www.philatelistes.net - La Gazette des Absents (numéro 14)
Philatelic Webmasters Organization (PWO)
Association fondée pour promouvoir, soutenir et développer la philatélie grâce à la création et la publication sur le Web. Contrairement à ce que son titre pourrait faire penser, elle s'adresse également aux webmasters francophones. Utile pour tous ceux qui souhaitent développer un site et bénéficier du savoir-faire des "aînés" sur le sujet.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

Actualité
Actualité

Evénements

Revue de presse
Le forum
Les sondages

Vendre, Acheter, Echanger
Les adresses
Ventes sur offres ou à prix nets
Petites annonces

La Gazette des Absents (numéro 14)



ont été blessés dans le combat d'avant-hier. Le général Ladreit de la Charrière a été tué à l'attaque de Montmély. Nous avons aussi perdu le colonel de Grancey, des mobiles de la Côte-d'Or. Le colonel de Vigneral et les chefs de bataillons d'Ille-et-Vilaine, Lemintier de Saint-André, Le Gonidec de Kerhalic et du Deserzen, ont été blessés, le dernier très légèrement. - Un étranger généreux. M. R. Wallace, un des rares Anglais qui partagent avec nous les rigueurs du siège, vient de mettre à la disposition des hospices une somme de deux cent mille francs affectée au chauffage des indigents. Un tel acte de libéralité est au-dessus de tout éloge : il montre aussi la sympathie que notre pays inspire aux étrangers qui assistent au spectacle de sa régénération.

LUNDI, 5 décembre. - RAPPORT MILITAIRE : 4 décembre. Les pertes de l'ennemi ont été tellement considérables qu'en plein jour il a laissé passer la rivière à une armée qu'il avait attaquée la veille avec violence. Nos troupes se reposent pendant qu'on remplace les cadres. Le gouverneur est resté à leur tête.

Ordre du général Ducrot expliquant à ses soldats qu'il leur a fait passer la Marne pour ne pas les engager dans une lutte meurtrière et inutile. Mais le repos n'aura été que de courte durée, et il faut s'apprêter à de nouvelles épreuves.

Dépêche d'Algérie, annonçant qu'une tranquilité parfaite règne dans tout le pays.

INFORMATIONS ET FAITS DIVERS.- L'Homme d'Amiens. Tel est le nom sous lequel on désigne un mystérieux messager venu d'Amiens, qui paraît avoir le secret de traverser les lignes prussiennes. Une première fois il avait profité de l'affaire du Bourget pour entrer à Paris avec un millier de lettres ; à la faveur de la bataille du 2 décembre, il vient encore d'en apporter deux mille. - Les Nouvelles du dehors. Les renseignements sur ce qui se passe au-delà des lignes prussiennes nous arrivent en abondance ; mais nous continuons à ne les accepter qu'avec une grande réserve. On parle beaucoup de la capture de toute la flotte prussienne par nos vaisseaux ; mais ce fait est tellement important, et le récit qu'on en fait est environné de circonstances tellement héroïques, qu'il demande, plus que tout autre, à recevoir une confirmation officielle. - Les Lits pour les blessés. L'appel fait hier par le Gouvernement a été accueilli avec l'empressement le plus patriotique. On avait déjà offert ce soir 1392 lits.

MARDI, 6 décembre. - RAPPORT MILITAIRE : 5 décembre, 1 h. matin. Le nombre des prisonniers ramenés du champ de la bataille dépasse actuellement huit cents. - 4 h. 10 soir Reconnaissance, vers Aulnay du commandant Poulizac. Enlèvement de trois postes du chemin de fer de Soissons. Pas un homme atteint chez nous ; sept Prussiens restés sur place.

Ordre du général Clement Thomas interdisant aux gardes nationaux des compagnies de marche de se faire remplacer par des hommes de la garde sédentaire.

- La Question d'Orient. La dénonciation, par la Russie, du traité de 1856, se trouve, malgré son importance, classé au dernier rang de nos soucis. On
  en parle pourtant un peu entre deux rapports militaires. Les uns y voient quelque chance à une prochaine solution pacifique, devant résulter de nouvelles préoccupations que donnerait à la Prusse son entente, maintenant évidente, avec la Russie dans cette affaire. D'autres, moins soucieux de voir clore promptement l'ère des combats, se réjouissent surtout des embarras bien mérités que va créer à l'Angleterre cette situation inattendue. Si, en effet, au lieu de rester spectateur indifférent à nos désastres, le gouvernement de Sa Majesté Britannique fût venu, après Sedan, interposer son autorité pour mettre fin à une lutte meurtrière qui n'avait plus aucune raison d'être, il entraînait à sa suite l'Autriche, l'Italie et la Turquie, et c'en était fait de la guerre. Et alors, l'ambition russe venant à se faire jour, notre ancienne confraternité d'armes des champs de Crimée, jointe à la présence du service rendu, faisait de la nation française, qui, elle, ne sait pas être ingrate, la plus influente alliée de l'Angleterre AU lieu de celà, obéissant à un sentiment d'égoïsme irréfléchi, se laissant peut-être aller aussi à la satisfaction d'une misérable rancune, elle nous a laissé épuiser par une lutte qui nous guérira pour longtemps des expéditions lointaines, et surtout de celles où l'intérêt anglais se trouvera engagé.

- Les Dépêches privées. Il nous est déjà parvenu un grand nombre de dépêches particulières, et bien des personnes qui en attendent n'en ont pas encore reçu : cela tient certainement à l'énorme accumulation des télégrammes à Tours, d'où il ne peut en partir qu'un certain nombre à la fois. Le journal le Temps, qui s'est toujours occupé très sérieusement des questions de correspondance, donne à M. Steenackers, pour remédier à cet inconvénient, un conseil que nous nous empressons de lui transmetttre par notre gazette. On pourrait augmenter dans une proportion considérable le nombre des dépêches apportées par chaque pigeon en éditant une clé publique, dans laquelle plusieurs mots pourraient être représentés par une seule lettre, ou bien en autorisant les correspondants à en établir une à leur convenance. Ce dernier parti serait de beaucoup le meilleur, en ce qu'il faciliterait ces communications intimes que ne permet pas la télégraphie actuelle, et qui, après trois cruels mois de séparation, sont devenues un véritable besoin pour les familles.

DEPART DES BALLONS-POSTE : 5 décembre, 1 h. du matin, le Franklin, ballon Godard, parti de la gare d'Orléans, emportant dépêches et pigeons; - 5 h. du matin, l'Armée-de-Bretagne, ballon de MM. Yon et Dartois, nolisé par l'administration télégraphique, parti de la gare du Nord, n'emportant que des dépêches du Gouvernement et des télégrammes privés.

BOURSE. Derniers cours. 2 décembre : 3 p. 100, 53.80 ; emprunt, 55. - 3 décembre : 3 p. 100, 54.10 ; emprunt, 55.25. - 5 décembre : 3 p. 100, 53.65 ; emprunt, 54.80.

D. JOUAUST.



Imprimerie, 338, rue Saint-Honoré.


ConsulterRetour au sommaire
ou consulter :

ConsulterRecto (version texte)
ConsulterRecto (250Ko, image)
Gazette des absents numéro 14


ConsulterVerso (450Ko, image)
Gazette des absents numéro 14


ConsulterCachet (60Ko)
Gazette des absents numéro 14



Un grand merci à Philippe ROBY (Philatélie72) collectionneur passionné pour nous avoir transmis les documents pour les numéros 2 à 10, 12 à 14, 18 à 21, 24, 26 à 28.
Ainsi qu'à Chantal S. pour le numéro 17.


Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques