriété de l'État, comme le Gouvernement de Tours, imparfaitement informé, l'avait supposé au premier abord.

« J'ai quitté Paris sans mission ni commission officielle d'aucune espèce. Je l'ai quitté pour tâcher de réussir, à mes frais, à mes risques et périls, une tentative absolument privée, qui consiste, - je n'en ai jamais fait mystère, - à essayer de faire pénétrer dans Paris des nouvelles de famille et des renseignements d'affaires, destinés à un certain nombre de mes amis.

« Le Directeur général des postes, M. Rampont, dont je ne saurais assez hautement reconnaître la bienveillance et l'esprit libéral, a donné son agrément à ce projet, dont tous les moyens d'exécution sont à sa connaissance ; il avait pensé qu'en face de la disette de nouvelles qui formait à Paris la plus énervante de nos privations, il était raisonnable de ne pas décourager l'initiative individuelle et de laisser le champ libre à une expérience privée, qui pouvait, en cas de réussite, fournir à l'occasion au Gouvernement lui-même un auxiliaire assez utile.
« Il est évident qu'au moment où le Gouvernement de Tours a fait réclamer mes pigeons, il ignorait ces détails. Le ministre de France à Bruxelles, M. Tachard, dont la justice en cette circonstance ne m'a pas plus manqué que la parfaite courtoisie, s'est chargé de transmettre à Tours mes explication, accompagnées des preuves écrites de leur exactitude. J'ai lieu de supposer qu'elles ont paru concluantes, plus que je n'ai reçu depuis lors aucune nouvelle réclamation. »

M. Saint-Valry croyait sans doute sa réponse sans réplique. Il oublie que les pigeons, en ce moment, étaient service d'État, comme la télégraphie elle-même ; que ses pigeons, qu'ils fussent ou non sa propriété particulière, ne pouvaient lui servir pour l'usage qu'il affectait ; et que M. Rampont lui-même, quelles que fussent sa bienveillance et son esprit libéral, n'avait pas qualité pour lui accorder la faveur qu'il prétendait avoir reçue, attendu que le Gouvernement de Paris avait la stricte obligation de réquisitionner et de prendre pour son service de tous les pigeons qui se trouvaient dans la capitale assiégée. M. Saint-Valry ne peut se justifier qu'en accablant M. Rampont. Dans toutes ces hypothèses, le Gouvernement de Tours ne faisait qu'user de son droit légal en réclamant ce qu'il réclamait.

M. Tachard envoya-t-il des explications à la Délégation, ainsi que le prétend M. Saint-Valry ? J'en doute très fort, et très certainement, s'il y a eu des explications envoyées, elles n'ont pas paru satisfaisantes.

Aujourd'hui que M. Rampont est de sens rassis, je ne crains pas de dire que, si sa pensée revenait sur ces incidents, elle coïnciderait avec la mienne, que s'il méditait les articles cités, il sentirait, sous leur forme plaisante, des choses graves autant que vraies.

Ce qui est certain, c'est que, s'il y a eu des irrégularités dans le service des pigeons, elles ne viennent pas de Tours, mais de Paris »


in F.-F. Steenackers, Les télégraphes et les postes pendant la guerre de 1870-1871




Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques