www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Martins Philatélie : Toute la philatélie franco-allemande
Toute la philatélie franco-allemande, des lots à acquérir dans un catalogue agréable à consulter (des centaines d'articles illustrés accessibles). Possibilité de paiement en ligne.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


Timbres Magazine
novembre   2018

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 205 - Novembre 2018 ÉDITORIAL : Le dessous des timbres
L'Asie se montre particulièrement active ces dernières années pour la réalisation de timbres de propagande. Pour ne citer que quelques exemples, on se souvient des émissions de Corée du Nord vantant en 2017 les missiles longue portée avant que l'été dernier Singapour sorte un bloc célébrant la rencontre historique entre Kim Jong-un et Donald Trump. Comme nous l'évoquions dans le hors-série IV, le Bangladesh de son côté a émis soixante et onze timbres pour décrire l'horreur du génocide oublié de 1971. Pays mis en cause : le Pakistan, lequel dispose alors du soutien américain. L'Inde - ennemi juré d'Islamabad - se porte à l'époque au secours du Bangladesh. Une victoire en seulement deux semaines qui humilie le Pakistan.
L'émission bengali de 2017 n'a pas échappé au Pakistan dont la Poste a sorti le 20 septembre dernier vingt timbres dénonçant la responsabilité de l'Inde dans le conflit au Cachemire. Elle s'est clairement inspirée des timbres de son homologue du Bangladesh avec la volonté de marquer les esprits. Des images spectaculaires et des légendes qui ne souffrent d'aucune ambiguïté. Tous les timbres comportent la mention "Atrocities in India occupied Kashmir" et attribuent à l'Inde des faits dramatiques comme l'usage d'armes chimiques, le harcèlement des femmes, des enfants, les boucliers humains mais aussi la mort du commandant rebelle Burhan Wani, icône de la liberté. Considéré comme un héros au Pakistan, il est bien entendu un terroriste en Inde. Ce pays a demandé le retrait des timbres et a annulé une rare rencontre de haut niveau prévue entre sa ministre des Affaires étrangères et son homologue pakistanais, en marge de l'assemblée générale de l'ONU à New York. Ce n'est pas la première fois que le Pakistan émet un timbre dédié au conflit l'opposant à l'Inde pour le partage du Cachemire. En 1960 une carte figurant sur un timbre mentionnait que le statut final de la région n'était pas encore déterminé. C'est toujours le cas en 2018 et la situation, loin de s'arranger, se complique avec les prétentions chinoises.
Au Cachemire on utilise aujourd'hui - suivant le lieu - des timbres du Pakistan ou d'Inde mais l'histoire postale est là pour nous rappeler que ce ne fut pas toujours le cas. L'Etat princier du Jammu et Cachemire a disposé en effet d'un service postal organisé dès 1820 pour ensuite émettre ses propres timbres en 1864, soit seulement 15 ans après la France. Il en compte au total 219 dont 18 de service et 33 pour le télégraphe. La région est "récupérée" par les Britanniques en 1845 avant de connaître une partition comme nous le mentionnions dans le dernier hors-série.
Le prochain est en préparation, couvrant comme d'habitude la France et l'ensemble des grandes régions du monde. S'il y sera question de géopolitique, bon nombre d'articles vous raconteront aussi des histoires insolites de timbres dont certaines fort amusantes.
Comme vous le verrez, ce numéro ne comporte pas les pages idées de collection dont s'occupaient notamment Jocelyne Leonard et Michel Melot. Jocelyne partant à la retraite à la fin de l'année, nous avons pris la décision de ne pas la remplacer et de concentrer notre énergie à la rédaction du magazine. Pour les lecteurs habitués à commander des timbres chez nous, nous ferons ponctuellement des promotions dans le magazine. Enfin, n'oubliez pas que notre site de vente de timbres timbro.fr comporte de nombreuses références et qu'il y en a pour toutes les bourses.
Nous vous donnons rendez-vous au Salon d'automne où nous serons heureux de vous accueillir au stand B9 et d'ici là, je vous souhaite une bonne lecture.
72ème salon philatélique d'automne
Le traditionnel rendez-vous annuel des collectionneurs se tiendra à la porte Champerret, a Paris du jeudi 8 au dimanche 11 novembre 2018. Parallèlement aux stands de La Poste où l'on pourra se procurer les émissions proposées par Phil@poste, les philatélistes sont attendus sur les stands des artistes et concepteurs de timbres-poste, des négociants et des administrations postales. Le salon clôturera les commémorations philatéliques consacrées au centenaire de la Grande Guerre débutées en 2014.
Louis-Napoléon Bonaparte, l'homme qui voulait devenir empereur
Le 10 décembre 1848, il y a bientôt 170 ans, les électeurs français étaient appelés aux urnes pour élire, pour la première fois, un homme qui porterait le titre de Président de la République. Une sélection de documents, pour certains exceptionnels, retrace entre 1840 et 1852 le parcours de cet homme et nous rappelle les liens étroits qui unissent souvent histoire postale et histoire politique.
Quand l'armée et la politique s'affichent sur le courrier. Vignettes de propagande de la Maison Delandre
A partir de 1915, et jusqu'à l'orée des années 1920, il est fréquent de trouver sur le courrier, ou dans les albums, des vignettes plus ou moins chamarrées, cohabitant avec les timbres. On y peut y lire des références à tel ou tel régiment militaire, mais aussi des slogans de propagande exaltant la patrie, fustigeant l'ennemi ou glorifiant les grands hommes de la nation. Bien que dénuées de valeur faciale, et donc de pouvoir d'affranchissement, ces étiquettes ont bel et bien été en concurrence avec les timbres ou, tout du moins, ont tenté de l'être. Elles avaient pour but, dès l'origine, d'être collectionnées, et l'usage a perduré chez certains passionnés. Pour tout un chacun, elles restent des témoins de première ligne de l'importance des idées véhiculées durant la Première Guerre mondiale, le tout avec des motifs et des couleurs parfois très travaillés, par des artistes de renom.
Boulazac : dans les coluisses de l'imprimerie
Après la création de Phil@poste en 2007, de nombreux services ont été décentralisés à Boulazac en Dordogne, une ville située à quelques kilomètres de Périgueux. Pas toujours facile pour les collectionneurs de se repérer parmi les différentes entités de l'opérateur. Petit tour d'horizon pour mieux s'y retrouver et comprendre toute la logistique qui se cache derrière l'émission d'un timbre. (Dans cet article, une interview de Gilles Livchitz, Directeur de Phil@poste)
Le faussaire n'avait pas le B.M.
Regardons deux billets d'avertissement en conciliation émanant de juges de paix différents. Il s'agit d'imprimés que le greffier du tribunal complète à la main avant de les adresser aux personnes concernées. Dans le cas présent, et pour deux envois de même type, les affranchissements diffèrent étrangement.
La Croatie en gestation
Au XlXe siècle, les revendications magyares pour obtenir l'indépendance s'accompagnent de l'oppression des autres nations, comme la Croatie et la Slovaquie! Lorsque la Hongrie commence à exiger à partir de 1830 une plus grande autonomie par rapport à Vienne, elle réprime ainsi de plus en plus les velléités d'autonomie de la Croatie, en y rendant la langue hongroise obligatoire dans l'administration et l'instruction. Retour sur l'histoire de ce pays invité du Salon d'automne
Marie-Laure Drillet en couleurs
Née à Saint-Pierre en 1970, Marie-Laure Drillet a signé plusieurs timbres pour la poste de son archipel natal, dont un très beau bloc Jules Verne qui est sorti cet été. L'occasion de donner la parole à une artiste originale et talentueuse.
65 ans après la fin de la guerre de Corée : enfin la paix entre les deux Corées ?
Cette année, une phase inattendue de détente et de rapprochement diplomatique a eu lieu entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Les trois rencontres entre le Leader nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in, ainsi que celle avec le président des USA Donald Trump à Singapour le 12 juin 2018, ont permis d'apaiser les tensions. Malgré cela, la Corée du Nord reste encore isolée sur le plan international. Et cette année, 65 ans après la fin de la guerre de Corée (1950-1953) en juillet 1953, on rappellera qu'aucun accord de paix formel n'a encore été signé.
"Hermione" : une impressionnante collection de semi-modernes.
En novembre prochain, Spink dispersera la collection "Hermione". Principalement composée de semi-modernes, elle fournit l'occasion de revisiter dans ce numéro quelques timbres mythiques de France. La vente « Hermione » constituera un excellent test pour juger de l'attractivité de nos timbres.
Le timbre, condition du visa
La création de timbres fiscaux pour le recouvrement de taxes consulaires remonte à l'entre-deux-guerres. Histoire et usage de timbres fiscaux très diplomatiques.
Cartes postales : La guerre est finie !
La guerre est finie. Le titre de cet article est un emprunt au film d'Alain Resnais tourné en 1969. "La Guerre est finie" n'évoque pas la fin du premier conflit mondial, mais la guerre civile espagnole et ses prolongements tragiques en terre franquiste. Vingt ans auparavant, sur toute la surface du globe et dans toutes les langues du monde, des foules innombrables criaient "La guerre est finie".
La chronique de Socrate : Timbres et espionnage
Je reprendrai la suite de ma chronique abordée dans le numéro du mois dernier en décembre. Non que le sujet ne m'intéresse plus mais je souhaitais partager avec vous une histoire qui ne manquera pas de vous surprendre, livrée récemment par un ami, lecteur du magazine. Colonel à la retraite, c'est toujours avec plaisir que nous discutons de sa vie professionnelle qui fut bien remplie. Récemment, nous parlions des affaires d'espionnage dans lesquelles la Russie s'est illustrée dont celle d'avril dernier aux Pays-Bas. Les autorités de ce pays ont révélé avoir déjoué une tentative de piratage russe visant l'Organisation pour l'interdiction des Armes Chimiques (OIAC), le siège étant situé à La Haye. Quatre agents russes présumés viennent d'être expulsés après avoir été surpris à bord d'un véhicule truffé d'équipements électroniques sur le parking d'un hôtel proche du siège de l'OIAC. Leur but était de pirater à distance son système informatique. Bien entendu le Kremlin a affirmé que La Haye ne disposait d'aucune preuve et que ces basses accusations étaient sans fondement. "Vois-tu, cher Socrate, ces histoires de cyberattaques rappellent à mon souvenir le temps de la Guerre froide où tous les coups étaient permis, surtout s'ils n'étaient pas permis" dit mon colonel en décrochant un sourire en coin. Je sens confusément qu'il va me conter une histoire de timbres car nous sommes dans son bureau où se trouve un amoncellement d'albums et de documents postaux les plus divers. Passé 11 heures du soir, c'est le moment où il se montre le plus bavard. Il me sert un verre de Cognac, nous sommes en Charente-Maritime. «Je vais t'en raconter une bien bonne qui se déroule à Baden-Baden, cette ville allemande située dans le Land de Bade-Wurtemberg. Nos compatriotes la connaissent bien depuis le 29 mai 1968 lorsque Massu, alors commandant en chef des Forces françaises en Allemagne (FFA), accueille le général de Gaulle dans sa résidence de fonction. La contestation est vive en France et Massu assure au grand Charles de la fidélité de l'armée mais remontons un peu le temps. Comme tu le sais en 1945 après 1'effondrement du Troisième Reich, la ville qui n'a pas subi les bombardements alliés devient le siège du commandement en chef des FFA. On y construit une petite ville française au coeur de la Forêt-Noire. Quelque 5 000 Français y vivent (principalement des militaires du contingent) bénéficiant de nombreuses facilités dont des écoles. Des Sov [comprendre des Soviétiques] y résident aussi à l'époque et officiellement, ils ne font pas grand-chose dans ce job lieu de villégiature. A dire vrai leurs rapports avec nos compatriotes sont alors plaisants. A Baden-Baden existe à l'époque un club philatélique faisant partie du Club Artistique des FFA. je sens que nous entrons dans le vif du sujet alors que mon colonel ferme la fenêtre du bureau bien qu'il fasse encore chaud en ce début octobre. Il se rassoit, parle bas, le ton est celui de la confidence. « C'est ici qu'intervient un sous-officier français, collectionneur de timbres, en poste à l'état-major du 2° CA - ComFFA. Membre du club philatélique de Baden, notre homme est sociable et se lie avec les autres membres. Il fait aussi connaissance avec ses pairs des armées étrangères ayant un bureau de liaison auprès du ComFFA. Il a le plaisir de voir des nombreux timbres étrangers qui attisent sa curiosité légitime de collectionneur.
Un jour il est avec l'Américain, un autre avec un British et un jour c'est le Soviétique qui vient discuter avec lui. Les rencontres se succèdent et un soir, le Sov passe prendre un pot chez notre sous-officier. Entre philatélistes, il n'y a pas de frontières, on partage une passion et l'on met de côté la politique. Les hommes s'apprécient, se revoient. Un soir le Sov vient avec des albums. Le Français voit de magnifiques timbres dont certains semblent bénéficier d'une fort belle cote. On les sort pour les examiner tout comme les verres de vin pour alimenter les glandes lacrymales de joie et plaisir. Le temps passe, les bouteilles et les yeux sont secs, il est l'heure de se quitter.
Le lendemain, avant de partir au bureau, le sous-officier français range les verres et les albums. Il réalise à ce moment-là que le Sov a oublié de nombreux timbres et pas des moindres ! Arrivé au bureau il appelle son visiteur de la veille et le prévient de sa négligence, lui demande quand ils peuvent se revoir pour qu'il les lui restitue. Quelle n'est pas sa surprise d'entendre « Mon cher Marc, ton accueil a été si agréable dans ton coquet appartement, si bien tenu par ta chère épouse, je te remercie et te félicite de ton honnêteté en me téléphonant. Je ne m'en serais jamais rendu compte par moi-même, brouillon que je suis. Considère que tu peux appliquer votre principe français « Détention vaut propriété ». Merci encore pour ton appel et soit assuré que c'est avec plaisir que je te les laisse. Bonne journée ». Le Sov raccroche ! Notre sous-officier, intrigué, se dit qu'il y a quelque chose de louche! Il file voir son camarade de la cellule Renseignement de l'EM et lui raconte tout.
Dans la journée un Officier accompagné d'un civil vient voir Marc, lui fait raconter son histoire et demande qu'il montre au civil les timbres en question. Les trois se retrouvent autour de la table avec les albums « malencontreusement oubliés ». Par bonheur, le civil s'avère un philatéliste chevronné. Son jugement tombe: « Cet ensemble est parfaitement authentique, à la vente il mettrait les vieux jours de monsieur à l'abri de tout besoin ! Si votre correspondant vous les laisse, c'est qu'il vous demandera quelque chose un jour ! Méfiez-vous. » Le civil parti, on emmène Marc expliquer l'histoire au général. Tous tombent d'accord sur le fait que les Sov sont en train de ferrer le sous-officier collectionneur et qu'un jour il lui sera demandé des informations de moins en moins anodines ! Marc continua de recevoir des cadeaux philatéliques et le Sov reçut en retour des informations de moins en moins réelles ! Tu vois Socrate, comme l'on peut nous tenir lorsque l'on joue sur notre corde sensible de collectionneur. Marc a eu un bon réflexe, celui de tout raconter à ses supérieurs mais d'autres se sont peut-être fait piéger ». Il se fait tard, je demande au colonel si je peux raconter tout cela dans ma chronique. Après réflexion, il accepte: « Affirmatif, il y a prescription, mais j'ai d'autres souvenirs qui t'intéresseraient. Pour en savoir plus, tu n'as d'autre choix que de revenir en Charente-Maritime ».

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
L'année 2007 avec Timbres Magazine
L'année 2006 avec Timbres Magazine
L'année 2005 avec Timbres Magazine
L'année 2004 avec Timbres Magazine
L'année 2003 avec Timbres Magazine
L'année 2002 avec Timbres Magazine
L'année 2001 avec Timbres Magazine
L'année 2000 avec Timbres Magazine
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques