www.philatelistes.net - Luc Olivier Merson, Une noble vie d'artiste par Adolphe Giraldon
L'hyperinflation hongroise de 1945/1946
l'hyperinflation hongroise est la pire inflation qu'un pays ait connue, de tout temps et en tout lieu. L'étude écrite en anglais suivante traite et traitera de sujets différents en histoire postale sur cette période: la première étude visible est sur les bulletins d'expédition de colis postaux. Vous y trouverez des centaines de pages,de copies de bulletins et de documents postaux de l'époque. Tentez-vous sur la découverte de ce site, ENJOY!

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Luc Olivier Merson, Une noble vie d'artiste par Adolphe Giraldon


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

par ADOLPHE GIRALDON, Imprimeurs Frazier-Soye, A. Porcabeuf, PARIS 1929

Pages précédentes Pages précédentes  Pages précédentes



de Notre-Dame de Paris pour l'Edition Nationale de l'éditeur Testard: 72 compositions, dont la richesse d'invention, la grâce et la perfection d'exécution n'ont jamais été surpassées. L'excellent graveur, Gery-Bichard, fut chargé de les traduire en eaux-fortes. Chez Lecène et Oudin, en 1890, il illustre l'Imagier de J. Lemaître, poétique évocation des couvents d'Italie. En 1889, Hachette lui demande quatre grandes compositions pour le Lutrin de Boileau. On peut supposer quel esprit et quelle malice il sut mettre dans cet ouvrage. En 1895, parut un Saint Julien l'hospitalier de Flaubert, pour Ferroud. La gravure à l'eau-forte en fut confiée à Géry-Bichard. Cet ouvrage qui eut un grand succès parmi les bibliophiles est épuisé depuis longtemps. Le Missel de Jeanne d'Arc, encore pour Mame, comme le Missel des Catacombes, fut pour Merson l'occasion de renouveler ce sujet si connu.
  M. Child, le représentant à Paris du Harper's Magazine, sut vite discerner quel précieux collaborateur pouvait devenir Merson pour sa Revue. Il lui commanda cette Histoire

37




d'un Mystère, délicat et malicieux amalgame d'archéologie, de liberté et d'esprit. Le bas enchanté et la Victoire de Samothrace suivirent.
  Un amateur, M. Arthur Fouques-Duparc conçut le projet, d'accord avec l'éditeur Manzi, de lui demander une copieuse illustration des poèmes de Wagner. Le sujet était tentant. Des esquisses nombreuses furent cherchées et quelques dessins, complètement exécutés, permettent de se rendre compte de ce qu'aurait été cette oeuvre, si elle avait pu être achevée. Le projet fut malheureusement abandonné. Il n'en reste que des fragments, dont une magistrale composition des Filles du Rhin offerte par Merson à son ami G. Pierné et dont Mme Rita a exécuté une fort belle gravure sur bois. Pour la Jacquerie, éditée par Romagnol en 1903, l'artiste réussit une série de dessins dramatiques et vigoureux, fidèlement gravés à l'eau-forte par Ch. Chessa.
  En 1908, un bibliophile lillois,M. Descamps-Scrive, récemment décédé, résolut d'entreprendre une édition de luxe de l'oeuvre réputée de J. M. de Heredia, que son peintre préféré

38




accepta d'illustrer. La gravure en fut confiée à Léopold Flameng.
  L'ouvrage, tiré à un nombre restreint d'exemplaires, par les soins de l'imprimeur A. Porcabeuf, est, en vérité, un monument dont la beauté égale à celle des célèbres sonnets s'il ne la dépasse parfois.
  Des pages, telles que Rome et les Barbares, la Renaissance, l'Epigraphe votive sont de pures merveilles, fâcheusement destinées à être à jamais enfermées dans ces bibliothèques tombeaux, accessibles, seulement, à un bien petit nombre de privilégiés. C'est, du reste, le sort réservé à ces éditions rares.
  Avec un de ses amis, que je connais bien, Merson illustra les Nuits d'Alfred de Musset pour le célèbre bibliophile H. C. de Saint Chamant. Neuf compositions de lui ornent cet ouvrage. Elles ont été gravées en couleurs par Ch. Chessa, et imprimées par Porcabeuf dans des encadrements gravés sur bois et également en couleurs.
  Enfin, un dernier ouvrage en collaboration avec Mme Krier-Lambrette est resté inédit: le

39




Moretum de Virgile. Espérons que nous le verrons un jour.
  Il faudrait encore décrire toutes les compositions pleines d'esprit qu'il donna à cette Revue illustrée fondée en 1885 par F.-G. Dumas à laquelle ont collaboré tous les artistes en renom de cette époque et qui malgré son attrait ne connut qu'un demi-succès. Il faudrait énumérer les nombreuses couvertures d'ouvrages pour Quantin (le Salon et Noël), pour F.-G. Dumas (Paris illustré), Baschet (le Salon), Hachette (dictionnaire de Géographie de la France) Harper's magazine, l'illustration, etc.


*
* *

  Une telle somme de travail confond tout d'abord, et ne s'explique que lorsqu'on connaît la vie de labeur que fut celle de ce grand artiste. Il ne connaissait pas le repos et, du bon matin au soir, et souvent tard dans la nuit, devant son chevalet ou assis à sa table, il traduisait, le pinceau ou le crayon à la main, les inventions de son cerveau inépuisable. Les vacances n'étaient pour lui qu'une occasion de travailler plus tranquillement,

40




et de se retremper dans l'étude de la Nature. C'est dans cette atmosphère de labour obstiné, de paix familiale, dans un cercle restreint de sûrs amis, libre de toute ambition et dédaigneux de la fortune, que Merson se donnait entièrement à son Art. Il ne vivait que par lui et que pour lui.
  Sa conscience était son seul guide. C'est cette insatiable conscience qui l'amena à refuser certains travaux, à en abandonner d'autres, quels que pussent être, pour lui, le dommage de ces abandons.
  Il y était aussi poussé, pour tout dire, par une autre pente de son caractère. Il semblait ne goûter que le seul plaisir de la conception et des recherches. Et, le moment venu de donner à l'oeuvre sa forme définitive, il préférait souvent, et de beaucoup, en mettre de nouvelles en chantier. L'exécution, sans doute parce que trop aisée, l'intéressait déjà moins. Sa grande modestie, son peu de souci du succés public faisaient le reste.
  Pour ces raisons, ou peut-être d'autres, plus mystérieuses, il arrêtait net la besogne entreprise

41




dans la joie. Il en ajournait l'achèvement, et, d'ajournements en ajournements, la toile restait là, avec ses promesses, ses repentirs, ses corrections, et finalement jamais terminée. On peut et on doit le regretter, mais on peut et on doit louer un artiste capable de tels scrupules.


*
* *

  Grâce à cette fertilité d'imagination, à cette érudition prodigieuse, à cette science professionnelle Merson devait devenir et devint en effet un admirable professeur.
 Il proposait, à ceux qui mettaient en lui leur confiance, un ensemble cohérent de principes qu'il avait vérifiés à sa propre expérience et propres à tout le moins, à abréger les inutiles tâtonnements. Cette méthode qui pouvait paraître à quelques-uns trop rigoureuse est pourtant un meilleur instrument d'éducation que le plus séduisant éclectisme.
   Autant Merson était attentif à discerner et à respecter l'intelligence, autant il se montrait absolu pour tout ce qu'on peut appeler le rudiment,

42




c'est-à-dire : ces notions, ces habitudes de travail et ces qualités que tout apprenti peut et doit acquérir, sans que jamais sa personnalité soit appelée à en souffrir.
  Il exigeait impitoyablement de ses élèves, l'effort, la conscience, le soin, l'exactitude, la persévérance et la modestie. Rien que ça? dira-t-on. Certains trouvaient ses exigences trop sévères. Sévères, elles l'étaient sans doute, et dans les corrections, son esprit caustique trouvait vite l'image pittoresque qui rendait plus sensible l'expression de la vérité.
  De là, des heurts, des froissements, qu'il ne cherchait guère à éviter. Du reste, il était aussi sévère, aussi impitoyable pour lui-même, c'est là son excuse.
  Sa propre curiosité étant universelle, il souhaitait éveiller celle de ses élèves. Il leur conseillait de tout observer, de tout étudier, de se plaire à copier un brin d'herbe ou un caillou, avec le même amour que la plus belle figure humaine pouvait leur inspirer.
  Il aurait pu faire sienne la pensée de Ruskin. « He who can paint a leaf, can paint the world »,

43




« Celui qui peut peindre une feuille, peut peindre le monde ».
  Pensée profonde qui conseille à la fois la modestie et l'audace.
  Son enseignement, contrairement à ce qu'on pourrait croire, n'avait rien d'académique. Et c'est peut-être justement à cause de cela qu'il ne trouva pas à l'Ecole des Beaux-Art, où il avait été nommé professeur chef d'atelier, l'accueil et le succès qui étaient dus à ses excellentes intentions. Sa nature entière et intransigeante lui rendit la tâche difficile. Les uns trouvaient que le nouveau professeur exigeait trop de travail, trop d'assiduité, trop de curiosité, jugée peu utile. D'autres lui reprochaient de défendre mollement ses élèves dans les concours. Le reproche était mérité car il ne s'occupait jamais que du mérite de l'oeuvre qu'il avait à juger.

Il ne pistonnait pas ses élèves. Ainsi que le disait l'un d'eux, après un dîner d'atelier, dans un discours plaisant aux nouveaux, il n'était pas le patron-piston.
Il goûtait peu (et qui l'en blâmerait?) cet abus des concours, des médailles, des récompenses

44




qui déforment le jugement, énervent la conscience des élèves et les orientent vers les succès faciles et trompeurs. Il les en détournait volontiers et, comme juge, s'il ne faisait rien pour favoriser son atelier, il ne prenait, non plus aucun souci d'aider telle réussite qui lui paraissait peu méritée, encore qu'elle fût souhaitée par ses collègues.
  Il aimait l'exactitude et prêchait d'exemple. Il avait imaginé d'arriver à l'école un peu avant l'heure fixée et de guetter le gardien à qui incombait le soin d'ouvrir ponctuellement l'atelier. Celui-ci, naturellement, arrivait en retard. Merson ne manquait pas de le lui faire observer et sans détours inutiles. Quand, piano, piano, arrivait le modèle, une demi-heure, ou plus, après l'heure prescrite, le susdit modèle a son tour, était aubadé, c'est le cas de le dire, et de belle façon. Mais le bouquet, c'était quand, un à un, lentement, sans entrain, arrivaient les élèves (mettons, si on veut, certains élèves). La scène devenait épique, les noms d'oiseaux pleuvaient sur eux, et avec quelle véhémence et quelle ironie! Le plus souvent, Merson exaspéré prenait

45




son chapeau et claquait la porte, laissant modèles et élèves se congratuler. Non, vraiment, il n'avait pas le sens de la popularité!
  Même en accordant que la forme était un peu rude, peut-on dire qu'il avait tout à fait tort? Cette intransigeance farouche, en toute occasion où était en jeu ce qu'il considérait comme le devoir et la vérité, portée au soin du conseil des professeurs, ne tarda pas à provoquer des confits : « Ah! voilà Merson qui se fâche », disaient-ils. C'est qu'en vérité il se fâchait souvent. Las de lutter, il offrit sa démission qui fut finalement acceptée.

Au fond c'était un solitaire.


*
* *

Derrière l'oeuvre immense accomplie par L.-O. Merson, oeuvre que tout le monde peut connaître et juger, il y avait l'homme. L'homme honnête et modeste, trop modeste, l'homme simple qui ne se montrait guère, qui se livrait peu et qui, par une sorte de pudeur instinctive, cachait sous des dehors gouailleurs ou ironiques, la plus vive sensibilité.


46




On le connaissait mal, et pour parler plus justement, il se laissait mal connaître. Sa franchise prenait aisément une forme brusque et agressive. Les concessions n'étaient pas son fait et, certain d'avoir mis sa vie d'accord avec son très haut idéal, il admettait peu la faiblesse chez les autres.
  Mais quel admirable exemple il a donné à tous les artistes qui souhaitent, d'abord, de vivre dignement !
  Dans cette longue existence de travail on ne découvre pas une heure de lâcheté. Ni la recherche des honneurs les plus légitimes, ni l'appât du gain, ni le goût de la popularité n'ont eu de prise sur cette rare et forte conscience.
  Il ignorait, littéralement, l'ambition des choses de ce monde.
  Les injustices, les dédains, les dures conséquences de l'isolement, il les acceptait... Que dis-je! il semblait les rechercher, âprement, comme la juste rançon de son indépendance et dans une joie secrète de n'avoir point abandonné une parcelle de l'idéal qu'il avait librement choisi.
Il avait l'horreur de la bassesse, de cette bassesse

47




si fréquente hélas! devant l'espoir de succès immédiats.
  Cette horreur, il la manifestait, non pas seulement par des paroles, que sa modestie même lui faisait éviter, mais bien par des actes et des sacrifices. Et c'est par là que son exemple était et est encore précieux et fructueux.
  Et, lorsque après avoir affronté sa forme un peu rude ou ironique on arrivait jusqu'à son coeur, quels trésors de beauté, de droiture, de dévouement et de fidélité n'y trouvait-on pas? et quelle gaieté, quelle fantaisie dans l'esprit, averti de tout, de cet incomparable ami!


*
* *

  La carrière de Luc-Olivier Merson s'est déroulée dans le seul amour de sa profession, dans une marche calme et continue.
  En 1892, il entrait à l'institut en remplacement de Signol.
  En 1920, il consentit à exposer un ensemble d'études, de dessins, de compositions qu'il jugeait être d'un exemple utile à la jeunesse. Le succès

48




en fut très grand et fut confirmé par la Médaille d'honneur.
  Tardif hommage.
  La perte d'êtres chers survenue en un court espace de temps, lui avait porté un coup terrible dont jamais il ne se remit.
La vie lui devint un fardeau au-dessus de ses forces. L'enthousiasme avait disparu. L'effort ne l'intéressait plus. Refusant toute distraction salutaire, il se réfugiait dans un travail obstiné et presque machinal d'où toute joie semblait absente.
  Les oeuvres ébauchées et inachevées devenaient plus nombreuses.
  Puis survint la terrible Guerre! Les émotions qu'il ressentit pour son fils mobilisé et les difficultés de l'existence augmentaient encore cette tristesse maladive qui ne le quitta plus.
  Il mourut, à Paris, le 13 Novembre 1920. C'est sur son cercueil que fut déposée la croix de commandeur de la Légion d'Honneur.
  La disparition d'un tel artiste montre quelle place il tenait dans l'affection de ses amis et de ses élèves, dans l'estime de tous ses confrères,

49




de tous ceux qui l'avaient connu ou seulement approché.
  Sur la généreuse initiative du maître Bonnat dont le grand coeur a trouvé en cette circonstance l'occasion de s'affirmer de nouveau, les amis et élèves de Merson organisèrent à l'École des Beaux-Arts, en 1921, une exposition qui glorifiait dignement l'oeuvre du grand artiste, dans cette École même, où, près de cinquante ans avant, il obtenait ses premiers succès.
  Aucun hommage n'eût été accepté par lui avec plus de fierté et d'émotion.
  L'abondance, la variété, la beauté, les rares qualités d'art et de conscience des oeuvres offertes à l'admiration du publie, décidèrent du succès de cette exposition qui classa à jamais Merson parmi les artistes qui honorent le plus leur profession et leur pays.

séparateur



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques