www.philatelistes.net - La presse philatélique écrite
Votre boutique philatélique en ligne!
Philantologie vous propose tous ceux dont pour votre passion philatélique. Timbres de France, colonies, monde entier avec des lots à prix nets selon arrivages. Des milliers de pochettes par pays et thématiques. Des fortes remises sur le matériels de collections toutes marques!
Philatélie... c'est Philantologie!!!

www.philatelistes.net

Rechercher Membres Contacts Aide
Modération off     Accueil | Actualité | Annonces | Forum | Philamômes | Histoire postale | Merson | Liens

La presse philatélique écrite



L'Année 2015 avec


Timbres Magazine
décembre   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 173 - Décembre 2015 ÉDITORIAL :
Le Salon d'automne qui vient de s'ache ver est indiscutablement un bon cru C'est en tout cas l'avis des collection neufs présents et même des négociants souvent enclins à se plaindre. Quels son les timbres qui ont changé votre vie ? C'est la question que j'ai posée à des lecteurs des rédacteurs réguliers ou occasionnels du magazine (Pierre Jullien, Gérard Gomez, Guy Prugnon, Francis Keledjian, Michel Bablot), des artistes (Pierre Albuisson, Patrick Dérible, Raphaëlle Goineau, Joël Lemaine, Cyril de La Patellière, Jean-Jacques Mahuteau) ainsi qu'à des marchands de timbres. Retrouvez sur TV TIMBRES l'intégralité de ces témoignages pris sur le vif à Champerret. Le personnes interviewées avaient seulement 20 secondes pour répondre afin de conserver une forme d'authenticité et de spontanéité. Comme vous le verrez, les timbres qui ont marqué leurs vies de collectionneur remontent souvent à l'enfance ou sont liés à de belles rencontres. Si vous aussi vou souhaitez apporter votre témoignage n'hésitez surtout pas à m'écrire, c'est avec plaisir que nous vous publierons. Votre passion est communicative, c'est important de la partager. Les lecteurs présents au salon ont pu découvrir quelques bonnes feuilles du hors-série "Le dessous des timbres" qui sortira le 11 décembre prochain. L'accueil a été enthousiaste et je ne vous cache pas que cela nous a fait plaisir car il est le fruit d'un long travail. Le sommaire est copieux couvrant la philatélie de tous les continents et même des pôles.
Chacun devrait y trouver son intérêt avec une dizaine de pages de "Réponse tout", des articles courts afin de couvrir un maximum de sujets et d'autres plus développés, consacrés à des histoires insolites. Le timbre est indiscutablement un "marqueur" de l'Histoire, il facilite sa compréhension tout comme il permet d'appréhender l'actualité Lorsque l'on prend le temps d'étudier de surcharges, d'analyser le graphisme de vignettes, le contexte de leur émission, c'est incroyable tout ce que l'on peut apprendre. Si besoin en était, le hors-série vous confortera dans l'intérêt de collectionner. Ce magazine peut aussi être lu par des personnes ignorant tout de la philatélie car il est volontairement pédagogique. Il a du reste reçu le soutien de l'Adephile (Association pour le développement de la philatélie) . Qu'elle soit ici remerciée. Le hors-série raconte aussi des histoires étonnantes dont certaines ressemblent étrangement à un polar comme avec les vignettes de Marie 1er, roi de Sédang. La lecture d'un livre et d'archives m'a permis d'apporter des précisions utiles sur cet aventurier français. N'hésitez donc pas à l'offrir à des proches, ils comprendront enfin pourquoi vous êtes fous de timbres !
132 pages, une couverture semi-rigide, une superbe maquette, de nombreuses photos cartes, il devrait vous séduire tout comme son prix. De seulement 6,80 €, nous avons fait un gros effort pour que vous puissiez vous 1e procurer. Il propose aussi un superbe Point fidélité d'une cote de 30 €.
"Le dessous des timbres" est disponible dans de nombreuses maisons de la presse ou par correspondance. Pour terminer, deux remarques importantes : nous n'avons pas le droit de l'inclure dans votre abonnement, il faut donc vous le procurer en librairie ou tout simplement remplir le bon à découper figurant en page 111. Enfin, ce numéro exceptionnel est imprimé en quantité limitée, ne tardez pas si vous souhaitez en acheter plusieurs exemplaires. Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Zoom : Dans les allées du 69e Salon philatélique d'automne
l'édition 2015 du Salon d'automne a tenu son rang de rendez-vous annuel incontournable et sa place par rapport à d'autres salons européens avec presque 9000 visiteurs en 4 jours, dont deux temps forts le jeudi et le samedis Retour en images.
En couverture : Jean Delpech ethnographiste du rêve
Auteur d'innombrables œuvres, peintures, gravures, dessins, Jean Delpech goûte également à l'art du timbre-poste gravé. Bien qu'il ait à son compte seulement une trentaine de timbres pour la France et les territoires d'expression française, il a par son style unique, qui tient de l'image d’Épinal, marqué l'histoire de la philatélie et, plus largement, celle de l'art. Chacune de ses créations, philatélique ou pas, se lit comme une histoire complète, une sorte de bande dessinée où fourmillent de nombreux détails.
Thématique : Il y a 100 ans le torpillage du Lusitania
En 2015, nous avons assisté à la commémoration du bicentenaire de la bataille de Waterloo. La philatélie a participé à cette commémoration avec éclat. Mais 2015 marque également le centenaire du torpillage du Lusitania, le 7 mai 1915 au large de l'Irlande dont les conséquences ont été considérables...
France : Comment collectionner les usages courants modernes ?
Passionnante par sa variété et ses multiples possibilités d'études, la collection des timbres d'usage courant modernes ne manque pas de centres d'intérêt. Elle peut être abordée soit de façon classique, la monographie, qui retrace la vie d'une Marianne ou autre emblème de la République, depuis sa conception jusqu'à la fin de sa carrière postale, soit par des collections transversales, telle la lignée de toutes les Marianne vertes rouges ou bleues. Ou encore n'être consacrée qu'à la valeur la plus en usage d'une famille de Marianne, tels les très prisés 2,20 F Liberté et TVP Briat. La collection peut aussi ne se limiter qu'à une sorte de conditionnement : les timbres de feuilles, les carnets ou les entiers. Dans chaque catégorie, il y a amplement de quoi faire!
Andorre : Ramon d'Areny-Pandolit, pionnier des cartes maximum d'Andorre
Honoré par ce timbre d'Andorre en taille-douce émis le 9 novembre, voici l'occasion de vous le présenter
Chroniques : Le bureau fantôme de Plan de Cuques !
S'il vous prenait un jour l'idée, ô combien innocente, de feuilleter les annuaires des postes vous trouveriez dans celui de : - 1860: Aucune indication relative à Plan de Cuques, - 1861 : Que le P.C.4307 est celui du bureau de Plan de Cuques dirigé par Monsieur Vincent (un saint homme ?) - 1862 : Que le bureau de Plan de Cuques et son P.C.4307 ont disparu. - 1863 : Que pour la première fois dans la liste des bureaux, avec leur numero de la deuxième nomenclature, le P.C.4307, qui était en 1861 celui de Plan de Cuques, est attribué à Vitteaux (Côte d'Or), dirigé par la Demoiselle Renaud.
Colonies : Les timbres avion des colonies françaises (1922-1940)
Dès les lendemains de la Première Guerre mondiale, appareils de surplus et pilotes soudain disponibles permettent l'essor de la poste aérienne. Dans les colonies françaises l'ouverture de lignes vers Dakar, Tananarive ou Saigon s'accompagne de l'émission de timbres avion.
Histoire postale : Bethléem, 24 décembre 1899... Un pèlerinage un peu particulier
Les cartes postales reproduites ici semblent, de prime abord, faciles à interpréter : les expéditeurs, profitant d'un voyage ou d'un pèlerinage en Terre sainte, ont posté leurs vœux pour des amis et leur famille, créant ainsi des documents plutôt attrayants. Déposées à Bethléem le 24 décembre, les cartes auraient été acheminées jusqu'à Jérusalem où les timbres ont été oblitérés le lendemain... cependant l'aspect assez uniforme de l'ensemble peut susciter le doute chez le collectionneur du XXIe siècle !
Mieux connaître les timbres : Petite histoire de la TD-6
L'introduction de la taille-douce pour l'impression des timbres-poste en France fut assez difficile car elle ne sera adoptée, de façon confidentielle dans un premier temps pour des presses à bras, qu'en 1924. De nombreuses innovations se succéderont pour améliorer ce mode d'impression reconnu pour sa qualité qui rend la contrefaçon plus difficile.
Amérique : La guerre d'indépendance américaine
Le chemin vers l'indépendance des États-Unis passe par la guerre contre la tutelle anglaise et par le concours de la France comme l'illustrent fort à propos de nombreux timbres
Étude : La Somalie italienne
La philatélie de la Somalie Italienne commença les années 3930 en suivant une certaine routine, mais elle les termina de façon bien plus originale, parallèlement à l'essor de la colonie, qui avait servi de base arrière à la conquête de l’Éthiopie et s'intégra à la toute nouvelle « Afrique de l'Est Italienne », tout en gardant une politique autonome d'émissions.
Monaco : MonacoPhil 2015, de la Guyane britannique aux pôles
Le prochain MonacoPhil sera marqué par la présentation au public du timbre le plus cher du monde, le One cent magenta de la Guyane britannique. Vendu à un collectionneur américain en juin 2014 10 millions de dollars, nul doute qu'il sera la vedette de ce salon. Pour autant, il ne faut pas manquer l'exposition et les conférences consacrées à la philatélie polaire. Sera présentée en première mondiale, l'histoire philatélique et postale de l'expédition Byrd II (1933-35). Monaco, le polaire, la protection de la planète sont des thèmes très présents dans la Principauté depuis Albert Ier. Une occasion de les aborder alors que se réunit la COP 21 à Paris.
Régionalisme : Marques de la Petite Poste de Lyon (2ème Partie)
1779 la petite poste est créée à Lyon. Une collection passionnante pour les marcophiles où il reste beaucoup à découvrir.
Conso : Comment protéger sa collection ?
Si l'on est porté sur la présentation d'une collection, son esthétisme, on est nettement soucieux de sa conservation. Et ce n'est pas du luxe car les timbres peuvent se détériorer si l'on n'y prend pas garde. Le premier conseil est d'inspecter sa collection et de veiller tout particulièrement au jaunissement éventuel des timbres, de pièces ayant tendance à se coller sur la bande de protection. N'oubliez pas que vos chères vignettes gagneront à séjourner dans un espace régulièrement aéré et à bonne température autour de 18 à 20° avec une hygrométrie entre 40 et 65 %. Ce sont ni plus ni moins les conditions idéales pour le corps humain.
Colonies : Les timbres de Mong-Tzeu 1903-1907
L'histoire postale de MongTzeu est indissociable de la construction du chemin de fer du Yunnan, province du Sud-Ouest de la Chine dans laquelle se trouve cette ville. En effet, en 1899, les Français, sous la houlette de Paul Doumer, passent un accord avec la Chine pour construire une ligne de chemin de fer dans cette province. L'intérêt est bien évidemment économique : les terres du Yunnan sont riches en ressources et en matières premières.
La Chronique de Socrate : Sans langue de bois
On m'a transmis récemment Phil Infos, une lettre d'information publiée par AV éditions. Le rédacteur est Gérard de Morant négociant en timbres mais également collectionneur, authentique amoureux de la philatélie Membre du bureau de la CNEP (Chambre syndicale française des négociants et experts en philatélie), cela ne l'empêche pas de dire ce qu'il pense. Dans son dernier bulletin, il ne mâche pas ses mots et chacun en prend pour son grade. Le titre de son papier n'est autre que « Tous responsables ! ». Voici quelques extraits: « La philatélie reste, malgré quelques aléas, la première collection dans le monde. Néanmoins, le climat actuel reste morose. La faute à quoi ou à qui ? Chacun a son bouc émissaire sans vouloir regarder devant sa propre porte.
LA SOCIÉTÉ : les jeunes générations, prises dans un tourbillon de loisirs artificiels et sans âme, négligent cette forme de culture, de la patience de la recherche, du goût de l'esthétique, de l'instruction, de joie, d'apaisement et d'autres bienfaits que la Philatélie apporte. C'est vrai mais pas irréversible si tous réunis on arrive à promouvoir notre passion.
LA POSTE : ses excès dans le nombre d'émissions de timbres émis annuellement désorientent les philatélistes acquis et ceux à venir... Est-il besoin de multiplier les carnets autocollants en inventant des sujets douteux ? (...) Est-il judicieux d'enlever près de 100 000 abonnements dans les bureaux de poste locaux pour les regrouper chez Phil@poste à Boulazac !! A peine 25 % se sont réabonnés (Chiffres actuels) (...) Pourquoi nombre de bureaux de poste incitent leurs clients à affranchir avec des étiquettes sans âme sur le courrier alors que leur règlement intérieur permet l'affranchissement avec des timbres ? » Des remarques que vous avez déjà lues dans nos colonnes. Ce qui m'a le plus intéressé, c'est ce que dit Gérard de Morant à propos des collectionneurs et de ses confrères:
« LES PHILATÉLISTES : trop individualistes, ils se morfondent souvent dans un repli sur eux-mêmes au lieu de promouvoir leur « hobby » autour d'eux. Combien d'entre eux affranchissent leur colis ou lettres avec de beaux timbres ? Combien collent leurs timbres au milieu de l'enveloppe et non à droite pour éviter les vagues des oblitérations inesthétiques qui maculent le timbre. Combien arrêtent leur collection en prétextant qu'elle coûte quelques paquets de cigarettes... Bien sûr ils pourraient se cantonner à la collection de beaux timbres et blocs gommés et souvent gravés; mais un collectionneur souhaite posséder l'intégralité des parutions. Tout collectionneur en rêve. Les priver de ce rêve, c'est anéantir la collection. Mais arrêter de collectionner, c'est se punir soi-même en priorité.
LES NÉGOCIANTS : s'ils ont choisi ce métier, pas toujours facile économiquement, c'est d'abord parce qu'ils aiment le timbre. Font-ils suffisamment d'efforts pour transmettre leur passion ? Pas tous. Est-il normal que certains affranchissent avec des machines à affranchir ? (...) La majorité des négociants respectent le code CNEP et IFSDA qui précise la qualité des timbres qu'ils vendent et en sont responsables. Mais combien de ventes sur des sites internet, qui par méconnaissance détournent le respect du code et frôlent l'escroquerie par le mensonge ou la non-précision de la qualité ? »
Le rédacteur attaque ensuite les politiques: « augmentation sans cesse de nos impôts en tout genre et diminution des sous dans le porte-monnaie » mais termine sur une note d'optimisme: « Un timbre de Guyane anglaise a été vendu en 2014 près de 9 millions d'euros. Même si ce n'est pas entièrement représentatif, cela montre la puissance de la philatélie. L'amélioration constante des catalogues Yvert et Tellier et Maury permet le développement en donnant le maximum de renseignements et facilite les recherches. La symbiose actuelle des acteurs institutionnels (CNEP-FFAP-Adephile-Phil@poste-presse philatélique) soucieux des problèmes précités, ne peut qu'amener du positif à cette promotion (...) Dans tous les cas, soyons fiers d'âtre philatélistes. » Sur ce dernier point je ne peux qu'être d'accord avec Gérard de Morant mais pour reprendre ses propos, faire la promotion de notre hobby autour de nous n'est pas chose facile. Combien de fois ai-je entendu « Tu es philatéliste ? Ça marche encore ce loisir ? J'ai une collection de timbres de mon grand-père, combien vaut-elle ? » En général pas la moindre question sur comment s'initier, pas le début d'une marque d'intérêt. On ne peut que le regretter mais c'est une réalité qu'il ne faut pas ignorer.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
novembre   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 172 - Novembre 2015 ÉDITORIAL : "Sous la piaule, la zézette fonctionnait bien"
(traduisez : "sous la pluie, la radio VHF-Portable fonctionnait bien")
Nul doute qu'avec ce titre d'éditorial, vous devez vous interroger sur mon état de santé mentale. La suite devrait vous rassurer, du moins je l'espère. Je m'apprête à assister à mon vingtième Salon d'automne ou plutôt au dix-neuvième car il y a deux ans, je me trouvais sur une Île déserte au large de Sumatra. Je ne peux m'empêcher de penser au premier. Je me suis rappelé combien, en tant que néophyte, j'avais été surpris par je langage ésotérique des philatélistes. (...) Surchargés comme un timbre de métropole de noms inconnus, j'ignorais pratiquement tout de Hoi-Hao et de la Cilicie aussi, moi qui pensais être bon en histoire. Et lorsque l'on me paria sur le stand de mancoliste ou encore de bobst placé sur la 1re ligne, je restais définitivement interdit. Finalement au sortir de ce premier salon, seuls les noms d'oiseaux m'étaient familiers. Et dire que je pensais arriver dans un univers apaisé et calme ! Je me suis aperçu qu'il existait - comme partout- de solides inimitiés et d'hallucinants excès de langage.
On ne s'en rend plus compte mais notre jargon est aussi hermétique que celui des scientifiques se rendant dans les TAAF dont on fête les soixante ans cette année. J'en ai découvert un petit florilège dans Le tour du monde des terres françaises oubliées de Bruno Fuligni . Exemple: " Les manipulateurs godonnaient à Péjida, au milieu des pachas et des bonbons, quand un VAT heureusement garoté s'ensouilla : cible des macas et des plonplons, cramponné a sa zézette, il appelait par vac gener et pimponker, regrettant Totoche ". Comme le note l'auteur, il ne s'agit pas d'un message codé mais tout simplement d'une banale discussion aux Iles Kerguelen. Si quelques termes vous ont échappé, voici la traduction: L'équipe sortie sur le terrain ramassait de beaux cailloux à Port-Jeanne-d'Arc, au milieu des éléphants de mer et de leurs petits, quand un bleu qui avait heureusement pris la précaution de nouer une lanière élastique en haut de ses bottes s'enfonça dans un trou boueux : sous les fientes des gorfous macaroni et des pétrels plongeurs, cramponné à sa radio portable, il lançait des appels au logisticien et au pompier, regrettant son cher bistrot ".
Heureusement que le langage des "taafiens" ne se mélange pas au jargon des collectionneurs de timbres. Cela rendrait nos propos totalement incompréhensibles.
Couverture : Comment collectionner les usages courants modernes ?
On les appelle les « petits timbres ». Souvent négligés par les collectionneurs, les usages courants modernes recèlent pourtant de véritables trésors, des raretés, des développements inattendus dans un vaste domaine de recherche. Contrairement aux commémoratifs qui le plus souvent rejoignent directement les albums après leur achat au guichet, les usages courants, les Marianne, remplissent leur rôle postal. Leur utilisation massive, ils sont imprimés à des millions d'exemplaires et leur durée de vie, parfois d'une dizaine d'années, en fait une véritable mine de variantes d'impression et de conditionnement, de variétés et d'accidents de fabrication, sans oublier leur utilisation sur le courrier dans toutes ses déclinaisons.
Thématique : Le tango, de la guinguette à la compétition.
Qui ne connait pas le tango ? Qui n'a jamais vu un couple danser sur une de ces mélodies incontournables que de grands interprètes français ont rendu célèbre ? Qui ne connaît pas Tino Rossi et sa version du plus beau tango du monde ?
Spécialité : La poste navale embarquée
Il est toujours plaisant de découvrir des domaines un peu particuliers de la philatélie, comme celui de la poste navale embarquée, qui permet en même temps de parcourir l'histoire des navires les plus connus de la marine de guerre française du XXe siècle. Nous allons ici en donner un aperçu.
Europe : Les timbres du gouvernement polonais en exil (1941-1945)
D'abord constitué en France, le gouvernement polonais en exil, en juin 1940, se réfugie à Londres. De 1941 à 1944, l'émission de 21 timbres contribue à promouvoir son action et à affirmer sa légitimité.
Techniques d'impression : Les prémices de l'offset
l'offset est d'introduction relativement récente à I'ITVF de Périgueux, c'est en quelque sorte « le petit dernier des grands procédés d'impression » servant à la production des timbres-poste en France Pour le public, il apparaît en 1987 avec l'émission du timbre Hugues Capet (YT n° 2478). Mais ce n'est pas tout à fait le premier timbre, car les machines avaient été testées en 1986 pour une petite série de timbres de service, d'un tirage plus limité : Conseil de l'Europe (YT n°93 a 95). Ces derniers peuvent donc etre qualifiés de premiers timbres français imprimés en offset.
Collection : 1+1=2... pour une fois, Le dispositif français des TVP.
A l'instar de la Belgique (cf notre précédent numéro), la France s'est, elle aussi, lancée dans ce processus de découplage de la valeur faciale des timbres de leur valeur fiduciaire. Elle est, dans, un premier temps passé par l'émission de timbres dits de transition (les timbres A, B. C... au type Liberté ou Marianne de Briat) puis, assez rapidement, a adopté le timbre à validité permanente. A rapprocher du système belge, notamment aux vues des nouvelles recommandations de l'ARCEP pour l'an prochain.
Chroniques : Lettres expédiées en port-dû, mais distribuées en port-payé
A l'époque qui nous occupe la plupart des lettres ordinaires parvenaient à destination par la voie prévue, mais certaines devaient être réexpédiées, suite au changement d'adresse du destinataire. Avec le « port-payé » la poste ne prenait quasiment aucun risque puisque le service (collecte, tri, transport, distribution) était payé avant d'être rendu. En « port-dû » c'était l'inverse puisque le service était rendu avant d'être, parfois, totalement payé. Arrêtons-nous à ce dernier cas.
Poste maritime : épisode 2, Fièvre de l'or en Australie... La confrontation de deux lettres expédiées en Australie à quelques années d'intervalle (l'une acheminée par la White Star Line en 1856 via le Cap de Bonne Espérance, et l'autre par la Peninsular & Oriental en 1862 via l'isthme de Suez) nous conduira à aborder l'histoire, pour le moins originale, du peuplement de ce territoire, ainsi que les enjeux soulevés par l'établissement de relations postales régulières entre cette île-continent et la « vieille Europe ».
Polaire : L'âge moderne des expéditions polaires.
Après l'âge héroïque et l'âge mécanique des expéditions polaires, terminons ce survol de cette passionnante philatélie polaire en évoquant l'âge moderne, avec le retour de la France au Groenland il y a près de 60 ans, après la période précurseur 1948-1953. MonacoPhil 2015 sera un écrin de choix pour présenter les expéditions polaires modernes.
Entretien avec Stéphane Dugast
En novembre sortira en librairie l'ouvrage qu'il a cosigné avec Daphné Victor: « Paul-Emile Victor, J'ai toujours vecu demain »
Amériques : La Confédération canadienne d'une mer à l'autre
Depuis sa formation en 1867, les frontières extérieures du Canada ont été modifiées six fois et l'union des quatre provinces originales a fini par comprendre dix provinces et trois territoires, le dernier en date étant le territoire du Nunavut en 1999. 35 millions de personnes habitant sur 10 millions de kilomètres carrés forment cette monarchie constitutionnelle fédérale.
cartes postales : Est-ce que c'est grave docteur ?
Dès son apparition, à l'extrême limite du XIXe siècle, la carte postale illustrée s'est intéressée aux professions médicales et para médicales, comme à toutes les spécialités qui s'y rattachent de près ou de loin. Et même à toutes ses dérives. Le sujet est vaste et complexe et nous l'abordons ici sous un angle très particulier, celui de l'humour et des curiosités médicales tel qu'il apparaît sur les documents anciens, qu'il s'agisse du graphisme ou de la photographie.
Faux timbres, contrefaçons, une initiative intéressante.
Nous mettons en garde depuis de nombreuses années sur la multiplication des contrefaçons, tout particulièrement sur internet. Une réalité qu'il ne faut pas sous-estimer et qui concerne le marché de l'art d'une façon générale. Le timbre étant constitué de matériaux simples (Encre et papier), il est falsifiable. Les faussaires disposent de plus grandes facilités que par le passé compte tenu de l'évolution des technologies et d'un certain "talent" sans toutefois égaler celui de Jean de Sperati. Pendant longtemps, l'action des experts a consiste a signer les timbres au verso, pour attester de leur authenticité. Aujourd'hui, force est de constater que ce mode opératoire ne suffit plus : en effet, se multiplient sur le marché philatélique des timbres portant de fausses signatures d'experts et des timbres accompagnés de faux certificats d'experts. Comme nous a précisé l'expert Christian Calves : "Si le problème des faux a toujours existé, il a été aggravé ces dernières années par l'essor d'internet qui permet aux faussaires d'écouler leur production de manière incontrôlée. De nombreux collectionneurs achètent en ligne des timbres à des prix défiant toute concurrence sans se douter qu'il s'agit de faux sans valeur"
régionalisme : création de la Petite Poste de Lyon.
Le premier avis de création d'une petite poste à Lyon est rédigé en de si jolis mots que nous vous le livrons dans son ambiance XVIIIe... Pour les marcophiles, voilà une collection passionnante où il reste beaucoup à découvrir.
Les timbres de Canton 1908-1919
La Chine est longtemps restée fermée aux échanges commerciaux avec le reste du monde. La raison est simple : le pays a les ressources nécessaires pour vivre en complète autarcie. Ces richesses, dont Marco Polo décrit l'abondance dans ses écrits, font envie aux Européens. Les premiers à débarquer en Chine, plus précisément dans le port de Canton, battent pavillon portugais. Canton est le chef-lieu de la province de Kouang Toung, dans la partie méridionale de la Chine, à l'embouchure du fleuve Si-Kiang. Socrate a parlé : Un hors-série à ne pas manquer
Notre rédacteur en chef travaille depuis cet été à un numéro hors-série Le dessous des timbres. Ce numéro spécial est un bon lien entre les générations pour transmettre les connaissances et susciter l'intérêt pour la philatélie. (...) Je jette un coup d'oeil à quelques articles de ce numéro et suis immédiatement conquis. La maquette est superbe tout comme les photos et les cartes qui viennent opportunément compléter le propos. Le sommaire est alléchant : sans être exhaustif, les timbres de France et d'Allemagne tiennent une bonne place et toutes les répons du monde sont abordées y compris les pôles. De nombreux articles mais aussi des « Réponse à tout » avec des questions que vous nous posez souvent. Aux articles « sérieux » qui aident à comprendre la géopolitique mondiale (souvent grâce aux timbres anciens s'ajoutent des pages où sont évoqués des personnages hauts en couleur. Je pense tout particulièrement à ces incroyables Français qui ont créé de toutes pièces leurs royaumes comme à Counani ou Sedang et avaient émis des vignettes. J'ai bien aimé aussi les papiers sur la Grèce, la Syrie, les chrétiens d'Orient et ceux sur d'incroyables histoires d'îles du Pacifique dont j'ignorais absolument tout. Ce mélange de « Réponse à tout » et d'articles plus longs a tout pour séduire les collectionneurs que nous sommes. Quand va-t-il sortir ? Le rédacteur en chef m'a répondu sèchement « Quand il sera prêt ». Ce travail de moine qui l'a empêché de prendre des vacances cet été ne l'a pas mis de bonne humeur mais je crois que nous serons contents du résultat. Si tout se passe comme prévu, ce hors-série sera disponible en librairie et également vendu par correspondance juste avant Noël. Autre bonne nouvelle, avec ce hors-série sera offert un très beau Point fidélité.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
octobre   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 171 - Octobre 2015 ÉDITORIAL : 100000 dollars à gagner !
En ce mois de rentrée, la chasse est ouverte et celle à laquelle vous êtes conviés concerne du gros gibier. D'un genre un peu particulier, un petit rappel philatélique s'avère nécessaire.
Notre histoire débute à Washington, dans la journée du 14 mai 1918 alors que la poste américaine vient de mettre en vente le premier timbre d'usage courant pour la poste aérienne. ~I s'agit du 24 cents, connu sous le nom de "Jenny", représentant un avion fabriqué par la société Curtiss. Le timbre est destineé à l'affranchissement des lettres empruntant le service aérien régulier qui relie New York, Philadelphie et Washington. Le philatéliste qui découvre ce qui deviendra la variété la plus chère du XXe siècle est un dénommé William T. Robey. Ce dernier se rend à une poste proche de son bureau pour réaliser des enveloppes "premier jour" qu'il souhaite adresser à plusieurs correspondants. Le guichetier lui montre ce qu'il lui reste mais la qualité des "Jenny" laisse à désirer: hauts de feuilles sans dentelure, multiples décentrés, cela ne plaît pas à notre collectionneur exigeant. Le postier propose à Robey de revenir un peu plus tard, devant recevoir un nouvel approvisionnement vers midi. A 12h précises, il lui présente cette fois une feuille de 100 timbres. Robey (qui a bien fait de patienter) s'aperçoit rapidement que tous les petits avions représentés sur les timbres volent sur le dos ! "Mon cœur s'est arrêté de battre" racontera-t-il plus tard. Rbey maîtrise son émotion et repart avec son trésor constitué de 100 variétés exceptionnelles. De retour au bureau, il montre sa découverte à un collègue puis à un négociant qui lui propose royalement 500 dollars. Il refuse bien évidemnnent et quelques jours plus tard, il reçoit la visite de deux inspecteurs des postes qui essaient Je récupérer la feuille, d'abord en le flattant puis en le menaçant. Robey tient bon et finira car la vendre 15 000 dollars à un marchand de Philadelphie. Pour faire court, la feuille sera ensuite "cassée", des timbres à l'unité seront dispersés mais également des blocs quatre. Ce que l'on appelle désormais les "inverted Jenny" vont connaître bien des aventures, parfois curieuses ou étonnantes. Ainsi un timbre s'est malencontreusement engouffré dans le tuyau de l'aspirateur d'une femme de ménage perfectionniste avant d'être réparé. Quant aux blocs de quatre, ils entrent dans la catégorie des timbres les plus chers du monde. En 2005 l'un d'eux a atteint la bagatelle de 2 970 000 dollars. Autant dire que lorsque l'on possède une telle rareté, on n'a guère envie de se la faire dérober. C'est pourtant ce qui est arrivé à Madame Ethel McCoy (grande collectionneuse de PA américains) dont l'exemplaire a été volé en 1955 lors du Congrès de l'American Philatelic Society. Deux timbres ont refait surface et sont restitués mais les deux autres demeurent introuvables. Où se trouvent-ils donc ? Pour Don Sundman de la société Mystic stamp, les timbres sont fort probablement dans les albums de particuliers qui ignorent qu'ils ont été volés. Le négociant propose donc une récompense de 100 000 dollars à la personne qui récupérera les deux timbres en parfait état, 50 000 dollars pour un seul et 10 000 dollars à toute personne fournissant une piste fiable conduisant à retrouver les "Inverted Jenny". Les timbres seront ensuite restitués à l'American Philatelic Research Librairy (APRL) qui en est à présent propriétaire. Don Sundman a réservé récemment deux pages entières dans l'excellente revue L'American philatelist afin de faire connaître son offre. Difficile de dire si elle mènera à nos raretés mais une chose est certaine, Sundman avec cette histoire s'est révélé un pro de la communication. Toutefois si d'aventure les timbres étaient retrouvés, cela lui fera cher la page de pub! Si vos recherches s'avèrent fructueuses voici les coordonnées de l'APRL: jenny@stamps.org; téléphone 800-782-9580, extension 246. La chasse est donc ouverte, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bonne chance.
En couverture : Les 1f50 Avion survolant Marseille, enfin de "vrais" P.A. pour la France
Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'année 1930 a été riche pour la philatélie française. Le Sourire de Reims, La cathédrale de Reims mais également le 1,50 f Avion survolant Marseille. C'en est fini des Poste aérienne surchargés, arrivent enfin des PA en bonne et due forme, venant après leurs homologues émis par de nombreux pays Et pour cette première, des timbres qui ne laissent pas indifférents les collectionneurs.
Thématique : Ces terres françaises oubliées
Poursuite de notre tour du monde des ferres françaises oubliées. Ce mois-ci abordons des ferres éphémères ou fantomatiques. Aucun timbre ou vignette dédié pour ce second volet de notre saga, ce qui ne sera pas le cas le mois prochain. Que les lecteurs en mal d'Aventure ou d'exploration se rassurent, il existe encore des territoires à reconquérir mais, encore faut-il les trouver. Collection, timbres sans valeur faciale : 1 + 1 = 2...Pour une fois
Le 1er octobre 2007, la cinquième série de timbres belges 1 consacrés au roi Albert II est émise, dans sa version modifiée : la mention PRIOR est abandonnée et la valeur faciale de chaque timbre correspond à un chiffre (1, 2, 3, 5 ou 7)
Inédit, Un essai en hélio de 1956 : Le retour de l'héliogravure : un projet envisagé dès 1956 !
Le premier timbre français imprimé en héliogravure est le 1,50 F bleu « Exposition internationale de Paris » émis en 1931. Ensuite pendant 35 ans la technique est abandonnée jusqu'à 1966 pour le Blason de Saint-Lô. Or, dès 1956 une expérience a lieu pour le premier timbre Europa.
Thématique : De l'aérodrome à l'aéroville.
La thématique est indissociable de celle d'aéroport. Pas d'avion dans le ciel sans aéroport car il n'y a pas de vol sans point de départ ni d'arrivée. Côté timbres et courriers, les possibilités d'étude sont multiples, l'évolution du transport aérien se développant sans cesse avec rapidité.L'A 380 est bien loin de la Caravelle des années 1960, non seulement du point de vue de la technologie mais aussi du nombre de passagers embarqués Les infrastructures au sol se développent de pair : pistes plus longues et plus larges, servitudes de dégagement plus importantes, terminaux plus vastes, accueil et contrôle des passagers renforcés. Avec, en parallèle, le développement des boutiques, points de restauration et de détente.
Mieux connaître les timbres : Les faux jumeaux
Ils se ressemblent parfois comme deux gouttes d'eau et pourtant ils sont différents. Partons à la découverte de ces timbres dont parfois d'infimes détails font grimper la cote.
Levant : 1942, l'hommage des Français libres aux ruines de Palmyre
Les timbres émis en 1942 par la poste aux armées des Forces françaises libres au Levant mettent en scène des méharistes dans les ruines de Palmyre. Par un raccourci de l'histoire, ils évoquent la fascination exercée par cette cité antique aujourd'hui livrée à la destruction.
Aérophilatélie : Du Chili à la Polynésie française
Roberto Parragué fait partie de ces hommes qui vont jusqu'au bout de leurs passions et ambitions, faisant fi de leurs détracteurs et empêcheurs de voler en rond. Il est honoré par un timbre polynésien sorti en août dernier, voici pourquoi...
Rétrospective : Les carnets de 2014. L'autocollant domine le carnetisme.
L'essor du timbre autocollant aura bien profité au carnétisme. Dans le monde entier, la diffusion de timbres sous forme autocollante domine de plus en plus, en tout cas pour l'essentiel des timbres vendus aux guichets à l'intention des usagers. De ce fait, le conditionnement en carnets a trouvé une nouvelle vie et devient maintenant la norme, en tout cas pour les pays à forte circulation postale. Cela rend évidemment l'exhaustivité quasiment impossible aujourd'hui pour les carnetistes, sauf pour quelques collectionneurs millionnaires, sans doute, étant donné la multiplicité des émissions de carnets qui n'ont jamais été aussi nombreuses.
Aland : Välkommen till.
A mi-chemin entre Stockholm et Helsinki l'archipel d'Aland (30 000 îles et îlots dont plus de 6700 portent un nom et quelques dizaines sont habitées) est l'une des six provinces finlandaises, de langue suédoise, et la seule dotée d'un gouvernement autonome, d'un parlement local et d'une administration propre. Présentation de la plus petite et de la plus jeune poste du Nord de notre continent...
Polaire : Ernest Shackleton
Après avoir évoqué le mois dernier la disparition tragique du grand explorateur Roald Amundsen, héros norvégien des régions polaires, regardons aujourd'hui le parcours hors normes de Ernest Shackleton. Cette grande figure britannique de l'exploration antarctique du XXe siècle restera dans l'histoire par son incontestable leadership et son grand esprit d'équipe. Après un premier contact avec les régions polaires en 1901 au sein de l'expédition de Scott, Shackleton va diriger trois expéditions en Antarctique. Comme les autres grands explorateurs, Shackleton sera représenté à MonacoPhil 2015.
Chroniques : Les deux Petites Postes de Paris
Evoquer la Petite Poste, c'est remonter aux débuts de la circulation privée, mais avec privilège du roi, des lettres à l'intérieur de certaines grandes villes et de leurs faubourgs. Par ordre chronologique, on peut citer Bordeaux (mars 1766), Lyon (septembre 1777), Nantes (octobre 1777), Rouen (juillet 1778), Nancy (mars 1779), Strasbourg (avril 1779). Et bien évidemment Paris, la première en juillet 1760, dont voici un rapide survol des marques. Le 1er juillet 1780 marque la fin des petites postes qui, après vingt ans d'existence, seront toutes annexées à la Ferme générale des postes.
Cartes postales : Amis, je viens d'avoir 100 ans !
En 1888, sur les planches de l'Eldorado, le célèbre music-hall parisien, Paulus lance d'une voix puissante une chanson patriotique tonitruante "Amis je viens d'avoir 100 ans" paroles de Lermel et Garnier, musique de Louis Ganne. Ce refrain m'est revenu en mémoire au moment où je rejoignais les centenaires de jadis pour rappeler les cartes postales dont ils furent dotés, les premières du genre étant apparues vers 1900.
Colonies : EFO. Les timbres des Établissements français de l'Océanie 1915-1921.
Dans les années 1840, la France s'intéresse de près à la Polynésie. La reine Pomaré IV est contrainte d'accepter la présence française sur l'archipel, sur lequel la France impose un protectorat dès 1843. Tahiti est officiellement cédée en 1880 et devient la capitale des EFO. La France achève la conquête de la Polynésie dans les années qui suivent en s'implantant sur les îles Gambier, Tuamotu, Rapa, ou encore sur les îles Sous-le-Vent.
Rencontre : Collectionneur un jour, philatéliste toujours
Né l'année du XIIe congrès de l'Union Postale Universelle, Roland Anderson collectionne les timbres depuis l'enfance Se considérant comme un "banal philatéliste", il dispose aujourd'hui de collections variées et transmet ce loisir à de jeunes philatélistes en herbe dans le cadre d'ateliers hebdomadaires pour les enfants dont il a permis la création et qu'il anime bénévolement.
Le nouveau Maury France arrive.
En novembre, il y a ceux qui attendent le Beaujolais nouveau (sur les tables à partir du 19) tandis que d'autres guettent avec impatience la sortie des catalogues. Les collectionneurs qui se rendront au prochain Salon d'automne pourront découvrir la nouvelle édition du Maury France. Voici les premières informations communiquées par Spink, le nouveau propriétaire du catalogue.
Socrate a parlé : Un témoignage comme je les aime
On dit parfois que la philatélie est déconnectée du réel, une affaire de spécialistes. Il n'en est rien et je dirais que c'est même tout le contraire. Si bien évidemment nous nous intéressons prioritairement aux timbres, grâce au contenu du courrier, à des témoignages de nos pairs, c'est l'histoire avec un grand H que nous revisitons périodiquement. Je vous laisse découvrir le courrier que nous avons reçu d'André Le Toquin, qu'il en soit ici remercié.
"Je me permets de vous transmettre un document écrit par Louis Guibert, un ami philatéliste, qui à partir de quelques documents qu'il a en sa possession, nous fait revivre une petite histoire dans la grande histoire.
" Le périple d'un jeune Calédonien qui rejoint Londres et s'engage dans les « Forces Françaises Libres».
Ce jeune homme, Jean-Louis Marie, vivait paisiblement à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, Route 11-13 Vallée des Colons pendant la guerre 1939-44. Répondant à l'Appel du Général de Gaulle, il rejoint, en Angleterre, les Forces Françaises Libres, puis il est affecté dans l'infanterie de l'air comme « Paratroup » Matricule 2362 à Camberley. Il participe à de nombreux vols en direction des ports de Lorient et de Saint-Nazaire, bases navales importantes afin de détruire la flotte allemande de l'Atlantique. Puis au cours du retour de mission en 1944 son avion sera abattu au-dessus de la « forêt de Lorges », immense forêt située entre Loudéac et Saint-Brieuc. Blessé à une jambe, il est secouru par les résistants du secteur très présents ; sa blessure étant jugée sérieuse, il doit etre dirigé vers Saint-Brieuc ou un groupe de résistants lui assurera les soins appropriés. Il sera pris en charge par un commerçant en vêtements de travail « Lafond », rue Poulain Corbion à Saint-Brieuc, et par ma propre famille, (ma mère étant concierge à la Banque Populaire de Saint-Brieuc. Du même groupe de résistants mon père et moi-même imprimeurs, fournissions les cartes d'identité ainsi que les attestations diverses requises par la « Kommandantur » allemande. Jean-Louis sera caché jusqu'à la Libération de la ville et rejoindra son unité mais avant de partir, sachant mon père philatéliste, il lui remettra une enveloppe qui lui était destinée en Angleterre. Elle comporte divers cachets de censure, en gage de remerciement pour « le vieux », signe de respect chez eux.
Je dois aussi préciser que la cave de la Banque dont ma mère était concierge servait de planque pour les armes et explosifs du groupe qui serviront lors de l'attaque de la prison de Saint-Brieuc le 1er août 1944 afinde libérer cinq résistants condamnés à mort et qui devaient etre fusillés le lendemain. Ce qui fut fait avec succès sous la conduite du chef de groupe « Petit Jules » (en réalité notre voisin mitoyen), dans le civil prothésiste dentaire et avec le groupe de Max Le Bail. Nous avons reçu de ses nouvelles bien plus tard en 1946 et en 1947 avec une enveloppe premier vol aérien Nouméa-Sydney par Clipper, puis rien après ». Qu'est devenu Jean-Louis Marie ? Nous ne le saurons probablement jamais. Demeurent ces deux plis qui ne manquent pas d'intérêt et que ce dernier confia en guise de remerciement à celui qui l'avait aidé.

voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
septembre   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 170 - Septembre 2015 ÉDITORIAL : Une formule qui évoluera au fil des mois.
Comme promis, voici la nouvelle formule de votre magazine. Son objectif est de vous proposer une plus grande diversité d'articles. Pas de révolution donc mais tout de même des changements. Ainsi dans la section "Actualités " nous accorderons une part plus importante aux nouveautés d'Andorre, Monaco, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Saint-Pierre et TAAF. Trop d'infos dans trop peu de place, il était nécessaire d'en rendre la lecture plus agréable. A ce propos nous avons également modifié la maquette, certains lecteurs éprouvant des difficultés à lire le magazine. La part allouée aux clubs sera périodiquement augmentée, comme pour ce numéro avec la présentation. de l'A.C.C.P., venant s'ajouter au Club des clubs et à la "Boutique des clubs".
Le contenu de la section " Passion " fait aussi l'objet de modifications. Nous avons réduit la pagination de certains articles afin d'aborder un plus grand nombre de sujets par numéro. Autre orientation, la place prise par la France et ses ex-colonies qui sera plus significative. L'accent sera mis sur le timbre Toutes périodes un peu moins sur l'histoire postale. Périodiquement, nous réaliserons des numéros consacrés aux villes et régions de France comme avec Lyon. Nous ne négligerons pas pour autant l'étranger. A venir notamment des articles consacrés aux pays qui n'existent plus. Ils présentent l'avantage de savoir à quoi l'on s'engage lorsque l'on démarre une nouvelle collection. Les thématiques seront aussi à l'honneur, tout comme nous rédigerons davantage de papiers accessibles à tous dans l'esprit de Timbroloisirs.
Dans la partie "Expertise" les rubriques alterneront en fonction du sommaire. Nous aborderons dans cette section toutes les grandes séries coloniales françaises, l'idée étant de relayer et compléter les Information délivrées par les catalogues. Autres nouvelles rubriques : celles dédiées aux aspects "conso" avec des tests et avis sur le matériel, aux conseils d'experts et la revue de la presse philatélique étrangère. (...)
Autre grande nouveauté de la rentrée - mais cette fois sur Internet- le retour de TV Timbres. De nouvelles vidéos vous sont proposées tout comme des rediffusions. Je vous recommande to ut particulièrement les deux documentaires que nous avons faits sur la collection Maury. Un programme copieux vous attend avec plusieurs heures de films que vous pouvez regarder tranquillement et gratuitement.
Association : L'ACCP point de rencontre incontournable pour les carnétistes.
Le 6 juin dernier s'est déroulée dans le XVe à Paris la 2e journée du carnétisme organisée par L'A.C.C.P., l'Association des collectionneurs de carnets et Publicitimbres, l'occasion de présenter cette dynamique entité forte de près de 200 membres inscrits. En couverture : Lyon, huit fois capitale.
Le moins que l'on puisse dire est que Lyon ne manque pas de timbres et de cartes postales dédiés. Une histoire postale également riche avec la Petite Poste. Visite de cette ville où il fait bon être philatéliste. Thématique : Ces terres françaises oubliées.
C'est pour un tour du monde que nous partons mais uniquement sur des terres françaises oubliées dont l'histoire - souvent haute en couleur- mérite d'être racontée. Une belle thématique qui parfois ne comporte que de simples vignettes ou des timbres étrangers. Nous ne vous convions pas sur le terrain de la philatélie des anciennes colonies aussi petites soient-elles - comme les comptoirs français de l'Inde mais vers des confettis de territoires bien actuels ou supposés. Pour ce premier article, intéressons-nous à quatre îles, deux sont fluviales, les autres situées dans l'océan Pacifique et l'océan Atlantique. Poste maritime : l'acheminement transocéanique des correspondances affranchies au type Empire non dentelé ; épisode 1 : la route vers le Cap.
Janvier 1860, à la poursuite de la Persévérante...
Cet article inaugure une série qui se propose de présenter les différentes voies d'acheminement maritime utilisées, depuis la France, au tournant des années 1850-1860. La période correspond sur le plan postal à l'utilisation des timbres au type Empire non dentelé, sur le plan technique à la généralisation du transport par navires à vapeur au détriment des voiliers Flippers et enfin parfois, sur le plan économique et géopolitique, à la remise en cause par des compagnies françaises du quasi-monopole britannique exercé sur les grandes liaisons transocéaniques.
Entrée des artistes : Quelques timbres fameux que l'on doit à Georges Hourriez.
Georges Hourriez, graveur spécialisé en typographie, fait partie, à coté d'Antonin Delzers, Abel Mignon ou Emile Feltesse, de la première génération de graveurs indépendants ayant travaillé pour le compte de l'administration des Postes dans les années 1930. Bien que le nombre de timbres qu'il réalise soit modeste, car il ne conçoit qu'une quarantaine de figurines pour la France et l'étranger, ceux-ci, de par leur usage, variétés et durée de vie, font aujourd'hui incontestablement partie des coups de cœur de nombreux philatélistes.
Outre-mer : Suez. Des timbres éphémères
A l'occasion de l'Ouverture d'une nouvelle voie navigable de 72 km, revenons sur l'extraordinaire histoire postale de Suez avec la collection de Samir Fikry, vendue par David Feldman en 2011. Le pneumatique : Sous le pavés, la Poste.
A l'heure des courriers, le pneumatique semble anachronique et pourtant il a constitué une véritable avancée lors de sa mise en place. Injustement délaissés par nombre de collectionneurs, ces entiers méritent toute votre attention, leur cote en témoigne. Chronique : Correspondances de la ville pour la ville.
Une lettre peut être adressée a l'étranger ou circuler seulement en France. Dans`ce cas, l'administration postale du XIXe siècle avait prévu une taxe territoriale, pour un parcours national de bureau à bureau et une taxe moindre si la lettre ne quittait pas son arrondissement postal d'origine : c'était la taxe locale. Polaire : l'âge mécanique des expéditions polaires
Après les deux précédents volets traitant de l'âge héroïque des expéditions polaires, objet de l'ouvrage inédit signé par Hal Vogel et Serge Kahn, publié à l'occasion de MonacoPhil 2015, partons en Arctique, pendant l'âge mécanique des expéditions polaires. Cette période qui commence par l'apparition des vols motorisés dans les régions polaires et se termine avec l'Année géophysique internationale (AGI 1957- 1958), sera représentée par de nombreuses collections à l'exposition de philatélie polaire à Monaco du 3 au 5 décembre.
Etude : La Somalie italienne
Comme beaucoup d'anciens territoires colonisés, la Somalie ne put devenir une colonie Italienne que grâce a des rivalités de potentats locaux qui avalent cru pouvoir se servir de l'appui d'un pays européen pour servir leurs intérêts...
Suisse : Lausanne, ville des conférences de la paix
Les négociations de mars 2015 à Lausanne entre les grandes puissances et la République islamique d'Iran sur le nucléaire ne sont pas les seules qui lient cette ville suisse au mot « paix ». En effet, de 1912 à 1932, Lausanne située au bord du Lac Léman, a accueilli trois importantes conférences pour la paix. Des timbres et des cachets d'oblitération spéciaux permettent de les documenter
Japon : La poste aux armées japonaise (1931-1945)
A partir du déclenchement de la guerre en Chine, en juillet 1937, et plus encore de la guerre du Pacifique, en décembre 1941, une grande variété de médias, articles de presse, romans, expositions, affiches, films publicités... popularise la poste aux armées japonaise. Thématique : Owney, mascotte des trains postaux.
Il est exceptionnel qu'un chien se fasse timbrifier pour sa popularité Nos albums se souviennent de l'exemple unique de Laïca, la première chienne envoyée dans l'espace, saluée à l'époque par les émissions des pays de l'Est, qui figurait en bonne place dans les pages thématiques « conquête spatiale ». Plus récemment, le 27 juillet 2011, la poste des États-Unis a rendu un hommage philatélique au chien Owney devenu, bien malgré lui, la mascotte non officielle des postiers du service de messagerie ferroviaire. Une mascotte entrée au musée national de la poste de Washington, dans les programmes scolaires, immortalisée dans les livres, la chanson, bref bien établie dans la légende américaine.
Classiques : Les variétés de la 1ère colonne du panneau D5 du 25 centimes Cérès dentelé au type II.
Intéressons-nous aux variétés des classiques de France, notamment aux très particulières variétés de la 1re colonne du panneau D5 du 25 centimes Cérès dentelé au type II.
Cartes postales : j'ai dansé avec Mistinguett
« J'ai dansé avec Mistinguett » me disait mon père C'était vrai. Il avait gagné un concours de danse dont le premier prix était un tour de piste avec la célèbre vedettes. Valse, tango, Charleston, java, slow ? Je ne sais plus, mais cet événement était digne d'être raconté ! Cela se passait dans les années trente. Depuis de nombreuses années déjà, Mistinguett était devenue une star internationale. Son souvenir ne s'est pas effacé. Des productions artistiques continuent de rendre hommage à cette reine du music·hall et à reprendre certains de ses succès. Colonies : LLes timbres d'Oubangui-Chai-Tchad (1915-1922).
L'Oubangui-Chari-Tchad est une colonie née de la réorganisation du Congo-Brazzaville. Dans un premier temps, par Décret du 29 décembre 1903, l'Oubangui-Chari et le Tchad sont détachés l'un et l'autre du Congo, avant d'être rattachés en une seule et même colonie le 11 février 1905. Cette union des deux Etats dure jusqu'en 1921, date à laquelle ils constitueront chacun une entitéd distincte.
Socrate a parlé : L'or peut-il se transformer en argent ?
En classant mes collections cet été, j'ai retrouvé deux enveloppes comportant des timbres en or imprimés par Cartor, un nom prédestiné. La première vient du Bhoutan avec la reproduction d'un Penny black rémission de 1996, la seconde de Thaïlande affranchie d'un timbre de 2003 à l'effigie du roi Rama V. Je me suis demandé quelle pouvait être la valeur de ces timbres, qui plus est ayant voyagé. Ils cotent chez Yvert respectivement 13 et 15 € mais aucune plus-value pour les oblitérés, pire celui du Bhoutan cote 10 € ! Il mériterait pourtant bien davantage car j'ai peine à penser que beaucoup de ces timbres en or circulent. (...)
Les faibles stocks de ces timbres en or émis assez récemment risquent de faire monter la cote dans les années à venir. Si cela devait se confirmer, les philatélistes seraient alors de remarquables alchimistes, capables de transformer l'or en argent.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juillet   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 169 - Juillet-Août 2015 ÉDITORIAL : La vache et le Maréchal
au moment où cet éditorial est rédigé, l'interception par une factrice du Loiret d'une lettre affranchie avec cinq timbres à l'effigie du maréchal Pétain passe en boucle sur Internet. Parti de Crozon dans le Finistère, le pli est parvenu jusqu'à Orléans sans toutefois terminer son voyage dans la boîte aux lettres du destinataire. Ce dernier n'est pas près de recevoir ce courrier, qui plus est comportant un affranchissement insuffisant! Comme on e sait par ailleurs ces timbres sont démonétisés. Encore un philatéliste qui ne lit pas assez les chroniques de Guy Prugnon car il y a fort à penser que l'expéditeur collectionne les timbres. Jusqu'à preuve du contraire, peu de Français disposent chez eux de timbres à l'effigie du Maréchal. J'ignore quelles étaient ses intentions mais je ne suis pas loin d'imaginer qu'il s'agissait simplement d'une mauvaise plaisanterie, dénuée de toute arrière-pensée politique. Les journalistes trop contents d'avoir un papier à rédiger sur un sujet exotique (le timbre) en ont fait des tonnes, évoquant un fait rarissime et de la plus haute importance. Il n'en est rien. Périodiquement nous recevons ce genre de courrier, les lecteurs nous disant que La Poste laisse tout filer sans rien regarder, ce qui les rend hilares. Cette fois-ci, c'est raté, le Maréchal ne passera pas. (...)
Zoom : Le Musée de la Poste se rénove.
L'adresse Musée de la Poste fait peau neuve. D'importants travaux de rénovation ont démarré et avant il convient de déménager de tous les objets des fonds, ce qui n'est pas une mince affaire. Il faudra attendre 2017 pour visiter le nouveau musée qui promet d'être superbe. En attendant voici quelques nouvelles de ce grand chantier. Couverture : Sous les arches du Pont du Gard
Parce qu'il essuie les plâtres de l'impression des timbres en taille-douce rotative par la Poste, le Pont du Gard a connu bon nombre de soucis, liés à une technique encore à ses balbutiements. Il en résulte plusieurs types imprimés dans des teintes différentes, sur des papiers différents et, surtout, avec des dentelures variables. Petit retour sur l'histoire de ce timbre atypique dont la cote peut atteindre 2400 €.
B.I.T. une série oubliée
C'est l'histoire d'une série semi-moderne belge fort peu courante. Mise en vente confidentielle, durée d'utilisation courte : peu d'exemplaires ont circulé... Aérophilatélie : La première liaison postale entre les États-Unis et la France.
Si l'itinéraire de vos vacances vous conduit dans le Calvados, n'hésitez pas à vous arrêter à Ver-sur-Mer. Cette petite ville possède un musée consacré au débarquement britannique sur son secteur ainsi qu'au périple de l'America. Retour sur cette première liaison aéropostale officielle entre les États-Unis et la France et un vol de pas moins de 42 heures, particulièrement mouvementé.
Entrée des artistes : Paul Lemagny : Les coulisses de la création.
Le dessinateur-graveur Paul Lemagny (1905-1977), prix de Rome de la gravure en 1934, a contribué à la richesse de la philatélie française en la gratifiant de 45 timbres émis entre 1941 et 1958, des portraits de personnages célèbres, des évocations du 2ème conflit mondial et quelques paysages, émissions dont il a créé les maquettes (Timbres magazine de juin 2015). Des timbres bien connus des philatélistes pour leur perfection technique et artistique qui ne sont qu'une étape dans une œuvre plus vaste, riche de plus d'un millier de dessins et gravures s'inscrivant dans une démarche de recherche picturale fondamentale. Des timbres enfin qui ne sont que la partie visible d'un ensemble de plus de deux cents projets qui auraient eux aussi pu se retrouver sur le courrier, projets relevant quant à eux de la recherche spécifique sur le travail du timbre. Petite incursion dans les coulisses de la création de Paul Lemagny sous forme de catalogue des inédits et des non-émis. Histoire postale : L'âge héroïque des expéditions polaires. Un naufrage, deux hivernages, trois groupes.
Le mois dernier, nous avons fait une incursion en Arctique pendant la 1re Année polaire internationale (1882-1883) avec l'expédition américaine de la Baie Lady Franklin (1881-1884). Ce mois-ci, voguons vers l'Antarctique, toujours pendant l'âge héroïque des expéditions polaires. L'histoire postale de cette période fondatrice est l'objet de la publication qui sortira à la fin de l'année pour MonacoPhil 2015.
Venezuela : Les timbres revendiquent.
La région de l'Essequibo est un territoire qui fait actuellement officiellement partie de la Guyane, mais qui est revendiqué par le Venezuela. ici comme ailleurs dans le monde en pareil cas, les timbres permettent de porter - cartes géographiques à l'appui - le message et de clamer son point de vue. Wallis et Futuna : Les surchargés de 1920 à 1928 et leurs variétés.
C'est en mai 1920 qu'apparaît la première émission de timbres pour le territoire de Wallis et Futuna. Il s'agit de timbres créés pour la Nouvelle-Calédonie au type Cagou et Rade de Nouméa dessinés par H. Vollet et gravés par J. Puyplat. Penchons-nous sur ces émissions et les variétés de surcharges qu'elle présente, un beau sujet de collection encore abordable. L'UPU s'invite dans votre boîte aux lettres.
En 2014, des envois postaux internationaux ont fait surface qui portent de petits cachets circulaires rouges libellés « Produit vu / Frais ter. » En-dessous de « Frais ter. », on trouve parfois un numéro, qui pourrait par exemple marquer une place. Qu'est-ce donc que les frais terminaux?
Découverte : Darwin, l'avant-poste septentrional de la civilisation australienne.
La ville de Darwin, capitale de l'énorme province d'Australie dite des « Territoires du Nord », n'a longtemps été qu'un petit avant-poste de la civilisation australienne mais a une histoire postale fort intéressante du fait de sa position géographique stratégique.
Chroniques : Quand la poste décide sans l'accord de l'expéditeur.
La poste du XIXe siècle chargeait ou recommandait « 'office », c'est-à-dire sans consulter l'expéditeur, quand une lettre était : adressée au Roi, trouvée à la boîte, parvenue en passe, paraissant contenir des valeurs d'or ou d'argent, ou des objets dont la perte pouvait compromettre la responsabilité des agens (sic) des postes. Lorsque la poste impose la recommandation d'office, elle a lieu au simple port et non au double, comme lorsque l'expéditeur l'avait demandée. Il y avait néanmoins frappe du timbre « Chargé » et la suscription « Chargé d'office » et leur perte n'entraînait aucune indemnité. La poste se privait certes de la valeur d'un port, mais évitait aussi de régler les 50 francs prévus en cas de perte.
Reportage à la poste d'Istanbul. « Büyük Postane » : La Grande Poste d'Istanbul.
Ouverte au public en 1909, la poste principale d'Istanbul incarne l'effort de modernisation de l'Empire ottoman décadent. Toujours en service, ce bureau abrite dans son aile gauche le Musée de la Poste ; les objets qui y sont exposes sont des pièces uniques de l'histoire de la poste en Turquie. Les escapades estivales peuvent être l'occasion de visiter ce bel édifice.
Japon, courrier militaire : La poste aux armées japonaise (1931-1945)
Cartes postales : Les confidences cartophiles du château de Fontainebleau.
1 864 000 € ! C'est le prix atteint par l'un des bicornes de Napoléon 1er lors d'une vente aux enchères qui se déroula à Fontainebleau au mois de novembre 2014 sous les auspices de Maître Ossenat, commissaire-priseur. Ce record absolu confirme l'addiction de certains collectionneurs aux souvenirs du 1er Empire et particulièrement à ceux attachés à l'Empereur.
Décryptage : 1939 : 1er service postal aérien régulier France-États-Unis.
Douze ans après le vol de Byrd comme relaté dans ce numéro, on passe du raid aérien pionnier à une exploitation régulière au-dessus de l'Atlantique. A la veille de la seconde guerre mondiale la compétition porte ainsi sur l'ouverture de routes commerciales. La chronique de Socrate: Les Missionnaires ? Toujours en bonne position.
J'ai décidé de vous emmener vers un archipel situé au centre du Pacifique Nord : Hawaï. Le prix atteint par ce pli affranchi du 13 c bleu n'est pas mince comme le papier du timbre au graphisme on ne peut plus sommaire. Cette lettre de l'ex-collection Champion vient en effet de se vendre mi-juin 266 600 €. Voici donc une brève histoire de ces fameux timbres « Missionnaires » d'Hawaï...
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
juin   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 168 - Juin 2015 ÉDITORIAL : "Je veux des timbres "low cost" !".
C'était il y a quelques semaine dans le bureau de poste d'un ville du Nord de la France. Un femme d'une cinquantaine d'années demande des timbres au guichet. On lui propose - fait pas si fréquent que cela aujourd'hui - des "beaux timbres". La réaction ne se fait pas attendre,"Je ne veux pas payer plus cher, je souhaite des vrais timbres et je connais les tarifs, monsieur". Notre sympathique et dévoué postier insiste en disant qu'ils sont vendus au même prix qu'une Marianne mais rien n'y fait. Pire la cliente lui dit que c'est une escroquerie et réitère sa demande en précisant " Je veux des timbres "low cost!". Et de conclure cette étonnante conversation en criant: " De toute façon je ne suis pas collectionneuse. Autant dire que cette charmante femme n'est pas près de lire Timbres Magazine à moins qu'elle ne soit - sans le savoir une passionnée des tarifs postaux.(...)
Au train où vont les choses, le timbre va devenir pour le grand public un O.P.N.I., comprenez un objet postal non identifié. Vous pensez que j'exagère ? Voici un extrait du livre La face cachée de La Poste de Séverine Cazes et Valérie Hacot publié chez Flammarion: "Et, si, demain envoyer Orne lettre devenait un événement aussi extraordinaire - et rarissime - qu'un dîner dans un restaurant trois étoiles ? D'ores et déjà, les jeunes semblent avoir perdu l'habitude de coller un timbre sur une enveloppe. ~ Quand je demande à mes élèves de quatrième d'écrire une adresse pour envoyer une lettre, ils me regardent avec des yeux ronds. Ils ne savent pas comment s'y prendre. C'est incroyable mais ils ne l'ont jamais fait de leur vie" s'étonne mi-amusée, mi-inquiète une enseignante d'histoire-géo d'un collège de la région parisienne. Les témoignages de plusieurs postiers recueillis à l'accuedil des bureaux de poste confirmerait cette réalité : plus souvent qu'à leur tour, il leur arrive de venir en aide à des jeunes clients désemparés devant une boîte aux lettres...". (...)< br /> La Poste serait bien inspirée de lancer rapidement une grande campagne de communication valorisant les timbres et le travail des artistes. Au moment où je rédige cet éditorial, un Picasso vient de se vendre aux enchères à New York 179,3 millions de dollars. J'imagine bien une publicité montrant un timbre gravé, reproduisant le tableau d'un peintre connu avec cette accroche " Vendu un million d'euros ? Non 0,76 € et disponible à La Poste". Couverture : Paul Lemagny, du trait au portrait vers l'abstrait.
Le dessinateur Paul Lemagny (1905-1977) lègue a la philatélie un trésor de 45 timbres, une galerie de portraits remarquables entrés pour toujours dans le musée imaginaire des collectionneurs. Des timbres qui ne sont pourtant qu'un simple intermède dans une œuvre considérable, tant par son volume, plus d'un millier de dessins ou de gravures, que par sa qualité artistique. Ces timbres, vedettes de nos catalogues, personnages célèbres ou sujets de guerre et paysages, émergent d'un ensemble pins vaste représentatif de la création philatélique qui englobe environ deux cents maquettes de projets non émis. Grâce à des documents inédits mis à la disposition de Timbres Magazine par les héritiers du graveur, et d'autres provenant de L'Adresse-Musée de La Poste, découvrons ou redécouvrons l'univers gravé de Paul Lemagny. Classiques : La poste française à Jérusalem.
Jusqu'à la sortie récente de l'ouvrage de Raphaël Livnat Jérusalem et la poste française en Terre sainte 1843-1914, l'histoire postale française demeurait méconnue. Grâce à un impressionnant travail de recherche, notamment dans les archives diplomatiques, l'auteur nous rend compréhensible l'activité de notre poste en Terre sainte ainsi qu'en Turquie. Une période intéressante durant laquelle la diplomatie était reine, tandis que notre administration postale apparaît comme un instrument au service de préoccupations plus politiques que postales. Partons donc en en pèlerinage, il nous mène à l'âge d'or de nos Classiques. Méthodologie : Comprendre les nuanciers de couleurs utilisés par l'Atelier du timbre-poste.
Tous les amateurs savent que sur beaucoup d'épreuves ou d'essais de couleurs on note la présence d'un texte alphanumérique codé, généralement porté au crayon. On le voit dans le coin inférieur gauche ou plus souvent droit de l'épreuve ou en bas d'une colonne pour l'essai. Ces indications sont désignées comme étant les indications du nuancier de l'Atelier du Timbre-Poste (ATP). Mais que recouvre cette appellation: quelle est sa signification, quelle est son utilité, quels supports ont été utilisés pour les matérialiser ? Histoire postale : L'âge héroïque des expéditions polaires.
Dans le cadre de l'exposition MonacoPhil 2015 qui se tiendra du 3 au 5 décembre prochain à Monaco, une exposition compétitive internationale de Philatélie polaire sera organisée. Comme il est de tradition maintenant cette exposition sera accompagnée par la publication d'un ouvrage, véritable répertoire des 100 premières années de l'histoire postale des expéditions polaires. Afin de vous permettre de mieux comprendre cette branche passionnante de la philatélie, une série d'articles va permettre jusqu'à la fin de l'année Ce premier opus est extrait de l'ouvrage « Dans le sillage des pionniers » par Hal Vogel et Serge Kahn qui sera publié à cette occasion. Aérophilatélie : Trois aviateurs, un crocodile et l'Oiseau-Canari...
Les 13-14 juin 1929, trois aviateurs, Assollant, Lefevre et Lotti, réalisent la première traversée aérienne française de l'Atlantique nord sur l'Oiseau Canari. A bord se trouvent aussi un passager clandestin Schreiber et Rufus un bébé caïman, tous ensemble participent à cette folle aventure... Etude : Les dernières années de l'Erythrée italienne.
La dernière décennie de l'Erythrée italienne fut riche en émissions... jusqu'à ce que les troupes italiennes, défaites, laissent la place aux Britanniques et à leurs émissions provisoires surchargées. Chroniques : Les "suppléments" à la lettre-journal.
La fameuse dépêche d'Ems, du 13 juillet 1870, conduit la France, qui est sans alliés, à déclarer le 19 juillet 1870 la guerre à la Prusse qui est soutenue par différents états allemands. Deux mois plus tard, le 19 septembre, la capitale est encerclée et le demeurera, durant plus de quatre mois, jusqu'au 28 janvier 1871. La correspondance postale vers l'extérieur de la capitale s'effectue principalement par des ballons montés qui transportaient toutes sortes de courriers. Parmi lesquels des journaux-lettres dont le titre le plus connu est "Lettre journal de Paris, Gazette des Absents". Polaire : Les débuts de la poste au Groenland
Le Groenland a beau être la seconde île au monde par sa superficie (après l'Australie) sa philatélie au début du siècle dernier n'en est pas moins confidentielle. Peu peuplé, le Groenland est un univers de froid et de glace. Il fascine en revanche les aventuriers européens et américains, Nansen ne disait-il pas à propos des régions polaires qu'elles sont « l'alliance de la mort et de la beauté » ? Aux temps héroïques des explorations, le courrier est des plus limités eu égard au faible niveau d'alphabétisation et au nombre de Danois qui y réside. En parcourant rapidement les catalogues, les collectionneurs néophytes penseront que les premiers timbres du Groenland datent de 1938. Pourtant il n'en est rien. Il faut s'intéresser aux « Ours » classés aux « colis postaux » ainsi qu'à l'histoire de la petite poste privée de Thulé pour remonter aux origines. Face au Groenland - de l'autre côté de la mer de Baffin - débute le passage Nord-Ouest, lieu de tant d'aventures qui continuent de s'écrire aujourd'hui. En juin prochain, deux kayakistes vont tenter de la franchir. L'un d'eux est tout sauf un inconnu des lecteurs de Timbres magazines
Cartes postales : Istamboul Constantinople.
L'Orient Express, un train de luxe pour une destination de rêve: Istamboul-Constantinople. Trois mille cinq cents kilomètres à parcourir à travers l'Europe, à partir de Paris-Gare de l'Est, pour parvenir à ce lieu historique et mythique. Nous voici à Constantinople, capitale de l'empire ottoman en ce début du XXe siècle, un immense territoire aux contours incertains, à cheval entre l'Europe et l'Orient et débordant même en terre égyptienne. Un patchwork de populations, de nationalités, de religions compose cette autocratie séculaire que le premier conflit mondial va en partie pulvériser. Décryptage : 1944 Secteur VII à Commissaire aux Colonies : Doit-on conserver le contrôle postal intérieur ? Avec le déplacement des opérations hors d'Afrique, de plus en plus de voix s'élèvent à Alger pour demander un allégement de la censure postale. Tandis que le renseignement justifie le maintien de cet outil d'inquisition de la correspondance des Francais... Rencontre : Bernard Furnon, la philatélie, "un moyen de s'ouvrir sur l'extérieur et d'apprendre toujours quelque chose".
Bernard Furnon commence à collectionner à l'âge de 16 ans initié par un ami. A 55 ans, cet ancien officier de la Marine nationale travaille actuellement dans le tourisme pour faire découvrir la Provence aux Russes principalement, et est devenu expert spécialiste des Zemstvos russes, c'est-à-dire les postes locales russes créées par l'empereur Alexandre II pour permettre au courrier d'atteindre les campagnes reculées dépourvues de bureau de poste. Socrate a parlé : Quand Staline offrait une belle variété à Roosvelt
En ces temps de commémoration de la Seconde Guerre mondiale, je ne résiste pas au plaisir de vous raconter une histoire qui s'est déroulée durant la conférence de Yalta. (...)Staline reçoit dans cette station balnéaire de Crimée Churchill et Roosevelt. [Il] déploie des trésors d'imagination pour espionner les conversations de ses hôtes mais également pour séduire Roosevelt. Il joue sur la corde sensible, celle de la philatélie. Roosevelt est collectionneur depuis l'âge de neuf ans et n'a jamais caché sa passion, bien au contraire. Le petit père des peuples le sait parfaitement et n'ignore pas que ce dernier possède une belle collection. Il est inconcevable de lui refourguer quelques timbres sans intérêt. (...) Staline hier renseigné sait également qu'en 1933 le commissaire soviétique aux Affaires étrangères, Maxime Litvinov, s'est rendu à Washington pour négocier le rétablissement des relations diplomatiques. A l'issue du repas officiel, ce dernier offre à Roosevelt des albums de timbres soviétiques dont certains sont encore inconnus aux Etats-Unis. Avant la conférence de Yalta, se pose donc à nouveau le problème du cadeau à offrir à Roosevelt, déjà bien pourvu, sa collection dépassant le millier de vignettes. La décision est prise de lui remettre une rareté, un timbre à l'effigie de Sigizmund Levanevsky. Nul doute que cette figure de l'Union soviétique morte en 1937 n'aurait jamais pu imaginer jouer un quelconque rois à l'occasion de cette conférence. Levanevsky- d'origine polonaise - participe à la Révolution d'octobre avant de servir dans l'Armée rouge. Excellent pilote, spécialiste du pôle Nord, l'un de ses faits de gloire qui lui vaut un timbre - n'est un autre que le sauvetage en 1934 de l'êqui page du Tcheliouskine, un bateau c vapeur adapté aux régions polaires Les pilotes ayant participé a cette opération reçoivent le titre de héros de l'Union soviétique et des timbrer à leur effigie sont émis en 1935. Là même année, Levanevsky effectue la vol Moscou-San Francisco par le pôle Nord. Pour commémorer ce nouvel exploit la poste russe surcharge en rouge (cela va de soi) 40 000 exemplaires du timbre déjà imprimé à 10 K. Au total 1600 feuilles de 25 timbres sont surchargées avec l'inscription: ." Vol / Moscou / San Francisco / par dessus le Pôle / 1935 -1 R" en caractères cyrilliques. Comme l'on s'en doute, ce n'est pas le timbre de la première émission que Staline offre à Roosevelt (coté aujourd'hui 15 £ chez Yvert) mais bel et bien un exemplaire surchargé... mais attention, pas n'importe lequel. Les surchargés comportent en effet des variétés. Ainsi les cinq vignettes de la quatrième rangée de chaque feuille font apparaître un petit "phi" (F de San Francisco) au lieu d'un grand. La seconde variété bien plus spectaculaire - se trouve sur une des feuilles où les timbres ont été surchargés dans le mauvais sens. Et c'est ainsi que 25 vignettes seulement comportent une surcharge renversée dont cinq avec le petit phi. (...)
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mai   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 167 - Mai 2015 ÉDITORIAL : En bref. Dans le dernier éditorial, je n'avais pas cité les ouvrages rédigés par Guy Prugnon. Une opportunité pour mettre à nouveau l'accent sur la nécessité de consulter des livres, certes un peu techniques, mais qui ont le mérite de mieux faire comprendre les documents d'histoire postale que l'on se procure. Afin de promouvoir la lecture en général et celle de nos ouvrages en particulier, nous vous proposerons le mois prochain une grande promotion avec des livres à prix cassés. Profitez-en !
Depuis quelques semaines de fortes rumeurs circulaient concernant l'arrêt des émissions de timbres de Saint-Pierre-et-Miquelon. Tout cela semblait aussi invraisemblable qu'incompréhensible mais par précaution je me suis quand même renseigné. Bonne nouvelle, Saint-Pierre Continuera d'émettre des timbres, c'est ce que m'a confirmé Fabrice Fouchard, le président du Club philatélique de SPM. Comme beaucoup d'entre vous, j'ai un attachement particulier pour les collections périphériques à celle de France métropolitaine. Des émissions raisonnables, de vrais sujets, une authenticité, autant d'éléments qui nous font aimer ces timbres.
(...) On évoque souvent la nécessité de renouveler les effectifs des philatélistes et je persiste à penser que cela ne sera possible que si les nouveaux entrants ont l'espoir de faire de « bonnes affaires ». On peut le regretter mais c'est une réalité.
Événement : Monacophil 2015 invite le mythique Un cent magenta :
L'événement philatélique de cette fin d'année sera bien entendu l'exposition qui se tiendra du 3 au 5 décembre à Monaco. Comme tous les Deux ans trois expositions distinctes seront organisées à cette occasion. 100 raretés mondiales seront exposées au Musée des Timbres et des Monnaies sur les terrasses de Fontvieille. Parmi elle, un invité de marque, le un cent magenta de Guyane Britannique. Ce timbre unique et légendaire a une histoire exceptionnelle de par les circonstances de son émission et de par les philatélistes qui ont eu la chance de le posséder ou de l'étudier. En couverture : Pierre Munier (1889-1962) Paysages et portraits gravés.
Il grave son premier timbre pour la Bolivie en 1907 à l'âge de18 ans. Il faudra attendre 1936 pour que la France lui confie un projet. Faisons connaissance avec cet artiste habile graveur et dessinateur qui s'est démarqué par la qualité de ses paysages et de ses portraits. Thématique : 80e anniversaire du King. Elvis Presley, un rocker qui a du timbre.
Cette année Elvis Presley, le roi du rock'n'roll, le King aurait fêté ses 80 ans. Une idole phénoménale des années 1950 à 70, non seulement musicale, mais aussi philatélique. Presque 40 ans après sa mort, il suscite toujours autant d'engouement chez ses fans du monde entier, et culmine au firmament des stars tant par les records de vente de ses disques -plus d'un milliard! que ceux des timbres-poste qui lui sont dédiés, dont plus de 124 millions écoulés en quelques semaines aux seuls États-Unis! Une carrière exceptionnelle d'un homme aux débuts très modestes, chanteur considéré comme le père du rock'n'roll, mais dont le répertoire englobe aussi le gospel, la country, les ballades. Ses apparitions ont véhiculé des images qui ont séduit la jeunesse de l'époque : sa chevelure avec banane et favoris, ses vêtements flamboyants et ses déhanchements rythmés. Ses tubes se retrouvent dans 31 films genre comédies musicales dans lesquels il tenait la vedette, films pour la plupart reproduits sur timbres ou blocs-feuillets de nombreux pays. A l'occasion de ce 8Oe anniversaire, le Musée philatélique de Singapour rend actuellement hommage à Elvis à travers une superbe exposition de timbres et objets de collections en rapport avec le chanteur qui se terminera le 1er juillet prochain. Classiques. De la couleur de nos premiers timbres-poste.
La philatélie naît le vendredi 1 er mai 1840 quand a lieu en Angleterre une première mondiale: la vente au public du premier timbre P.O.M. (Postal, Officiel, Mobile). C'est le 1 penny noir à l'effigie de la reine Victoria. La France sourit, réfléchit puis, enfin conquise, émet à son tour le lundi 1er janvier 1 849, près de neuf ans plus tard, un 20c noir « représentant une tète de la Liberté ». Nous sommes en République. Puis vient le choix des couleurs et alors les choses se bousculent un peu ! Îles : Le Dodécanèse
Nous l'évoquions dans un éditorial, ce nom ne vous est pas forcément familier, il désigne un ensemble d'îles de la mer Égée disputées entre Turquie, Grèce et Italie dont la philatélie retrace les péripéties. Histoire postale : 1861, Une lettre de Papeete pour Valparaiso.
Dans son ouvrage « Les colonies françaises Tarifs et service postal 1848- 1878 - les colonies d'Asie et d'Océanie », Michèle Chauvet fait le point sur la mise en place d'un service postal régulier entre Tahiti et la France ou l'étranger via la France. Ce décret publié dans le Messager de Tahiti du 29 juillet 1860 ne fut applicable qu'après l'organisation d'un service postal à Tahiti suite à l'arrêté du commandant du 26 février 1861. En 1861 et pour longtemps encore, il faudra continuer à aller à Valparaiso (Chili) pour déposer le courrier pour l'Europe et à Payta (Pérou) pour aller le chercher sans qu'aucune entreprise accepte d'être candidate à l'adjudication de ce service postal maritime. La lettre que nous présentons ci-après illustre la difficulté des communications épistolaires entre Tahiti et la France, Tahiti étant sous protectorat français depuis 1843. Collection : Les acteurs et actrices français de cinéma sur les timbres étrangers
Le Festival de Cannes domine l'actualité en mai, et badauds cannois comme téléspectateurs suivent chaque année en masse la montée des marches du Palais des Festivals par les vedettes françaises et étrangères, faisant ainsi de la France la capitale du cinéma mondial à ce moment. Exposition. Europhilex London 2015-Quand la philatélie a rendez-vous avec l'Histoire.
Dans le cadre de l'exposition EUROPHILEX qui se tiendra au mois de mai à Londres est organisée au sein même de celle-ci une exposition bout à fait particulière dans laquelle le visiteur pourra admirer des documents qui sont les témoins à des époques très diverses de notre l'histoire et de notre civilisation. A travers 20 cadres de pièces provenant entre autres de la collection royale anglaise ou de la British library le visiteur pourra voyager dans le temps et dans l'espace. Voici quelques pièces qui vont être exposées dont nombre d'entre elles le seront pour la première fois. Classiques : Deux variétés spectaculaires et rares
Nous poursuivons notre série d'articles dédiée aux variétés des timbres classiques de France, avec ce huitième opus consacré à deux variétés spectaculaires et rares: la variété très grande et large griffe sur le 1 centime Empire dentelé et les variétés dites « Delacourcelle » sur le 25 centimes Empire non dentelé. Cartes postales : Les commerces du sexe.
L'éternel débat sur la prostitution est relancé. Cette fois, il s'agirait de poursuivre la clientèle des « travailleuses du sexe » comme se dénomment certaines d'entre elles. Une proposition de loi en ce sens a été soumise aux sénateurs fin mars qui l'ont profondément modifiée rétablissant le délit de racolage, provoquant la colère des féministes notamment. A leur tour, les députés pourraient prendre une position contraire ... Rencontre : Alain Vernot, la philatélie : détente, connaissance et plaisir.
Né le 16 juillet 1952, Alain Vernon est aujourd'hui retraité après avoir passé la majeure partie de sa vie au Crédit Agricole dans l'informatique et la monétique à Quimper, dans le Finistère. Trois passions l'animent: l'histoire, la philatélie et les voyages. Pour tout concilier, il collectionne les courriers du Corps expéditionnaire au Mexique dans les années 1860... Socrate a parlé : Qui est donc l'inventeur du timbre-poste
En ce mois de mai, nos amis Britanniques fêteront comme il se doit au Salon de Londres, le 175e anniversaire du premier timbre du monde le célèbre Penny black émis le 1er mai 1840. Comme on le sait, cette révolution postale est attribuée à Sir Rowland Hill. L'histoire retient son nom à juste titre mais il ne faut pas oublier le rôle joué par d'autres personnes à commencer par un certain James Chalmers, libraire-papetier à Dundee en Écosse. Dès août 1834, il a l'idée de concevoir et même d'imprimer des vignettes afin de matérialiser le fait que le port de la lettre est payé d'avance par l'expéditeur. Elles seront bel et bien imprimées en 1834 ou en 1837 (les spécialistes divergent sur la date), avant la réforme de Rowland Hill. Une belle bagarre s'en suivra et sur plusieurs générations entre les familles Hill et Chalmers quant à la paternité de nos chères vignettes ! Les étiquettes de Chalmers sont à présent reconnues comme des précurseurs du timbre. Cette bagarre mémorable entre Anglo-saxons nous fait un tant soit peu oublier l'histoire d'un comptable bien inspiré du nom de Kosir ou Kochir. Il semble avoir eu une idée similaire à celle de Chalmers pratiquement au même moment. Laurent Kosir est né en 1804 à Spodnja Lusa dans l'actuelle Slovénie. Après des études chez les Jésuites, il travaille comme comptable à Venise, Milan puis à Vienne pour la poste autrichienne. Une fonction qui lui permet d'appréhender bien des subtilités du service postal. En 1836, il part à Ljubljana où il demeure une quinzaine d'années avant d'achever sa carrière à Zagreb, toujours à la poste. C'est un homme cultivé qui maitrise plusieurs langues: l'allemand, le français, l'italien et le latin. Le 31 décembre 1835, il adresse à son chef de service une lettre dans laquelle il propose de nouvelles méthodes pour le financement du service postal. Il évoque notamment l'usage de « gepresste papieroblate » correspondant à ce que nous appelons aujourd'hui un timbre. Une excellente idée mais qui arrive un peu tôt, il reçoit une lettre datée du 11 mai 1836 lui signifiant que son projet est refusé. Quelques années plus tard le premier timbre-poste est mis en service en Grande-Bretagne, ce qui contrarie fortement notre homme. Il adresse au gouvernement une lettre par laquelle il revendique la paternité du timbre. Les autorités de Leipzig lui donnent raison mais l'UPU fait la sourde oreille et ne répond pas à son courrier. Si les historiens sont partagés sur le rôle de Laurent Kosir, ce n'est sûrement pas le cas des postes ! C'est ainsi que Laurent Kosir est timbrifié par la Yougoslavie en 1948 avec en marge cette étonnante inscription en français: « EN COMMEMORATION DE LAURENT KOCHIR, CREATEUR IDEOLOGIQUE DU PREMIER TIMBRE-POSTE EN 1836. NE LE 29 JUILLET 1804 A SP. LOUCHA, RP. DE SLOVENIE YOUGOSLAVIE ».
Notre « créateur idéologique » est également reconnu par l'Autriche qui émet un timbre à son effigie en 1979. Logiquement la Slovénie lui rend honneur en 2004 à l'occasion du 200e anniversaire de sa naissance. On voit sur le timbre sa maison natale ainsi qu'une de ses lettres rédigée en allemand. Qui donc est l'inventeur du premier timbre ? Rowland, James ou Laurent ? Qu'importe finalement puisqu'ils nous ont tous rendus timbrés pour notre plus grand bonheur.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
avril   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 166 - Avril 2015 ÉDITORIAL : En ce mois d'avril, le magazine fête son anniversaire. Gauthier Toulemonde dresse un petit résumé de l'histoire de la revue depuis avril 2000. Il conclut par : "Dire que tout a été parfait durant ces quinze années serait aller un peu vite en besogne. Nous avons connu des échecs comme avec TV Timbres lancée trop tôt, les DVD (Faibles ventes) et tardons parfois à vous répondre. Sachez que nous sommes une petite société composée de seulement neuf personnes C'est peu pour réaliser un magazine (rédaction et maquette), enrichir chaque semaine les sites, rédiger des livres, faire des films assurer la gestion des abonnements, des ventes en kiosques, le suivi de vos commandes, la comptabilité et la partie commerciale !".
Hommage à Mark Taraskoff : Littérature, musique et amitié. Le peintre, illustrateur, dessinateur de presse et auteur de timbres-poste Marc Taraskoff a mis fin à ses jours le luncli 2 mars après-midi. C'est un artiste d'une incroyable générosité, caractérisé par sa gentillesse et sa simplicité qui disparaît, à l'immense culture graphique, littéraire et musicale, passionné de jazz - membre, entre autre, de l'académie Gus Viseur -, de tango... et fin cordon bleu. Ses obsèques se sont déroulées le 11 mars au cimetière d'Ixelles, à Bruxelles. De nombreux témoignages de sympathie ont afflué sur sa page Facebook.
Couverture : Sur les traces de Nungesser et Coli.Le 8 mai 1927 l'avion biplan L'Oiseau blanc disparait avec deux pilotes à son bord. ils sont tout sauf des inconnus, Charles Nungesser et François Coli. Héros de la Première Guerre mondiale, ils n'ont respectivement que 35 ans et 46 ans lorsque leur avion s'abîme en mer lors de la tentative de traversée de l'Atlantique. Des vies courtes mais bien remplies comme On va le voir. On ne sait où cet avion mythique repose 88 ans après et bien des hypothèses - plus ou moins sérieuses - continuent de circuler. C'était sans compter sur la détermination de Bernard Decré qui depuis de nombreuses années enquête sans relâche des deux côtes de l'Atlantique. A l'origine d'un timbre émis par Saint-Pierre-et-Miquelon en 2010, il nous livre ses dernières découvertes, il pense être proche du but.
Spécialité : Le mandat à l'épreuve des cours pratiques.Les mandats-poste sont une spécialité peu connue des collectionneurs, sans doute parce que leur aspect postal prime sur le philatélique. Un domaine qui pourtant mérite d'être exploré et qui réserve bien des surprises. Par exemple, pourquoi ne pas l'appréhender, l'apprendre, à travers les cours pratiques afin de le découvrir comme l'ont découvert les élèves postiers ? Ce double exercice qui projette le philatéliste dans l'univers du facteur aboutit à une collection originale, pointue, fidèle reflet de l'activité postale. Étude : La plus ancienne possession italienne d'outre-Mer : l’Érythrée. Contrairement aux « grands » pays coloniaux, comme la France, la Grande-Bretagne ou l'Espagne, l'Italie ne fut unifiée, on le sait, qu'au milieu du XIXe siècle. Pour tenter d'égaler les autres pays d'Europe Occidentale, dont l'empire colonial se développait de plus en plus, elle dut donc s'orienter vers des territoires délaissés par eux jusque-là, comme par exemple l’Érythrée. Collection : Philatélique ! et alors... (suite). Il y a près de dix ans, nous avions déjà interrogé le sens de souvenirs « philatéliques » qui, produits même dans des circonstances tragiques, constituent des témoins de l'histoire. Collection : La télégraphie sémaphorique. Comme il convient de surveiller les côtes et d'échanger des informations entre la terre et la mer, les hommes ont imaginé et perfectionné différents systèmes pour ce faire, dont la télégraphie depuis les sémaphores Et pour le plus grand plaisir des collectionneurs, des marques et des télégrammes existent pour en porter témoignage. Découverte : Ouzbékistan. Sur la route de la soie. Penchant des siècles, l'actuel Ouzbékistan a été le carrefour des routes des caravanes qui venaient de Chine, chargées d'étoffes de soie De là, les caravanes repartaient vers la Syrie, la Turquie ou l’Égypte, pour rejoindre l'Empire romain. Dans ce pays des mille et une nuits, les timbres sont les témoins de cette étonnante époque. Chronique : D'Orléans de 1695 à 1863. Certains auteurs font remonter l'origine de la ville d'Orléans au temps des druides qui, dans la société celtique, sont en premier lieu les intermédiaires entre les dieux et les hommes. C'est donc tout naturellement qu'ils placent la ville sous la protection des dieux lares (genii loci). D'où le nom de « Genabum » que la ville conserve jusqu'à l'arrivée des légions romaines. Au III siècle, sous le règne d'Aurélien qui reconstruit les remparts, la ville se développe et prend le nom de « Aurelianulm », puis « Aurelia », dont on fit Orléans. Mais quittons l'histoire et passons à la marcophilie. Cartes postales : Un conflit un peu oublié : la guerre du Transvaal. Une série de cartes postales illustrées représente le président Kruger lors de sa visite à Paris à la fin du mois de novembre 1900. Au moment où se déroule la grande Exposition Universelle qui marque le début du nouveau siècles notre capitale réserve au président de la République Sud Africaine un accueil exceptionnel. Rencontre : André Béra, améliorer l'existant, toujours... Né dans le Nord en 1935, André Béra termine ses études dans une école d'ingénieur (HEI) à Lille en 1960 et intègre une société de transformation des matières plastiques qui le mena successivement dans l'Eure, la Seine-Maritime, le Tarn et enfin le Nord où il termine son activité professionnelle. Philatéliste rigoureux amateur de perforés, il est membre de l'ANCOPER et de l'Association philatélique de Lille (APL). Il nous invite à sonder tout l'intérêt de cette collection particulière qui parle du destin des entreprises... Décryptage : La diffusion à l'étranger des timbres soviétiques est organisée, y compris Durant la Seconde Guerre mondiale, alors que la pratique de la philatélie est chaotique au temps de Staline. Socrate a parlé : Reportage à PhilexFrance. Rêvons un peu
"On se presse Porte de Versailles à Paris pour l'ouverture de ce nouveau PhilexFrance . En ce début juillet, il fait délicieusement bon et ce matin est la promesse d'une belle journée. Dans les files d'attente, on entend parler de nombreuses langues, normal me direz-vous, la manifestation est mondiale. Des personnes de tous âges attendent avec impatience l'ouverture des portes. Votre vieux Socrate ne peut s'empêcher de sourire dans sa barbe en pensant aux nombreux doutes, réticences entendues quant à l'Organisation d'un tel salon."La philatélie est morte, il n'y aura personne, jamais La Poste ne rentrera dans ses frais "... Mais pour une fois toutes les instances de la philatélie ont tiré dans le meme sens, travaille ensemble sans se chamailler. Le salon a beau se tenir à Paris, les regions de France, l'outre-mer et les associations ont largement contribué à ce qui s'annonce déjà comme une extraordinaire réussite. Oubliées les querelles intestines, les rivalités, les philatélistes ont eu la bonne idée d'associer à leur manifestation d'autres intervenants et non des moindres. Sur les affiches figure un thème fédérateur « Des timbres et des lettres pour découvrir le monde ". Le président d'honneur de ce salon multicollections, multithèmes n'est autre que Jean d'Ormesson. (...)
Je pourrais ainsi continuer mais tout cela n'est qu'un rêve, un gros poisson d'avril, à moins que nous décidions enfin de nous bouger et nous mobiliser pour qu'un nouveau PhillexFrance devienne une réalité !
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
mars   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 165 - Mars 2015 ÉDITORIAL : Cap sur la Nouvelle-Calédonie.
Vous l'avez peut-être appris par 1a radio ou la télévision, je pars en octobre prochain en Nouvelle-Calédonie. Je réponds à la proposition de Laure Recasens (de l'Office des Postes et Télécommunications) et de l'artiste Jean-Jacques Mahuteau. Une expédition qui s'inscrit dans le prolongement de celle de Guyane en 2005. J'avais alors eu l'occasion de vous faire découvrir l'une des dernières postes fluviales du monde. Des courriers avaient été postés du Maroni, venant apres ceux de Clipperton où un bateau de Marine nationale s'était arrêté lorsque je m'y trouvais. Clipperton fait partie de ces Iles oubliées de la France d'outre-mer (sauf des philatélistes) au même titre que les Chesterfield en Nouvelle-Calédonie où je vivrai et travaillerai dans quelques mois en totale autarcie. Couverture : Claude Haley est un artiste qui s'est fait lui-même sans passer par une école, et qui doit au timbre-poste d'avoir fait connaître son nom. Tout d'abord peintre, dessinateur il devient grace à sa persévérance un graveur hors du commun qui réalise plus de trois cents figurines pour une trentaine d'administrations postales. Reportage : Dernière partie de ce carnet de bord retraçant l'OP3-2014 du Marion-Dufresne, parti de La Réunion le 7 novembre 2014, qui débarque ses premiers passagers aux Kerguelen le 18 avant de terminer la rotation à Amsterdam le 24 pour un retour au Port le 2 décembre. Histoire postale : Une lettre exceptionnelle des îles Kerguelen.
Une lettre en provenance de Kerguelen, datée du 25 décembre 1818, ce n'est pas courant. C'est même exceptionnel quand elle a pour expéditeur un membre de l'équipage d'un baleinier français. Nous connaissons quelques lettres de baleiniers américains à Kerguelen de cette période, conservées au musée des baleiniers de New Bedford, mais très peu ont emprunté un circuit postal. Variétés : Les variétés de la 9e colonne du panneau D3 du 25c Cérès dentelé au type I
Nous poursuivons notre série d'articles dédiée aux variétés des timbres classiques de France, avec ce septième opus consacré aux très particulières variétés de la 9e colonne du panneau D3 du 25 centimes Céres dentelé au type I. Curiosité : Les carnets de vignettes pour la poste aérienne de la Panam.
Nous avions évoqué les carnets de vignettes pour la poste aérienne des États-Unis mis en circulation par l'administration postale elle-même, puis ceux donnés ou vendus par diverses sociétés privées. Nous avions laissé à dessein de coté ceux d'une compagnie un peu particulière, la " Panam ", dont l'internationalisation a laissé des traces hors des États-Unis pour cette collection. Chronique. Monsieur le directeur, Je vous prie, en grâce...
Le Conseil d'administration des postes décide le 17 janvier 1849 (déjà !) que: "Toute lettre trouvée dans une boîte aux lettres portant comme signe d'affranchissement un timbre-poste reconnu comme ayant déjà servi sera frappée d'une double taxe et la lettre suivra son cours". Modernes, des essais précurseurs. Tout le monde s'accorde sur le fait que le premier timbre-poste français imprimé sur papier fluorescent est le 0,25 Coq Gaulois gravé par Decaris. Cependant on sait peu de choses sur les essais récurseurs qui ne manquèrent d'accompagner cette innovation technique. Menons l'enquête pour en savoir un peu plus. Usages courants : Sabine : confections et combinaisons
Après les Sabine de feuilles, de roulettes et d'entiers, place aux carnets. Les carnets de la Sabine de Gardon ont peu innové quant à eux ils ont respecté la tradition des carnets fermés à couverture cartonnée inaugurés dans les années 1960 avec les timbres Coq de Decaris en taille-douce, ces derniers prenant la suite des carnets ouverts (oui, déjà) dont le dernier fut le Blason de Paris, imprimé en typographie... Leur intérêt ne réside pas seulement dans leur conditionnement, modernisé en partie grâce à la mise en route d'une confectionneuse très performante, la n° 9, qui a collé les couvertures au lieu de les plier, il réside aussi dans la profusion des présentations et combinaisons qu'ils permettent de réunir. Reportage à la poste de Mexico : Un palais pour la poste.
Au cœur de Mexico, un bâtiment imposant accueille la Poste depuis 1907: c'est « le Palais de la Poste » (El Palacio de Correos). Conçu par l'architecte italien Adamo Boari, et réalisé par l'ingénieur mexicain Gonzalo Garita, il fut inauguré par la Président de la République de l'époque, Porfirio Diaz. La visite de ce monument mérite d'être approfondie : suivez le guide.... Blakans : L'âge d'or de la Grande Bulgarie médiévale.
Un premier grand royaume bulgare fut fondé en 632 sur les côtes du nord de la Mer Noire par le khan Koubrat. Cet Etat était reconnu par l'empereur byzantin Heraclius ler, et la paix fut respectée entre la "Grande Bulgarie" et Byzance jusqu'à la mort des deux souverains. C'est le début d'un âge d'or qui vit l'expansion du royaume bulgare sur la quasi-totalité des Balkans au règne glorieux de Siméon ler au Xe siècle. Cartes postale : Droit à l'insolence. Tout a été dit et écrit à propos des tueries de janvier dernier à Paris. Les plumes sont sèches mais la douleur reste intacte. Et la colère aussi. Des assassins fanatiques ont frappé. Parmi les victimes figurent des femmes et des hommes de presse, des confrères d'un courage extrême à qui nous voulons rendre hommage. Rencontre : Alain Baudel, plus de 50 ans d'une passion partagée. Né dans le Pas de Calais en 1948, Alain Baudel arrive à Paris à l'âge de 10 ans. Il fait sa carrière dans des bureaux d'études de différentes sociétés, la dernière était une société spécialisée dans l'Aéronautique militaire. Aujourd'hui retraité, il vit en Seine-et-Marne à Coubert depuis 1976 dans une commune de 2000 habitants où il participe à une association qui s'occupe de la sauvegarde de la valorisation du patrimoine : l'Orangerie de Coubert. Alain Baudel fait pour nous le tour de 50 ans de philatélie. Décryptage : Oran, novembre 1942 : navires interceptés ou coulés.
Le débarquement allié du 8 novembre 1942 surprend le trafic maritime entre la zone non occupée, Marseille ou Port-Vendres, et l'Afrique du nord. Certains navires sont capturés, d'autres coulés ou se sabordent entraînant avec eux leurs dépêches postales. Socrate a parlé : Assumons pleinement notre passion pour la philatélie et nos choix de collection.
Je me suis procuré une étude que je ne suis malheureusement pas autorisé à publier. Il en ressort notamment que le philatéliste français (mais je pense que c'est aussi le cas à l'étranger) est discret et collectionne en solitaire. Pour beaucoup d'entre nous la pratique de la philatélie est "un moment à soi", un moment de calme requérant de la minutie pour classer sans abîmer. Un "moment d'introspection" pour reprendre les termes de l'enquête. Un comportement propre aux philatélistes ? Pas vraiment, il semble que cela soit aussi le cas pour les collectionneurs de tableaux, de livres anciens ou de pièces de monnaie. Nos collections de timbres sont souvent cachées, non exposées et la passion est rarement partagée avec les non initiés comme les amis, 1a famille, etc. (...) Je pense que nous avons souvent un problème de communication avec notre entourage parce que nous n'assumons pas pleinement notre passion pour la philatélie. L'isolement n'est pas une bonne chose et que dire de « GM » qui cache ses choix de collection à ses amis philatélistes ! Il serait temps de changer de posture et de se rappeler que la collection de timbres est un loisir qui rend heureux. Que ce bonheur soit contagieux et sorte de la semi-clandestinité serait encore mieux.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
février   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 164 - Février 2015 ÉDITORIAL : Il était temps!
Il datait de décembre 2004 et avait pris un sacré coup de vieux. A chaque fois que je le consultais, Je me disais qu'il devenait un peu la honte de Timbres magazine. Si l'avais été seul à faire la remarque, je ne m'en serais pas inquiété outre mesure. Toutefois mes chers collègues pensaient de même, pire des collectionneurs nous interpellaient à son sujet. Un philatéliste anglais n'a pas hésité à le comparer à une 2 ch et de nous signaler que depuis la technologie avait réalisé des progrès majeurs. « Il », c'est notre site Internet, moderne lors de son lancement, passablement défraîchi au fil des années, non qu'il n'y avait rien à lire mais sa conception datait. (...)
Tout a été revu afin de faciliter la navigation. Vous y trouverez aisément les informations que vous recherchez grâce à son arborescence: France, Monaco, Andorre, expression française, Europe, Outre-mer, autres spécialités comme la thématique ou le polaire. Sur le site, nous ouvrons une partie de nos archives, certes de Timbres magazine,Timbroscopie, Timbro/oisirs et du Monde des philatélistes. Au cours des prochains mois, nous continuerons de mettre en ligne des papiers publiés il y a bien longtemps et que vous n'avez pas tous conservés. Une source 'information précieuse qui s'ajoute à celle apportée par le sommaire de tous les Timbres magazine déjà parus.
Concernant l'actualite, le site proposera des informations arrivées tardivement au magazine et que nous n'avons pu publier. Elles concernent notamment les manifestations et la vie des clubs. N'hésitez pas à nous adresser vos annonces, articles afin que nous les publiions. Parmi nos objectifs: le partage des connaissances et la diffusion des actions que vous menez en région. Le site TimbresMag donne des conseils aux débutants et proposera assez rapidement des vidéos à caractère pratique du type comment retirer une charnière, le travail des artistes comme si vous étiez dans leur atelier, etc. Certains sujets s'appréhendent mieux avec des images, utilisons donc tous les supports mis à notre disposition. Ajoutons que les jeunes viennent plus facilement sur les sites comportant des vidéos. TimbresMag est donc un complément du magazine mais ne le remplace en aucun cas. Enfin, notre site marchand timbro.fr s'est considérablement enrichi depuis Jeux ans, n'hésitez pas à le consulter. Vous trouverez des timbres de qualité à la vente, à tous les prix et différents de ceux proposés dans « Idées de collection ». Couverture : Le Marion-Dufresne aux Terres australes françaises : de Crozet aux Kerguelen. Le bâtiment qui a quitté La Réunion le 7 novembre pour un retour prévu le 2 décembre poursuit sa route et arrive à l'archipel de Crozet. Le « business » philatéliique peut vraiment commencer. Collection : Les pseudo-entiers postaux, souvent plus rares que les vrais.
Vous avez certainement trouvé un jour dans votre boîte aux lettres une carte postale ou une lettre avec une figurine imprimée ressemblant plus ou moins à un timbre et semblant avoir été distribuée par un facteur. Ce sont les pseudo-entiers postaux Usages courants : Sabine en mode taille-douce.
La Sabine, gravée en taille-douce par Pierre Gandon, qui a succédé à la Marianne de Béquet en décembre 1977, ne s'est pas contentée d'être une belle classique. Dans sa version en feuilles, elle a apporté une touche de modernisme à la lignée des Marianne, en ouvrant l'éventail des valeurs et des couleurs à l'ensemble des tarifs, en innovant avec une nouvelle génération de barres phosphorescentes pour faciliter le tri automatique, en s'installant sur la nouvelle rotative à grand rendement, entre autres innovations techniques. Étude (l'épopée complexe de la philatélie des colonies italiennes) : La colonie italienne de l’Égée : Une fin... allemande. Nous continuons ici notre parcours de la philatélie de la colonie italienne de l’Égée, en grande partie constituée du rassemblement de doutes les îles dans lesquelles la poste italienne avait installé un bureau postal à l'étranger à l'orée du XXe siècle, rappelons-le, avec les additions découlant des conséquences de la Première Guerre mondiale Chronique : Petits compléments. Les meilleurs usuels et les articles les plus spécialisés peuvent toujours être améliorés par une réflexion, ou une petite découverte. Il en va ainsi de « La poste de l'ancienne France des origines à 1871 » de Louis Lenain, des ouvrages de la maison Potion et des excellents articles mensuels de Jean-François Baudot. Histoire postale : Le difficile rétablissement des liaisons maritimes : un lent redressement (5e et dernière partie).
Pénuries et dessertes maritimes aléatoires pénalisent durablement, au-delà de la Libération, les liaisons postales de la France d'Outre-mer Tandis que l'avion occupe une place grandissante. Fins de catalogue : Les anciens préoblitérés de Grande-Bretagne.
Un préoblitéré est un timbre émis par la poste ou tout organisme agréé (poste aérienne, timbres- taxe, timbres fiscaux, timbres pour journaux) ou un entier postal qui ont reçu une annulation avant d'avoir été utilisé aux fins pour lesquels ils étaient destinés. Comment en est-on arrivé là ? A l'origine, dans certains bureaux de poste où étaient remis les journaux à distribuer, il fallait faire vite ! On eu l'idée alors, pour éviter l'annulation des timbres après remise des plis, de faire cette annulation avant l'arrivée des journaux dans le service L'oblitéra ion préalable était née. Grâce à l'étude de Claude Ribière sur cette spécialité à travers le monde, intéressons-nous à la Grande-Bretagne, qui comme pour la plupart des choses qui concernent la philatélie, a été un pays précurseur dans ce domaine Histoire, les timbres racontent : Évacuation d'une île volcanique.
Lors d'une éruption, il est indispensable d'évacuer la population vivant dans les zones à risque élevé. Le seul exemple historique d'évacuation totale d'une île pendant deux ans est celui de Tristan da Cunha (1961-1963), qui a été abondamment illustré par les timbres Découverte : L'Afrique du Sud moderne.
L'Afrique du Sud de ces soixante dernières années a été marquée par le très contestable régime de l'apartheid institué au milieu du XXe siècle jusqu'à son abolition en 1992. Voici en timbres les principaux protagonistes de cette histoire. Cartes postales : Sur les quais, les bouquinistes.
A la différence des petits métier d'autrefois, celui des bouquinistes n'a pas disparu. fis sont toujours là. Les cartes postales aussi! Anciennes, semi-modernes, actuelles, échelonnées tout au long du siècle dernier et de celui-ci, diffusant à des millions d'exemplaires en noir et en couleur les silhouettes ces personnages pittoresques qui, sur les quais de la Seine, font le bonheur des amateurs de livres, des collectionneurs, des chercheurs en tous genres, des touristes et des simples promeneurs. Ils font partie du patrimoine culturel de la capitale. La pièce en question : une lettre deux fois refusée. Rencontre : Patrick Boulanger. Une source inépuisable d'informations et d'enrichissement.
Patrick Boulanger, originaire du Val de Marne, a choisi à 22 ans « de changer « d'horizon » mais surtout de qualité de vie » en emménageant en Normandie dans le secteur d'Evreux bout en conservant son activité professionnelle sur Paris. Employé de banque, dans la même entreprise depuis 1985, il a exercé différents métiers au sein de sa société au fil des années. Patrick a choisi de collectionner entre autres les pièces dédiées à la Marine Nationale, où il a fait son service militaire. Décryptage : Mandchourie 1945 : Tempête d'Août.
Le support même d'une correspondance fait sens : l'envoi via la poste aux armées soviétique d'une enveloppe de franchise militaire japonaise témoigne d'une campagne de quelques jours considérée comme modèle du genre. Socrate a parlé : Caurat plutôt que Nabila
J'ai reçu une lettre d'un de nos lecteurs - Thierry Wiart - dont je vous livre le contenu: « La lecture de dernière chronique de Socrate m'a donné une idée ! Et si j'abandonnais la philatélie pour désormais me consacrer à la schoïnopentaxophilie, c'est-à-dire la collection de cordes de pendus... Le philatéliste suicidaire m'a l'air d'être une espèce en pleine prolifération, si j'en crois ses propos. C'est peut-être le moment de faire de bonnes affaires... Là est sans doute le Chopin de demain ! Pourrait-il en être autrement quand le défaitisme le plus sombre côtoie le nihilisme le plus intégral ? Je la tiens ma nouvelle collection... »
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine



Timbres Magazine
janvier   2015

cliquez ici pour plus d'informations sur Timbres Magazine

Numéro 163 - Janvier 2015 ÉDITORIAL : Le dessous des timbres : l'incroyable histoire du canal de Panama. Il y a cent ans était inauguré le canal de Panama. Comme on le sait l'histoire de ce que l'on considère comme l'une des sept merveilles du monde moderne a été jalonnée de drames humains et de scandales. Ce que l'on connaît moins, c'est le rôle important joué par le Français Philippe Bunau-Varilla, auteur d'un très efficace lobbying avec des timbres ! Cet ingénieur sorti de Polytechnique travaille sur le chantier au temps de Lesseps puis crée une société qui agit comme sous-traitant pour la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama.
Cette dernière est mise en liquidation en 1889 et Bunau-Varilla investit dans la Compagnie nouvelle du canal de Panama, laquelle connaît à son tour des difficultés au point qu'il est nécessaire de trouver un acquéreur. Notre homme décide de convaincre les États-Unis qui hésitent avec un projet similaire mais au Nicaragua. Il a alors l'excellente idée de convaincre les sénateurs américains de l'intérêt que représente Panama en adressant à chacun d'eux une lettre. A l'intérieur, une note et un timbre du Nicaragua de l'émission de 1900 montrant un volcan.
Il écrit : « Par suite d'un tremblement de terre suivant l'éruption du volcan (que l'on peut voir avec son panache de fumée dans l'arrière-plan), le quai et la locomotive (que l'on peut voir au premier plan) ont été jetés dans l'eau avec une grande quantité de café (...) (Iris de la Tarde de Granada et Democratia de Managua, deux journaux du Nicaragua). Voyez aussi le New York Sun ». Réaliser un canal en pleine zone sismique n'est donc pas une bonne idée et le timbre parle de lui-même. Comme le note Gabriel Jean Loizillon dans son livre Philippe Bunau-Varilla L'homme de Panama « Ceci est exact, sauf que le lac montré sur le timbre (...) n'est pas le lac Nicaragua, que doit traverser le futur canal, mais le lac Managua, qui se trouve à 150 km de là. Et puis on peut se demander pourquoi une catastrophe aussi importante a été rapportée à New York avec deux mois de retard (...) Personne ne s'attarde sur la véracité des faits (...) Un pays comme le Nicaragua, qui met des volcans fumeux sur ses timbres, comporte des risques inacceptables pour accueillir le futur canal transocéanique ». C'est ainsi que ces 90 timbres achetés auprès d'un négociant à Washington vont faire la différence. Les sénateurs votent le 19 juin 1902 le Spooner Act donnant la préférence au canal de Panama. Reste à convaincre la chambre des représentants et Philippe Bunau-Varilla se rend à New York chez un marchand pour acheter 500 exemplaires de ces timbres nicaraguayens. L'opération fonctionne à merveille, le vote est obtenu haut la main, toujours en ce même mois de juin. Comme quoi, les timbres ne servent pas qu'à l'affranchissement. Ironie du sort, alors que le canal de Panama connaît à nouveau des travaux importants afin d'accueillir de plus grands bateaux, le Nicaragua envisage un projet concurrent !(...) Tous les timbres émis en 2014.
Avec un budget pour les nouveautés de près de 315 €, le millésime 2014 est en légère baisse par rapport à l'année précédente (3 60 €) . En ce qui concerne l'ensemble des produits disponibles hors du circuit traditionnel de distributions on notera la baisse significative de la facture. L'an passé, le note avait atteint pi us de 2800 €. (nouvelle Marianne oblige), contre 752 € en 2014. Un montant qui rejoint ceux d'années n'ayant pas vu l'émission d'un nouveau timbre d'usage courant (700 € en 2012). Le coût t des autocollants d'entreprise s'est effondré cette année : 147 € contre 2317 € en 2013 et 245 € en 2012. Il est vrai qu'il n'y a eu que 5 émissions cette année. Il en est de même pour les collectors avec 328 € contre 413 € l'année dernière. Les souvenirs philatéliques ont vu leur note s'envoler à 277 € ( 100 € en 2013). La tenue du Salon Planète Timbres avec son cortège d'émissions spéciales y est pour beaucoup. Couverture : Sabine joue l'innovation. Bien que sa notoriété ait été éclipsée par La Liberté qui lui a succédé, la Sabine de Gandon, avec ses 35 timbres, se révèle une Marianne innovante qui entre de plain-pied dans la modernité. Elle est la première à ne plus se contenter :des seuls timbres des usages les plus courants, mais à s'entourer d'une grande famille composée de multiples valeurs de vingt-six couleurs différentes embrassant l'éventail des tarifs, permettant ainsi de couvrir tous les affranchissements. Elle est aussi 1a première à accéder à une nouvelle génération de barres phosphorescentes, non plus apposées sur l'effigie comme ce fut le cas sur la Marianne de Béquet, mais sur les marges latérales pour être plus lisibles lors du tri automatique du courrier. Après des tirages d'essai de la Marianne de Béquet, elle installe définitivement ses valeurs les plus courantes sûr la RGR-1, la rotative à grand rendement, à l'époque encore seule machine de ce type à l'imprimerie de Périgueux Autres nouveautés : l'apparition du repère électronique dans le coin daté des feuilles de cent timbres et les viroles mixtes imprimant des timbres rouges d'un côté et verts de l'autre. Des innovations qui à elles seules ouvrent déjà un large champ d'étude aux amateurs de Marianne. Entrée des artistes : Robert Cami, Blanc et noir intégral. Peintre, aquafortiste et buriniste, graveur sur bois et illustrateur, originaire de Bordeaux, Robert Cami est un artiste complet, dont les multiples talents sont vite reconnus. Ce n'est qu'à l'âge de 53 ans qu'il découvre le domaine du timbre-poste, si proche pourtant de celui dans lequel il excelle: l'exlibris. Il réussit néanmoins à créer une cinquantaine de figurines pour la France et plus d'une trentaine pour l'étranger. Les timbres de la Libération : un monde de surcharges pour commémorer la France libérée. Plusieurs centaines de villes françaises ont souhaité commémorer la Libération en utilisant les stocks de timbres qui leur restaient, parfois minimes d'ailleurs. Divers types ont ainsi reçu une surcharge commémorative, dont le type Pétain, pourtant largement tombé en disgrâce. Mais dans la précipitation, chacun a fait avec ce qu'il avait sous la main. Et la précipitation est bien la cause de toute la complexité des timbres de la Libération : une confusion sur le terrain amène à une collection où il est souvent bien difficile de se repérer. Chronique : Le 1er avril 1871 était un samedi, et c'est vrai ! Paris a connu une « Première Commune insurrectionnelle » (journée du 10 aout 1792) dirigée par Jérôme Pétion et Pierre Louis Manuel. Puis elle perd son influence après l'élimination des Hébertistes (24 mars 1794) et Jean-Baptiste Fleuriot-Lescot fut son dernier maire jusqu'au 9 thermidor an II (27 juillet 1794)... Collection : Meetings et rallyes aériens français L'avion est aujourd'hui un moyen de transport banal, mais on oublie que jusque dans les années 1950, avant l'apparition des avions à réaction et des gros porteurs, il faisait rêver. Contribuaient à la légende de l'aviation tes nombreux meetings et rallyes aériens qui déplaçaient des milliers de spectateurs. Le "Marion-Dufresne" aux Terres australes françaises. Ce « journal de bord » rend compte de la participation de son auteur à « l'OP3-2014 » (OP pour « opération portuaire », le nom donné aux passages du Marion-Dufresne dans les districts), du 7 novembre au 2 décembre 2014, en tant que membre - suppléant - du Conseil consultatif du territoire des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), à bord du Marion-Dufresne, un navire polyvalent qui assure le ravitaillement et la relève des personnels des bases des districts des TAAF. Les débuts de la colonisation du Canada. Les quatre premiers siècles de l'histoire du Canada peuvent être résumés en une phrase : une lutte pratiquement ininterrompue entre l'Angleterre et la France. La colonisation au XVIIe siècle suit ce schéma: les explorateurs ont de moins en moins le souci de faire œuvre de géographe ou de cartographe, mais sont de plus en plus préoccupés par le souci d'acquérir de nouveaux territoires au nom de la couronne de France ou d'Angleterre. Cartes postales : bonne année à tous ! Depuis son apparition à la fin XIXe siècle, la carte postale illustrée est porteuse de la formule rituelle des bons vœux. Une manière simple et rapide, bien avant que ne surgissent le téléphone et internet, de célébrer la venue de la nouvelle année et d'adresser à ceux qu'on aime ou que l'on estime, un message d'amour ou d'affection, ou de simple sympathie. Toujours accompagnée d'une image appropriée. La pièce en question : Le timbre-à-date de l'exposition universelle de 1855. Le 1er mai 1855 s'ouvre à Paris l'Exposition universelle. Après les expositions de Londres, en 1851, et de New York, en 1853, cette imposante manifestation de prestige est la troisième du genre à ouvrir ses portes. Afin, d'une part, de soulager la tâche des facteurs du quartier et d'autre part, d'éviter aux nombreux exposants français et étrangers un déplacement pour se rendre, soit dans le bureau de Chaillot soit dans celui du faubourg St-Honoré, les établissements de poste les plus proches du Palais de l'industrie où a lieu l'exposition, décision est prise par le directeur général des Postes d'ouvrir un bureau supplémentaire dans l'enceinte de l'exposition Décryptage : Indochine : la poste rurale. Régionalisme : les pionniers de la philatélie 1870-1920 (2e partie). Rencontre : Richard Tuil : pour les beaux yeux de Sabine. Richard Tuil, deuxième enfant d'une fratrie de cinq, naît en août 1965 à Marseille dans une famille originaire d'Afrique du Nord. Marié et père d'une fille de neuf ans et d'un fils de deux ans, il travaille aujourd'hui à l'URSSAF d'île de France. Son intérêt pour la philatélie débute alors qu'il est enfant curieux des timbres d'amis puis s'amplifie quand il découvre la Sabine de Gandon qui le séduit et qu'il collectionne depuis lors. Socrate a parlé : Le père Noël est-il un regommeur ?
Certains de vos timbres sont en piteux état, de maudites traces de charnières viennent ternir malencontreusement leur esthétique ? Des dents en moins, de la rouille ? Ah si seulement vos chères vignettes étaient aussi fraiches qu'au premier jour de leur émission ! En ces périodes de fêtes, pourquoi ne pas écrire au père Noël pas à Libourne ou en Laponie, lui demander de redonner de l'éclat à vos timbres, faire du neuf avec de l'ancien. Impossible me direz-vous ? Eh bien non, votre Socrate va vous dire comment procéder ou presque. En ces derniers jours de décembre, j'ai vu pour la première fois de ma longue vie de collectionneur, non pas une lettre écrite au Père Noël mais une adressée par ce dernier. Il n'est pas venu l'apporter avec son traineau volant tiré par ses rennes – faute de neige probablement – mais par fax.
"Cher philatéliste,
Permettez-moi svp de me présenter. Je suis restaurateur de timbres depuis plus de 35 ans. Dans le cas ou vous auriez besoin d'une personne compétente pour permettre a vos timbres sans gomme avec charnière dents courtes ect de retrouver un état de qualité irréprochable, n'hésitez pas à me contacter. (...) "

Depuis de nombreuses années un certain nombre de philatélistes ne jurent que par des timbres neufs et assimilent une simple trace de charnière à une balafre au milieu d'un visage. Personnellement cela ne me dérange pas, ce qui m'importe c'est la fraicheur et le centrage. Que l'on répare des timbres ne me choque vraiment pas, dès lors que l'on annonce clairement qu'ils l'ont été. Après tout, c'est ce qui est pratiqué par exemple pour des meubles anciens ou des tableaux. Le problème c'est que des vendeurs soient pris d'une soudaine amnésie et omettent de préciser que les timbres ont été réparés.
voir le site Cliquez ici pour consulter le site de Timbres Magazine





la presse philatélique française



Imprimer cette page  | Recommander cette page à un ami


Toussaint COPPOLANI
Toussaint COPPOLANI

Copyright © 2000 www.philatelistes.net
Credits, Critiques