www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Association Philatélique France-Israel
Le site de l'Amicale Philatélique France-Israël 
Ce site a pour but d'amener le plus d’informations possibles sur la Philatélie Judaïca.

Il se compose de plusieurs rubriques : 
1.Présentation de l’Amicale 
2.Les Statuts de l’APFI (association loi de 1901)
3.Les Articles Originaux : cette rubrique vous propose 5 articles récents publiés par des membres de l’APFI accompagnés par l’image des timbres qui les illustrent.
4.Les Nouveautés d’Israël :  des détails sur les nouveaux timbres émis par l’état d’Israël
5.Les Nouveautés Judaïca : vous sont proposés ici les derniers timbres du monde entier ayant un rapport avec le judaïsme ainsi que des listings de timbres d’un pays, d’un thème ou d’un personnage.
6.Le Bulletin de l’APFI : vous trouverez sous cette rubrique quelques messages importants publiés dans le dernier bulletin de l’APFI ou dans les circulaires de liaisons.

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite



L'Année 2017 avec


Timbres Magazine
décembre   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 195 - Décembre 2017 ÉDITORIAL
J'évoquais dans l'éditorial du mois dernier l'étonnante ascension philatélique du Che Guevara. Elle s'est bien confirmée et les 122000 exemplaires de ce timbre se sont tous vendus. Une belle opération financière pour la poste d'Irlande qui va semble-il en réimprimer. Les spéculateurs doivent être déçus mais on peut imaginer qu'il y aura quelques petites différences d'impression qui permettront de distinguer le premier tirage du second. Le Che continuera donc de faire le bonheur des capitalistes!
Une preuve s'il en fallait une que les nouveautés méritent d'être suivies. C'est en tout cas ma conviction et en rédigeant le tome IV du hors-série Le dessous des timbres je m'aperçois que ces derniers temps sont particulièrement riches en événements. Le volume du courrier a beau baisser, l'intérêt pour le timbre ne se dément pas. En cette période de tensions internationales, il sert plus que jamais à la propagande.
C'est ainsi que Bachar el-Assad (alors que la poste syrienne ne fonctionnait plus) a trouvé le moyen de réaliser trois timbres à son effigie en 2014. Sur l'un d'eux figure en arrière-plan une église, une volonté d'apparaître comme le défenseur des minorités. Toujours en fouinant dans les nouveautés, j'ai découvert le premier timbre sur lequel l'on aperçoit certes à terre- le drapeau de Daesh. L'un de mes amis en poste à l'AFP à Bagdad devrait nous fournir de précieuses informations sur les conditions d'émission de ce timbre qui ne manque pas de surprendre. Journaliste de guerre, présent dans la région depuis plus de trente ans, c'est grâce a lui que nous avions pu vous proposer des timbres et des enveloppes du Kurdistan irakien. Toutes se sont rapidement vendues d'autant que certains timbres intéressaient les thématistes avec en outre des papillons.
Que dire du leader nord-coréen qui nous a récemment bombardés de blocs célébrant le lancement du missile Hwasong 14. La Corée est coutumière de ces provocations et c'est tout l'intérêt de remonter dans la chronologie des émissions. Ainsi le pays est à l'origine de l'unique juron proféré sur un timbre avec cette élégante formule : "Bâtard de Yankee". Quelques années auparavant, la Corée du Nord émettait un timbre représentant Richard Nixon transpercé par les stylos des journalistes réunis en conférence contre l'impérialisme américain.
Le hors-série consacre un dossier à la Russie d'hier et d'aujourd'hui, s'intéresse à la géopolitique des déserts et à beaucoup d'autres choses encore. Vous y trouverez en outre des histoires insolites, de nombreux rappels pour comprendre la philatélie des grandes régions du monde. C'est ainsi que je me suis penché sur le puzzle des îles d'Océanie en tentant de rendre simple et accessible ce qui se révèle être d'une grande mais passionnante complexité.
Bien entendu nous évoquons aussi la France, ses anciennes colonies mais également les TAAF à l'occasion de la sortie du livre dédié à l'Astrolabe. L'un des rédacteurs - Stéphane Dugast camarade à la Société des explorateurs français - connaît bien notre univers à la faveur de ses nombreux reportages.
Quand sort le hors-série ? C'est la bonne question que vous nous avez posée lors du dernier Salon d'automne où ce fut un plaisir de vous recevoir à notre stand. Il devrait être disponible pour les fêtes ou au plus tard début 2018.
Nous consacrons l'article d'ouverture a Claude Andréotto, une façon de rendre hommage à cet artiste talentueux et prolifique que vous avez probablement eu l'occasion de rencontrer à l'occasion d'une séance de dédicace.
Je souhaite un excellent salon a ceux qui auront la chance de se rendre à Monacophil. Merci pour votre fidélité, nous vous donnons rendez-vous le samedi 23 décembre pour la sortie du prochain numéro en librairie.
Retour sur le Salon d'Automne
Le dimanche 12 novembre à 16 heures les portes du 71e Salon philatélique d'Automne se sont refermées. Quatre jours de philatélie variée pour tous les goûts et tous les budgets à l'Espace Champerret de Paris.
Monacophil 2017
Organisée par le Club de Monte-Carlo et l'Office des Émissions de Timbres-Poste, la nouvelle édition de Monacophil tiendra sa promesse d'être une manifestation philatélique d'exception. Durant trois jours, du 30 novembre au 2 décembre, les visiteurs auront accès à des expositions remarquables ainsi qu'à 80 stands de postes et de négociants philatéliques. Revue de détail.
Claude Andréotto, l'amoureux de l'image
Décédé des suites d'une crise cardiaque le 29 octobre dernier, Claude Andréotto, auteur de plusieurs centaines de timbres-poste pour la France, les collectivises et territoires d'Outre-mer, Monaco, Andorre et de nombreux pays étrangers, fut l'un des graveurs les plus appréciés des philatélistes. Sa présence, son tempérament volontariste et militant au sein de l'association Art du Timbre Gravé, son caractère entier et attachant manqueront à tous les amateurs de la philatélie et de l'estampe.
Saint-Nicolas ou la Fête des Enfants sages
La Saint-Nicolas est une tradition festive et vivace dans plusieurs pays européens, ainsi que dans le Nord et l'Est de la France, qui se déroule le 6 décembre de chaque année. Chaque année, durant la nuit du 5 au 6 décembre, Saint-Nicolas descend du ciel et entre dans les maisons par les cheminées pour distribuer des friandises aux enfants sages. On le retrouve dans nos albums.
L'héliogravure : une entrée tardive à l'Atelier
L'héliogravure pour l'impression des timbres-poste est une affaire qui, en France, traîna en longueur. C'est au milieu des années 20 que tout se joue. Après la mise en oeuvre du programme de perfectionnement des presses typographiques, la taille-douce est adoptée timidement. L'Administration faisait valoir qu'un outillage présentant de telles qualités devait naturellement retenir l'attention. Les partisans de l'héliogravure avançaient plutôt des arguments économiques pour mettre en avant leur technique. On connaît la suite de l'histoire : des financements sont trouvés auprès de la Caisse autonome d'amortissement pour l'achat de presses taille-douce ... et l'héliogravure dut attendre plusieurs décennies avant de faire son entrée à l'Atelier. Le texte qui suit retrace les différentes étapes de cette aventure.
19 février 1929 : un raid aérien Paris-Hanoï de 10 km
Avant Paris New York Costes et Bellonte s'entraînent sur un raid France Indochine Un important courrier témoigne de ce projet qui a tourné court.
Marie et Irène
Le 12 septembre 2017, Irène Joliot-Curie aurait eu 120 ans. Le 7 novembre 2017 est le 150e anniversaire de la naissance de Marie Sklodowska-Curie, la première, et encore aujourd'hui, la seule femme à avoir obtenu deux prix Nobel. Deux anniversaires peu traités dans les médias.. Voici de beaux timbres et documents pour remédier à cet oublie.
L'Albanie de l'indépendance à la République (1912-1924)
L'Albanie fait partie de l'empire ottoman depuis la fin XIVe siècle. A la fin du XIXe, ce dernier s'essouffle et la résistance albanaise s'organise sur place et à l'étranger. Le nationalisme se développe au début du siècle suivant qui aboutit à la déclaration d'indépendance du 28 novembre 1912. S'ouvre une période troublée dont témoignent d'intéressantes émissions de timbres qui en soulignent les péripéties.
Les marques postales de l'armée française durant la Guerre du Golfe
La poste militaire est un domaine dont les collectionneurs sont très friands, notamment quand on se penche sur la marcophilie. En effet, les marques postales utilisées durant les conflits sont à la fois spécifiques et souvent éphémères, de quoi ravir les passionnés. Dans l'histoire de la philatélie militaire contemporaine, la Guerre du Golfe a suscité un intérêt énorme chez les collectionneurs, tant au moment du conflit lui-même qu'ensuite. Revenons sur les différentes marques postales militaires françaises utilisées durant cette courte période
Activité des contrôleurs dans les bureaux de poste
Ils contrôlaient! Mais quoi? "L'instruction pour les Contrôleurs des postes" (Musée de la poste, lois et décrets D.10419) précise que "ses fonctions sont d'aider et de veiller le Directeur, et tous ceux qui sont chargés de quelque service" et, entre autres choses de "vérifier les déboursés avec la plus grande exactitude".
Un préfet nommé Lépine
Sans le concours qui porte son nom, le Préfet de Police de Paris Louis Lépine serait peut-être aujourd'hui totalement oublié. Il fut célèbre à son époque. Et même très célèbre. Au point de figurer sur un grand nombre de cartes postales illustrées. Concurremment avec les journaux et les revues.
La chronique de Socrate : Les millésimes, à consommer sans modération
A l'occasion de la sortie du Beaujolais nouveau, l'un de mes amis qui n'est pas Philatéliste (personne n'est parfait) m'a convié chez lui. Je dois humblement avouer que ce vin primeur n'est pas mon préféré mais je l'apprécie en revanche pour son côté festif. Durant cette soirée bien arrosée et joyeuse, nous avons évoqué "nos millésimes". Mon hôte incollable sur les bonnes années m'a demandé quelles étaient les miennes. Je lui ai aussitôt indiqué 1906 et 1907 pour leur robe ou plutôt la couleur ce qui semblait l'intriguer. Je finis par lui expliquer qu'il s'agissait non des millésimes pour le vin mais pour les timbres. "J'aurais dû m'en douter" lâcha-t-il avec un brin d'exaspération. Pour le convaincre, je me suis lancé dans un petit cours.
Le millésime réduit a sa plus simple expression c'est un ensemble de deux timbres séparés par une bandelette verticale de papier sur laquelle figure un chiffre de O à 9 imprimé dans la couleur du timbre.
Il apparaît en 1891 sur les types Sage. L'administration soucieuse du contrôle de ses fabrications et de ses stocks, décide de dater les feuilles de timbres : un chiffre mobile est donc placé entre les 15e et 16e, 65e et 66e, 115e et 116e timbres de chaque feuille de 150. Il correspond au millésime de l'année. En plus, elle fait ajouter sur la marge inférieure de la feuille un ensemble de chiffres et de lettres qui définit le mois, son quantième, la presse qui imprime les timbres et l'indicatif du chef de machine.
Voilà à quoi servaient les millésimes mais ils n'ont guère duré longtemps. Dès 1922, l'Atelier du timbre se modernise et les presses rotatives impriment les timbres d'usage courant. Elles laissent d'autres traces avec les coins datés qui comportent en bas à droite la date d'impression. En 1927, les millésimes disparaissent complètement des timbres-poste mais ils survivent encore jusqu'en 1934 sur les timbres-taxe : le type "Banderole" aura le privilège d'être la seule figurine millésimée 1934.
Mon ami, un scientifique, chercha à me coincer en me disant qu'il était impossible de reconnaître les années. "Prends par exemple le chiffre 3, on peut le trouver en 1903, en 1913 ou en 1923 ?". Il resta interdit lorsque je lui répliquai avec aplomb que ce sont alors les nuances et le type de papier qui permettent de dater le millésime. "Quel intérêt de collectionner cela, franchement ?".
A mon sens, nos millésimes permettent de mieux connaître les timbres. En 45 ans, ce sont quelque deux cents timbres français (de petit format) qui ont été millésimés. Et puis il y a ceux des colonies qui commencent avec les Sage et ceux qui sont surchargés, les Alphée Dubois et les petites séries qui suivent à partir des années 1900.
J'évoquais aussi au passage ce qui constitue le rêve de tout collectionneur: posséder un bloc de quatre avec marges. Faute d'exemples à lui montrer (j'étais venu pour le Beaujolais), cela ne lui parlait pas. Son oreille fut en revanche plus attentive lorsque l'on en vint aux raretés. En effet, au cours des années et des rachats successifs de collections, les propriétaires ont cassé des millésimes. Pourquoi procéder de la sorte ? Tout simplement parce qu'il est plus facile de vendre un seul timbre que deux. C'est ainsi que certaines paires millésimées au type Sage dépassent les 5000 euros comme pour le 5 f. Mais pour moi leur intérêt n'est pas financier. Nos millésimes ont du charme avec leurs couleurs qui flattent l'oeil du connaisseur et agrémentent magnifiquement des monographies.
A "consommer" sans modération donc alors que pour le vin c'est une autre histoire.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
novembre   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 194 - Novembre 2017 ÉDITORIAL : Marketing et philatélie
Le timbre du "Che" émis par la république d'Irlande à l'occasion du cinquantenaire de sa mort (Octobre 1967) ne manque pas surprendre venant d'un pays pas franchement réputé acquis aux idées marxistes et à la fiscalité particulièrement douce pour les multinationales, notamment américaines.
Né en juin 1928 en Argentine, Ernesto Rafael Guevara rencontre Fidel Castro au Mexique en 1956 puis se rend à Cuba en tant que médecin et combattant. Il devient l'un des principaux commandants de la guérilla dans la Sierra Maestra. Après la victoire de Castro, celui qui devient le "Che" prend la nationalité cubaine. Directeur de la Banque nationale de Cuba, ministre de l'lndustrle, il souhaite jouer un rôle dans la planification de l'économie cubaine. Après des divergences avec Castro, notamment à propos de l'U.R.S.S., il quitte Cuba. La guerre du Viêt Nam l'inspire dans sa stratégie de lutte contre les impérialistes. Le Che s'engage sur de nouveaux fronts. Après un premier échec en Afrique centrale, il se rend en Bolivie où il organise et dirige la guérilla (1966-1967). 11 échoue à nouveau. Fait prisonnier le 8 octobre 1967, il est exécuté le lendemain. Il repose à Cuba (Santa Clara).
Notre timbre est issu d'un cliché pris en 1960 qui n'est autre que le plus reproduit de l'histoire de la photographie ! On le doit à Alberto Korda. La photo tombe dans l'oubli jusqu'à la mort du Che en 1967. Korda qui n'est pas un capitaliste dans l'âme ne touchera aucun droit au titre de ce cliché dont s'emparent la presse, les marchands du temple et la pop. En 1968 le graphiste irlandais Jim Fitzpatrick le reprend dans un style sérigraphié, noir et blanc. Il déclare : "J'ai volontairement conçu l'image pour qu'elle se reproduise comme des lapins". Un pari réussi, on la retrouve plus tard sur des multiples objets, des T-shirts aux briquets en passant par des coques de téléphones portables, mugs et même des magnets pour réfrigérateur. Pas très marxiste tout cela mais ce révolutionnaire cubain véritable icône - est devenu au fil du temps Un objet de consommation rentable.
Un joli coup marketing et financier pour la poste d'Irlande ? On s'interroge sur ses motivations et les détracteurs du timbre ne manquent pas. Certains évoquent le passé du Che en tant que procureur d'un tribunal révolutionnaire. Selon eux, il aurait alors exécuté plus d'une centaine de policiers et militaires du régime précédent. Le Che est même qualifié de "mass murderer". Pour Armando Lago de l'institut de recherches Cuba Archives, il est responsable de plus de 200 meurtres. Il serait devancé par Raul Castro (551 exécutions - directes ou indirectes) Le facteur personnel de Castro disait de Guevara "il tuait comme on boit un verre d'eau". Aussi simple que d'adresser une lettre à la poste aurait-il pu ajouter. Du sang il en est justement question sur le Premier Jour mais pas dans le sens que l'on vient d'évoquer. Sur celui-ci figure une citation rappelant que coule dans ses veines le sang des rebelles irlandais. Coté paternel, il y a effectivement des origines irlandaises. La poste passablement embarrassée par la polémique et les demandes de retrait se retranche en mentionnant que le timbre a été accepté par l'équivalent de notre Commission philatélique.
Celui qui disait: "La marchandise est la cellule économique de la société capitaliste. Tant qu'elle existera, ses effets se feront sentir dans l'organisation de la production et, par conséquent, dans la conscience." est devenu une tête de gondole un excellent produit de "mar-Che"!
71ème Salon philatélique d'Automne
Le traditionnel rendez-vous annuel des collectionneurs se tiendra à la porte Champerret, à Paris du jeudi 9 au dimanche 12 novembre 2017. Parallèleement aux stands de La Poste où l'on pourra se procurer les émissions proposées par Phil@poste, les philatélistes sont attendus sur les stands des artistes et concepteurs de timbres-poste des négociants et des administrations postales.
1024-2024 Paris ville olympique
A différence du siècle derniers La Poste n'attend pas l'année Olympique pour émettre des timbres. Ils s'inscrivent dans une vaste opération de communication qui démarre très en amont des jeux. Une nouveauté liée à notre époque ? Pas franchement car les timbres de 1924 dédiés aux J.O. sont en réalité les premiers de type événementiels Comme on va le voir, ils sont accueillis très fraîchement.
Route des Indes : sur les pas de Philéas Fogg !
Londres, 31 août 1860 : ce matin-à, Sir Charles Wood, secrétaire d'Etat pour les affaires des Indes, trouve sur son bureau une bien curieuse missive. Elle émane de H.B. Ridell, directeur-général des Postes à Calcutta, qui lui soumet une proposition de modification radicale de la desserte postale de ce vaste territoire. Une suggestion qui va inaugurer de longues années de débats et de polémiques dont nous avons pu consulter de larges extraits. Ouvrons le dossier.
Des missions norvégiennes à Madagascar
Les premiers missionnaires chrétiens à Madagascar sont envoyés par la London Missionary Society, d'abord à Tamatave en 1818 puis à Antananarivo, auprès du roi Radama Ier en 1820. Ils ouvrent des écoles, traduisent la Bible, érigent des temples, mais sont expulsés, avec tous les Occidentaux, par Ranavalona, épouse du roi défunt et nouvelle reine, qui revient au culte des ancêtres et ordonne d'épouvantables massacres, de chrétiens notamment. Le pays s'ouvre à nouveau aux Occidentaux dans les années 1860 à l'avènement du nouveau roi Radama II.
Il ne l'était pas tant que ça
Les historiens connaissent Mamert-Couillion pour l'action qu'il mena en mai 1815 en faveur de la levée en Maine-et-Loire d'une Compagnie de fédérés dont la devise aurait été "Patrie, Liberté, Empereur". Les marcophiles ignorent parfois son action en faveur des tarifs postaux.
Une pièce d'exception de la collection Ferrari refait surface après plus de 70 ans dans un coffre
Il y a à peine quelques jours, une pièce exceptionnelle ayant appartenu à Philippe de Ferrari a refait surface sur le marché philatélique. Resituons son histoire, en remontant aux catalogues de vente de la collection Ferrari lorsque celle-ci réapparaît sur le marché philatélique international.
Quand l'impression typo devient rotative...
Dans un précédent article, nous avons évoqué le fait que 1913 s'annonçait comme une année charnière pour la rénovation des presses typographiques. Un projet concernant une nouvelle presse, en préparation depuis plusieurs mois, avait permis l'impression d'une vignette Poincaré tirée sur rotative. Comme souvent dans la longue histoire de l'impression des timbres-poste, les essais ne furent pas prolongés à cette période. Mais finalement, la rénovation du parc existant avec l'acquisition de machines spéciales Chambon s'effectuera à partir de 1921. Voyons comment cette nouvelle étape dans l'équipement de l'atelier va s'étaler sur une durée assez longue pour satisfaire aux besoins d'impressions typographiques avec des machines qui vont servir pendant une soixantaine d'années sans transformations importantes.
Les carnets de 2016
La collection de carnets a continué à prospérer en 2016, avec deux directions bien différentes, mais bout aussi prolifiques. D'une part, dans les pays à fort trafic postal, une multiplication de carnets d'usage courant de plus en plus chatoyants destinés à tenter d'endiguer la diminution du courrier postal - à l'instar de la France, d'ailleurs, où l'on a vu apparaître une bonne douzaine de carnets de vignettes autocollantes fort bariolées en 2016... D'autre part, et là, un peu partout, de plus en plus de livrets directement destinés aux collectionneurs - et à la ponction de leur portefeuille, lorsqu'il s'agit de ces carnets "de luxe" sur le modèle des précurseurs britanniques que l'on connait bien.
Du printemps de Prague à la Slovaquie d'aujourd'hui
La république slovaque a acquis son indépendance en 1993. Son histoire est indissociable de celle de la Tchécoslovaquie dont elle faisait partie jusque-là. Remontons le temps au printemps 1968, alors qu'un souffle de liberté soufflait sur le pays membre pourtant du groupe des pays de l'Est.
La croix gammée avant Hitler
Adolf Hitler n'a pas inventé la « Croix Gammée ». Il se l'est appropriée pour en faire l'emblème de son parti, puis de son régime abominable. Aussi bien, les cartes postales anciennes que nous présentons dans ces pages avec leurs croix gammées n'ont-elles rien à voir avec le signe nazi. Et, nombre de collectionneurs ignorent qu'il exista dans les premières années du vingtième siècle des cartes de ce genre. De quoi s'agissait-il ? C'est que nous allons voir ensemble.
La chronique de Socrate : Une chance historique
J'ai quelques bonnes raisons de penser qu'à l'Elysée, on prepare la sortie d'une nouvelle Marianne pour le mois de juillet prochain. On ne peut que s'en réjouir car elle constitue un événement tant pour les philatélistes que pour les Français de manière générale. Il serait opportun de profiter de cette émission pour s'adresser aux jeunes. Au hasard de mes lectures, j'ai rétrouvé cet article issu du Monde des philatélistes daté février 1978 qui me semble inspirant: "PROMOTION DE LA PHILATELIE AUPRÈS DE LAJEUNESSE [en Belgique] Léon Defosset, ministre des P.T.T., se lance dans une vaste campagne de promotion de la philatélie auprès de la Jeunesse.
A cette fin, il va adresser prochainement à tous les élèves des classes de l'enseignement primaire et secondaire un message, accompagné d'un timbre-poste spécial pourvu d'une oblitération de circonstance. Le but de cette action est d'éveiller ou de stimuler l'intérêt des jeunes pour la philatélie, d'en faire ressortir l'intérêt culturel et artistique et d'inciter les enfants et les adolescents à s'adonner davantage aux loisirs de la collection.
D'autre part le ministre fait appel aux jeunes pour qu'ils lui écrivent en faisant connaître leur appréciation sur les timbres-poste émis au cours de l'année 1978 et en formulant leurs suggestions pour des émissions futures.
Les lettres sont à adresser à M. Léon Defosset, ministre des P. T. T. (. . .)".
Sans reproduire à l'identique l'initiative de ce ministre belge, La Poste, qui cherche via l'Adphile à intéresser les jeunes à la philatélie, pourrait peut-être profiter de l'annonce de la sortie de la nouvelle Marianne pour se rapprocher de l’Éducation nationale. Une action qui serait en ligne avec un récent Conseil des ministres dont voici un extrait du communiqué: « La ministre de la Culture et le ministre de l'Éducation nationale ont présenté, le jeudi 14 septembre 2017, une communication relative à l'éducation artistique et culturelle.
Le président de la République a fait de l'éducation artistique et culturelle une priorité et a fixé un objectif: 100 % des enfants touchés par les trois dimensions que sont la pratique artistique, la fréquentation des oeuvres et la rencontre avec les artistes, l'acquisition de connaissances dans le domaine des arts et de la culture. Cette ambition répond à une vision qui fait de l'articulation entre raison et sensibilité, intelligence et émotion la substance du nouvel humanisme qui doit inspirer l'éducation au XXIe siècle.
Les deux ministres ont énoncé deux priorités: la pratique artistique, notamment dans le domaine de la musique et du théâtre, qui demeure inégale, et le livre et la lecture (...) Le goût de la pratique artistique passe également par la rencontre avec les oeuvres et les artistes. C'est pourquoi, les résidences d'artistes seront développées, comme les dispositifs de découverte des lieux culturels et des œuvres in situ (...) S'agissant du livre et de la lecture, les programmes d'incitation à la lecture et à l'expression orale seront renforcés en s'appuyant sur le réseau des bibliothèques et médiathèques. Le "rendez-vous en bibliothèque" sera rendu systématique et régulier.
Le foisonnement d'initiatives devra converger, pour que l'offre artistique et culturelle irrigue tous les temps et lieux de vie des enfants et des jeunes (...)" Le timbre répond parfaitement aux trois dimensions évoquées par le chef de l'Etat. La pratique artistique tout d'abord. Rien n'empêcherait d'organiser un concours de dessin au niveau des collèges ou des lycées dont le projet retenu figurerait dans le programme philatélique officiel. Rendre le concours annuel, c'est inscrire le timbre durablement dans l'Éducation nationale, créer un rendez-vous incontournable tant pour les élèves que les professeurs. Concernant la fréquentation des oeuvres et la rencontre avec les artistes, le Musée de La Poste, les manifestations philatéliques s'y prêtent parfaitement. Enfin l'acquisition de connaissances dans le domaine des arts et de la culture passe aussi par la pratique de la lecture souhaitée par Emmanuel Macron. La presse philatélique offre chaque mois une étonnante ouverture sur le monde compte tenu de l'universalité du timbre. Elle gagnerait à se faire connaître auprès d'un public rajeuni qui découvrirait une source exceptionnelle de documentation (parfois en relation avec les programmes) et dont il ignore l'existence. Nous avons peut-être avec cette conjonction favorable des planètes, une chance historique de redonner au timbre la place qu'il mérite.
Il serait dommage de ne pas la saisir car il est nécessaire de multiplier les initiatives de cette nature afin que le timbre ne connaisse pas un sort analogue à celui de la lettre papier dont le président de La Poste prévoit la disparition dans un délai de quinze ans.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
octobre   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 193 - Octobre 2017 ÉDITORIAL : Le type Blanc, un bon timbre à collectionner
Nous avons reçu un projet de livre fort bien documenté sur le type Blanc Un timbre qui à la rédaction de ce magazine laisse tout sauf indifférent. Émis en décembre 1900, il inaugure le XXe siècle avec en effigie la déesse de la Liberté, la balance de l'égalité et la Fraternité symbolisée par deux angelots s'embrassant. L'actualité est alors la prochaine Exposition universelle, les travaux de Paris et le tout nouveau Métropolitain, ainsi qu'on l'appelle alors ce nouveau moyen de locomotion qui sera mis en service en juillet et qui est l'objet de toutes les curiosités. Étonnante époque où la philatélie se montre particulièrement active ; il existe de nombreuses revues, chaque négociant un tant soit peu important possède son propre bulletin et son journal.
Le type Blanc est seulement retiré en mars 1932, une belle longévité qui a laissé le temps au mode d’impression d'évoluer : à plat (type I) puis à la presse rotative (type II). Comme l'écrivait Michel Melot en septembre 2000 dans ces colonnes : "Jusque dans les années 1970, les timbres au type Blanc n'étaient tout juste bons qu'à boucher les cases des albums des collectionneurs. Petites valeurs aux cotes dérisoires, elles n'intéressaient personne jusqu'au jour où des chercheurs ont montré tout leur intérêt mis en valeur toute leur richesse et rendu publiques leurs découvertes. Des amateurs ont alors monté de superbes collections où figuraient des raretés insoupçonnées. Les types Blanc avaient acquis leurs lettres de noblesse". Il est rassurant de constater que 117 ans après son émission ils continuent de passionner sans que la collection ne devienne inabordable.
L'enthousiasme de l'auteur qui nous a présenté son projet est communicatif. Un état d'esprit qui ne devrait jamais nous quitter quel que soit notre âge - quand on collectionne. Loin de se satisfaire des renseignements donnés par les catalogues, il décide d'entreprendre une collection approfondie, de partir à la découverte de terres que l'on pensait connaître. Fort opportunément, la philatélie offre toujours des surprises. C'est ainsi que notre chercheur identifie des variétés nulle part répertoriées, décide d'aller plus loin que ce que les catalogues résument dans la phrase sibylline : "il existe de nombreuses variétés". Au total il mettra la main sur pas moins de 40000 timbres! Le type Blanc est assurément un bon timbre comme tant d'autres que nous évoquons dans ce magazine.

L'oblitération des timbres (1849-1945)
La naissance du timbre-poste a très vite suscité un engouement en France, la philatélie étant née pour ainsi dire en même temps que le timbre, remplissant avec passion des centaines de milliers d'albums. Mais il ne faut pas perdre de vue l'utilité première du timbre, à savoir d'affranchir une lettre. Et, pour que les services postaux valident le bon affranchissement et empêchent les timbres de servir une seconde fois, il leur faut un système d'annulation : l’oblitération. Ce système évolue au gré des années, se faisant plus précis, plus lisible, mais aussi beaucoup plus diversifié. C'est ainsi que l'on trouve une grande quantité de marques postales différentes, depuis l'apparition de la première Cérès jusqu'à nos jours. Il est difficile de se montrer exhaustif quant à ces marques postales tant elles sont nombreuses. Nous nous limiterons ici aux marques principales destinées à annuler les timbres, utilisées depuis les origines du timbre jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.
"L'hémisphère portugais" de Lisbonne à Nagasaki
A l'heure des GPS et autres applications cartographiques, les atlas font figure de grimoires désuets et sans utilité. Mais leur richesse synthétique et détaillée montre le monde disparu de l'époque de leur publication. L'atlas nautique du monde, appelé aussi atlas Miller, a été publié au Portugal en 1519.
Les timbres coupés de l'Oxus
On connaît quelques cartes postales affranchies de timbres coupés en 1905 sur le paquebot postal Oxus des Messageries maritimes (lignes de l'Océan indien). Tentons de démêler cette curieuse histoire d'affranchissement spécial.
Les Trente Glorieuses : quel paysage pour le timbre français ?
Les Trente Glorieuses ont marqué durablement le paysage français. Entre 1945 et 1975, baby-boom, exode rural, décolonisation et immigration entraînent une forte pression démographique dans toute la France et surtout dans la région parisienne où la population passe de 6 à 10 millions d'habitants. Il s'agit d'une période de reconstruction et d'urbanisation intense et raisonnée liée à la croissance économique. Le timbre-poste témoigne-t-il de ces changements économiques, politiques et urbains du paysage français ?
L'Uruguay avant son indépendance
Direction l'Uruguay, ce petit pays d'Amérique du Sud, voisin du Brésil et de l'Argentine, qui a mis des siècles à trouver la voie de l'indépendance coincé entre Espagnols et Portugais... Les timbres nous y conduisent.
Navigation philatélique en eau douce (III)
Poursuite de notre croisière en Asie, partons en Cochinchine et en Chine.
Les vignettes de l'école Pigier
Les Établissements PIGIER ont, pour leurs cours pratiques de correspondance commerciale, édité des vignettes et différents documents proches des émissions officielles. Leurs élèves les utilisent pour s'habituer avec l'emploi des timbres-poste destinés à l'affranchissement du courrier ou modèles appliqués au commerce, à l'Industrie et à la banque. Ces vignettes emploient le format et une illustration très proche de ceux des documents officiels, tels les timbres et entiers en service à l'époque de l'utilisation. L'usage de ces vignettes par les élèves couvre l'ensemble des tâches d'un secrétariat. Bien qu'ayant un caractère privé, il nous semble qu'elles peuvent être collectionnées en complément à une collection spécialisée, au même titre que d'autres simili-timbres, en les reliant par exemple aux pièces qu'elles imitent.
Des lettres pour les Deux-Siciles
Les Deux-Siciles, autrefois appelées Sicania puis Trinacria, étaient qualifiées de Grenier de Rome. Les Sarrasins s'y installent au IXe siècle, suivis en 1074 par les Normands et Pierre III roi d'Aragon y fait égorger tous les Français le jour de Pâques 1282 (vêpres siciliennes). L'archiduc Charles, futur empereur, s'en empare en 1708. La paix d'Utrecht donne le pays au Duc de Savoie et le traité de Vienne attribue les royaumes de Naples et de Sicile à l'Infant don Carlos qui devient roi d'Espagne en 1759. En 1806 les Français envahissent Naples et la famille royale s'établit à Palerme. Le roi remonte sur le trône en 1815, la constitution de type anglais est abolie, le royaume de Sicile est réuni à celui de Naples et, en 1816, les Deux-Siciles sont annexées au royaume d’Italie. Et ce n'est qu'un résumé.
Quand la Croix gammée flottait aux États-Unis
Les trois plis qui illustrent cet article sont les témoins de l'internement aux États-Unis de prisonniers allemands durant la Seconde Guerre mondiale. ils relatent une histoire longtemps restée dans l'ombre en France et qui ne manque pas de surprendre.
Dix jours qui ébranlèrent le monde
Septembre 1917. Sept mois se sont écoulés depuis la révolution russe de mars. L'immense empire des Tsars s'est effondré. Le pays est dans un désordre indescriptible. Mais le nouveau régime, avec à sa tête le socialiste Kerenski poursuit la guerre contre l'Allemagne aux cotés des Alliés. Or les paysans, les ouvriers de la jeune industrie, les soldats engagés par millions sur le front où se produisent des scènes de fraternisation avec les Allemands aspirent à la cessation des combats.
Interview de F. Farcigny
A la suite de la chronique de Socrate François Farcigny, président de la CNEP, a souhaité réagir en répondant à nos questions.
La chronique de Socrate : Vous avez la parole
Voici deux extraits de lettres de lecteurs à propos de notre sondage. L'un d'eux a cinquante ans, l'autre soixante-dix exprimant comme on peut l'imaginer des points de vue parfois divergents mais pour chacun bien intéressants. Laissons en premier la parole au plus jeune, Nicolas Petryuk : "Toujours sympas vos articles. La "philatélie à papa" se meurt, malheureusement faute de philatélistes! Je suis membre d'un club depuis 1985 : 80 membres cette année-là, 23 aujourd'hui. Je vends des timbres uniquement sur Ebay US pour avoir accès aux philatélistes du monde entier. Je me suis rendu compte que les acheteurs français ne représentaient que 22 % du total (en ce qui concerne la vente de timbres français). Je ne vends pas souvent (période de trois mois par an) car je n'ai pas le temps. Il me semble que tout finit par se vendre. Je collectionne l'U.R.S.S., la Russie (Jusqu'en 2000), la Hongrie (Jusqu'en 2007), la Tchécoslovaquie (Jusqu'en 1992), la Roumanie (Jusqu'en 1993), l'Algérie (jusqu'à aujourd'hui) quasiment tout en neuf et sans charnière. Autre collection, celle des timbres de mon année de naissance et ce dans le monde entier. C'est un joli défi qui m'a plu et il ne me manque pas grand-chose. Concernant la France, j'ai arrêté en 1995 et me suis mis aux lettres. Je n'ai rencontré aucun problème sur les sites Internet sauf une fois avec un timbre faux d'U.R.S.S. de 1934 mais je suis content de l'avoir. Compte tenu de mes spécialités, j'achète auprès de négociants étrangers et participe aux ventes aux enchères hongroises et ici encore, aucun problème. Je trouve que les marchands français proposent des prix trop élevés et me limite chez eux au matériel".
De Jean-Noël Fouchier : "Tout d'abord je n'achète ni timbre, ni album sur Internet et je n'ai rien à vendre. Je pense donner la collection à mon fils qui avait commencé à l'adolescence et l'a arrêtée pour le moment. Je la poursuis seul, presque en cachette !
Si je devais me séparer de mes timbres, voici ce que je ferais :
· Albums de timbres étrangers, timbres "Tableaux" : je les donnerais
· Timbres gravés reçus par abonnement à Phil@poste, collection complète "sites et monuments", timbres des Nations Unies (je suis également complet tant pour Genève, Vienne et New York), je passerais par un négociant.
Même chose également pour la collection des colonies françaises, prioritaire pour des raisons familiales. Je la complète régulièrement en achetant auprès de deux marchands Français.
J'ai de bonnes relations avec les négociants auprès de qui je me fournis uniquement par correspondance. J'ai une confiance totale que ce soit pour le prix (moitié de la cote en général, parfois moins) ou la qualité. Je les ai connus grâce à Timbres magazine. J'attends surtout des marchands la vente de timbres abordables et de qualité. Pour les conseils, idées, explications, le magazine me suffit parfaitement.
Je n'ai pas de collection de France complète pour des raisons financières mais je reçois le catalogue trimestriel de Boulazac. Je choisis les timbres gravés ou non que je classe par graveur ou dessinateur. Le choix est bien entendu subjectif.
Personnellement je répugne à considérer le timbre comme une marchandise, même si les négociants sont indispensables. J'aurai tendance à considérer les personnes qui investissent plusieurs milliers d'euros dans un timbre comme des spéculateurs, motivés par l'argent, pas pour l'art et le message. Bravo pour votre rubrique que je lis toujours avec beaucoup d'intérêt."
Merci chers amis de partager votre vie de collectionneur, je vous lis toujours avec plaisir et intérêt.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
septembre   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 192 - Septembre 2017 ÉDITORIAL : Le dessous des timbres : l'Ukraine
En juin dernier, nous avons reçu un communiqué de presse de la République Populaire de Donetsk rappelant qu'elle émet des timbres: "Vous trouverez [joint au communiqué] les images des planches philatéliques des années 2015 et 2016, Ainsi que la planche 2017 consacrée aux héros de la République. Notre représentation est la seule habilitée à vendre aux collectionneur intéressés ces planches. L'argent récolté sera utilisé pour des actions humanitaires notamment en faveur des orphelinats de onbass."
Disons-le tout de suite, cette république n'est en rien reconnue par la communauté internationale, pas davantage par l'UPU . Il ne s'agit donc pas de timbres mais de vignettes. Pour comprendre ces "émissions" et les resituer dans leur contexte, il faut se pencher sur l'histoire mouvementée de l'Ukraine. Cette vaste région - patrie des Cosaques - a connu des périodes d'indépendance ou d'autonomie mais fut le plus souvent disputée entre la Russie, la Pologne et la Lituanie. A partir du XVIII le siècle, la majeure partie de l'Ukraine se trouve sous domination russe et ce sont logiquement les timbres de Russie qui sont utilisés dans un premier temps. Durant la période 1918-19, des émissions simultanées voient le jour. La République Populaire Ukrainienne (brièvement indépendante de la Russie) surcharge en 1919 les timbres de ce pays des armoiries ukrainiennes. La République Populaire d'Ukraine occidentale (également appelée République de Galicie) surcharge quant à elle des timbres autrichiens.
Pour compléter le casse-tête philatélique à la fin de la Première Guerre mondiale les Romains occupent et obtiennent une partie de la Galicie-Bukovine qui sera restituée à l'Ukraine lors du second conflit mondial. Des timbres d'occupation sont obtenus en surchargeant les timbres autrichiens d'un cadre contenant l'inscription "C M.T." (Commandement Militar Territorial) et d'une valeur en h. ou k. (heller ou krone, monnaie autrichienne). L'armée blanche de Wrangel luttant pour sa part en Ukraine contre les communistes émet des timbres pour Sébastopol (1919) et la Crimée (1920), reconnaissables à leur surcharge.
L'Ukraine est intégrée en décembre 1922 à l'U.R.S.S. dont elle utilise les timbres. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands qui occupent l'Ukraine émettent une série de timbres à l'effigie d'Hitler, surchargée "UKRAINE". On aurait pu penser qu'avec l'indépendance du pays en août 1991 - suite à la dislocation de l'U.R.S.S. - les frontières seraient enfin stabilisées, il n'en est rien. La Crimée (se reporter au hors-série I) est annexée par la Russie en 2014 et en cette même année (le 11 mai)un référendum d'autodétermination aboutit à la création des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Pro-russes, les rebelles s'opposent depuis à l'armée ukrainienne. La France ne reconnaît pas cette république, pas plus que le rattachement de la Crimée à la Russie comme l'a réaffirmé le président de la République le 26 juin dernier lorsqu'il a reçu son homologue ukrainien. Trois jours plus tard, nous recevions le communiqué de presse rédigé en français de la très contestée République de Donetsk. Hasard du calendrier ? Comme on l'a vu, timbres et vignettes dans cette région du monde ne jouent pas les seconds rôles. Ils demeurent un instrument efficace de propagande, au siècle dernier comme aujourd'hui a l'heure d'internet. Le prochain hors-série "Le dessous des timbres" est en préparation et devrait être disponible au prochain Salon d'automne. Belle rentrée à vous.
Paris, la tête dans les étoiles
Parmi les nombreuses marques postales de la période classique, il en est une qui se démarque des autres par sa forme: l'étoile de Paris. Ce cachet formé de points et enfermant, le plus souvent, un nombre en son centre, a eu cours durant treize années seulement, de 1863 à 1876, suffisamment pour marquer les albums de classiques de France, tant sur les timbres seuls que sur lettres. Et parmi, elles, certaines étoiles brillent plus que d'autres par leur rareté.
Navigation philatélique en eau douce II
Poursuite de notre croisière, appareillons à présent pour l'étranger dans des pays où la France était autrefois présente sous diverses formes. Si le coeur vous en dit, pourquoi ne pas vous lancer dans la thématique "fleuve", il y à de beaux timbres à réunir?
Première liaison aérienne France-Madagascar par Bernard et Bougault (12 octobre 1926-12 janvier 1927)
Au sortir de la Guerre de 1914-18, la France, par sa position géographique et par l'étendue de son Empire colonial, doit améliorer la rapidité de ses liaisons avec ses territoires d'outre-mer. Par voie maritime, il faut un mois pour relier la France à Brazzaville ou à Tananarive. Or l'avion qui peut réduire ces trajets à 10 ou 12 jours, a prouvé ses capacités pendant la Grande Guerre. Mais survoler des pays inhospitaliers (déserts, savanes, forêts tropicales), sans moyens de radionavigation ni de prévisions météorologiques, est très dangereux.
Des lettres de militaires d'Espagne vers la France
Parmi les contrées dont parle l'histoire de l'antiquité aucune n'a été aussi souvent envahie par l'étranger que l'Espagne. Napoléon Bonaparte n'a pas failli à l'histoire des guerres.
Les carnets modernes : des débuts difficiles
Depuis leur origine en 1906 jusqu'en 1965, les carnets de timbres-poste sont imprimés en typographie. A la fin des années 50, l'administration s'est rendu compte que les frais d'exploitation et de fabrication pourraient être réduits de façon très appréciable, d'une part si on changeait le mode de commercialisation des carnets, d'autre part si le service de fabrication était doté d'un outillage plus moderne. Mais lorsque l'on opère des changements de cette importance, tout ne se passe pas comme prévu. Faisons un zoom sur cette période qui dura une huitaine d'années avant que la fabrication des nouveaux produits trouve finalement son régime de croisière.
L'histoire d'une pièce mythique : le no 33h du catalogue Maury 2016
Il existe des pièces exceptionnelles qui font rêver les collectionneurs, pour la bonne raison qu'elles n'existent qu'en un seul et unique exemplaire. Le n°33h du catalogue Maury 2016 est de celle-là : il s'agit d'un bloc de six exemplaires du n°33, comportant à la fois le seul exemplaire connu sans défaut de la variété "5 et F absents" et le seul exemplaire connu de la variété "sans le 5". Au-delà de son indéniable rareté cette pièce a également une histoire particulièrement étonnante: elle a en effet été repérée par hasard par un philatéliste dans une vente aux enchères de 2007, où personne d'autre que lui ne l'avait remarquée... Récit d'une incroyable découverte.
1860, à bord du Coq vers Saint-Louis du Sénégal... Episode 11 : la desserte de l'Afrique Occidentale
C'est sous le Second empire que sont relancées la politique coloniale de la France et la compétition qui l'oppose à la Grande-Bretagne, en Asie bout comme en Afrique. Dans un tel contexte, établir des communications maritimes fiables devient primordial, tant pour l'acheminement des marchandises, des passagers, que du courrier. Pour ces derniers, rapidité et régularité s'imposent... sous pavillon britannique tout d'abord, puis sous les couleurs françaises. Embarquons-nous ce mois-ci pour Saint-Louis du Sénégal.
L'île Madame et sa redoute
L'île Madame est une entité géographique de la commune de Port des Barques (Charente-Maritime) de petite superficie, (environ 60 ha) présentant la particularité d'être accessible à marée basse par un cordon dunaire, "la passe aux boeufs". Petite visite...
De grands chefs indiens, pieds nus sur la terre sacrée
Le souvenir des peuples natifs est ténu aux États-Unis, la philatélie indigente sur le sujet le confirme. Seules les personnalités de grands chefs qui se sont illustrés lors des guerres indiennes nous permettent d'évoquer les tribus autochtones qui peuplaient jadis le continent.
La tutelle de la Somalie d'après-guerre
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la conférence interalliée de Potsdam de 1945 avait décidé que l'Italie défaite devait perdre toutes ses colonies africaines. En attendant de décider de leur sort définitif, faute d'accord entre les Alliés, elle les plaça sous administration britanniques,et le Traité de paix de Paris de 1947 entre les Alliés et l'Italie enregistra l'abandon par ce dernier pays de ses prétentions coloniales africaines.
Cartes postales : Renault Billancourt Seguin. Souvenirs ! Souvenirs !
Un complexe culturel et de loisirs a totalement effacé le souvenir industriel de l'Île Seguin. Et même les origines du nom. Cette langue de terre, au milieu de la Seine, face à Billancourt, fut un moment de l'Empire Renault. Son fondateur, prénommé Louis, en fit l'acquisition en 1919, afin d'étendre et de moderniser ses premières installations. L'Île Seguin a la forme d'un long escarpin Au nord, sa pointe effilée semble vouloir piquer le Pont de Sèvres. Au sud, son talon jouxte l'île Saint Germain.
La chronique de Socrate : Les résultats du sondage
Dans ma chronique de février der nier, je vous demandais de me répondre à quelques questions sur la manière dont vous vendez vos collections. Voici donc les réponses, un grand merci d'avoir été aussi nombreux à nous écrire.
Pour vendre vos timbres, préférez vous passer par : des petites annonces dans un magazine, votre club, des correspondants, un négociant ou un site de vente aux enchères, mettant directement en relations les collectionneurs?
A 59 % vous passez à titre principal par l'entremise d'un négociant, 25 % par un site communautaire, 11 % via des correspondants et divers, 5 % par un club.
(...)
Si vous vendez régulièrement vos timbres sur Internet, via une plateforme communautaire, quelle est la fréquence?
En moyenne tous les trois mois mais pour certains pratiquement tous les jours! Des offres peuvent rester longtemps en ligne mais vous attendez patiemment que le poisson morde !
Faites-vous confiance aux sites Internet des négociants ?
Le point de vue d'un lecteur anonyme est largement répandu: "Je fais globolement confiance aux sites Intemet des négociants, plus ou moins bien faits d'ailleurs, certains étant un peu obsolètes. Ce qui ne veut pas dire que je fais confiance à tous les négociants sur la qualité de la marchandise qu'ils vendent. Des marchands ayant pignon sur rue vendent parfois (sans 1e savoir) des faux en vente sur offres. Cela m'est arrivé plusieurs fois. Le problème, ce n'est pas d'acheter par Internet, c'est le sérieux du marchand".
Que pensez-vous des marchands disposant d'un magasin ? Vous conseillent-ils utilement
? Pour Jean Leroux, le négociant local est privilégié pour plusieurs raisons. Tout d'abord parce qu'il obtient grâce à son appartenance à un club des réductions allant jusqu'à 20 %. Comme beaucoup d'entre vous, il privilegie le commerce local.
(...)
Par quel canal connaissez-vous les négociants ?
C'est principalement via le magazine que vous les connaissez et considérez que les publicités ont un caractère "informatif". Vous préférez les annonces un peu détaillées, affichant des prix ou résultats significatifs. Vous êtes nombreux à consulter notre rubrique "Côté ventes" que vous aimeriez plus importante. Pour vous un négociant qui fait régulièrement de la publicité dans le magazine, c'est "rassurant", signifiant qu'il "existe toujours" ». Loin des yeux, loin du coeur, à vous lire.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juillet   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 191 - Juillet-Août 2017 ÉDITORIAL : C'était bien la peine d'émettre des timbres !
Travaillant sur le hors-série n°4, je recherche des anecdotes croustillantes pour égayer les pages de ce magazine. M'intéressant aux incidents de frontières, je suis tombé par le plus grand des hasards sur des événements touchant deux pays pas franchement réputés pour l'agressivité de leurs armées : la Suisse et le Liechtenstein. Pour bien connaître quelques militaires suisses, je n'ai pourtant jamais décelé chez eux ne serait-ce que le début d une velléité de belligérance. Quant au Liechtenstein, cela tombe bien, ce pays de près de 37 000 âmes et de 160 km2 ne possède pas d'armée. Une superficie somme toute assez réduite de la Principauté qui explique peut-être ce qui suit. Le premier incident de frontière a lieu le 5 décembre 1985. C'est un exercice de lance-roquettes qui met le feu aux poudres si l'on ose dire. Des tirs nourris de l'armée suisse provoquent malencontreusement un incendie à proximité de la place d'arme de St Luzisteig. Le vent violent propage les flammes jusqu'à une forêt voisine appartenant à la commune de Balzers située au Liechtenstein. Avec pas moins de 120 hectares de bois réduits en cendres, la Principauté demande à la Suisse quelques millions de francs à titre de dédommagement. Rien ne laissait supposer que quelques années plus tard, un événement allait fâcher à nouveau les deux voisins.
Un petit matin de 1992, c'est la petite commune de Triesenberg au Liechtenstein qui est réveillée par ce qui ressemble fortement à une invasion. Des militaires suisses arrivent en nombre, armés jusqu'aux dents et arborant de belles tenues de camouflage. Pourtant la presse de la veille ne faisait aucunement état de vives tensions entre les deux pays et à dire vrai, il ne semblait pas qu'il y avait le feu au lac, pas plus que dans la forêt. Alors que nos amis suisses installent avec détermination et énergie un poste d'observation, un policier de la bourgade incrédule leur demande ce qu'ils fabriquent. La réponse délivrée sur un ton martial ne se fait pas attendre: "Nous sommes en manœuvres usuelles". Le policier repart calmement chez lui afin de chercher une carte et leur montrer que Triesenberg est situé au Liechtenstein et non en Suisse. Après avoir témoigné d'un embarras certain, les "envahisseurs" rentrent au pays. Nul doute que le militaire helvétique qui était fâché avec la géographie ou avait trop abusé de l'absinthe a dû en prendre pour son grade. A sa décharge, la première distillerie en Suisse a été créée dans le Val-de-Travers. Un nom de circonstance et à tout le moins prédestiné pour tous ceux qui apprécient les courbes et les errements dans les bois. Car c'est ce qui va à nouveau survenir en 2007.
Ce ne sont pas moins de 170 soldats suisses armés qui franchissent la frontière avec le Liechtenstein lors d'une marche de nuit. Le commandant fautif évoquera les mauvaises conditions climatiques tandis qu'un homme du rang volera à son secours en déclarant à la presse: "Il faisait tellement sombre à ce moment-là". Les mauvaises langues racontent que lors de ce moment de tension extrême les autorités de la Principauté ont envisagé un instant d'offrir à l'armée suisse un GPS ou l'application Mappy.
Ces deux pays ont réalisé en 1995 une émission conjointe avec pour thème "Le voisinage" montrant un paysage alpin. Peut-être que son objet était de calmer les esprits passablement échauffés à Vaduz. Mais on peut s'interroger sur son efficacité puisque douze ans plus tard la Suisse récidivait. On tremble aujourd'hui à la simple idée que les Autorités de Berne ne décident cet été de manœuvres dans le Jura, prenant le risque de s'engager involontairement dans un conflit armé avec la France.
Ne vous inquiétez pas, devant travailler durant la période estivale, je serai en alerte et ne manquerai pas de vous informer des éventuels incidents de frontière dans le numéro daté septembre qui sera en librairie le jeudi 24 août. Je vous souhaite de belles vacances et j'espère que nos amis suisses ne m'en voudront pas de cet éditorial dont le seul objectif est de faire sourire. C'est promis, je leur raconterai bientôt une histoire de la mémé veine, cette fois avec l'armée française.
Boules de Moulins : navigation philétélique en eau douce
Pour ce numéro d'été, partons à la découverte de quelques fleuves et rivières liés à l'histoire postale. Vous en contemplerez peut-être certains sur la route de vos vacances comme la Seine ou la Charente. A l'instar de ses voisins, la France pays disposait au XIXe siècle d'un réseau de voies de communication terrestre bien structuré, limitant le recours à l'acheminement du courrier par voie fluviale. Comme nous le verrons, quelques marques postales témoignent toutefois d'un service spécifique. Mais avant de les évoquer, débutons notre croisière par les célèbres Boules de Moulins dont la valeur des plis n'est en rien subaquatique. Bon voyage au fil de l'eau et de la marcophilie.
Une visite de l'Atelier des timbres-poste pour remonter le temps
En cette période estivale, propice aux visites de musées, expositions ou lieux insolites, nous vous proposons de découvrir l'Atelier des Timbres-Poste (A.T.P.), non pas tel qu'on vous le montre à Périgueux de nos jours, mais tel qu'il était il y a plus de 100 ans! Pour ce faire, nous prenons comme base le corpus fourni par une série de photos réalisées lors d'un reportage datant de 1913. si L'idée est d'en tirer un fil narratif afin de raconter l'histoire et l'ambiance qui régnait dans les ateliers avec les techniques de l'époque. En quelque sorte nous allons effectuer un voyage dans le passé.
L'art du portrait : inspirations d'artistes de timbres
Bien que la conception de timbres-poste dépende d'un cahier des charges strict, certains sujets permettent aux artistes d'avoir beaucoup de souplesse et de liberté dans leurs créations. En effet, les paysages ou les événements historiques laissent plus de place à la créativité contrairement aux reproductions de tableaux de maîtres pour la série artistique, ou les effigies de personnages célèbres disparus. Dans ce dernier cas, le travail de l'artiste doit être le plus fidèle possible à 1'œuvre d'origine, portrait que lui impose l'administration des Postes ou le demandeur du timbre. Ce vaste panthéon d'hommes et de femmes ayant marqué l'histoire de France permet d'apprécier les différentes méthodes et les sources d'inspiration des dessinateurs, graveurs de timbres.
Quand la Poste officie sur le rail
Dans notre numéro de mai dernier, nous évoquions l'essor du chemin de fer français, qui a révolutionné le transport du courrier dans notre pays. De nombreux bureaux ambulants, embarqués à même les trains, sont alors apparus, avec des cachets spécifiques pour chaque ligne ferroviaire. Parallèlement à cela, la Poste profite de la multiplication des gares et du quadrillage du pays par les voies ferrées pour mettre en place des tournées de ramassage et de distribution du courrier en zone rurale. C'est ce que l'on nomme les courriers-convoyeurs. L'usage va perdurer plus d'un siècle, et donne naissance, au passage, au système des boîtes mobiles.
La maladie du sommeil
La maladie du sommeil ou trypanosomiase est causée par des trypanosomes, des protozoaires avec un flagelle Ils contaminent l'homme par un vecteur intermédiaire, la mouche tsé-tsé ou Glossina palpalis. Des timbres variés illustrent la lutte contre cette infection grave.
Le millésime 2016 des TAAF
Le cru 2016 des TAAF se compose de 21 timbres, 5 blocs renfermant 13 timbres et 1 enveloppe Pret-à-Poster. L'ensemble représente une valeur faciale de 37,87 euros, en diminution par rapport à 2015 (40,65 euros). Les figurines sont toujours très soignées et leur impression se partage entre taille-douce et offset. Revue de détail.
Philippe de Ferrari (1850-1917), un collectionneur méconnu
L'exposition organisée à Monaco du 9 novembre au 2 décembre 2017 permettra au visiteur d'approcher un ensemble significatif concernant la collection de Philippe de Ferrari, décédé y a un siècle, détenteur de la plus importante collection jamais réunie de raretés mondiales.
Les annulés, surchargés, fictifs, paraoblitérés... (II). Comment les collectionner ??
S'il est une collection riche en découvertes et passionnante par la diversité des pièces à rechercher tout au long de l'histoire du timbre, des classiques à nos jours, c'est bien celle des annulés. Après les cours d'instruction à l'usage des postiers, les fictifs pour essais d'atelier les entiers et prêts-à-poster, (TM n°190) place à de nouveaux arrivés dans cette interminable aventure philatélique...
Les préalables à l'émission des timbres fiscaux
Distinguer les essais fiscaux des variétés et des non émis repose sur quelques règles de bon sens qui méritent d'être connues des collectionneurs.
De Buenos-Ayres vers l'Europe
En Argentine la loi du 26 juin 1873, applicable le 1er juillet 1873, prescrivait aux expéditeurs de courrier vers l'étranger de déposer leurs lettres à la poste du pays, qui les remettrait aux agents postaux embarqués. C'est donc à partir de cette date que les affranchissements vers l'étranger, au départ de l'Argentine, et a fortiori de Buenos-Ayres, comportent un affranchissement mixte C'est-à-dire qu'en plus des timbres français l'expéditeur doit acquitter au départ en timbres argentins, une taxe locale de 5 centavos par port.
Les cartes sur timbres outils de propagande. Guatemala contre Belize
Nous avons déjà Évoqué la guerre du Chaco dans laquelle le Paraguay et la Bolivie se sont opposés à coups de cartes géographiques sur timbres-poste jusqu'à la guerre qui fit 150 000 victimes. Voici à présent l'exemple du conflit latent entre deux pays d'Amérique centrale : Guatemala et Belize.
Cartes postales : Debout les damnés de la terre
Le format réduit de la carte postale se prête mal à la reproduction des chansons et des partitions musicales. La carte-chanson n'en a pas moins été, durant un demi-siècle et dans sa diversité, l'un des thèmes cartophiles les plus répandus. Toutes les catégories y figurent Nous avons choisi l'une d'entre elles: La chanson sociale et révolutionnaire, très en vogue à cette époque avec, pour certaines d'entre elles, des messages violemment libertaire et anarchistes.
La chronique de Socrate : Le timbre, ce héros
C'est avec un réel plaisir teint d'une douce nostalgie que j'ai revu Charade à la télévision le 11 juin dernier. Sorti en 1963, réalisé par Stanley Donen, il ne peut laisser indifférents les philatélistes que nous sommes. Et dire que ce film a bien failli ne pas exister car le script ne suscita guère d'intérêt au point que sept studios ont refusé de le produire. C'est finalement Universal qui tente l'aventure après avoir constaté que Charade (en version roman-feuilleton) avait été plébiscité par le public. Stanley Donen n'est pas un réalisateur inconnu lui qui est en outre l'auteur de Chantons sous la pluie. Pour le film qui nous intéresse, Donen se livre à de nombreux clins d'œil à Hitchcock, tout particulièrement à Sueurs froides durant la bagarre sur le toit ou encore à Psychose pour le meurtre dans la salle de bains. De fortes allusions au maître de suspense au point que l'on dira que Charade est "le meilleur film de Hitchcock que Hitchcock n'a jamais tourné" !
Le film est servi par deux acteurs merveilleux : la belle Audrey Hepburn et Cary Grant, probablement l'un des acteurs plus séduisants de sa génération et habitué des films d'Hitchcock. Ce rôle, Grant n'en voulait pas, considérant que sa différence d'âge de trente ans avec Hepburn était trop importante. On finit opportunément par le convaincre. Charade connaît un grand succès et attire en salle près de deux millions de personnes en France. Combien de philatélistes parmi eux ? Un bon nombre fort probablement car de timbres, il en est question, ils sont même au cœur du dénouement de cette intrigue hier ficelée. Et c'est ainsi que l'on découvre le Carré Marigny à Paris noir de monde, faisons connaissance avec monsieur Félix (Paul Boniface qui a notamment joué dans Paris brûle-t-il ?), un négociant qui examine les trois timbres qui ont servi à recycler l'argent du butin. Stanley Donen n'est visiblement pas philatéliste et la description de nos timbres prête à sourire.
Monsieur Félix: « Celui-ci est un suédois de 4 schillings appelé Tjugufyra skillingen et imprimé en 1854 (...) ».
Notre ami Félix a probablement abusé du vin rouge avant de recevoir Audrey Hepburn car en réalité il s'agit non de schilling mais de skilling et le timbre a été émis en 1855. Tjugufyra signifie 24 et l'on voit un 4 skilling bleu recoloré en rouge à la mode Hollywood, couleur de l'authentique 24 qui cote 8500 euros.
Monsieur Félix en vient au second timbre : "Celui-là est le "Bleu hawaïen". En 1894, son propriétaire fut assassiné par un collectionneur rival qui voulait à tout prix l'avoir (...)" Le négociant ne se trompe pas lorsqu'il évoque le meurtre du propriétaire, un certain Gaston Leroux. Il fut assassiné à son domicile à Paris en juin 1892. Le crime demeurait pour la police une véritable énigme car sans mobile apparent. Pièces d'or, bijoux de valeur étaient curieusement restés au domicile de la victime. C'est alors qu'un détective, en feuilletant la collection de Leroux, remarqua l'absence du 2 cents (et non du « 3 » comme on va le voir). Après enquête, les soupçons tombèrent sur Giroux, un collectionneur bien connu. Le détective se fit passer pour un philatéliste averti afin de gagner sa confiance. Ils parlèrent des Missionnaires d'Hawaï et du 2 cents. Giroux, imprudent, ne put résister au plaisir de lui montrer. Arrêté, il passa aux aveux : il avait tué Gaston Leroux après son refus de lui vendre le timbre! Le 3 cents de Charade n'a jamais existé sauf dans l'imagination fertile du réalisateur ou de ses conseillers. Le 2 cents cote quant à lui un million d'euros aujourd'hui.
L'expertise de monsieur Félix - toujours très ému par la belle Audrey - s'achève par de nouvelles erreurs : "Le troisième est le timbre le plus cher du monde. On l'appelle La Gazette moldave. Il a été imprimé a la main sur du papier de couleur et frappé des initiales de l'impnmeur (...)".
Tout est faux sauf le mode d'impression. Pour mémoire le timbre le plus cher du monde est le One cent magenta. S'agissant de la première impression moldave, elle est dénommée « Tête de bœuf », la « Gazette » est quant à elle un petit format carré de la seconde série. Le 82 parales du film n'existe pas et le timbre de Roumanie bénéficiant de la plus forte cote en neuf est le 27 (50000 euros) Le 81 affiche pour sa part 45000 euros.
Qu'importe finalement ces erreurs, le film demeure une réussite et fleure bon les années 60, ou le timbre était un héros de cinéma incontesté. Si le cœur vous en dit, vous pouvez revoir Charade en intégralité sur YouTube. Belles vacances à vous chers amis.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juin   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 190 - Juin 2017 ÉDITORIAL
A la suite de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, c'est fort probablement une nouvelle Marianne qui verra le jour. Elle sera sa signature en quelque sorte comme l'évoque Jean-Pierre Guéno dans "Les diamants de l'histoire" paru aux éditions Jacob-Duvernet. "Depuis le début de la Ve République, un président a au moins deux signatures, en dehors même de celle qui lui permet de signer de son nom : son portrait officiel et le timbre d'usage courant qu'il donne pour symbole à la République ( ..) En 1942 et 1945, Charles de Gaulle préempte deux Marianne guerrières en bonnet phrygien, deux vraies Républiques qui tranchent avec l'effigie de Pétain. Les Marianne qui suivent sont plus apaisées. Après avoir gagné la guerre,il faut bâtir la paix, reconstruire, prospérer La tête de Marianne est un peu celle de la figure de proue de la Nef des Trente Glorieuses.
La Marianne de Pompidou s'efface quant à elle devenant la valeur du timbre. Elle est utilitaire. Celle de Giscard devient Sabine ; elle se veut le symbole de la réconciliation nationale gauche-droite Sur les timbres courants, "France" remplace "République française". En 1982, Mitterrand renoue avec Marianne et avec le vocable République française. Le visage de sa deuxième Marianne de 1990, celle du bicentenaire de Ja évolution française, ressemble à celui de son épouse. Pour la première fois Marianne regarde les Français en face. En 1997 la première Marianne choisie par Jacques Chirac prend un coup de jeune. C'est la première Marianne dessinée par une femme, Eve Luquet. Elle porte à la fois la devise de la République et les étoiles de l'Europe. Le mot France revient sur les timbres courants avec la Marianne de Chirac, qui est très écologique, et qui est le résultat d'un concours organisé par La Poste en 2004 : elle se mobilise pour 'environnement.
La Marianne de Sarkozy choisie par ses soins en 2008 est en phase avec son portrait officiel. Elle marie le bonnet phrygien de la République avec les étoiles de l'Europe. Son apparition coïncide avec le début de la présidence de l'Union européenne par la France."

François Hollande dévoile quant à lui sa "Marianne de la jeunesse" le 14 juillet 2013, présélectionnée par des lycéens. Quel sera le nouveau visage de la France ? Il faudra probablement attendre l'année prochaine pour le connaître mais la photo, elle, arrivera rapidement. Si l'on observe celles des prédécesseurs d'Emmanuel Macron, toutes sont prises dans une bibliothèque ou dans le jardin de l’Élysée, à l'exception notable de Valéry Giscard d'Estaing. Âgé de 48 ans, souhaitant donner une image moderne, il est photographié en costume et en buste, à l'italienne, sur fond de drapeau tricolore il est probable que le nouveau président (plus jeune encore que Giscard lors de son élection) souhaitera lui aussi marquer une rupture tant pour la photo que pour le timbre.
Les annulés : surchargés, fictifs, paraoblitérés : comment les collectionner ?
Tout comme les êtres vivants qui dès leur naissance sont condamnés à mourir un jour, les timbres-poste sont, dès leur création, destinés à terminer leur vie sous la frappe encrée d'une annulation. Seuls quelques privilégiés, qui coulent des jours tranquilles dans les albums des philatélistes, échappent à cette prédestination. Les condamnés, quant à eux, offrent un vaste champ de possibilités de collections riches en diversité.
Tous les chemins... mènent à Port-Louis ! (épisode 10 : la desserte de l'Océan indien)
C'est une ville portuaire d'alors 22 000 habitants, ancienne possession française de l'Océan indien, qu sera ce mois-ci notre destination. La desserte postale de l'île Maurice illustre en effet à quel point la recherche de liaisons efficaces a pu entraîner parfois des modifications radicales dans le tracé des routes maritimes entre Europe et contrées d'outre-mer. Nous rappelant, encore aujourd'hui, à quel point histoire et géographie postales sont intimement liées.
Patrick Dérible, valoriser son archipel
Artiste saint-pierrais autodidacte, il œuvre pour la philatélie de Saint-Pierre et Miquelon depuis 1987 en signant une soixantaine de timbres-poste. Il nous confie sa passion du monde maritime et de l'archipel qui l'a vu naître.
Le Lions International célèbre les 100 ans de sa création
L'association "LIONS CLUBS INTERNATIONAL", appellation officielle du Lions international, a été fondée en 1917 par un assureur, Melvin Jones (1875-1961), membre d'un des cercles d'affaires de Chicago, pour qui "On ne va pas bien loin dans la vie si on ne fait pas d'abord quelque chose pour quelqu'un...". Durant le siècle qui a suivi, son initiative a fait des émules partout dans le monde... la philatélie témoigne de ce succès.
Secrets de fabrication
Gilles Le Baud, ancien dirigeant de l'imprimerie de timbres-poste Cartor qu'il avait reprise en 1995 et champion de la course à la voile Solitaire du Figaro, vient de publier un livre de souvenirs passionnant qui devrait intéresser les philatélistes concernés par la voile et l'aventure en mer. Il revient pour nous sur les coulisses de l'émission de deux timbres.
La publicité et les timbres (II)
Apres avoir abordé l'affichage de la publicité sur le dos des timbres-poste anciens, puis sur les couvertures des carnets, nous terminons avec l'utilisation des bords de feuille qui donnent naissance aux publicitimbres et la publicité sur des vignettes privées dites porte-timbres.
Campione d'Italia : une enclave italienne en Suisse
Cette minuscule enclave italienne située sur le territoire de la Suisse a une histoire postale très intéressante. Ses douze timbres-poste mentionnant "Campione d'Italia" sont aujourd'hui très recherchés sur lettres.
Les préalables à l'émission des timbres fiscaux
Parmi les objets intéressant les philatélistes figurent, outre les timbres-type et leurs variétés, les maquettes, épreuves et essais qui précèdent leur impression. C'est notamment le cas en philatélie fiscale ou ces à-côtés méritent l'attention particulière des collectionneurs.
L'occupation par les britanniques
Dès le mois de novembre 1941, la colonie d'Afrique Orientale italienne, qui s'était même brièvement agrandie au début de la Seconde Guerre mondiale en envahissant le Somaliland Britannique voisin, peu défendu, fut complètement conquise par les troupes britanniques. En revanche, la conquête de la Libye prit plus de temps. En effet, après quelques déboires contre les troupes britanniques basées en Égypte, les troupes italiennes furent relayées avec plus d'efficacité par celles de la fameuse "Afrika Korps" nazie dirigée par le général Rommel. Il fallut attendre sa défaite lors de la seconde des batailles d'El Alamein pour que les Anglais puissent entamer la conquête de la Libye, à peu près achevée en 1943. Une administration militaire britannique d'occupation s'était mise en place dès la défaite des troupes italiennes en Afrique Orientale, et il en fut ensuite de même en Libye, avec les complications liées aux particularités des différentes parties de la colonie - qui se font encore sentir aujourd'hui.
Une lettre aux 5040 parcours possibles
La lettre est datée de "Nantes le 23 fructidor an....." car l'expéditeur, parvenu en bout de ligne, n'avait plus de papier sous sa plume pour inscrire le numéro de l'année. Heureusement le destinataire avait noté : « Reçue le 78 Vendémiaire an 12 » (mardi 11 octobre 1803) et "Répondu le 6 Brumaire an 12" (Samedi 29 octobre 1803). Nous sommes donc bien en 1803 et la lettre du 10 septembre 1803, qui a mis un mois avant d'être distribuée, est soumise au tarif applicable entre le 1er Vendémiaire an 9 (25 septembre 1800) et le 10 décembre 1806. Mais poursuivons...
Les cartes postales de présidents (suite)
Les collections réservent toujours des surprises. A la suite de notre précédent article sur les cartes postales des présidents de la République, paru au mois de mai, un lecteur nous a fait parvenir une carte de Félix Faure. Ce document très rare, daté du mois de septembre 1898, représente le président lors d'une partie de chasse à Rambouillet...
La chronique de Socrate : Une bonne idée pour la jeunesse
Avant de revenir sur les questions d'achats et de vente de timbres, j'ai choisi pour ce mois de juin de laisser la parole à Christian Hanotaux Notre ami apporte une note optimiste.
Je fais référence à votre chronique d'avril dernier par laquelle vous vous inquiétiez du vieillissement des collectionneurs. Effectivement on constate le peu d'appétence des jeunes (et moins jeunes) pour la philatélie : un seul de mes six enfants (grands maintenant) a montré quelques velléités, vite occultées par le travail. De mes 24 petits-enfants, même son de cloche... Quoique ! Aussi pour les intéresser, j'ai décidé de changer de tactique, et ça marche ! Le timbre n'attire plus beaucoup, il y a une telle inflation, mois ce qui attire, c'est ce qu'on en fait. Alors, qu'ai-je fait ? Passionné par l'histoire de la guerre 14-18 depuis 50 ans, j'ai accumulé livres, documents et marques postales de cette guerre. Pour un jeune, rien de plus barbant que de voir des pages de Secteurs Postaux, ne variant que par leur numéro. Ils ne s'imaginent pas toute l'histoire tragique qui se cache derrière.
Je suis parti d'une idée simple que j'ai trouvée dans les écrits de mon arrière grand-père, Gabriel Hanotaux, historien et académicien. L'Histoire est la somme de toutes les petites histoires.
Au travers de timbres, de cartes postales, de documents... j'ai essayé de constituer une mosaïque historique : "rebâtir les 26 années qui précédent la Grande Guerre", de 1888 (-26) à 1914 (O). 1888 est l'année de 1'avènement de Guillaume II sur le trône de l'Empire allemand. Dans chaque année, composée de plusieurs feuilles, il n'y a pas de chronologie, mais simplement des faits datés : décès de personnages connus, naissance de futurs personnages illustres, événements nationaux ou internationaux dans tous les domaines.
Les enfants apprennent un peu d'histoire sous forme de flashs et sont attirés par la diversité des événements.
J'ai fait quelques découvertes qui m'ont amusé : Eisenhower et de Gaulle, nés et décédés à quelques mois d'intervalle, militaires, président de leur République. Hitler est joué par Charlie Chaplin dans le "Dictateur", ils sont nés avec quelques jours d'écart aussi. Pour illustrer mes propos, voici quatre feuilles scannées en espérant que mon idée fera des émules".

Si vous aussi, vous êtes parvenu à intéresser des jeunes à la philatélie, n'hésitez pas à nous faire part de votre expérience.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mai   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 189 - Mai 2017 ÉDITORIAL : Dans le désert d'Oman...
Durant les longues soirées passée seul, il est important de s'occuper, ne serait-ce que pour tromper la solitude Comme sur l'île déserte, je me suis amusé à faire des quizz en prenant comme base le Dictionnaire des Émissions philatéliques de Jacques Delafosse. Je n'ai pas la prétention de tout connaître et ce petit jeu a confirmé que certaines émissions m'étaient parfaitement étrangères. A mi-parcours de ce séjour dans le désert, voici quelques exemples où je suis resté sec si j'ose dire : Allenstein, Angra,Baranquilla, Bluefield, Brac, Cumdinamarca, République montagarde et Oil Rivers. Je me suis arreté à la lettre " O " et j'imagine bien volontiers que jusqu'à la lettre " Z " d'autres lacunes apparaîtraient. Facile me direz-vous. Si c'est le cas,je vous invite à ma prochaine expédition. Mais au préalable, tentez de décrire, situer dans le temps ces différentes émissions. J'ai placé volontairement les réponses à la page suivante afin d'éviter toute tentation.
Lorsque ce magazine paraîtra, je serai de retour en France. N'ayant pas eu accès à ma boîte mail officielle pour des raisons techniques lors de cette expédition, je tacherai de vous répondre au plus vite. A bientôt,
L'art et le timbre : les expositions philatéliques
La volonté de promouvoir l'art de la création des timbres a toujours été fragile dans un domaine dans lequel la passion de la collection est en lien direct avec la spéculation. Néanmoins, les tentatives de sensibilisation envers la création des figurines postales ne manquent pas. Les expositions philatéliques en sont l'expression. Passons en revue les plus importantes qui se sont déroulées au XXe siècle.
Les dentelures méconnues des émissions locales indochinoises
Habitués au sérieux et à la grande maîtrise de l'Atelier du Timbre à Paris, les philatélistes français n'ont jamais eu l'opportunité de s'intéresser à la dentelure de leurs timbres contrairement à certains pays où règne parfois une certaine diversité en la matière. Ce n'est qu'après-guerre qu'ils découvrent qu'une de nos colonies, l'Indochine, a du produire ses propres timbres car elle était coupée de la métropole mais qu'elle les a aussi pourvus de dentelures très diverses avec les moyens du bord.
Derniers épisodes de l'histoire de la Sarre
Dans notre numéro 186, nous évoquions le statut tout particulier de la Sarre, mêlé au destin de la France depuis Louis XIV. Plus récemment à l'issue de la Première Guerre mondiale, notre pays a pu profiter des richesses houillères et industrielles de ce petitl and allemand, le plus petit d'ailleurs, en compensation des pertes de guerre. Cette présence tricolore en Allemagne allait donner naissance a des émissions locales dont nous avons retracé les grandes lignes en février. Mais ces émissions connaissent ensuite de nouveaux rebondissements : alors qu'elles cessent en 1935, elles reprennent en 1947 et perdurent quelques années encore. Retour sur cette deuxième phase de l'histoire philatélique sarroise.
De passage à l'Elysée
En ces temps d'élections présidentielles en France, adonnons-nous au plaisir de feuilleter nos albums pour constituer une galerie de portraits (en timbres) des hommes- puisque ce sont uniquement des hommes- qui se sont succédé à ce poste.
La publicité et les timbres
La publicité, fille naturelle et prolifique du commerce, de l'industrie et de la propagande, s'est emparée il y a déjà bien longtemps du terrain postal... lorsque ce dernier voulait bien lui laisser une place pour s'exprimer. Regardons de plus près ce que la publicité, ou la réclame comme on disait auparavant, a enfanté avec le timbre.
Quand la Poste officie sur le rail
Première partie : les bureaux ambulants
Le développement du chemin de fer, dans le monde en général et en France en particulier, va bousculer les habitudes et surtout révolutionner le domaine des transports. Sur terre, les déplacements se font jusqu'alors à pied ou à cheval. D'un coup, grâce au rail, les distances vont paraître beaucoup plus courtes parce qu'elles seront couvertes beaucoup plus vite. Et bien évidemment le transport du courrier n'échappe pas au phénomène. Au-delà du simple transport, la Poste va même finir par installer des bureaux à même les trains. C'est l'heure des bureaux ambulants, qui ont marqué l'histoire postale pendant cent cinquante ans.
Jean-Jacques Mahuteau, la passion des mers du Sud
Depuis 2005 de nombreuses émissions de Nouvelle-Calédonie puis récemment de Wallis et Futuna portent sa signature. Jean Jacques Mahuteau nous raconte comment il a contracté cette passion et comment il procède pour faire partager le goût de la découvert des cultures et des splendeurs de la nature.
La colonisation de la Colombie
La période précolombienne du territoire de l'actuelle Colombie se différencie nettement de celle du Perou ou du Mexique, car il n'a jamais été le siège d'un grand empire, comme celui des Aztèques au Mexique ou celui des incas au Pérou. La région est nettement moins attrayante pour les conquistadores espagnols, car on y trouve beaucoup moins d'or, le climat y est malsain et l'accès en est difficile à cause de la végétation impénétrable et du relief tourmenté. Ils y sont tout de meme venus...
Envois postaux qui changent de sexe
Un envoi qui, par décision postale, passe du masculin au féminin, ou vice-versa, justifie le titre de cet articulet qui demeure, soyez rassuré(e)s, "tout public". Ce qui prouve, une fois encore, que l'apparence seule est parfois bien trompeuse !
Cartes postales : Les présidents de la République
L'élection du Président de la République nous offrir une nouvelle occasion de retrouver, d'abord les cartes postales anciennes liées à cet événement. C'est à la fin du XIXe siècle que sont apparues le premières cartes de ce type, comprenant à la fois les portraits officiels et les aspects divers des fonctions présidentielles, A quoi s'ajouteront les innombrables caricatures des humoristes.
Les frégates du Tonkin
Nous livrons à vos yeux en espérant les éblouir, deux petites merveilles de lettres envoyées par un caporal de l'infanterie de marine depuis le Tonkin, en 1884.
Lettre anonyme de septembre 1870
Les Prussiens ont encerclé Paris. En province, on recrute... et tout le monde n'est pas content.

Socrate a parlé : Courrier d'Oman
Dans un monde bien organise où l'information circule à la vitesse de l'éclair sur Internet on pense naïvement tout savoir. La philatélie réserve de bonnes surprises, c'est la réflexion que je me suis fait en voyant ces images adressées de Mascate, la capitale d'Oman par notre rédacteur en chef. Je ne collectionne pas ce pays mais à ma connaissance consulter le Michel et l'Yvert il n'a pas émis de timbres depuis la fin 2015. Il faut reconnaître que le Sultanat n'est pas réputé pour ses émission abondantes lesquelles sont vraiment discrétionnaires. De quoi nous les rendre sympathiques car ce n'est pas dans ce pays que l'on pratique un marketing débridé. Durant touts une époque, les émissions de complaisance des Emirats voisins ont jeté un discrédit sur cette vaste région Recevoir par exemple un courrier d'Ajman tient de la performance, avoir des timbres dans ses albums : non. Encore que, je vais un peu vite, les fameux timbres en or qu'ont snobé les collectionneurs sont difficiles à se procurer en quantité aujourd'hui et certains philatélistes se les arrachent. Ainsi vont les modes, comme quoi, il faut toujours avoir l'œil, comme pour les timbres de Chine.
Revenons à Oman, Gauthier Toulemonde a trouvé pour l'affranchissement des enveloppes au départ de Mascate un joli bloc célébrant le 46e anniversaire de la fête nationale. Les timbres sont à l'effigie du très respecté Sultan Qaboos et sont dorés. En accompagnement quatre vignettes, elles aussi dorées. Elles représentent l'emblème national d'Oman qui est composé d'une dague kandjar superposée sur deux épées croisées. Symbole traditionnel d'Oman, il figure également sur les pièces de monnaie. Le bloc a été émis en 2016 et je ne suis pas certain que les stocks soient abondants mais nous en saurons plus bientôt lorsque Gauthier aura rencontré le directeur de la poste.
Les carnétistes, nombreux à lire ce magazine, apprendront également que deux carnets dédiés à la grande mosquée du Sultan Qaboos ont été émis, toujours en 2016. Chacun composé de cinq timbres, ils sont de belle facture. La construction de cette mosquée située à l'est de Mascate a débuté en 1995 pour etre inaugurée en 2001. Avec 416000 m2 elle peut accueillir jusqu'à 20 000 fidèles. Ce qui la rend célèbre aussi, c'est de disposer du plus grand tapis fait main d'une seule pièce (70 x 60 mètres) mais également le plus grand chandelier du monde, serti d'or 24 carets. Un bel édifice visiblement qui méritait des timbres.
Le travail des éditeurs de catalogues n'est pas chose facile et je ne leur jetterai pas la pierre, Comme il est compliqué de répertorier toutes les nouveautés du monde entier. Etre informé n'est jamais évident s'agissant de certains pays et être bien informé encore moins! Pour ne citer que l'Afrique, nous savons tous qu'il y a beaucoup de fausses émissions sur le marché. En général, on s'en rend compte assez vite car elles comportent souvent un graphisme désastreux, portent sur des sujets ou des personnages célèbres considérés comme vendeurs. Je pense notamment à la princesse Diana dont les émissions frauduleuses sont particulièrement nombreuses.
Moralité de ces trouvailles : les voyages forment les philatélistes et si certains lecteurs parcourent le monde qu'ils n'hésitent pas à nous informer de ce qu'ils voient dans les guichets.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
avril   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 188 - Avril 2017 ÉDITORIAL : Depuis le désert d'Oman
Cet éditorial est rédigé d'Oman de l'un des déserts les plus inhospitaliers de la planète En totale autarcie énergétique grâce à l'énergie solaire, je continue de travailler pour le magazine. Dire que c'est simple serait vous mentir. En réalité c'est très dur à cause de la chaleur, du vent et du sable qui s'infiltre partout. La gestion des réserves d'eau et des maigres rations de nourriture sont une préoccupation quotidienne. Le moment le pins agréable demeure la nuit et c'est un soir de pleine lune que je vous écris.
Malgré ce que je viens d'évoquer cette expérience loin du monde et de la civilisation est bénéfique et je n'éprouve aucun regret. Elle permet tout d'abord de prendre du recul et de réfléchir à de futurs articles pour le magazine. Le nouveau hors-série par exemple est préparé de ce camp éphémère ayant numérisé la documentation qui m'était nécessaire. A votre demande, il sera question de la Russie et de son éclatement. Une période riche bien que récente pour la philatélie. Comme pour les précédents, l'ensemble des régions du monde seront abordés et bien entendu la France mais aussi ses anciennes colonies. La géopolitique par les timbres de certains déserts sera aussi traitée. D'où je rédige, c'est somme toute logique, naturel et inspirant. L'unique ouvrage papier pour travailler sur le hors-série n°4 est Le dictionnaire des émissions philatéliques de Jacques Delafosse. Je ne dis pas cela pour en faire la publicité - il est pratiquement épuisé - mais tout simplement parce que je le trouve excellent et bien conçu. Sur l'Île déserte il y a trois ans, il avait été mon compagnon et je peux vous assurer que durant ces moments de grande solitude, ce fut précieux.
Ce que j'aime dans la philatélie, c'est qu'elle est mondiale et se révèle une opportunité pour faire de belles rencontres, à commencer par les postes. Celles-ci sont des lieux de vie, souvent le centre de villes ou de villages où je me suis rendu. Je pense tout particulièrement à la poste fluviale en Guyane ou encore à Pondichéry en Inde J'envisage d'écrire un livre sur la base des témoignages que j'ai pu recueillir sur pratiquement tous les continents et même au pôle Nord géographique. Je suis passé à la poste principale d'Oman pour acheter des timbres destinés aux enveloppes auxquelles vous avez souscrites. Vu le nombre, je n'ai pas eu le temps de toutes les préparer avant mon départ dans le désert. Elles seront expédiées courant avril. J'ai rencontré les responsables de la poste d'Oman et vu leur sérieux, je n'ai aucune inquiétude quant à leur réexpédition. Étonnante poste qui réalise peu d'émissions, de grande qualité artistique mais qui ne communique absolument pas. Pour trouver le bureau philatélique, j'ai dû me rendre dans trois endroits différents pour enfin trouver le bon. Le Sultanat d'Oman a su rester authentique sans céder au marketing débridé. Ici les timbres servent d'abord à affranchir le courrier.
Cette expédition est aussi - comme j'avais eu l'occasion de le dire le mois dernier- une opportunité pour s'adresser aux enfants des collèges. Deux fois par semaine, je rédige un message à leur attention diffusé sur le site de l'Adphile. Il y est question de l'aventure elle-même (pour les attirer) et bien sûr de timbres. J'espère que la mayonnaise prendra et je remercie une fois encore le conseil de cette association pour son soutien.
Je vous donne rendez-vous le mois prochain, je serai alors proche de regagner la France. L'équipe basée à Bagnolet, Lille et Oman vous souhaite une bonne lecture et vous remercie de votre fidélité.
L'Occupation italienne de Menton
L'histoire philatélique de Menton est essentiellement française. En effet, même si Menton a été historiquement rattachée à plusieurs nations, la ville était sous domination tricolore lorsque sont apparus les timbres-poste. Toutefois, durant trois années de la Seconde Guerre mondiale, du 24 juin 1940 au septembre 1943, cette mainmise française a connu une parenthèse italienne. L'administration de Mussolini a italianisé intégralement la ville, et donc aussi son courrier, marqué de l'empreinte italienne et des bouleversements administratifs qu'a connus Menton.
Pierre Gandon et Jacques Cartier : rétablir la vérité
Le nom du talentueux graveur Pierre Gandon est associé à la thématique Jacques Cartier par l'intermédiaire de deux objets différents : un timbre et une vignette Un débat a été ouvert il y a quelques années afin de savoir quelle était l'implication de Pierre Gandon dans l'un et l'autre Voici une synthèse des éléments factuels et avérés sur le sujet.
De la Bible hébraïque à la Kabbale
Les fêtes juives sont parmi les nombreuses occasions pour les coreligionnaires de se référer à la Bible hébraïque, la Torah. Divisée en 5 sections, la Torah ou Pentateuque est à l'origine de nombreux recueils de commentaires. Au sein de cette littérature, le Talmud, expression du judaïsme rabbinique, occupe une place fondamentale. A côté de cette exégèse talmudique, il en existe une autre, ésotérique quant à elle classée sous le terme Kabbale dont le recueil médiéval du Livre de la Splendeur ou Zohar est le plus éminent.
Quand les plis maritimes illustrent la Conquête de l'Ouest
Deux lettres, parties de France à moins d'un an d'intervalle en 1859 et 1860, donnent un aperçu de la diversité des voies postales mises en place entre l'Europe et le « Nouveau Monde ». Mais, à cette date déjà, le défi n'est plus tant de franchir l'Atlantique que de parvenir le plus rapidement possible sur la côte pacifique des États-Unis. Complétées par un témoignage d'époque, celui de Louis Simonin, elles contribuent à illustrer cette course digne du Tour du monde en 80 jours de J. Verne.
La collection départementale : un vrai régal
Il y a tant de pièces différentes pouvant être regroupées dans cette collection, qu'elle procure un vrai bonheur au philatéliste tant les découvertes peuvent être nombreuses, variées et inattendues
La lutte contre la fièvre jaune
La fièvre jaune est une maladie virale, que l'on rencontre surtout en Amérique centrale et du Sud, dans les Caraïbes et en Afrique subsaharienne. Depuis ces régions, la maladie a également envahi l'Europe, surtout via les ports espagnols et portugais. Bien que la maladie soit endémique, il y a eu des épidémies de très forte intensités comme celle de Lisbonne en 1857, qui fit plus de 6000 morts en quelques semaines. La lutte contre la maladie a été le fait de certains scientifiques que la philatélie a naturellement salués.
La grande peste de Marseille 1720-1722 (1723)
Guy Dutau de l'Académie de philatélie a donné le 4 mars à Salon de Provence une conférence d'histoire postale qui évoque cet épisode qui fit 80000 victimes Pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'y assister en voici un résumés
La Tripolitaine
L'histoire postale des timbres émis sous l'intitulé "Tripolitaine" est à peu près parallèle à celle de la partie est de la Libye, la Cyrénaïque, que nous avons évoquée dans la parution précédente de cet article sur la philatélie des colonies italiennes.
Le roi des dunes
Compagnon du voyageur qui souhaite parcourir le désert - si vous voyez à qui nous faisons allusion - sans lequel ledit voyageur ne saurait s'aventurer en dehors des routes ouvertes aux véhicules motorisés, le dromadaire possède des qualités certaines qui l'ont désigné comme le "vaisseau du désert". Nos albums recèlent à son effigie de timbres variés dont certains comptent parmi les plus élégants qui soient. En voici un petit échantillon, seul ou en monture.
La lutte de Jacob contre l'Ange ou le musée postal d'Eugène Delacroix
Depuis l'automne 2016, fidèles et visiteurs de l'église Saint-Sulpice à Paris peuvent de nouveau admirer les extraordinaires fresques peintes par Eugène Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges entre 1849 et 1861 et qui sont souvent présentées comme son testament artistique. Ecaillées par endroits, recouvertes d'un voile de poussière et d'épaisses couches de dépôt ces peintures nécessitaient une opération de restauration de grande ampleur qui s'est étendue sur presque une année et qui a fait l'objet d'un financement participatif placé sous l'égide de la Fondation du Patrimoine. C'est aussi l'occasion de mettre en exergue l'un des timbres-poste parmi les plus emblématiques de l'histoire postale française.
Le destin disputé de l'Ukraine
Au milieu du XVIIe siècle, l'Ukraine se détourne de la Pologne et se met sous l'autorité du tsar de Russie. Ce qu'elle regretta amèrement ensuite. Comme un refrain connu qui résonne jusqu'à nos jours.
Poissons d'avril au Vatican
Les faits sont avérés, mais trop insignifiants pour avoir servi de pâtures aux historiens. C'est donc au marcophile qu'appartient de faire partager sa surprise et sa gaité. Nous sommes en 1846 à « L'administration générale des postes du gouvernement pontifical »
Cartes postales : Le carnaval de Cholet
Cholet va vivre son Carnaval. Nous lui souhaitons beau temps et réussite. Dans le même temps, du 28 avril au 1er mai 2017, se tiendra dans ce chef-lieu d"arrondissement du Maine et Loire le 90e Congrès de la Fédération française des associations philatéliques dont l'organisation a été confiée à l'amicale philatélique de la ville. Deux événements, deux activités bien différentes mais liées l'une et l'autre aux passions humaines et à l'histoire.

Socrate a parlé : Deux choses que j'ai remarquées
Cela n'échappe à personne- même s'il y a une certaine omerta à ce sujet-: le nombre de philatélistes en France tend à se réduire, d'autant plus que la sinistrose s'empare de nos concitoyens. Je l'ai remarqué, c'est souvent le cas lors des campagnes électorales. Arrêter la collection, s'en séparer, certains y pensent. C'est à Timbres magazine de vous en dissuader, de vous faire aimer nos chères vignettes. J'espère que nous vous insufflons chaque mois un peu de bonheur, de culture et de technique. Quoi qu'il en soit l'âge moyen du philatéliste ne tend pas à diminuer, doux euphémisme. Et c'est ce vieillissement de notre population qui explique qu'un certain nombre de timbres - pas tous fort heureusement - se négocient mal à la vente. Dans les années 1980, l'offre comme la demande de timbres étaient fortes. Nous étions dans un marché très animé, parfois spéculatif. Tout se vendait, tout s'achetait. S'imaginer que nous revivrons cette période bénie est un leurre. Il est donc important pour nous collectionneurs de savoir ce que l'on collectionne et avec quel objectif final. (...) La seconde chose qui m'a frappé, c'est que vous êtes nombreux à réaliser vos collections via des ventes sur offres, du moins pour ceux qui possèdent de « gros » timbres. Vous seriez même autour de 80 % à 1'envisager de la sorte. Très égoïstement, je pense que c'est une bonne idée car cela contribue à la production de superbes catalogues de ventes. Catalogues très souvent fort bien faits que je conserve précieusement chez moi et que je consulte souvent ici au bureau. Ils recensent toutes les plus belles pièces, qu'il s'agisse de timbres ou de lettres et représentent une documentation hors du commun qui, si elle bien organisée et bien indexée, peut s'avérer être le complément indispensable de votre propre collection.
Ainsi pour une spécialité Vous pouvez connaître le nombre de pièces existant sur le marché, avoir leurs descriptifs exacts, dénombrer celles qu'il vous manque, connaître également leur prix moyen. Autant d'informations qui font souvent défaut et qui peuvent éviter de mauvais achats. (...)
Les ventes sur offres, la meilleure solution pour vendre ses timbres ? Nous aurons l'occasion d'y revenir.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mars   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 187 - Mars 2017 ÉDITORIAL : Aventures timbrées
Lorsque j'ai résidé seul sur une île déserte en Indonésie il y a trois ans, beaucoup d'adultes me suivaient quotidiennement sur les réseaux sociaux. Parfois ils se faisaient l'intermédiaire de leurs enfants qui m posaient des questions. Les sujets étaient variés : ils prenaient des nouvelles de mon chien, me demandaient comment je faisais pour survivre, si j'avais peur la nuit, combien de serpents j'avais vu, etc.. Quelques-uns sachant que j'étais le rédacteur en chef de ce magazine, m'ont interrogé sur la philatélie. A mon retour, une classe a adressé au bureau des lettres ainsi que des dessins dédiés à Web Robinson. Leur professeur avait profité de mon expérience pour valoriser l'écrit et le timbre. Je me suis alors juré que si je repartais un jour, un projet pédagogique serait monté à destination de la jeunesse.
J'en ai parlé à l'Adphile et l'idée a séduit les membres du conseil que je remercie pour leur confiance. Cette association reconnue par l’Éducation nationale a donc récemment approché 84 000 enfants des collèges et les enseignants. Notre objectif est de capter leur attention au travers de cette nouvelle expédition. Lorsque vous recevrez ce magazine j'arriverai juste à Mascate, la capitale d'Oman où je resterai une petite semaine. Je me rendrai ensuite en 4x4 jusqu'aux portes du desert Puis, ce sera un périple de trois jours à dos de dromadaire pour atteindre le camp.
Je séjournerai seul dans un lieu spectaculaire mystérieux lorsque le soleil se couche, loin, très loin de toute présence humaine. Un chien et probablement deux Chats me tiendront compagnie durant plus d'un mois. En mode survie avec peu d'eau, de nourriture, juste une petite tente et des panneaux solaires pour alimenter l'ordinateur, je continuerai de travailler. Deux fois par semaine sur le site de l'Adphile www.decouvrirletimbre.com et la page Facebook dédiée, je posterai des messages et des photos. J'évoquerai l'aventure elle-même mes joies, mes impressions et - je le sais par expérience - les incontournables contrariétés qui donneront du piment. Araignées scorpions, vipères, tempêtes de sable, voilà les ingrédients qui plaisent aux jeunes ! Bien entendu, il sera aussi question de timbres, de l'Aéropostale, du Petit Prince et de nombreux autres sujets d'histoire, de géographie, de SVT illustrés par des timbres.
Après des journées et des nuits de grande solitude, le retour à la civilisation se fera progressivement. Avec un homme du désert nous réaliserons durant une semaine plus de 200 km à dromadaire. Il m'apprendra ainsi qu'aux enfants qui nous suivront sur internet comment se guider grâce aux étoiles, évoquera la vie des rares nomades qui résident encore dans ces hautes dunes. Le point d'arrivée ne manquera pas de vous surprendre mais ... je n'en dis pas plus.
Le timbre fait voyager, rêver, aussi nous espérons que les collégiens accrocheront. Parlez-en à vos enfants, petits-enfants, ce sera une opportunité pour partager avec eux votre passion pour la philatélie.
Les adultes pourront également me suivre durant le mois de mars et une partie d'avril en se rendant sur le site www.webrobinson ou la page Facebook. Laissez-moi des messages, vos encouragements seront toujours les bienvenus Au retour je posterai les enveloppes auxquelles vous avez souscrit, car l'aventure est aussi postale.
Je vous donne rendez-vous le mois prochain, mes articles parviendront au bureau par courrier électronique, adressés des immensités désertiques d'Oman, un pays qui gagne à être connu et visité. Bonne Fête du timbre et excellente biennale à Paris Porte de Champerret.
Couverture : L'Indochine, perle de l'Extrême-Orient
Avec ce numéro, partons pour une série au long cours qui nous mènera de l'Indochine française jusqu'à son éclatement avec l'avènement du Vietnam, du Cambodge et du Laos. Une histoire postale assurément riche, prisée par de nombreux collectionneurs français et étrangers. Embarquement immédiat.
Quelques oblitérations
Ces trois enveloppes sont correctement affranchies et ce n'est donc pas là que réside leur intérêt. Ni dans leur texte, ni dans le nom de leur destinataire, ni dans leur destination : alors ?
France : La République de Jules-Clément Chaplain
Il est très rare, dans la philatélie, qu'un même dessin de timbre traverse près d'un siècle sans être remplacé Ce fut pourtant le cas du timbre télégraphe créé par Jules-Clément Chaplain, graveur médailleur de talent très admiré à la fin du XIXe siècle. Voici l'histoire d'un dessin qui a marqué à jamais l'histoire des Postes et Télégraphes...
Courrier : Les postiers à l'école du tri
Dans son éditorial de décembre, Gauthier Toulemonde nous parlait de "l'heure du tri automatique, du tout informatique,..." Mais il fut un temps ou le tri manuel était de mise. Retour sur une période pas si lointaine où l'homme effectuait lui-même toutes les opérations de tri postal.
Thématique : Redoutable malaria ou paludisme
C'est une question récurrente pour le voyageur. Quelles maladies sévissent là ou je me rends ? Puis-je me prémunir contre ces dernières ? Parmi les maladies infectieuses répandues dans le monde, le paludisme est la parasitose la plus importante ; présent sur tous les continents, les recherches de vaccination sont toujours en cours. Les timbres évoquent abondamment le sujet.
Les timbres "Recouvrements" : Quand la philatélie sert la fiscalité.
Généralement classés dans nos catalogues au beau milieu de la partie réservée aux timbres-taxe, les Recouvrements ont un statut très particulier. Ces vignettes, plus fiscales que postales, cohabitent avec les chiffres-taxe Duval, parce que l'usage pour lequel on les prévoit est spécifique. Voici un tour d'horizon de ces timbres singuliers, qui n'ont vécu que vingt-sept années dans les bureaux de Poste.
Entrée des artistes : Stéphane Humbert-Basset, "Le voyageur inaccompli"
Hormis quelques artistes-voyageurs, bien des peintres, graveurs et illustrateurs vivent comme des ours. Je le sais parce que j'en fais partie. Il en existe des plus ou moins sauvages, des plus ou moins urbains, certains possèdent de beaux ateliers, ou d'autres (Comme moi) s'accrochent à leur table de travail comme Robinson à son île,... Mais c'est ainsi, nous exerçons des métiers qui isolent.
Philandorre fête son 40e anniversaire
Les Vallées d'Andorre, nichées au cœur du massif des Pyrénées, sont entrées dans l'histoire universelle en 1278 avec la signature des Paréages entre 1'évêque d'Urgel et le comte de Foix. 650 ans plus tard, la dualité institutionnelle a été prolongée sur le plan philatélique avec l'Ouverture de la poste espagnole le 1er janvier 1928 et de la poste française le 16 juin 1931. Apres des séries d'Espagne ou de France surchargées, viendront des séries représentant les paysages et les monuments de la Principauté.
Europe : La culture au service de l'indépendance
La Finlande fête en 2017 un siècle d'indépendance. L'occasion pour nous d'évoquer timbres à l'appui la naissance de l'identité finlandaise qui s'est forgée au XIXe siècle, servie notamment par la culture et l'engagement des artistes locaux, peu ou du moins mal connus en France.
Cartes postales : Une collection exceptionnelle : Félix Potin
Durant de nombreuses années, la Maison Félix Potin, épicerie industrielle à succursales multiples, a été l'une des plus importantes entreprises d'alimentation de notre pays. Elle a depuis longtemps disparu. Sauf pour certains historiens et les collectionneurs de cartes postales anciennes et d'imagerie populaire qui entretiennent le souvenir de ces établissements, à Paris, en banlieue et en province.
Comment bien vendre une collection (II)
Dans le numéro précédent, nous vous conseillions de bien identifier vos timbres afin de savoir ce que vous vendez. A vous lire, il semble que vous souhaitiez que nous développions davantage cet aspect. Voici donc quelques timbres d'Europe, à vous de voir si vous savez reconnaitre le pays émetteur. Contrairement aux apparences, ce n'est pas si facile

Socrate a parlé : Uber, suite mais pas fin
Le moins que l'on puisse dire c'est que ma dernière chronique n'as pas laissé indifférent, tant tout ce qui concerne l'achat ou la vente de vos timbres demeure un sujet sensible.. Des négociants ont cru que je partais en guerre contre leur profession, tandis que des lecteurs pensaient que je faisais la promotion des sites de vente aux enchères. Rien de tout cela en réalité, Socrate est un vieux routard de la philatélie et n'attendez pas de moi que je dise "Tous pourris" ou "tous merveilleux et intègres ». Bref le but était de faire réagir, amener les acteurs de la philatélie à se poser des questions sur le devenir de la profession, observer les évolutions et l'objectif est d'ores et déjà atteint.
Je constate qu'aujourd'hui dans notre microcosme, Internet prend une place importante dans les échanges entre collectionneurs. Des premiers courriers que j'ai reçus de vous chers amis, il ressort que c'est un outil qui est à la fois bien pratique mais qu'il faut le manier avec précaution. Quelques lecteurs m'ont confié s'être fait arnaquer en achetant des timbres qui ne correspondaient pas aux descriptions, s'avérant en mauvais état ou en trop bon état, c'est-à-dire regommés. Que des vendeurs, dont on ne sait qui ils sont, proposent sur le Net des prix attractifs mais que la marchandise était bien souvent "frelatée". Comme je vous l'ai souvent dit, pourquoi une personne vendrait très, très en dessous de la cote un timbre qu'il pourrait légitimement négocier à un prix supérieur ? Tout simplement parce que la description est erronée ou que le timbre est faux. Attention aux offres alléchantes, prenez garde lorsque vous achetez des timbres surchargés des anciennes colonies ! "A qui faire confiance sur Internet ? Sur les sites de ventes aux enchères on se retrouve face des anonymes. un particulier, un négociant déguisé ? Même les sites officiels de vente de timbres me laissent perplexe." me dit un fidèle de cette chronique avant d'ajouter: "ma référence demeure le magazine. Un marchand de timbres qui fait régulièrement de la publicité signifie qu'il est toujours présent et que si j'ai un problème avec lui, je peux écrire au journal. Une fois Timbres magazine m'a aidé pour régler en un temps record un petit litige avec un marchand. Oui le magazine est pour moi une référence et une forme de protection. Je constate que les pages de publicité se font de plus en plus rares chez vous. Je le regrette car elles sont de l'Information, au même titre que les articles. Certains grands noms ont disparu des radars tandis que d'autres émergent. Vive la nouveauté et c'est ainsi que j'ai fait confiance depuis quelques années à un petit nouveau dans vos pages et je ne le regrette pas. De bons prix, une vraie qualité de service et de la bonne humeur".
Je souris à moitié car ce lecteur de 59 ans se prénomme Hubert et nous ramène directement à Uber, la société à laquelle je faisais allusion dans ma chronique du mois dernier.
Continuez de m'écrire afin que les résultats de notre sondage soient significatifs. A ce stade, je constate qu'Internet c'est un peu le Far West et que les collectionneurs comme les vrais négociants n'y trouvent pas forcément leur compte. Ces derniers se plaignent de la concurrence des particuliers qui ne sont autres que des marchands déguisés s'affranchissant de payer les charges afférentes à une société enregistrée en bonne et due forme.
Matthieu (42 ans) pour sa part a arrêté d'acheter sur des sites de ventes aux enchères: "Honnêtement, l'offre est trop large et j'en avais assez de chercher pendant des heures ce qui m'intéressait Les moteurs ne sont pas toujours performants et renvoient à des articles sans rapport avec la demande. Et lorsque vous trouvez enfin le timbre de vos rêves, c'est pour vous apercevoir qu'il est souvent et mauvais état. Bref je repasse par mes contacts habituels dans le négoce mais avec l'expérience, j'ai appris à faire le tri. Les sites me servent juste à vendre des bricoles à quelques euros et si l'offre ne trouve pas preneur, je la retire. Mais qu'importe puisque je n'ai rien dépensé."
Jean-Paul quant à lui disperse ses collections de la façon suivante : les timbres d'après 1960 lui servent pour affranchir son courrier et il vend les blocs tout comme les variétés sur Internet. Une fois ces timbres « purgés », il cédera ses collections à des maisons de vente aux enchères en deux étapes. Pour la période 1900-1960 en acceptant une decote importante et pour celle allant de 1850 à 1900 « en essayant de présenter au mieux mes intérêts financiers ». Dominique (vieux philatéliste comme il se présente) apprécie les sites car ils permettent de « toucher des acheteurs potentiels dans le monde entier, ce que ne permettent pas les carnets de circulation". Pour terminer, laissons la parole a Didier (62 ans): "J'ai un gros stock de timbres courants, et pas mal d'enveloppes. Je suppose que ça represente un certain capital, mais je me sens incapable de vendre tant je crains de ruminer "Je me suis encore fait avoir"! Discuter avec quelqu'un et conclure en lui donnant quelque chose, et éventuellement recevoir quelque chose en retour, oui je le ferai car alors j'aurais un souvenir de la personne!". L'univers d'Internet- de mon humble point de vue - est déshumanisé et trop de collectionneurs se privent ainsi de la convivialité des rencontres physiques. A vous lire, chers amis.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
février   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 186 - Février 2017 ÉDITORIAL : L'année qui a aussi changé la philatélie
C'est immédiatement ce qui m'est venu a l'esprit en lisant 1917, l'année qui a changé le monde de Jean-Christophe Buisson, publié chez Perrin. Il est vrai que les événements qui se sont déroulés cette année-là ont transformé durablement la philatélie, que l'on collectionne par pays ou que l'on soit thématiste. Comme nous l'évoquons dans ce numéro, c'est en 1917 que des timbres spéciaux sont émis avec la série Orphelins mais aussi le premier timbre spécifique pour la Croix-Rouge. Sur le plan thématique, les collectionneurs recherchent notamment les figurines évoquant les grandes batailles mais également celles relatives à Marie Curie qui crée alors les premières unités mobiles de soins sur le front et pose les fondations du premier centre anti-cancer. Les thématistes savent que c'est l'année du premier dessin animé, du premier disque de jazz et du premier film politique de Chaplin. Mais aussi celle de la disparition de Guynemer, de la création de la Coupe de France de footballs du changement d'heure. Pour l'anecdote, c'est le 24 mars 1917 que la France passe à l'heure d'été. Puis durant la Seconde Guerre, il existera deux heures de différence entre zone libre et zone occupée, cette dernière se mettant au propre comme au figuré à l'heure allemande En 1917, le général de Gaulle prisonnier en Allemagne tente de s'évader et se jure de ne plus subir une telle humiliation. Une détermination et un courage qui mèneront plus tard à la France libre et ses timbres. A cette même époque, Adolf Hitler blessé et en convalescence "se forge un antisémitisme paranoïaque" pour reprendre les propos de Jean-Christophe Buisson, pensant qu'un nombre "élevé" de Juifs sont dans les bureaux tandis qu'ils se font rares sur le front. Qui aurait pu imaginer que celui qui était alors qu'un obscur caporal lors de cette année décisive se retrouverait 20 ans plus tard sur des timbres ?
L'année 1917 va modifier de façon spectaculaire les frontières avec la disparition des vieux empires (Autriche-Hongrie et ottomans laquelle va donner naissance à de nouveaux pays dans les Balkans; des collections aussi intéressantes que complexes à réaliser. Avec la Révolution d'octobre en Russie, c'en est fini des timbres à l'effigie des tsars. Dès l'abdication en mars 1917 de Nicolas II des initiatives privées sont à l'origine de la réalisation de surcharges dites révolutionnaires. Elles montrent un bonnet phrygien ainsi qu'une inscription signifiant "Fraternité - Égalité- Liberté". L'année suivante, les timbres font référence à la République Socialiste Fédérative des Soviets de Russie puis en 1923 à l'URSS et ses multiples satellites. 1917, c'est aussi l'entrée en guerre des États-Unis qui sera timbrifiée prochainement. 1917 toujours, Mao publie son premier article dans une revue pékinoise où il évoque l'émergence d'un ordre nouveau qui luttera contre les quatre démons du monde que sont l'Église, l’État, le capitalisme et la monarchie. Douze ans plus tard, Mao sera à l'origine de nombreuses émissions provisoires dans les zones communistes de la Chine. Enfin et sans etre exhaustif, Lord Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, promet en 1917 la création d'un État juif en Palestine, portant en germe le conflit israélo-palestinien que révèlent aussi nos timbres.
L'année 1917 avec en outre la disparition des anciens empires ottomans et austro-hongrois, l'instauration du premier régime totalitaire en Russie a bouleversé le destin de la planète sonnant le glas du "monde d'hier" brillamment décrit par Stefan Zweig. Nouveaux pays, nouvelles dénominations, modifications de frontières, c'est dire si les personnes qui se sont mises à cette époque à la philatélie avaient du travail devant elles !
Couverture : A la Poste en 1917
Le moins que l'on puisse dire, c'est que lorsqu'est sortie cette année-à la première série commémorative des Orphelins, la déception fut grande chez les philatélistes. Si les sujets traités ne souffrent d'aucune contestation, leur traitement laisse franchement à désirer. Retour sur cette série qui cote un siècle plus tard 9 150 euros neuve chez Yvert et 8980 euros chez Spink-Maury.
Poste maritime : Dans le sillage de l'Eurydice
Suivant le trajet d'une lettre adressée de la Dordogne au Chili en 1857, nous parcourons ce mois-ci une nouvelle route postale maritime, la "voie de Panama", avec en toile de fond la politique navale française menée au temps du Second Empire.
Collection : Les Europa ont 60 ans
Dès leur apparition en 1956, il y soixante ans, les timbres Europa ont connu la faveur des philatélistes. Un intérêt qui allait croissant au fur et à mesure des émissions, et qui ne passa pas inaperçu des administrations postales qui, visant également leur part du gâteau, se lancèrent à leur tour dans ce programme prometteur de rentrées financières. Les années passant, la liste des pays émetteurs de timbres Europa officiels ou pseudo Europa, pays n'ayant aucun lien avec l'Europe, ne cessa de s'allonger. A tel point que les collectionneurs désorientés s'interrogent face à cette profusion. Que rechercher, que garder ? Quelques pistes...
Chroniques : Conséquences postales de homonymies
A en croire l'I.N.S.E.E. il y a en France plus de 4 millions de Martin et 2 millions de Bernard ! Même à la fin du XIXe siècle une tertre ne comportant que le nom du destinataire et son lieu de résidence ne pouvait que difficilement et avec certitude être délivrée à la bonne personne. Et un homonyme, après l'avoir ouverte, pouvait s'apercevoir qu'elle ne le concernait pas.
Mieux connaître les timbres : La taille-douce. Les variétés expliquées
L'impression d'un timbre met en œuvre des procédés complexes. Elle est le fruit d'une coordination parfaite entre différents composants qui sont des éléments de la machine ou extérieurs (encre, papier, ouvrier,...). Le principe global est un processus bien maîtrisé se déployant sur plusieurs étapes successives qui conditionnent le résultat attendu. Mais quand tout ne se passe pas comme prévu ... cela donne des anomalies qui, dans le domaine philatélique, sont dénommées « variétés ». Il est donc profitable de connaître les paramètres essentiels de la fabrication d'un timbre à chaque étape afin d'en comprendre les possibles dysfonctionnements et d'en expliquer le résultat.
Thématique : La lutte contre la tuberculose
Illustrer en philatélie la lutte contre la tuberculose n'est pas si simple. Non pas parce qu'il y a trop peu de timbres dédiés mais plutôt parce qu'il y en a trop! Une thématique sur ce sujet peut s'étendre indéfiniment. D'où nécessité de se limiter à l'essentiel, en mentionnant seulement les grandes lignes de cette lutte séculaire que l'on peut suivre dans la philatélie.
colonies : La colonisation du Sahara
L'exploration du Sahara s'est surtout faite au XIXe siècle. Le nom qui frappait l'imagination était Tombouctou, ville où aucun Européen n'avait réussi à mettre le pied. Tombouctou était supposée être une ville mystérieuse et fascinante, digne des contes des mille et une nuits. Les premiers qui tentent d'y parvenir sont les Anglais...
zoom : "mieux vaut tard que jamais"
David Maraskin aurait dû être technicien ou technicocommercial, pour faire plaisir à son père (ce qu'il fit quelque temps), mais son amour pour l'Art et les Arts Graphiques en ont décidé autrement.
Etude : La Cyrénaïque
L'histoire postale italienne de la Cyrénaïque est plutôt compliquée. Démonstration en une petite centaine d'illustrations !
Expression française : de Saargebiet à Saarland
La Sarre, classée dans les catalogues en pays « d'expression française », semble pour un bon nombre de collectionneurs un bout du monde philatélique. Retour sur les timbres du plus petit Land allemand, situé à seulement 70 km de Metz et à environ 390 km de Paris et Lille. Ils rappellent son histoire tumultueuse avec la France.
Cartes postales : Les cartes postales du marché aux timbres
« Un dimanche, vers cinq heures, je remontai en flânant les Champs Elysées, m'arrêtant parfois devant les guignols, chers à Charles Nodier, lorsqu'au coin de l'avenue Gabriel et de l'avenue Marigny, en face de l'Elysée et de l'Hôtel Laffitte, je tombai tout à coup au beau milieu d'une foule compacte... »

Socrate a parlé : "L'uberisation" de la philatélie est-elle en marche ?
Vous vous demandez ce qui prend à votre vieux Socrate d'utiliser un nom aussi barbare. Et bien sachez chers amis qu'il a fait son entrée en 2016 dans le dictionnaire Robert. En voici la définition: « Ubériser. Transformer (un secteur d'activité) avec un modèle économique innovant tirant parti du numérique. Start-up qui ubérise le secteur de l'hôtellerie. Ubérisation ». On doit ce néologisme à Maurice Lévy, le patron de Publicis.
A l'origine, la société américaine Uber qui propose (grâce à des applications via les mobiles) de mettre en relation des utilisateurs avec des chauffeurs. Pour faire simple, vous êtes par exemple à Paris et cherchez une voiture pour vous acheminer à votre lieu de rendez-vous. Vous prenez alors votre téléphone portable et vous vous connectez sur le site de la société Uber. Elle vous mettra aussi vite en relation avec un véhicule proche qui vous prendra en charge et qui n'est pas un taxi traditionnel. Cette mise en contact direct a pour conséquence de réduire sensiblement le prix de la course. Les charges payées par un chauffeur indépendant étant en effet sans commune mesure avec celles d'un taxi traditionnel. Autre exemple d'ubérisation qui vous parlera probablement, la plate-forme Airbnb laquelle permet de réserver des nuitées chez les particuliers, un système entrant en concurrence directe avec les hôtels. Inutile de dire que les hôteliers se montrent particulièrement critiques car les particuliers qui proposent leurs services n'ont pas les mêmes contraintes qu'il s'agisse du respect des normes ou des charges liées au personnel, à la fiscalité et j'en passe.
La rémunération de ce type de sociétés provient d'un pourcentage pris sur le montant de la transaction réalisée entre particuliers. Compte tenu du volume -le marché est mondial- certaines gagnent beaucoup d'argent. Internet se révèle donc être un outil puissant pour la mise en relation. Nombre de personnes y ont recours et je pourrais aussi citer BlaBlaCar. Pourtant, le risque à terme est qu'elles détruisent des emplois et des intermédiaires qui ont leur utilité.
Et la philatélie dans tout cela ? Elle s'ubérise déjà avec l'existence de sites mettant directement en relation les collectionneurs entre eux. Fini donc les négociants ? La question mérite d'être posée et je peux vous assurer que les habitudes changent. Pas plus tard que la semaine dernière, une amie m'appelle pour me demander comment vendre la très belle collection de son arrière-grand-père ? Sans même me laisser le temps de lui répondre, elle me dit: « Et si je la vendais directement sur Internet ? J'aurai peut-être des offres et je n'ai pas envie d'aller chez un marchand de timbres qui va m'escroquer parce que je n'y connais rien. En plus, je ne sais pas à qui m'adresser. Beaucoup ont des sites sur Intemet mais comment savoir s'ils ne sont pas des margoulins ? » Voilà qui en dit long sur la réputation des négociants mais à force de ne pas communiquer dans la presse spécialisée, cela leur retombe dessus et à un mauvais moment. Car le pouvoir d'attraction d'Internet chez les collectionneurs est indéniable. Avant de poursuivre cette chronique, j'aimerais avoir votre point de vue sur les sujets suivants :
· Pour vendre vos timbres, préférez-vous passer par : des petites annonces dans un magazine, votre club, des correspondants, un négociant ou un site de vente aux enchères, mettant directement en relations les collectionneurs ? Merci de m'expliquer en détail vos motivations et me dire ce que vous collectionnez.
· Si vous vendez régulièrement vos timbres aux enchères sur Internet, via une plate-forme communautaire, quelle est la fréquence?
· Avez-vous rencontré des problèmes avec un site de vente aux enchères ?
· Faites-vous confiance aux sites Internet des négociants ?
· Que pensez-vous des marchands disposant d'un magasin ? Vous conseillent-ils utilement pour vendre au mieux votre collection ?
· Par quel canal connaissez-vous les négociants ? Soyez nombreux à répondre à ce sondage, il nous aidera à mieux comprendre les évolutions qui se dessinent dans la philatélie. Le magazine publiera ce sondage, le premier sur cette question. Un grand merci à Vous tous et "socratisez" bien.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
janvier   2017

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 185 - Janvier 2017 ÉDITORIAL : Chaude ambiance...
Il y a cent ans, la France est en guerre mais au fait, que se passait-il alors dans le monde de la philatélie ? Eh bien; c'est aussi la guerre mais pas celle que l'on imagine. Voici quelques morceaux choisis pris dans la revue philatélique Le Postillon dirigée par l'irascible Alfred Montader : "Pendant la guerre - Timbres d'Allemagne et Colonies, Autriche etc. - La chambre syndicale dans L'Echo d'octobre veut bien apprendre à l'univers philatélique qu'il est interdit non seulement d'importer, mais même de faire circuler en service intérieur, par exemple dans les sociétés d'échanges, des timbres d'Allemagne et Colonies allemandes, Autriche-Hongrie, Bulgarie, Turquie. Non seulement pour les timbres en cours, mais même pour les anciennes émissions, fussent-elles de 185O, et aussi des anciens États allemands.
C'est excessif et, ajoutons-le faux. Il n'est pas vrai que ces timbres-là ne puissent circuler, et il n'est pas vrai qu'ils ne circulent. Je voudrais bien connaître le marchand, l'échangiste et la Société qui les ont supprimés de leurs cahiers ou classeurs, et je voudrais bien également savoir en vertu de quelle loi, décret légal ou réglement quelconque on voudrait m'empêcher d'envoyer de Paris à Landerneau un Schleswig ou un Wurtemberg. Qu'on arrête des timbres à l'entrée en France en vertu du décret du 10 mai, passe encore ; qu'on recherche dans les colis postaux les timbres des Colonies allemandes, nous pouvons l'admettre, vu qu'ils peuvent jusqu'à preuve du contraire être considérés même venant de neutres, comme marchandise étrangère, de fabrication idem incontestable. Mais pour ceux qui se trouvent en France, c'est une autre question, sauf bien entendu le cas où il s'agit d'un lot introduit frauduleusement (...) J Qui veut trop prouver ne prouve rien. Les négociants en. T P. sont encore sous le coup des 54000 francs d'amende de l'an dernier. Ils voudraient bien se laver aux yeux de l'administration, du parquet et des douanes de tout soupçon de commerce, avec l'ennemi et de transactions sur marchandises austro-allemandes. Il est à craindre que tous leurs efforts soient en pure perte. (...) Il est du reste bien facile de se convaincre que MM. les négociants parisiens mettent eux-mêmes peu en pratique dans leurs magasins la défense qu'ils édictent dans l'Echo, ainsi qu'on peut le voir en feuilletant les classeurs de n'importe lequel d'entre eux. Dès lors, à quoi sert-il de tambouriner une prohibition dont ils sont les premiers à ne pas tenir compte ?".
Chaude ambiance mais ce n'est pas tout Montader s'en prend à l'émission de 1916 du gouvernement monténégrin en exil que nous évoquons dans le hors-série III "MONTENEGRO. - On ne peut dire que la série ultra-fantaisiste à 1000 francs pièce ai eu une bonne presse. Cette plaisanterie (les plus courtes sont les meilleures) qui consistait à surcharger, en France, nos propres timbres pour le compte d'un gouvernement en camp volant, n'avait qu'un léger inconvénient : celui d être illégal en même temps qu'intempestive. Je sais bien qu'en ce moment il y a un tas de choses incongrues, et de gens qui font ou défont tout autre qu'ils ne devraient. Mais ce n'est pas une raison pour un tel tripatouillage.
Le Petit Bleu Philatéliste prétend même qu'une instruction serait ouverte par le Parquet. De cela je doute fort vu qu'il eût fallu une plainte, un tiers lesé, une partie civile, toutes choses qui manquent. Qui donc pouvait se dire lesé ? qui pouvait bien se plaindre ? Pas le Monténégro à coup sûr, dont l'un des nationaux faisait la place pour cette camelote ; pas les rares collectionneurs qui ont pu en acheter et qui sont de ceux qui achètent n'importe quoi ; pas les créateurs de l'objet ; alors qui ? Je comprends très bien le désir des inventeurs de faire une aire avec ces timbres. Mais, en vérité, ils s'y sont bien mal pris. Pourquoi surcharger des timbres français, ce qui ne pouvait manquer de soulever des holà! Une composition typographique quelconque sur papier de couleur faisait bien mieux l'affaire, et, émise par le Monténegro, en monnaie du Monténégro, supprimait toute observation (..) Mais comme après tout le Monténégro, même hors de chez lui, n'en existe pas moins théoriquement, il a le droit de faire une série, dix séries, cent séries de timbres personnels, s'il en a la fantaisie. Mais pas du tout de surcharger les nôtres de sa firme. Le roi de Monténégro a le droit et le pouvoir de faire un comte de Cettigné, un marquis de Scutari, mais pas un duc de Bordeaux. Nos noms français, nos timbres français échappent à son autorité". La série bien officielle cote aujourd'hui 2400 euros neuve, pas si mal pour des timbres "bidons". C'est fou ce que l'on peut dire d'âneries dans la presse philatélique, me diront certains d'entre vous.
En personne : Interview
Anne-Marie RICAUX-DEMAIL est directrice générale de Théodore Champion depuis maintenant 17 ans. Elle a rejoint Théodore Champion en qualité de cadre administratif et financier en 1982.
Timbres de France émis en 2016
Avec un budget pour les nouveautés d'environ 400 euros, le millésime 2016 est en hausse par rapport à l'année précédente (390 euros) . L'augmentation des tarifs postaux en début d'année y est pour beaucoup. En ce qui concerne l'ensemble des produits disponibles hors du circuit traditionnel de distribution, on notera la forte hausse de la facture. Cette année elle a atteint plus de 1 500 euros soit le double de l'an passé. le coût des autocollants d'Entreprise s'est envolé : plus de 1 100 euros contre 235 euros en 2015 (réimpression des TVP Marianne et la jeunesse sans indication de poids oblige). Du côté des collectors, il aura fallu débourser cette année plus de 260 euros contre 227 euros l'année dernière. L'Euro 2016 est passé par là. Seule baisse à signaler, celle des souvenirs philatéliques dont la note dépasse les 150 euros (168 euros en 2015).
Couverture : La fortune est peut-être au rendez-vous !
Ils sont laids, souvent défectueux. Un non initié qui aurait en main un exemplaire de ces timbres étonnants aurait en toute logique le désir de s'en débarrasser en le jetant à la poubelle. Et pourtant ils atteignent des sommets dans les ventes sur offres comme dernièrement avec le n°22 vendu 25000 euros par la maison Cohen-Sabban. De quoi s'agit-il ? Tout simplement des préos de 1893.
Mieux connaître les timbres : L'I.T.V.F. innove avec l'impression mixte
Celte idée attrayante est assez ancienne, mais la difficile conjonction de deux techniques différentes et la propriété d'imprimabilité des papiers humidifiés ont longtemps rendu irréalisables les impressions mixtes sur une seule machine. Pourtant, deux procédés associés permettent d'obtenir une excellente qualité de reproduction. Ils rendent ainsi possibles de multiples illustrations et la taille-douce, qui reste généralement l'élément central préserve du même coup sa qualité infalsifiable au timbre-poste.
Les carnets de 2015 : Des carnets pour tous
La collection de carnets a continué en 2015 à frôler l'impossible... pour les collectionneurs qui ne disposent pas de gros moyens. En effet, d'une part, la généralisation des timbres autocollants a entraîné un grand retour un peu partout des carnets d'usage courant, mode le plus pratique de diffusion de ces vignettes. D'autre part, de nombreuses administrations postales - comme la nôtre, d'ailleurs - ont multiplié les émissions de carnets commémoratifs ou « de luxe » destinés aux collectionneurs - dont les poches doivent donc être de plus en plus profondes, selon l'expression consacrée...
"Extrait d'acte de mort"
Sous le fifre « Les extraits mortuaires du Ier Empire », titre moins sinistre que le nôtre, Roger Wallart abordait le sujet dans le n°264 des Feuilles Marcophiles. De ces avis, dépassant le million, des centaines de milliers ne trouvèrent pas leur destinataire et aboutirent aux Rebuts. En 1819 M. Desroys, alors chef de ce bureau, signalait au directeur des Postes qu'un nouveau bureau, spécialement chargé d'éponger l'arriéré (Déjà !) et composé de huit personnes venant à 6 heures du matin, avait ouvert plus de 500000 lettres en six semaines. Il proposait la transmission au ministère de la Guerre où ces documents finirent peut-être au pilon. En voici un qui a survécu et beaucoup voyagé.
La série "Zin Kaka" du Bénin et ses avatars
Depuis 2001, la politique philatélique du Bénin s'est restreinte à seulement une ou deux émissions par an - bien qu'il y ait eu de nombreuses réutilisations de timbres anciens - et toutes celles-ci ont connu une utilisation postale étendue pouvant les assimiler à des séries d'usage courant. Ainsi se présente la série émise le 19 décembre 2003, montrant un petit singe avec un long nom scientifique, Cercopithecus erythrogaster erythrogaster, plus connu en français sous le nom « Singe à ventre rouge », connu localement sous l'appellation Zin Kaka.
L'Adphile en pratique
« Il faut renouveler les collectionneurs, amener les jeunes à la collection mais comment faire ? Ils ne s'intéressent pas aux timbres et de toute façon cela coûte trop cher ». Ces remarques désabusées, on les entend parfois dans tes clubs ou sur les salons. Pourtant, il y a des choses à faire et l'Adphile apporte des solutions concrètes. A nous de les relayer.
La Daguin encore...
Continuons notre enquête sur les empreintes Daguin initiée le mois dernier.
La république tchécoslovaque (1918-1938)
L'entre-deux-guerres est une période extrêmement riche Dans l'histoire du continent européen. En voici pour preuve, timbres à l'appui, la naissance puis la disparition, vingt ans plus tard de la Tchécoslovaquie.
Cartes postales : Le silence est d'or
Il y a quatre-vingt-dix ans, le cinématographe avait appris à parler: le « Chanteur de Jazz » sonnait le glas du cinéma muet. Al Johnson en était la vedette en interprétant le rôle d'un chanteur noir. En fait, il n'était pas noir mais grimé pour les besoins du scénario. Aucun Noir ne figure encore sur les écrans américains, sauf en qualité de domestique ou de figurant.

Socrate a parlé : Comment vient l'amour des belles lettres
Lors des fêtes, vous aurez peut etre l'occasion d'évoquer votre passion pour les timbres auprès de vos proches, enfants, petits enfants. Pas toujours facile de communiquer à ce sujet mais pour vous y aider, je vous propose de porter à leur connaissance un texte merveilleux signé de Pef. Qui est-il ? Tout simplement un conteur extraordinaire doublé d'un dessinateur talentueux Pef a signé plus de 150 ouvrages graves, drôles, tendres ou désopilants à destination des enfants mais aussi des adultes. Personnellement je l'ai découvert grâce à son « Petit éloge de la lecture ». Lors de la sortie de « Motordu timbré » publié pal Gallimard jeunesse, Pef a prononcé le 17 octobre dernier chez son éditeur cet émouvant discours que vous apprécierez sûrement : « Chers amis,
J'ai en moi la mémoire oblitérée de trois lettres mais mon premier souvenir d'enfant sur le sujet est mon grand étonnement à la vue d'une enveloppe glissée dans une boîte par un voisin de mon village.
Je me demandais comment cette missive pouvait voyager. Quel conduit pouvait-elle suivre pour rejoindre la boîte du destinataire ? Comment pouvait-elle descendre, voyager dans un tuyau supposé puis remonter?
La première de mes trois lettres, j'en entendis parler sans la voir. C'était une lettre expédiée à la Préfecture par un proche de mon père, un jaloux du coté du manche de la collaboration. Le courrier fut intercepté par le receveur des postes mis dans un tiroir et ressorti à la libération. Le nuisible fut sermonné, son magasin de chaussures, pillé. Mais on ne lui fit pas connaître le sort des quelques femmes du village, tondues, le crâne rougi au minium traçant une croix gammée d'infamie. Je vis cela et m'en souviens encore.
La seconde lettre fut celle que je destinai à une jeune voyageuse qui prenait comme moi, chaque matin, le train de banlieue de Viroflay d Versailles. Très timide, je confiai à un copain le soin de remettre mon petit mot à la fille aux yeux arc-en-ciel Ledit copain était plus séduisant que moi. Erreur sur la personne. Mais l'inconnue lut cette lettre, me répondit par la poste et nous ne sommes plus quittés depuis 1959 Geneviève est devenue mon épouse et signe les couleurs de tous mes albums.
La troisième lettre est un gag. Mon père nous parlait souvent d'un oncle d'Amérique parti faire évidemment fortune. Il n'existe, à ma connaissance, aucune tante d'Amérique. Par un bel été sur la plage de la Corniche, à Sète, nous eûmes, mon frère et moi, l'idée de faire revenir cet oncle par le biais d'une lettre soi-disant égarée retrouvée et expédiée à l'adresse familiale. Avec un retard estimé à une trentaine d'années. Il suffisait de nous procurer un timbre d'époque dans un magasin philatéliste, de fabriquer de faux cachets et tampons et de rédiger une lettre sur papier soigneusement vieilli. Mon père fut ébahi. L'oncle était devenu riche et s'apprêtait à revenir en Europe. La plaisanterie fut stoppée net quand mon père envisagea de tout raconter à la presse locale. Mon frère et moi la tête basse, reconnûmes être les auteurs de la lettre. Mon père accusa le coup mais salua volontiers notre travail de Faussaires. Quant à moi, je me contentais d'attendre le retour noté de ces sacrés devoirs de vacances dont l'arrivée par la poste n'en finissait pas de m'angoisser.
Voilà, chers amis, ce que je tenais à vous dire pour la parution de cet album, bouquet aussi fleuri que tordu offert à la Poste.
Patrice, le préposé de mon village normand, garde, sur la vitre arrière de sa voiture jaune, le dessin de la tête de Motordu que je lui dessinai un jour sur feuille de poussière. Cela fait des mois que cette image existe, repassée d'un doigt pour en raviver les lignes, et la voiture de Patrice est toujours propre à l'exception de cette fragile trace d'amitié. Je vous remercie. Pef »
Tout simplement merveilleux. Nous remercions Pef et Gallimard de nous avoir autorisés à publier ce discours. Votre Socrate quant à lui vous souhaite une excellente année timbrée 2017.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine





la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques