www.philatelistes.net - Les timbres au type Merson : les faux dits de « Forbin », 1912
Albums préimprimés gratuits de France, des colonies et d'autres pays
Edition et distribution gratuite de pages d'Albums préimprimés de Timbres de France (non illustrés).

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

Actualités
Actualités

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages
Votre e-mail:


Les timbres au type Merson : les faux dits de « Forbin », 1912


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Ils ont fait l'objet de plusieurs tudes, dont celles-ci, qui m'ont permis de vous prsenter ces quelques pages :


[1] 1976-10 Echo de la Timbrologie No 1470 Le Faux 5F Merson de France (M. Pierre QUESNEL)
[2] 1987-06 Le Monde des Philatlistes No 409 Juin 1987 Les Faux timbres au type Merson de 1912-1re partie (MM. Jean STORCH et Robert FRANÇON)
[3] 1987-07 Le Monde des Philatlistes No 410 Juillet -Aout 1987 Les Faux timbres au type Merson de 1912-2me partie (MM. Jean STORCH et Robert FRANÇON)
[4] 1989-10 Le Monde des Philatlistes No 434 Faux « Merson » de 1912 : Sur la piste des faussaires (MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY)

Il s'agit de faux de trs bonne qualit raliss pour tromper les collectionneurs.

Quelle serait l'origine de ces faux ?

Ces vignettes sont apparues vers 1912 chez le marchand parisien FORBIN, d'où leur nom. Ils sont -à de très rares exceptions- tous oblitérés. Probablement, en raison des poursuites possibles envers les faussaires (cf. articles 443-2, 443-4, 444-1, 444-3 du code pénal)
il a pu tous les oblitérer pour ne tromper que les collectionneurs en vendant de pseudo fac-similés.

Plusieurs hypothses, mais pas de certitude

Un vol l'Atelier ?

On ne sait toujours pas avec certitude où ces timbres ont pu être imprimés. Peut-être en Belgique ? M. Wilfrid HAWORTH a émis l'hypothèse d'un vol en 1901 à l'Atelier des timbres-poste. L'Administration aurait alors changé le poinçon pour démasquer les voleurs. Mais cette version parait peu plausible si l'on considère l'absence de trace de ce vol de Merson dans les documents administratifs d'époque et le grand nombre de faux timbres émis dans les BFE.

Un faussaire ?

L'hypothse la plus vraisemblable est celle mise par MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY en 1989[4] :


« D.-J. Bramly, rdacteur du Journal of the France and Colonies Philatelie Society de Grande-Bretagne, (...) a interrog les tmoins encore vivants de cette lointaine poque. Il a consult de nombreux journaux, philatliques ou non. Enfin il a t autoris consulter les archives des plus grands ngociants de Grande-Bretagne. Les dcouvertes sont surprenantes.
M. A. Constantine est n avec le sicle. Tout jeune homme il s'installa ngociant en timbres-poste Paris jusqu' son appel sous les drapeaux, en 1939. Aprs la dbcle de 1940, il rejoignit les Forces franaises libres Londres. La guerre termine, et s'tant entre-temps mari avec une Anglaise, il s'tablit Londres, o il recommena le commerce des timbres-poste. Ce trs rput ngociant est dcd le 7 juillet 1987.
(...)
Il avait plus de quatre-vingts ans quand, en 1983, D.-J. Bramly lui demanda un entretien. Ils parlrent, entre autres, longuement des faux de Forbin.
(...)
La rumeur publique en attribuait le commerce M. Forbin, ngociant en timbres Paris. Il serait entr en contact avec un faussaire espagnol qui aurait fui son pays sous l'accusation d'avoir fait des faux billets de banque de 100 pesetas. C'est ce dernier qui aurait fait les planches.
D'aprs M. Constantine, cette poque M. Forbin aurait eu en tant qu'employs les frres Grosswald dans sa boutique et leur beau frre, C. Sibirsky (qui se faisait appeler Sibiesco), en tant que commis voyageur.
M. Constantine insistait sur le fait que Forbin ne vendit jamais aucun faux dans son magasin ou par correspondance. Toutes les ventes auraient t faites, en gros, d'autres ngociants par l'intermdiaire de Sibirsky, et beaucoup d'acheteurs savaient trs bien qu'ils achetaient des faux.
Bien que les soupons se soient ports immdiatement sur Forbin, ds 1912, M. Constantine n'entendit parler d'aucune accusation officielle au sujet de ces faux avant 1918.
Un des Grosswald et Sibirsky furent arrts en 1918. Cela nous en avons la preuve officielle, comme on le verra plus loin.
D'aprs les souvenirs de M. Constantine, Forbin aurait t accus, dans les annes 20, non pas en tant que faussaire mais en tant que fraudeur. Cette accusation aurait t rendue possible par une imprudence de Forbin. Il aurait envoy certains receveurs de bureaux de poste des BFE des enveloppes revtues de faux pour les oblitrer et les lui renvoyer son adresse. Un des receveurs aurait eu l'attention attire par une diffrence de teinte de ces timbres et aurait envoy une ou deux de ces enveloppes pour expertise Paris, au bureau central des BFE. Les timbres auraient t reconnus comme faux. Des perquisitions auraient eu lieu dans la boutique et l'appartement de Forbin et auraient permis de dcouvrir d'autres enveloppes oblitres.
Mais on n'aurait pas pu trouver d'autre preuve contre Forbin.
D'aprs M. Constantine les juges auraient fait savoir Forbin qu'ils le souponnaient d'tre l'instigateur des falsifications mais que, faute de preuve, on n'aurait retenu contre lui que l'accusation de fraude, et il aurait t condamn. Plus tard, Forbin vendit sa boutique mais continua encore longtemps le commerce des timbresposte.
(...)
Toute la presse parla des faux Merson, et la rumeur publique accusa Forbin.
Il semble bien que le commerce dura trois ans. Une piste est donne par les dates des fausses oblitrations. Elles s'chelonnent du 11 janvier 1909 au 16 juillet 1912. Cela n'est pas une preuve absolue mais une simple indication. Aprs 1913 on ne parla plus de cette affaire. Elle ne refit surface dans la presse qu'en 1918. Le journal le Matin du 1er janvier 1918 crit :
 A travers la France. Faits divers. Alpes-Maritimes, Nice. Le service de la Sret a arrt deux individus nomms Sibiesco et Grosswald. Ils fabriquaient des faux billets de banque et des timbres. On pense que leur mission de faux billets est importante. 
(...)
Voici donc les faussaires sous les verrous, mais dans la presse nous n'avons trouv aucune mention d'un ventuel procs. Nous n'avons pas trouv non plus la rfrence du graveur espagnol dont nous a parl M. Constantine. Enfin jusqu'ici nous n'avons trouv aucune mention crite du procs de M. Forbin, dont se souvenait si bien M. Constantine. Il reste donc bien des mystres concernant les faussaires mme si les pistes sont trs convergentes. »

in Le Monde des Philatlistes No 434, Octobre 1989. Faux « Merson » de 1912 :
Sur la piste des faussaires (MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY)


En rsum, il semble bien que l'on soit dans le cas d'une escroquerie visant les collectionneurs.
Seul le 5F est apparu sur le marché français. Comme le faussaire ignorait sans doute que le poinçon du 5 F différait des autres, tous les 1F, 2F, 5F des BFE comportent ces mêmes différences.



Les Faux 5F

Ce sont les plus facilement identifiables.
La seule valeur prsente pour la France. On le trouve galement pour les Bureaux Franais de l'Etranger (BFE) avec les mmes dtails diffrentiateurs.


Les diffrences

Selon l'tude de Monsieur QUESNEL[1], la dentelure verticale prsente une lgre diffrence (le faux diffre parfois d'une ½ dent). Mais, en examinant ces timbres de prs avec un odontomtre, on se rend compte que cette diffrence n'affecte pas systmatiquement tous les faux, mais certains d'entre eux, sans qu'il n'y ait de logique relle.
On trouve une petite variation de ± ¼ uniquement sur la dentelure verticale du faux 5F.
Voir : red_arrow.gif Les dentelures du faux merson

Le format du cadre qui diffrent :


faux_chi_5fb.jpg
Faux 5F de Chine
dentel 14 x 13,5 13,75
Format : 35,7 36 mm x 20 20,5 mm

vrai_chi_5fb.jpg
Vrai 5F de Chine
dentel 14 x 13,5
Format : 35,7 36 mm x 20,2 20,7 mm


Sur le timbre, ce sont pas moins de sept dtails majeurs (mais il y en a d'autres plus ou moins pertinents selon l'encrage) qui permettent de les reprer :



1-Cartouche de la valeur


faux_detail-1.jpg
Position
faux_5f-detail-1.jpg

Faux
Cinq lignes de points
distincts nets et spars

vrai_5f-detail-1.jpg
Vrai
quatre lignes de points
mal imprimes
faux_5f-detail-1ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-1ex.jpg
Vrai

2-Coin suprieur gauche


faux_detail-2.jpg
Position
faux_5f-detail-2.jpg

Faux
Une ligne brise
sur quatre
vrai_5f-detail-2.jpg
Vrai
Deux lignes brises
sur quatre
faux_5f-detail-2ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-2ex.jpg
Vrai


3-Angle infrieur droit


faux_detail-3.jpg
Position
faux_5f-detail-3.jpg

Faux
Deux traits verticaux
intacts
vrai_5f-detail-3.jpg
Vrai
Deux traits verticaux
briss
faux_5f-detail-3ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-3ex.jpg
Vrai


4-Angle infrieur gauche


faux_detail-4.jpg
Position
faux_5f-detail-4.jpg

Faux
8 lignes verticales
gauche de la colonne
vrai_5f-detail-4.jpg
Vrai
7 lignes verticales
gauche de la colonne
faux_5f-detail-4ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-4ex.jpg
Vrai


5-Cartouche du nom du Pays ou du mot POSTES pour les timbres de France


faux_detail-5.jpg
Position
faux_5f-detail-5.jpg

Faux
Lignes contre
le tronc trs nettes
vrai_5f-detail-5.jpg
Vrai
lignes contre le tronc
mal brises,
peu distinctes
faux_5f-detail-5ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-5ex.jpg
Vrai


6-Coin suprieur droit


faux_detail-6.jpg
Position
faux_5f-detail-6.jpg

Faux
feuille avec grosse
nervure centrale
avec un point au dessus
vrai_5f-detail-6.jpg
Vrai
feuille avec 2 nervures
fines et spares
faux_5f-detail-6ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-6ex.jpg
Vrai


7-bas gauche du cartouche de la valeur


faux_detail-7.jpg
Position
faux_5f-detail-7.jpg

Faux
feuille coupe
vrai_5f-detail-7.jpg
Vrai
feuille entire
faux_5f-detail-7ex.jpg

Faux
vrai_5f-detail-7ex.jpg
Vrai



Quelques autres exemples du faux 5F

On trouve le 5 F pour la France, et les bureaux des BFE suivants : Alexandrie, Crte, Ddagh, Levant, Maroc, Port-Sad, Zanzibar.


faux_fr_5fb.jpg
Faux 5F de France

faux_ale_5fb.jpg
Faux 5F d'Alexandrie

faux_lev_5fb.jpg
Faux 5F du Levant



Les Faux 1F (BFE uniquement)


faux_zan_1f-1b.jpg
Faux 1F de Zanzibar
dentel 14 x 13,5 13,75
Format : 35,7 36 mm x 20 20,5 mm

vrai_zan_1f-1b.jpg
Vrai 1F de Zanzibar
dentel 14 x 13,5
Format : 35,7 36 mm x 20,2 20,7 mm


Sur le timbre, les mmes quatre premiers dtails permettent de les reprer (encore une fois, en les examinant de prs, il y en a d'autres de moindre importance):



1-Cartouche de la valeur


faux_zan_detail-1.jpg
Position
faux_1f-detail-1.jpg

Faux
Cinq lignes de points
distincts nets et spars

vrai_1f-detail-1.jpg
Vrai
quatre lignes de points
mal imprimes
faux_1f-detail-1ex.jpg

Faux
vrai_1f-detail-1ex.jpg
Vrai

2-Coin suprieur gauche


faux_zan_detail-2.jpg
Position
faux_1f-detail-2.jpg

Faux
Une ligne brise sur quatre
vrai_1f-detail-2.jpg
Vrai
Deux lignes brises sur quatre
faux_1f-detail-2ex.jpg

Faux
vrai_1f-detail-2ex.jpg
Vrai


3-Cartouche du nom du Pays


faux_zan_detail-3.jpg
Position
faux_1f-detail-3.jpg

Faux
Lignes contre
le tronc trs nettes
vrai_1f-detail-3.jpg
Vrai
lignes contre le tronc
mal brises,
peu distinctes
faux_1f-detail-3ex.jpg

Faux
vrai_1f-detail-3ex.jpg
Vrai


4-Coin suprieur droit


faux_zan_detail-4.jpg
Position
faux_1f-detail-4.jpg

Faux
feuille avec grosse
nervure centrale
avec un point au dessus
vrai_1f-detail-4.jpg
Vrai
feuille avec 2 nervures
fines et spares
faux_1f-detail-4ex.jpg

Faux
vrai_1f-detail-4ex.jpg
Vrai



Quelques autres exemples du faux 1F

On trouve des faux 1F pour les bureaux des BFE suivants : Alexandrie, Cavalle, Crte, Ddagh, Levant, Maroc, Port-Sad, Zanzibar.


faux_ale_1fb.jpg
Faux 1F d'Alexandrie

faux_cav_1fb.jpg
Faux 1F de Cavalle

faux_chi_1f-1b.jpg
Faux 1F de Chine

faux_chi_1f-2b.jpg
Faux 1F de Chine



Les Faux 2F (BFE uniquement)


faux_lev_2f-2b.jpg
Faux 2F du Levant
dentel 14 x 13,5 13,75
Format : 35,7 36 mm x 20 20,5 mm

vrai_lev_2fb.jpg
Vrai 2F du Levant
dentel 14 x 13,5
Format : 35,7 36 mm x 20,2 20,7 mm


Sur le timbre, comme pour le 1F des BFE, quatre dtails principaux permettent de reprer les faux (avec la mme remarque que pour le 5F et le 1F) :



1-Cartouche de la valeur


faux_lev_detail-1.jpg
Position
faux_2f-detail-1.jpg

Faux
Cinq lignes de points
distincts nets et spars

vrai_2f-detail-1.jpg
Vrai
quatre lignes de points
mal imprimes
faux_2f-detail-1ex.jpg

Faux
vrai_2f-detail-1ex.jpg
Vrai

2-Coin suprieur gauche


faux_lev_detail-2.jpg
Position
faux_2f-detail-2.jpg

Faux
Une ligne brise sur quatre
vrai_2f-detail-2.jpg
Vrai
Deux lignes brises sur quatre
faux_2f-detail-2ex.jpg

Faux
vrai_2f-detail-2ex.jpg
Vrai


3-Cartouche du nom du Pays


faux_lev_detail-3.jpg
Position
faux_2f-detail-3.jpg

Faux
Lignes contre
le tronc trs nettes
vrai_2f-detail-3.jpg
Vrai
lignes contre le tronc
mal brises,
peu distinctes
faux_2f-detail-3ex.jpg

Faux
vrai_2f-detail-3ex.jpg
Vrai


4-Coin suprieur droit


faux_lev_detail-4.jpg
Position
faux_2f-detail-4.jpg

Faux
feuille avec grosse
nervure centrale
avec un point au dessus
vrai_2f-detail-4.jpg
Vrai
feuille avec 2 nervures
fines et spares
faux_2f-detail-4ex.jpg

Faux
vrai_2f-detail-4ex.jpg
Vrai



Quelques autres exemples du faux 2F

On trouve des faux 1F pour les bureaux des BFE suivants : Alexandrie, Cavalle, Crte, Ddagh, Maroc, Port-Sad, Zanzibar.

faux_ded_2fb.jpg
Faux 2F de Dedeagh

faux_zan_2fb.jpg
Faux 2F de Zanzibar



Les faux cachets

Les dates s'talent de 1909 1912 pour la France et Alger et de 1903 1911 pour les BFE, selon les tudes effectues par le Dr JOANY, et MM QUESNEL, STORCH, FRANÇON et D.-J. BRAMLY.
Les fausses oblitérations du 5F de France dsignent :
  • les bureaux de Paris :
    bureau 1-place de la Bourse (2me), bureau 2-rue Milton (9me), bureau 4-rue d'Enghien (10me), bureau 10-rue de Rennes (6me), bureau 22-rue de Provence (9me), 25-rue Danton (6me), bureau 41-av. Duquesne (7me), bureau 51-rue Le Peletier (9me), bureau 66-rue d'Alsia (14me), bureau 96-rue Gluck (9me), bureau 118-rue d'Amsterdam (9me)
  • ,
  • les villes de Boulogne sur Mer, Lusigny (Aube), Lyon-Perrache, Marseille A, Mont-de-Marsan (Landes), Reims-Vesle (Marne), Tours
  • Alger




« Les timbres taient vendus oblitrs, et il fallait, pour ne pas attirer l'attention, que les cachets soient trs nombreux et les dates trs varies. Un mme cachet rpt des milliers de fois aurait attir l'attention des collectionneurs perspicaces. De nombreux cachets sont illisibles. Tous les cachets faux ont la lampe de Wood (UV) une raction diffrente des cachets authentiques et sont donc faciles dtecter. »

in Le Monde des Philatlistes No 434, Octobre 1989. Faux « Merson » de 1912 :
Sur la piste des faussaires (MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY)






Album

Cliquez ici pour télécharger
les pages d'album des faux Merson au type Forbin
au format Word ou pdf





Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques