www.philatelistes.net - Luc-Olivier Merson : LA LEGENDE DE SAINT JULIEN L'HOSPITALIER de FLAUBERT (Editions Ferroud,1895)
Site officiel du Groupement Philatélique France-Scandinavie
Site Officiel du Groupement Philatélique France-Scandinavie.
Toute la Philatélie Scandinave. Catalogue en ligne gratuit des timbres de scandinavie. Ventes à prix net. Echanges.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Luc-Olivier Merson : LA LEGENDE DE SAINT JULIEN L'HOSPITALIER de FLAUBERT (Editions Ferroud,1895)


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

en 1895, Luc-Olivier Merson participe l'illutration de Saint Julien l'Hospitalier de Flaubert pour l'diteur Ferroud...


Rsum

Deux mystrieuses prdictions accompagnent la naissance de Julien : il sera saint et empereur.
Pendant sa jeunesse, Julien devient un seigneur cruel. Lors d'une chasse, un cerf lui prdit qu'il tuera ses parents et peu aprs, la prdiction manque de se raliser : involontairement, Julien tire sur sa mre. Pour chapper la prdiction, il quitte le chteau familial. Il combat dans plusieurs armes et obtient en mariage la fille d' un empereur grce ses exploits. Une nuit pendant que Julien est la chasse, ses parents, depuis longtemps sa recherche, se prsentent sa femme, qui leur offre sa couche pour qu'ils se reposent. A son retour, Julien croyant apercevoir dans l'obscurit un homme couch dans son lit auprs de sa femme, gorge ses parents. Lorsqu'il dcouvre l'horrible vrit, il renonce tous ses biens et se met au service des autres en se faisant passeur. Une nuit, il fait traverser un lpreux qu'il hberge, nourrit et rchauffe de son propre corps. Alors, l'agonisant, qui n'est autre que "Notre Seigneur Jsus" l'emporte jusqu'au ciel.


Illustrations de Luc-Olivier Merson


... elle aperut, sous un rayon de lune qui entrait par la fentre, comme une ombre mouvante.
C'tait un vieillard en froc de bure, ... une besace sur l'paule, toute l'apparence d'un ermite

...il se posta devant le trou, une baguette la main. Au bout de trs longtemps un museau rose parut, puis la souris toute entire. Il frappa un coup lger.

Il se mit l'trangler ; et les convulsions de l'oiseau faisaient battre son coeur, l'emplissaient d'une volupt sauvage et tumultueuse

Quand sa mre l'embrassait, il acceptait froidement son treinte, paraissant rver des choses profondes.

Le grand cerf... avanait toujours, allait fondre sur lui, l'ventrer ; et Julien reculait dans une pouvante indicible. Le prodigieux animal s'arrta...

... les rideaux d'une tapisserie se relevrent, et une jeune fille paru

Sa femme, pour le recrer, fit venir des jongleurs et des danseuses

... des croix vermoulues se penchaient d'un air lamentable. Mais des formes remurent dans l'ombre indcise des tombeaux ; et il en surgit des hynes

C'tait bien une barbe, cette fois, et un homme ! un homme couch avec sa femme ! Eclatant d'une colre dmesure, il bondit sur eux coups de poignard

... on lui criait des menaces, on lui jetait des pierres. Les plus charitables posaient une cuelle sur le bord de leur fentre

Il commena par tablir sur la berge une manire de chausse ... il se brisait les ongles remuer des pierres normes.

Ds qu'il entra dans la barque, elle s'enfona prodigieusement, crase par son poids ; une secousse la remonta ; et Julien se mit ramer






Dessins prparatoires


Le prodigieux animal s'arrta ... il rpeta trois fois :
« Maudit ! Maudit ! Maudit !
Un jour coeur froce,
tu assassineras ton pre et ta mre !»

...il se posta devant le trou, une baguette la main.
Au bout de trs longtemps un museau rose parut,
puis la souris toute entire.
Il frappa un coup lger.

...il lana son javelot.
Un cri dchirant partit.
C'tait sa mre, dont le bonnet longues barbes restait clou contre le mur.

... les rideaux d'une tapisserie se relevrent,
et une jeune fille paru

Julien se mit courir...un ours du revers de patte
lui enleva son chapeau : et la panthre, ddaigneusement,
laissa tomber une flche qu'elle
portait dans sa gueule.

Il commena par tablir sur la berge une manire de chausse ...
il se brisait les ongles remuer des pierres normes.


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques