www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Timbrophile
Pour tous ceux qui veulent connaître les dernières nouvelles et événements autour des timbres émis en France!!!

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite


Timbres Magazine
avril   2019

cliquez ici pour plus d'informations sur  Timbres Magazine

Numéro 210 - Avril 2019 ÉDITORIAL : Patience...
Le hors-série V est entièrement rédigé et en bonne passe d'être définitivement maquetté au moment où ces lignes sont écrites. Il sortira donc prochainement, même si je ne peux vous donner une date précise. Ceux qui ont travaillé sur ce magazine, vous le diront : ce ne fut pas une sinécure! Sont venus en effet se rajouter aux pays un nombre considérable de timbres de ville, de région, de vignettes dont je ne soupçonnais même pas l'existence! En voici quelques exemples :
Bejuma. Cette petite localité vénézuélienne située dans l'état de Carabobo ouvre une poste locale en 1854. Elle assure l'acheminement du courrier de Bejuma à Valencia où ce dernier peut emprunter le chemin de fer jusqu'à Porto Cabello. Le directeur de la poste de Bejuma décide de sa propre autorité l'émission de deux timbres que l'on peut rencontrer sur des lettres de 1854... soit bien avant l'émission du premier timbre fédéral en 1859!
Baldwin's Railroad Post. L'histoire se déroule au Canada au printemps 1865. Deux marchands de timbres réalisent une émission de fantaisie en utilisant le nom d'un véritable opérateur ferroviaire, Baldwin, actif en Amérique du Nord et en Europe. Une série de sept timbres illustrés d'une locomotive et libellés en penny est mise sur le marché ; les timbres sont censés émaner d'une poste locale du Nouveau-Brunswick. Dénoncés par Baldwin lui-même, ils sont retirés de la vente mais revendus plus tard à un dénommé Samuel Taylor. Dans l'intervalle, ces faux timbres feront même l'objet de falsifications, ce qui est un comble.
Bancroft's City Express. On y retrouve une fois encore notre Taylor, toujours au Canada. En 1865, J.A. Nutter, négociant en timbres à Montréal décide de créer des timbres pour une entreprise de messagerie existante, la Bancroft's City Express. Malheureusement pour ce dernier, le propriétaire refuse l'offre. Taylor décide de fabriquer des faux timbres Nutter et en écoule au gré de la demande. Aujourd'hui les "vrais" Nutter sont d'authentiques raretés, pas mal quand on sait que, bien que non utilisés, ils furent copiés.
Baranquilla. Au XIXe siècle, ce port de Colombie est l'un des plus importants d'amérique du Sud. En 1882, un dénommé Mora profitant du fait que localement le service du courrier n'est pas un monopole de la Confédération, crée une officine pour collecter le courrier local et l'acheminer en plusieurs points. Il fait imprimer à Paris deux timbres de 5 centavos illustrés de son logo qu'il utilise pour son service. En 1927-28 apparaissent deux timbres de couleur rouge de 1/2 centavo aux noms du Comité de défense de Barranquilla et du Comité public d'embellissement. On les rencontre sur du courrier apposés à côté de l'affranchissement normal. Il s'agit de timbres de bienfaisance emis localement afin de recueillir des fonds pour la réalisation de projets communaux.
Au-delà de ces émissions anecdotiques dont les timbres demeurent des énigmes pour nombre d'entre nous, sont évoqués des pays à la philatélie complexe à l'instar de l'Afrique coloniale, l'Allemagne, l'Australie et l'Autriche-Hongrie. Le hors-série que vous aurez bientôt entre les mains couvrira les lettres A et B particulièrement riches, s'expliquant notamment par l'abondance des vignettes de la guerre d'Espagne .La maquette est plaisante comportant des cartes, photos et une iconographie exceptionnelle pour les timbres et vignettes. A total, nous devrions sortir cinq Atlas de la philatélie. Trois seront publiés dès cette année et deux dans le courant de l'année prochaine. Notre objectif est de vous le proposer le plus vite possible à la fois pour satisfaire votre impatience et pour nous, afin de nous sentir libérés de cette lourde charge de travail. Lorsque nous serons parvenus à "Zurich" et ses émissions cantonales, nous arborerons un sourire resplendissant !
Gauthier Toulemonde
Le monde magique de Thierry Mordant
L'image du timbre-poste, cette petite estampe qui permet à nos messages de voyager, nous transporte aussi dans un univers propre à celui qui l'a créé. Cet univers est celui du peintre, dessinateur qui signe son oeuvre pour la voir ensuite diffusée à des millions d'exemplaires dans le monde entier. Mais souvent, la petite estampe fiduciaire n'est qu'un chapitre dans la carrière artistique de ces créateurs auxquels Timbres magazine rend régulièrement hommage. Ce petit musée de poche n'est en effet, qu'un reflet de ce que ces artistes savent faire en grand et sur de multiples supports. C'est le cas de Thierry Mordant dont la créativité débordante nous fait voyager dans un univers magique qui lui est bien propre. Peu importe le format, peu importe le support, le lien se fait spontanément à travers la facture, les thèmes, les méthodes de travail, les outils employés, les couleurs...
Le 6e centenaire du Conseil de la Terre
Le Conseil de la Terre, créé en 1419, est l'ancêtre du Conseil Général, actuel Parlement d'Andorre. Il a fait l'acquisition de la Maison des Vallées en 1702 où il siège désormais. Ses membres, les conseillers généraux, et ses présidents, les syndics généraux, font partie de l'image d’Épinal andorrane. Le Conseil Général a émis en 1936 des billets de nécessité et en 1939 des timbres fiscaux pour l'hôtellerie.
Quelques pièces philatéliques remarquables du Languedoc-Roussillon
Du 7 au 10 juin 2019, Montpellier sera la capitale française de la philatélie. Sous l'égide de la FFAP, le Groupement Philatélique Régional Languedoc-Roussillon et l'Association Philatélique Montpelliéraine organisent PHILA-France 2019. Depuis les origines de la Poste au XVlIIe siècle, cette région a vu se développer une histoire postale riche permettant de présenter ici quelque pièces remarquables issues des différents départements couverts par le Groupement. Ceci est une invitation pour venir admirer les collections en compétition et profiter de notre belle région qui présente bien des atouts.
1919 : La première poste aérienne en Suisse
Il y a cent ans, c'était le 30 avril 1919, la première ligne régulière de transport de courrier postal par avion était inaugurée en Suisse. C'est par l'émission d'un timbre-poste le 7 mars 2019 que la Poste suisse commémore les 100 ans de cette première poste aérienne acheminant des lettres de Zurich à Berne et à Lausanne. Un événement historique que tous les aérophilatélistes suisses célébreront les 27 et 28 avril 2019, lors des Journées de l'aérophilatélie à Dübendorf (Zurich).
La Pologne entre les deux guerres
La Pologne recouvre son unité et son indépendance au sortir de la première guerre mondiale. Elle sera le premier pays envahi par les armées d'Hitler en 1939. Les timbres nous accompagnent dans l'évocation de l'entre-deux-guerres

Quand l'ITVF voulait vendre ses carnets aux USA
L'imprimerie des timbres-poste et des valeurs fiduciaires (I.T.V.F.), rebaptisée Phil@poste Boulazac depuis 2006, réalise les timbres de France métropolitaine et des territoires d'outre-mer exerçant leur autonomie philatélique. Elle livre également des clients de services postaux étrangers qui sont séduits par la qualité de travail de cette imprimerie de pointe très performante. Si les marchés sont parfois obtenus de gré à gré, ils peuvent aussi nécessiter de répondre à des appels d'affres. En voici un exemple.
Les émissions de l'occupation italienne en Grèce : Céphalonie et Ithaque
Durant la Seconde Guerre mondiale la zone italienne a comporté l'essentiel de la Grèce continentale et les des Ioniennes. Des émissions particulières ont témoigné de l'occupation italienne
De France vers la Savoie
Nos grands-parents, pour certains lecteurs leurs arrière-grands-parents, nous encourageaient à collectionner les timbres qui étaient censés nous apprendre l'histoire et la géographie. S'ils avaient connu la marcophilie ils nous l'auraient aussi conseillée pour son rapprochement avec l'histoire. Et de toute façon, pour les émotions que nous procurent ces papiers jaunis, à la lecture parfois difficile, à l'encre à demi effacée et au parfum que les amateurs hument avec délice, cela vaut le détour.
Les 130 ans de la Tour Eiffel
"Dimanche dernier 31 mars, comme je descendais les marches de la Tour Eiffel après la cérémonie de la pose du drapeau sur le faîte extrême du campanile, j'avais plaisir à entendre un des membres les plus distingués de l'Académie des Sciences s'écrier que ce monument de fer était assurément la production la plus étonnante de notre siècle. Il est pour notre peuple, nous disait-il ce que la grande pyramide qui traduit les efforts de tout un peuple a été pour le monde ancien, toutes les ressources de l'art contemporain ont dû concourir à son exécution."
Sous l'oeil de l'expert
Chaque mois, cette rubrique pousse pour vous les portes de la maison Calves et lève un coin du voile sur le métier d'expert en timbres-poste de collection. Ce mois-ci, interview de l'expert Alain Jacquart, au sujet d'une pièce exceptionnelle qu'il vient d'authentifier : une lettre expédiée par le ballon monté Le Victor-Hugo... et écrite par Victor Hugo en personne

La frappe "SPECIMEN" sur les classiques de Saint-Pierre-et-Miquelon
Certains classiques de Saint-Pierre-et-Miquelon sont des timbres recherchés, ce n'est un secret pour personne. Lorsque ces timbres surchargés "ST-PIRERE M-on" sont revêtus d'une autres surcharge, nous avons par conséquent des pièces hors du commun et rares.
Du Carré Marigny à La Baule, itinéraire d'un amoureux de la lettre
Olivier Bernadet, 52 ans, 4 enfants a débuté la philatélie aux "pieds humides", au carré Marigny, à l'âge de 14 ans. Il habitait la province et venait régulièrement en séjour à Paris chez sa grand-mère. Un après-midi, la promenade sur les Champs-Élysées se prolongea jusqu'au marché aux timbres, une véritable découverte. De nombreux marchands, collectionneurs ou simples curieux venaient ici vendre ou chiner tout ce qui tournait autour de la philatélie. Il avait été sage et obtenu en cadeau un petit lot de timbres. Lot vite trié et classé le soir même. Voilà comment le virus a pris!
La chronique de Socrate : Une belle histoire de lettre
Dans l'excellent livre de Jean Pierre Guéno Paroles de facteurs dont il est question en page 8, j'ai particulièrement apprécié cette histoire de lettre parvenant à bon port :
"Au cours de ma carrière de facteur, je n'ai jamais pu accepter qu'une lettre n'arrive pas à son destinataire. Bien sûr, il est possible de transformer une lettre mal adressée en PND, pli non distribué, et de l'envoyer, à Liboume où officient mes collègues, les Bons Samaritains les champions de l'adresse qui allient des qualités de bon sens et de détective et qui arrivent à adresser à bon port nombre de lettres et de colis en errance. Mais je n'aimais déjà pas le bon vieux NPAI, "n'habite pas à l'adresse indiquée". Je n'ai pas apprécié non plus le PND, le « pli non distribuable » qui lui a succédé et qui s'est transformé en REFLEX, « Restitution de l'information à l'expéditeur » La technocratie excelle dans l'art de fourbir des « éléments de langage » qui édulcorent et positivent les catastrophes. Une lettre en errance, c'est un message suspendu, un geste inachevé. C'est un peu le temps qui s'arrête. Je dois avoir, un côté hypomaniaque. je ne supporte pas d'arriver en retard pas plus que je ne supporte les actes inachevés. Alors, j'a personnellement donné un autre code à ce genre de messages en instance les PI. les "points d'interrogation". Chaque lettre mal adressée, je la tatoue immédiatement d'un point d'interrogation tracé sur l'enveloppe au crayon à papier, et qui attend la caresse salvatrice de la gomme dès que je serai arrivé à retrouver la bonne adresse, pour que la vie, interrompue par maladresse, par étourderie ou par erreur, reprenne son cours. On a du mal à retracer l'origine du point d'interrogation. Il reste lui-même une énigme. il est tordu ce signe de ponctuation. Il n'a pas le dos droit du point d'exclamation que l'on appelait autrefois le point d'admiration. Il porte son fardeau de mystère sa bosse de perplexité. Il est voûté sous le poids de toutes les questions sans réponse. Il véhicule de la méfiance. Certains y voient l'ombre de la croix. Le symbole de Jésus On s'interroge sur le point qui sous-tend sa boucle : représentation de notre planète ? Je les aime les points d'interrogation. Sans doute parce qu'ils ne font jamais par principe partie du langage de l'adresse. Ils sont l'expression du doute. La remise en cause des fausses certitudes. L'inverse du point final. Les cousins du point-virgule. Ils sont à l'image de chacun de mes clients. Chacun d'entre eux porte sa part de mystère. Il m'arrive de les considérer comme ce qu'ils sont : les acteurs de la comédie humaine. Je leur imagine un destin, des origines, une trajectoire. Ils prennent une autre vie dans mon imagination. Chacun d'entre eux devient un personnage de roman La boucle ouverte du point d'interrogation c'est la preuve du fait que tout est possible. Ouvert ; imprévisible. Il est à l'image des méandres des courbes de la vie. En réalité ce sont peut-être ces points d'interrogation qui donnent un sens à ma vie. Le gardien de la paix qui règle les embouteillages peut-il s'en plaindre. À quoi servirait-il s'il ne luttait pas contre le chaos au quotidien ? Il en va sans doute de même pour moi. Mon métier serait peut-être monotone et routinier si rien ne dysfonctionnait. Ces adresses mal formulées elles sont un peu le piment de mon méfier. Elles interdisent la somnolence et la passivité. Je suis à ma manière un ravaudeur. Je reconnecte les fis rompus les sources des rivières à leur embouchure. J'ai toujours en mémoire la merveilleuse adresse rédigée sur une enveloppe par une admiratrice d'Antoine de Saint-Exupéry :
Monsieur Antoine de Saint-Exupéry Auteur de « Courrier Sud » et de « Vol de Nuit » (NRF) Pilote Civil
Quelque part sur une ligne française de Navigation Aérienne entre la France et l'Amérique du Sud
La lettre est arrivée à bon port à Casablanca ! Elle est partie de Paris Gare Saint-Lazare le 9 septembre 1931. Elle est rédigée d'une belle écriture de femme. Elle porte l'étiquette « Par avion » et sept timbres à cinquante centimes rouges émis à l'occasion de l'Exposition coloniale internationale de Paris de 1931. Tout a été minutieusement prémédité dans cet envoi Seule l'adresse relevait plus de la langue poétique des oiseaux que de la rigueur topographique. Mais il y avait déjà sans doute un petit prince, un facteur bienveillant capable de dessiner non pas un mouton mais un pigeon voyageur et qui veillait sur les adresses en faisant tout son possible pour que poésie puisse rimer avec géographie et pour que les lettres destinées au facteur du ciel qu'était Antoine de Saint-Exupéry ne soient pas seulement destinées aux nuages."
Si vous aussi vous disposez d histoires insolites de lettres n'hésitez pas a me les adresser. Je me ferai un plaisir de les publier dans le magazine.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine

Voir également :
L'année 2007 avec Timbres Magazine
L'année 2006 avec Timbres Magazine
L'année 2005 avec Timbres Magazine
L'année 2004 avec Timbres Magazine
L'année 2003 avec Timbres Magazine
L'année 2002 avec Timbres Magazine
L'année 2001 avec Timbres Magazine
L'année 2000 avec Timbres Magazine
les autres titres


la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques